Archives quotidiennes : 10 décembre 2012

Yanka, Asensio et moi

Ah oui, encore une chose en passant, au cours d’une dispute domestique ayant eu lieu chez l’ineffable Ygor Yanka, il se trouve que le basque M. Asensio m’a mentionné dans l’un de ses commentaires pour laisser tomber négligemment que je serais d’esstrême drouate.

Bon.

Etant donné que je ne sais à peu près rien sur le M. en question, il semble avoir un avantage sur moi qui le lisait pour la première fois chez Ygor. Si je ne sais à peu près rien de lui, ce n’est pas par coquetterie mais parce que si la littérature me passionne, sa dissection me barbe. Cependant, puisqu’on en est à supputer sur ce que sont les uns et les autres en fonction de ce que l’on croit avoir compris de leurs écrits, je peux assurer crânement que M. Asensio est un tabouret à hélices.

Voilà.

Brèves indiennes du lundi 10

– Ici le bordel est littéralement indescriptible. Il faut le vivre pour le comprendre. Par exemple, on peut voir des photos d’un type à mobylette avec sa femme derrière en amazone tenant maladroitement un petit enfant sur ses genoux et se dire qu’effectivement ils sont spéciaux. Mais si on n’a pas vécu le chaos et le danger de la circulation locale, on ne peut pas comprendre le danger qu’ils courent. La vie n’est pas très chère ici. On même temps vu les tronches locales, ça se comprend aussi. Ils semblent tous avoir été livrés en kit et avec des pièces manquantes.

– Tout est compliqué ici. Ils sont les champions des explications sans fin, de la corruption et de la paperasse. L’Inde arrive à combiner tout ce que je n’aime pas en dehors d’un scénario de film porno, la saleté, le bruit, les complications, le grouillement humain…

– C’est un sentiment assez particulier de se dire que chaque aliment ingéré, chaque gorgée bue est potentiellement un poison mortel.

– Ils ont presque tous de jolies peintures sur le front. Ca leur permet de tamponner les documents officiels d’après ce que j’ai compris.

– C’est sympa de voir des svastikas un peu partout. Ils ont des camions nazis, des sacs de ciment nazis, des temples nazis, des synagogues nazies…

– Nous avons trouvé un jeu amusant avec un collègue. Nous projetons de la corrida sur la télé de notre chambre et appelons des employés de l’hôtel à venir dans nos piaules pour réparer la clim ou autres raisons futiles. Nous avons beaucoup de succès !

– Avec tout ça je n’ai pas de temps pour bloguer, pourtant plein d’idées se bousculent dans ma tête avec la délicatesse de sangliers blessés dans une maternelle.