Archives quotidiennes : 9 janvier 2013

Si ça c’est pas la grande classe qui claque comme le fouet d’une maîtresse dans son donjon

Politique magazine veut m’interviouver pour un dossier sur les blogs et la réaction internétique. Je vous tiendrai au courant et en attendant je m’embrasse les biceps.

De la sagesse et des passoires de la charte des blogs de gauche

Juste pour la route avant d’en finir, cette histoire de charte absurde et idiotico-rigolote néthique des blogs degauches m’a remis en tête cette blague que j’aimais bien du temps de ma prépa littéraire :

Au temps de la Grèce Antique, Socrate jouissait d’une très grande réputation de sage.

Un jour une de ses connaissances vint trouver le grand philosophe et lui dit :

« – J’ai un truc à te raconter sur un de tes étudiants !
– Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes ton histoire, j’aimerais te faire passer le test des 3 passoires…
– Gné?
– Ben oui tête de con, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, et en particulier sur l’un de mes chers étudiants péripatéticiens, il est bon de prendre le temps de réfléchir deux minutes à ce que l’on aimerait dire afin de filtrer le bon du mauvais. C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires.
La première passoire est celle de la vérité.
As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai?
– Non. J’en ai simplement entendu parler au bistro hier soir…
– Ok, donc tu ne sais donc pas si c’est la vérité, lui dit Socrate avec son fameux regard par en-dessous. Essayons de continuer à réfléchir et à filtrer, comme un tamis qui ferait aussi panneau solaire, en utilisant une deuxième passoire.
La deuxième passoire est celle de la bonté.
Ce que tu veux m’apprendre sur mon étudiant au cul si joliment rebondi et doux comme la plume du poussin, est-ce quelque chose de bon ?
– Ah non ! Carrément pas. Je dirais que c’est plutôt quelque chose du type dégueu.
– Donc pour résumer, continua Socrate, tu veux tartiner de la merde sur quelqu’un que j’aime alors que tu ne sais même pas si elle est bio et authentique ?

La connaissance commençait à vraiment tirer la tronche.

Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire. qui est celle de l’utilité.
Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?
– Non. Pas vraiment. Dans l’absolu ça ne sert à rien.
– Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile… Pourquoi vouloir me le dire ? »

Donc la connaissance du philosophe, toute ébaubie de tant de sagesse ne lui dit rien. Et c’est pour ça que Socrate ne sut jamais que sa femme se faisait gangbanguer par ses étudiants 3 fois par semaine et 2 fois le dimanche.