La bonne nouvelle de novembre

L’Associated Press a annoncé en novembre qu’elle n’allait plus amalgamer « phobie » et « critique ». Voilà quand même une excellente nouvelle vu que cela signifie que la vieille technique communiste consistant à faire passer les adversaires pour des fous sera un peu moins répandue.

Le fait de ne pas approuver certains comportements n’est pas la même chose que d’en avoir peur. Par exemple, quand le Petit Mousse joue à éteindre et allumer les lumières de ma salle de bains quand je suis en train de prendre ma douche m’agace profondément et je le lui manifeste de manière véhémente. Mais ça ne me fait pas peur. Je ne suis pas clignotophobe. Dans le même sens, je n’ai pas peur des femmes déguisées en sac à couches ou de celles qui décident de manger du sushi sur le sol du salon de coiffure.

Il ne reste plus qu’à faire passer le message au gouvernement et journalistes français.

14 réponses à “La bonne nouvelle de novembre

  1. Il y a aussi l’argument habituel, positivement stupide, « que l’on ne craindrait que ce que l’on ne connait pas. »

    Je ne sais pas pour vous, mais moi, il y a des choses qui m’indifféraient et dont j’ai maintenant vraiment peur, depuis que j’ai fait l’effort d’essayer de les comprendre.

    • Effectivement, on ne fait pas plus débile. Les haines et les peurs sont bien plus fortes dans les endroits où les gens se connaissent justement. C’est pour ça que les guerres civiles sont si épouvantables.

  2. Sous la douche vous ne risquez rien, il est trop petit pour être efficace avec un couteau. En revanche dans le bain, méfiance, on ne sait ce qu’il peut jeter dans la baignoire lorsque la lumière est éteinte.

  3. J’ai la phobie des serpents et des crocodiles.
    Mais attention, je n’ai jamais songé à les critiquer…

  4. Point amusant : le fachophobe lui-même pratique un rejet massif, très craintif et irrationnel du fâscÿszme et 98% du temps, il n’y connaît strictement rien, n’a jamais pris le temps de causer avec un bétimondiste, tend à considérer que ce serait faire preuve de complaisance à son égard, ressasse des clichés remontant au moins à la jeunesse d’Hô Chi Minh, le tout en étant manifestement persuadé d’avoir fait le tour d’une question dont il n’a pas même entr’aperçu le commencement.

    En ce sens, il est l’illustration vivante de ce qu’il affirme : « je ne vous connais pas, je ne vous comprends pas, je ne veux pas frayer avec vous, je vous hais, je me fais de vous et vos idées des conceptions ridicules et basées sur rien ».
    Le rejet de l’Autre, en ce sens, provient bel et bien de l’ignorance. Kill ukru ?

  5. Effectivement l’argument ressassé par tous de « Méconnaissance => peur => haine » ne tient pas vraiment souvent. Par exemple je connais bien l’Islam, mais j’en ai peur. Cela dit je n’ai pas de haine contre les pauvre gus qui y croient, du moins tant qu’ils ne m’em#*% pas. Ou alors je ne connais pas bien du tout le Liechtenstein, mais je n’en n’ai pas du tout peur et je n’ai aucune haine en sa direction.

    C’est comme les « anti-capitalistes » ou « anti-libéraux » dont le comportement montre assez souvent que s’il savaient de quoi ils parlent, il seraient en fait totalement capitalistes (mais pas libéraux, parce que la spoliation par coercition, c’est quand même plus cool pour s’enrichir que de devoir gagner des clients). Exemple typique: les politiciens et les syndicalistes.

    Le reste des français sont libéraux-phobes mais s’ils connaissaient le libéralisme autrement que par la télé, tout porte à croire qu’ils ne détesteraient pas tant que ça ;)

    • Comme avec pratiquement tous les pans du discours cosmopolite, il y a derrière cette rhétorique de la trouille des intentions basiques et malhonnêtes. S’agit surtout de déstabiliser l’adversaire, de l’attirer sur un terrain miné, de le délégitimer, de le ridiculiser. Ici, c’est vouloir le faire passer pour un paniquard. En d’autres termes, et en langage de cour d’école : « Ouh la fille! ». Admirable subtilité.

      C’est la même mécanique qu’avec les incroyablement fines analyses sur « l’homoérotisme » du fâszchxiysme, le caractère padyay refoulé des homophobes : l’idée est de faire passer l’adversaire pour une pédale.Parfaitement homophobe et dégueulasse ? Oui, mais c’est permis : pas de liberté pour les ennemis de la liberté, etc.

      Arrivisme pur, fanatisme doctrinaire, absence de tout sens moral.

  6. Je n’ai pas peur des femmes déguisées en sac à couches.

    Quelle erreur !…

  7. Vous n’auriez pas un lien à propos de la bonne nouvelle en question? Ce n’est pas que je veuilles vérifier les sources, mais là ça mériterait d’être un peu approfondie.

  8. Apparemment je bégaye par écrit maintenant… (Aetiustius)

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s