Un procès dont nos vies pourraient dépendre

Le dernier billet d’H16 m’a remis en tête un sujet dont je veux vous parler depuis plus d’un mois, à savoir le procès qui va opposer Michael Mann à National Review et mon maître en matière d’écriture j’ai nommé Mark Steyn, grand combattant de la liberté.

Alors c’est un peu compliqué mais je vais essayer de faire aussi court et simple que la méthode de drague du koala moyen.

M. Mann travaille à l’université de Penn State. Il est un des types qui ont voulu nous faire avaler leur bidonissime courbe en forme de crosse de hockey comme si nous étions de vulgaires actrices de porno spécialisées dans l’ATM. Au passage il essaie d’ailleurs de se faire passer pour un Nobel de la paix, ce qu’il n’est évidemment pas. Remarquez, vu à quel point ce prix s’est ridiculisé lui-même depuis des années, on peut se demander ce qui passe par la tête d’un type qui s’en réclame. Ca nécessite d’être aussi secoué qu’un bébé du ch’nord après l’apéro de 8h du matin.

Il se trouve que Penn State a été le théâtre d’un fait divers particulièrement horrible se déroulant sur des décennies. Jerry Sandusky, l’assistant de l’entraineur de fouteballe ricain était friand d’adultes tellement jeunes qu’ils étaient en fait des enfants. Sans même essayer de se marier avec eux au nom de l’égalité en plus. Et tout le monde savait et personne n’a rien dit pour ne pas avoir de la mauvaise pub.

Or, il se trouve aussi que Mann était au cœur d’une autre affaire ayant eu lieu à Penn State, celle du « Climategate » qui concerne une manipulation concertée des données concernant le pseudo-réchauffement climatique. Heureusement, une enquête diligentée par l’université a eu lieu et à exonérée Mann de toute malfaisance.

Steyn a donc fait un parallèle entre les 2 affaires en disant en gros que s’ils étaient prêts à couvrir de la pédophilie, on pouvait légitimement supputer qu’ils n’auraient pas des masses de problèmes à en faire de même pour des histoires de temps qu’il devrait faire.

Mann n’a pas aimé du tout être comparé à un pédophile et attaque donc Steyn et la revue qui l’emploie.

Là où ça devient vraiment très intéressant, c’est que quand il y a un procès aux USA il y a une procédure qui se nomme la « discovery » et qui permet aux parties de demander à l’autre à peu près tous les documents qu’elle veut.

Donc Steyn et National Review pourrait avoir accès aux données qui soutiennent la théorie du réchauffement climatique.

Et ça, ça pourrait faire un tantinet de boucan.

On attend donc la suite avec une grande impatience.

Publicités

32 réponses à “Un procès dont nos vies pourraient dépendre

  1. Personne n’a rien à craindre que les « données qui soutiennent la théorie du réchauffement climatique » sortent, à part les climatosceptiques. Le réchauffement climatique est un fait dont on pourrait discuter les causes, mais non, les climatosceptiques préfèrent nous dire que ça n’existe pas. Ils tendent le bâton pour se faire battre et ils n’ont même pas l’air de s’en rendre compte, alors allons-y, sortons les données et discutons sérieusement, si les climatosceptiques en sont capables.

    PS : le soi-disant « climatagate » est une baudruche qui s’est dégonflée bien vite…

    •  » Le réchauffement climatique est un fait »
      Justement, les dernières données du GIEC montrent que le réchauffement n’est pas du tout évident.

      De plus, le réchauffement climatique n’a jamais été acté comme étant un fait. cxe n’est pas parce que une officine subventionné comme le GIEC le dit que c’est un fait. Il y a autant de documentation pour que contre.

      En même si c’était le cas. Je rappelle que lorsque que les Vikings découvrent le Groenland (GrünLand, le pays vert) c’est un énorme pré et je ne crois pas qu’à cette époque la terre était sous les eaux…

      • En ce qui concerne le Groenland/terre verte, j’ai entendu quelque part que c’était un mensonge d’Erik le Rouge pour attirer du monde vers une nouvelle colonie mais qu’il s’agissait en réalité du même monde hostile qu’aujourd’hui. Je vais chercher des sources, mais plus tard, là j’ai piscine.

      • Certes, peut-être un peu de marketing dans le nom « Goenland ». N’empêche que les découvertes archéologiques récentes confirment que l’agriculture était intensive et que la vigne y poussait du temps des viking, qui y faisaient du vin. Aujourd’hui on galère pour faire du vin à Montmartre, alors imaginez un peu au Groenland… Mais non, tranquilles les gus, même pas peur, il en faisaient et même il le buvaient !

      • Cretinus Alpestris

        Franz, parlez-vous du Vinland ? Pays où les vignes y poussent par elles-mêmes et donnent le meilleur vin ?

        Bon, c’est pas tellement plus chaud que le Groenland, vu que c’est dans la région du Golfe du Saint-Laurent…

      • Non, non, il semble bien qu’il y ait eu de la vigne, du blé, etc. au Groenland, et pas de façon « artisanale », mais bien à grande échelle… Enfin, grande échelle, par rapport à l’époque et la population, hein.
        Le Vinland est encore une autre preuve historique (tout comme les nombreux commentaires écrits un peu partout) du fait que du IXe au XII-XIIIe siècle il faisait beaucoup plus chaud qu’aujourd’hui (alors qu’au XVII-XVIIIe il faisait très très froid).

      • Cretinus Alpestris

        Et, au fait ?

        Avons-nous des données sur le Woland, pays des koalas fertiles, là où l’hydromel coule à flots ?

      • A l’époque d’Anne de Bretagne, il y avait énormément de vignes dans cette région… Il y faisait donc plus chaud qu’aujourd’hui…

  2. qu’est ce que l’ATM dans lequel se spécialisent les actrices pornos?
    je ne connait qu’une ATM , c’est l’articulation temporomandibulaire ( TMJ , temporomadibular joint pour les anglosaxons)

  3. Le problème, avec ces questions sur le changement climatique, c’est que les gens qui s’y affrontent utilisent ce thème pour parler d’autre chose, en l’occurrence de l’Amérique. En effet, pour ceux qui croient à cette thèse, critiquer le réchauffement, c’est implicitement critiquer l’Amérique qu’ils n’aiment pas, et par extension, de façon purement ethnomasochiste, critiquer l’homme blanc (l’Amérique, même si bientôt plus blanche, restant fantasmatiquement le symbole de l’imperium de l’homme blanc sur la planète). Et en face, symétriquement, ceux qui critiquent ceux qui critiquent le réchauffement le font plus ou moins consciemment pour défendre leur « doudou » américain, son modèle, ses alliés, donc avec toutes les extensions rhétoriques habituelles de type godwinien.

    Sinon, sur Mark Steyn, il me semble que le très estimable Lawrence Auster (que Marchenoir aura bien de la peine de traiter de communiste ou d’antisémite) l’estime assez peu, façon néocon classique, valeurs abstraites, absence de vision ethnique etc…

    • Vous m’apprenez l’existence de ces attaques contre l’Amérique qui coïncideraient avec les thèses « réchauffistes », si tant est que cette coïncidence soit vraie et sorte d’ailleurs que de votre imagination, ce dont vous me permettrez de douter. Quoi qu’il en soit ça ne m’intéresse pas, j’y suis totalement étranger, et les climatologues aussi, puisque la Chine et les autres pays en phase de développement industriel sont dans le collimateur. Ca vous défrise tant que ça que le réchauffement climatique soit avant tout un débat scientifique?

  4. Vous êtes un grand pervers, Un Ours.

    Vouloir lutter contre le réchauffement climatique, ou s’opposer à la thèse du réchauffement climatique, n’a rien à voir avec les Etats-Unis ou les Blancs.

    Vous imaginez des intentions cachées aux uns et aux autres, et vous jugez en fonction de ces intentions. Ca vous gênerait tant que ça, pour une fois, une seule, de supposer deux secondes que les gens qui ne sont pas d’accord avec vous peuvent être honnêtes, mais se tromper ? Dans les faits comme dans leurs analyses ?

    Ca vous gênerait tant que ça de vous baser sur les faits, et de centrer la discussion là-dessus ?

    Autre preuve que vous êtes un grand pervers : vous prétendez que j’aurais du mal à accuser Lawrence Auster de communisme ou d’anti-sémitisme.

    C’est de la calomnie pure et simple : vous suggérez une chose qui ne peut pas exister, puisque c’est moi qui ai amené Lawrence Auster dans la conversation, et qui l’ai cité en modèle. Auster est un conservateur classique avec lequel je suis en accord à 100 %.

    Mais c’est un vieux truc franchouillardo-gauchiste : lancez dans la conversation une attaque personnelle que vous savez outrageusement fausse, formulée d’une manière qui vous permettra de nier l’avoir dite, et hop ! vous avez semé votre petite crotte, ça mettra toujours le doute chez tel ou tel.

    Vous devriez avoir honte de m’opposer Auster. Quand vous aurez le dixième de sa rigueur intellectuelle, de son honnêteté, de sa clarté morale et de son courage physique, nous en reparlerons.

    Incidemment, Lawrence Auster est l’une des raisons pour lesquelles les Américains sont un grand peuple, et pour lesquelles les Français ne leur arrivent pas à la cheville : il n’y a pas de Auster français.

    Lawrence Auster est atteint d’une maladie mortelle incurable, qui l’affaiblit beaucoup, et pourtant il continue à bloguer jusqu’au bout de ses forces pour la cause à laquelle il croit. Il continue à lire les commentaires de ses lecteurs, à sélectionner un par un ceux qui lui semblent dignes d’être publiés, et à répondre scrupuleusement à chacun de leurs arguments, sans les chienneries calomniatrices et les pirouettes merdeuses qui font l’ordinaire du « débat » blogosphérique français, à droite ou à gauche.

    Il continue à remercier un par un les lecteurs qui lui font des dons afin qu’il puisse continuer sa mission — et il s’excuse quand il n’y parvient pas.

    Les « réactionnaires » frônçés qui font appel aux dons ne remercient jamais — c’est au-dessous d’eux. Ils râlent quand on ne leur donne pas, car la « solidarité » gauchiste (TU dois ME donner TON pognon) est un drouazaki en France, même pour des gens qui se prétendent de droite.

    Au fait, de droite veut dire droit.

    Auster n’a jamais écrit un mot contre les Français du type de ceux qu’on lit tous les jours, à l’encontre des Américains, dans la blogosphère « de droite » française.

    Auster n’a jamais écrit de saloperies contre ses compatriotes du genre de celles qui font l’ordinaire du débat prétendu civilisé en France.

    Et ce n’est pas faute de s’opposer à eux. Sur les plans moral et politique, il est opposé à la quasi-totalité du spectre de l’opinion américaine.

    Il le dit d’ailleurs lui-même : ce pays n’est plus le nôtre. C’est le leur. C’est le pays des gauchistes.

    Auster n’insulte pas la vérité, ni des centaines de millions de personnes, en suggérant qu’il y a une « thèse officielle » du 11-Septembre — ce qui sous-entendrait qu’elle est fausse.

    Il ne cherche pas un confort psychologique frauduleux aux dépens de ses contemporains, pour compenser le mouvement de décadence historique dans lequel il est embarqué bien malgré lui.

    • « les Américains sont un grand peuple ».
      Oui, mais ni plus ni moins que les autres. Il y a de tout aux Etats-unis, le pire et le meilleur, c’est d’ailleurs ce qui en fait un pays si interessant.

      Pour le reste, je suis plutot d’accord avec vous. En pluys j’aime votre style et votre hargne : pas de compromis, la « vérité » pure et dure.

  5. Aaaaaaargh!
    Encore une diarhée de Roro, attention le plantigrade, avec Roro il ne faut pas « argumenter » il faut lui chier dessus directement avant que lui le fasse.

  6. Oui, Realist, Marchenoir me fait penser à Martine Brunschwig-Graf, une ancienne parlementaire libérale suisse qui me donnait l’envie, quand elle parlait de la libre entreprise (système qui a évidemment ma préférence) d’aller quasiment rouler un patin à Joseph Zysiadis, le pitre communiste local (bon, ça ne durait que le temps où Martine s’exprimait, façon Marchenoir; longuement, par succession d’insultes et de procès d’intention, comme l’impression de devoir descendre un kuglof trop compact, lesté de cailloux). Le pire, c’est qu’elle dirige actuellement la Licra-Suisse, avec les effets que vous pouvez imaginer!

    Et c’est vrai que les Américains sont un grand peuple, ou plutôt étaient un grand peuple. Un signe, avez-vous remarqué comment la belle figure du pionnier a totalement disparu du paysage symbolique étasunien, alors qu’il y a, encore seulement une vingtaine d’années, et le monde politique et le monde culturel l’utilisaient encore comme une allégorie efficace et pleine de sens. Evidemment, maintenant, vu l’érosion de l’Euro-amérique au profit de la nouvelle « Carthage » étasunienne…

    http://verslarevolution.hautetfort.com/archive/2012/12/17/la-bresilianisation-des-etats-unis.html

    … cette belle figure n’est plus assez inclusive et ferait même quasiment l’effet d’une provocation.

  7. il n’y a pas de Auster français…
    +++++++++++++++++++++++++

    On ne peut jamais vraiment comparer directement deux personnes, mais Zemmour fait un bon boulot en France, notamment aussi efficace qu’Auster dans la mise en évidence des tromperies néo-conservatrices. Dans les problématiques raciales également.

  8. Texte très intéressant, Realist.
    Il faut quand même dire qu’il y a encore un truc bien aux USA: l’espace, espace qui permet encore d’y « avoir recours aux forêts », ce qui devient impossible dans notre petite Europe.

  9. Le truc qui me défrise en tant que statisticien c’est que les données sont trop rares et imprécises pour dire quoi que ce soit en terme de dynamique des températures. Et que la notion même de « température moyenne de la terre » est plus que sujette à caution.
    Après, bien sûr, on peut établir que dans les pays développés, principalement les USA, il y a eu un réchauffement entre 1850 et 1997. On peut dire qu’il a été de 0.7°c avec un intervalle de confiance (à vue de pif, ce qui vaut bien les bidouillages ridicules du GIEC) de +/- 1.5°c.
    Bref, d’un point de vue purement empirique, on est totalement dans l’incapacité de dire qu’il y a eu plus ou moins de changement climatique que ce qu’il y aurait pu avoir sans action humaine. Et on a encore moins d’idée de l’intervalle de confiance. D’où les utilisation de simulations basées sur des modèles dont on peut tout dire sauf qu’ils sont réalistes (ils omettent globalement l’influence complexe des nuages, de l’intensité du rayonnement solaire, et on prédit qu’entre 1997 et aujourd’hui les températures -au moins chez nous- auraient du augmenter très nettement alors qu’elles sont restées stables).
    Bref, si les climatologues étaient de vrais scientifiques et s’ils se préoccupaient un tout petit peu de vérité et moins d’avoir des bourses, des fonds, des doctorants, et une tribune dans la presse, ils diraient qu’ils n’en savent pas grand chose et qu’ils vont se mettre un peu au boulot, au lieu de se la raconter comme des ignares moyens qu’ils sont (le dernier papier de Man, sur les évènement extrêmes aurait eu moins de la moyenne s’il avait été un mémoire d’un de mes étudiants de premier cycle… )

    • le truc par lequel pèche le réchauffisme , c’est le fait de faire mouliner des ordinateurs à partir de modèles mathématiques censés représenter LE modèle climatique
      changeons les paramètres, on aura l’évolution du climat….
      simple et de bon goût ….

      dans ses prémisses , basés sur une accumulation de calculs, c’est EXACTEMENT ce que fait la modélisation mathématique de la finance, lorsqu’elle exploite des robots boursiers…

      le principe est tentant , le résultat est minable

      comme l’amortisseur séquentiel, le robot boursier amplifie les variations et aggrave les baisses…

      • Même pas… Le trading algorithmique et/ou high-frequency repose quand même sur des observations de marché et se recale de temps à autre.
        Et quand les modèles racontent trop n’importe quoi (ce qui n’arrive que sur les mouvement extrêmes, mais ça ce moment ça fait très mal) celui qui a pondu ou utilisé le modèle en paie largement les frais.
        Ici on a des trucs totalement déconnectés, refusant de se ré-ajuster par rapport aux observations, et qui, quand il déconne ne fait sauter aucune tête, ruine tout le monde sauf ceux qui ont montés les modèles et ceux qui les ont utilisés pour justifier ce qui relève davantage de la religion que de la science.

  10. « Et ça, ça pourrait faire un tantinet de boucan. »
    Autant que la fin du monde de vendredi prochain : un grand pschitttt…

  11. Je me rappelle aussi, il y a une vingtaine d’années, que tous les journaux nous annonçaient la mort des forêts, à coups de pluies acides.
    Sauf erreur, les forêts ne sont pas mortes.

    • Eh oui.
      Et un vieux numéro de Science et Vie (déjà à la pointe du grand n’importe quoi politiquement correct / scientifiquement bling-bling) de quand j’étais ado (fin des 80’s) parlant déjà de réchauffement et annonçant qu’en 2010 Paris et Londres seraient sous les flots si rien ne changeait niveau pollution.

      Depuis, la Chine s’est éveillée, la pollution à grimpé, mais les forêts sont toujours là (sorry les pluies acides), nous n’avons pas tous étés irradiés (sorry, le trou dans la couche d’ozone) et Londres et Paris et plein d’autre villes sont toujours à sec (sauf quand il y a des pluies froides et de la neige, s’entend) ! Bref, tout faux !

  12. Il y a ceux qui croient quasi religieusement à ces hypothèses.
    Mais croire, par principe, qu’aucun changement dû à l’homme n’est possible, ce n’est pas beaucoup plus intelligent.

  13. Il y a eu une victime dans l’histoire de l’entraîneur aimant certains garçons, le légendaire head-coach Jo Paterno qui a été viré séance tenante après 45 années passées dans cette université , il est mort quelques mois après, 2 mois. à quelques jours prés

    Quant au réchauffement climatique, on s’en fout la fin du monde c’est dans 2 jours.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s