Archives quotidiennes : 6 janvier 2013

Plus que 14 000

Dans 14 000 pages vues, ce blog aura atteint le 1 000 000 d’icelles ce qui sera donc aussi symbolique que quelque chose de vraiment très symbolique.

Je me demande comment marquer le coup. Avez vous des propositions?

Pâté Gaumais

Rien que pour Ygor, qui pourra le partager avec Carine si le cœur lui en dit parce qu’elle semble crever la dalle, même s’il devrait y en avoir assez pour toute une troupe de Khâgneux Sauvages.

Le Pâté Gaumais :
Comme je ne connaissais pas ce met alors j’ai fait une recherche extensive des recettes disponibles et je les ai mélangées pour en tirer la substantifique moelle même s’il n’y en malheureusement pas dans cette recette.
Donc pour 3 pâtés moyens ou un énorme ou une ribambelle de tout petits, c’est vous qui voyez :
Pour  la marinade :
– Grosso merdo 2 kg de spiering, qui est du collier de porc, qu’on va désosser au scalpel ou au petit couteau bien aiguisé pour en faire des petits morceaux (mais on garde les os pour les mettre dans la marinade)

– 5 cuillères à café de sel fin et du poivre en fonction de votre goût et même éventuellement une cuillère à soupe de moutarde
– 2 grands verres de vin blanc bien sec, 10 cuillères à soupe de vinaigre de vin, 2 cuillères d’huile
– une douzaine d’échalotes mais de la vraie hein, pas ces saloperies d’oignons qu’ils nous vendent comme étant de l’échalote, hachées grossièrement
– 6 gousses d’ail hachées comme les échalotes
– trois feuilles de laurier, quelques branches de thym et un gros bouquet de persil
Pour la pâte :
– 1 kg de farine
– 3 oeufs
– 300 gr de beurre
– une cuillèrée à soupe de saindoux
– une grande tasse de lait entier
– une cuillèrée à café de sel
– 60 gr de levure
– un peu de sucre en poudre genre une cuillère à soupe quoi
Comment faire :
La viande doit mariner 2 jours et 2 nuits. Je recommande de tout mettre dans un sac congélation pour que la viande s’imprègne bien facilement et hop au frais. Retourner le sac de temps en temps au cours des 48 h. Au moment de faire votre pâte levée sortez la viande du sac et égouttez-la en retirant au passage le thym, le laurier et les os.
Comme d’habitude quand on fait une pâte, on utilise des ingrédients à température ambiante, donc si vous venez de les sortir du frigo, prenez l’apéro en attendant que ça réchauffe. Quand c’est à la bonne température, resservez-vous puis  délayez la levure et le sucre dans un peu de lait et laisser gonfler le temps de faire descendre le godet susmentionné.
Ensuite, vous me verser la farine (le truc blanc en poudre qui fait des nuages quand on tape dessus) dans un grand cul de poule, puis le beurre, le saindoux, les œufs. Commencer à pétrir en ajoutant petit à petit la levure puis le lait. On ajoute le sel quand toute la levure est mélangée à la pâte.
Travaillez la pâte jusqu’à ce qu’elle soit bien lisse comme la peau de votre belle-mère après des injections massives de botox. Laissez-la tranquillement lever en couvrant le cul de poule d’un torchon et en mettant le tout à l’abri des courants d’air.
Vous venez de gagner 2 heures et demi d’apéro de plus.
Une fois ce temps écoulé, retravaillez la pâte et la diviser en 2 pâtons par pâté que vous comptez faire. Étalez-les puis mettez-les sur une plaque de four ou dans un plat à tourte (ce sera plus joli mais je ne sais pas de quel équipement vous disposez…). Garnissez avec la viande marinée, recouvrez de l’autre morceau de pâte, dorer le tout au jaune d’œuf et mettez moi ça à cuire une petite heure à 200°.
Oui, vous voilà avec encore une heure à attendre. Je vous laisse la remplir avec le passe-temps de votre choix.
Au bout d’une heure c’est prêt mais moi je préfère ce genre de truc froid… Donc il vous reste encore du temps pour remplir une bouteille de vide, voire même d’en ouvrir une autre.
Et voilà !