Quand l’arroseuse se retrouve avec un collier de perles

Pour paraphraser Bossuet, il me semble indispensable de rappeler que Dieu se rit des gourdes qui se plaignent des conséquences alors qu’elles en chérissent les causes.

C’est ce texte, atteint via Elooooooooooooooooooooooooooooooody, n’en déplaise à sa sans doute très grande pudeur, qui m’a fait penser à cette phrase magnifique.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que si on demande essentiellement aux actrices de nous faire profiter de la joliesse de leur popotin sans trop se poser de question sur leur talent c’est parce que nous sommes dans une société hyper-sexuée.

Pourquoi ?

Nous sommes dans une société hyper-sexuée parce que grâce aux « combats » féministes nous avons maintenant le curetage de bébés superfétatoires et la pilule qui donne des AVC en libre-service. Donc sexe et procréation sont irrémédiablement dissociés. Donc les femmes sont devenues des poupées gonflables comme les autres. Et je ne vois pas pourquoi on payerait des poupées gonflables autant que des acteurs même sans le moindre talent. En se rabaissant au nom de la liberté de leurs corps, les femmes n’ont fait que donner aux hommes ce qu’ils attendaient depuis toujours : la possibilité de poutrer sans conséquences et le droit de ne pas accorder aux femmes plus d’égard qu’à un autre type (une fois les galipettes effectuées bien entendu). Dans ces conditions, seules les jolies ont une chance puisque c’est avec elles que l’on veut faire de la lutte gréco-romaine.

Donc les féministes ont bien niqué les moches. Ce qui est ironique vu les gueules de baudroie de la semaine dernière de la féministe lambda.

Si les femmes se battaient pour être respectées en tant que femmes et non en tant qu’hommes, avec leurs spécificités et leurs différences, leurs carences et leurs supériorités et bien elles seraient considérées comme autre chose que des sacs à foutre à l’étanchéité suspecte et par conséquent traitées comme elles le méritent.

Et puis allez lire mon édito chez Mediavox si ce n’est pas encore fait.

Advertisements

16 réponses à “Quand l’arroseuse se retrouve avec un collier de perles

  1. Les féministes sont des idiotes frustrées. Elles ne se rendent pas compte que leur combat fait d’elles tout, sauf des femmes.

    Il n’y a rien de plus anti-féminin qu’une féministe.

    Bonne année à vous Amiral !!

  2. « Il n’y a rien de plus anti-féminin qu’une féministe. »
    Ca me paraît juste.
    Le jour où une féministe réclamera bien fort le droit de se prendre une porte dans la tête sans glapir au manque de galanterie, je commencerai à les lire.
    Mais dire que les belles ont été promues par le féminisme dévoyé ? Ptet bien oui. C’est un effet secondaire non prévu.
    En même temps, la burka qui gomme les différences entre belles et moches serait un truc féministe non dévoyé, alors ? L’égalité entre femmes qui passe par la négation de l’identité de la femme ?
    Bon, je vais déjeûner.

    • Carine, il semble que votre voeu soit exaucé aux Etats-Unis. Je me suis laissé dire qu’il n’y était pas rare qu’une femme proteste quand un homme lui tient la porte.

      • Toutafé. En tout cas dans certains milieux féministement aware, comme les universités.
        Une anecdote parmi d’autres, rapportée par je ne sais plus qui : dans un colloque, un universitaire, type gentleman de la vieille école, approche sa chaise à une collègue, sans se douter qu’il s’agit d’une professeur(e) en women studies. Réplique cinglante de l’intéressée : « I can put my ass down whenever I want! »
        Fermez le ban.

      • Robert et Aristide, je n’aurai qu’un mot : les connes !

  3. Le féminisme c’est comme la diversité (ethnique).
    Si j’étais <b<homme de sexe féminin, je trouverais humiliant de n’être qu’objet discriminé positivement.
    Evidemment nous quittons une société où les hommes de sexe masculin avaient les boulots et la responsabilité sociale et l’autre moitié une fonction éminemment respectable consistant à « faire » puis éduquer les enfants. Alors, la transition n’est pas facile mais tout de même … mais comme dans la diversité, il y a des créneaux juteux à saisir (Voir la « Chienne de Garde »).
    Maintenant, Nadjet Belkacem n’a pas eu son job parce qu’elle était « de sexe faible », ni pour son appartenance au monde musulman. Evidemment.

  4. Pardon, ma balise « gras » à homme de sexe féminin n’a pas fait son effet.

  5. « Les femmes sont surtout là pour apporter l’indispensable touche de glamour »
    Je n’irai pas plus loin dans la lecture de ce texte ouvertement homophobe.

  6. Tout cela est frappé au coin du bon sens. Il s’agit d’une manifestation de la Justice Immanente qui punit les féministes de nous avoir tant emmerdé et de continuer. D’ailleurs, il paraît qu’en plus de tout ça, l’homme érectionne de moins en moins ce qui le conduit à avaler des saloperies dont on s’apercevra dans dix ans qu’elles sont cancérogènes. Peut être
    l’espèce humaine est elle ainsi en train de s’autoréguler…en tout cas, pas là où il faudrait…
    Veuillez m’excuser mais je n’irai pas chez Mediavox, ce sont des faquins mal-embouchés.

  7. Il est là, le problème : « en tout cas, pas là où il faudrait… »
    Ptet même que la nourriture non-hallal détruit les spermatozoïdes, va savoir ^^
    C’est mon sujet de thèse. Seule la bouffe hallal rend fertile !

  8. Elle écrit bien Marie Donzel, chèfe d’entreprise et auteure.
    Mais il est des femmes qui dépassent bien des hommes.

  9. Magnifique époque que celle des cocottes…

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s