Archives quotidiennes : 12 décembre 2012

Brèves indiennes du mercredi 12

– Comme plusieurs lecteurs m’ont posé la question, je confirme que l’Inde sent souvent le jus de cul épicé au curry.

– C’est surprenant de voir des vaches se nourrir de détritus enflammés en plein milieu de la ville. Mais moins surprenant tout de même que ce canal bordant une rue que j’ai emprunté. Le long de ce canal il y avait le mur d’un grand « immeuble » d’habitation fait de bric, de broc et de purin. Ce mur comportait d’étranges excroissances en bois ressemblant fort aux cabanes que nous avions au fond du jardin. Et effectivement, elles ont le même usage, à part que là, le fruit de leur digestion tombe directement dans le canal. C’est spécial quand même. Mais il parait que toutes les cultures se valent, donc bon.

– Ici, il faut s’habituer aux coupures de courant ayant lieu plusieurs fois par jour, à la lenteur, au gens qui font semblant de vous comprendre et se tape totalement de ce que vous racontez. C’est un pays qui a son propre rythme avec son milliard de faux dieux, ses manies alimentaires individuelles, sa fausse pudeur, sa corruption ahurissante, sa mentalité de scribe etc…

– J’ai déjeuné avec un français installé ici depuis 25 ans et marié avec une intouchable depuis 15. Il a pris certaines habitudes des locaux comme le fait de dodeliner doucement de la tête quand on lui parle. Drôle de type.

– Pourquoi est-ce que dans les pays chauds, les bureaux sont à la même température que des chambres froides pour viande morte alors que les toilettes ne sont même pas climatisées ? Surtout que le risque de devoir y passer la moitié de sa journée plane toujours au-dessus de chacun comme un Ankou sadique voir nazi vu que les locaux semblent toujours être en train d’essayer de vous empoisonner. Résultat on sort toujours de là dans un état fort peu présentable.

– Ceci est mon 991ème article. Plus que 9 et on en sera à 1000, je ne sais pas si j’en ai quelque chose à foutre ou pas.