Archives quotidiennes : 18 décembre 2012

Pas de déguisement de fantôme, pas de vote

On peut ricaner tant qu’on veut, en attendant ces islamistes égyptiens sont malins comme des singes jeteurs de merde.

Ils font voter une nouvelle constitution en se la jouant démocrates modernes qui laissent même les gonzesses voter mais ils font en sorte que seules les bâchées puissent voter. Et puis ils ont empêché les chrétiens aussi au passage.

Il serait donc bien injuste de les traiter d’arriérés vu qu’ils utilisent des méthodes que notre bon UMP et notre bon PS ont mis des années à perfectionner.

Alors ce n’est pas encore aussi subtil que le fameux « manches longues, manches courtes » de Sam Bockarie mais c’est quand même un bel effort.

Et bien entendu, pas une ligne dans nos medias si grassement subventionnés.

Les juifs, les palestiniens et la culture allemande

Tenez, je trouve que ce n’est pas encore assez le bordel ici alors je vais en rajouter une couche avec un truc imparable qui est de parler des chuifs et des palos, saints pour les uns, monstres hideux pour les autres et bouts coupés pour tout le monde (oui je sais qu’il y a des chrétiens dans les deux camps, mais ce n’est pas une raison pour venir me pourrir mes vannes).

Il y’a quelques semaines, au cours d’un dîner avec mon beau-frère et sa future parent 2 (ou 1, je ne suis pas sûr d’avoir tout bien suivi) nous avons eu une conversation tout à fait surprenante. En effet, mon beau-frère et moi ne sommes d’accord sur à peu près rien et si les années ont plutôt érodé l’animosité que nous avions l’un pour l’autre, nous sommes toujours sur nos gardes dès que l’autre ouvre la bouche.

Toujours est-il que la conversation à sournoisement glissé vers le sujet terriblement risqué susmentionné. Et là, surprise absolue, nous sommes parfaitement d’accord sur le fait que nous nous en branlons comme dans un sac de nouilles trop cuites de ces histoires. Nous n’avons pas à prendre parti pour un camp ou l’autre d’autant plus qu’ils n’ont même pas de ressources, ne sont pas bien nombreux et donc nous emmerdent dans des proportions sans commune mesure avec la réalité de ce qu’ils représentent. Nous n’avons aucune dette envers eux, qu’ils règlent leur problèmes internes comme bon leur souhaite mais qu’ils aient au moins la bonne éducation de faire ça en silence. Accessoirement, la théorie du « dernier rempart » représentée par Israël n’est plus valable depuis que la Turquie se vautre dans l’islamisme à la vitesse d’une brûlure à l’acide attaquant la face d’une fillette vaguement soupçonnée d’absence de pensée concupiscente pour son mari quinquagénaire.

J’en suis presque resté comme deux ronds de flan dites-donc.

Et c’est là que la délicieuse teutonne s’en est mêlée. Nous expliquant qu’on ne pouvait pas dire des choses pareilles. Que c’était impensable. Que tout ça était de notre très grande faute à nous tous assis autour de cette table. Que c’était sehr grave et toussa.

Alors je sais qu’il est inepte de tirer une généralité d’une observation particulière, mais je ne vais pas me gêner pour autant. L’Allemagne est un gigantesque laboratoire de transformation de la culture. En l’espace d’une génération, ils sont passés d’un bellicisme un peu agressif à un pacifisme des plus abjects. La « race » allemande qui voulait dominer le monde est désormais prête à ramper le cul en l’air et tout tartiné de la graisse qu’ils n’utilisent plus pour les moteurs de leurs panzers. C’est bien pour ça que les arguties sur les races n’ont aucun sens si on ne prend même pas la peine de protéger la culture. Sinon, il est bien inutile de se la jouer.