La petite Poule Rousse de Byron Barton

Allez savoir pourquoi, j’aime beaucoup raconter cette histoire au Petit Mousse…

Il était une fois quatre amis.
Un cochon, un canard, un chat et une petite poule rousse.
La petite poule rousse avait trois poussins.
Un jour, en picorant, la petite poule rousse trouva des graines.
Elle alla voir ses trois amis et leur demanda :
 » Qui veut m’aider à planter ces graines ?  »
 » Pas moi « , dit le cochon.
 » Pas moi « , dit le canard.
 » Pas moi « , dit le chat.  » …
 » Alors je planterai ces graines moi-même « , dit la petite poule rousse.
Et c’est ce qu’elle fit.
Et les graines germèrent et devinrent de grands épis de blé.
Alors la petite poule rousse demanda à ses trois amis :
 » Qui veut m’aider à faucher ce blé ?  »
 » Pas moi « , dit le chat .
 » Pas moi « , dit le cochon.
 » Pas moi « , dit le canard.
 » Alors je faucherai ce blé moi-même « , dit la petite poule rousse.
Et c’est ce qu’elle fit.
Ensuite la petite poule rousse demanda à ses amis :
 » Qui veut m’aider à battre ce blé ?  »
 » Pas moi « , dit le cochon.
 » Pas moi « , dit le canard.
 » Pas moi « , dit le chat.
 » Alors je battrai ce blé moi-même « , dit la petite poule rousse.
Et c’est ce qu’elle fit.
Ensuite la petite poule rousse demanda à ses amis :
 » Qui veut m’aider à moudre ces grains pour en faire de la farine ?  »
 » Pas moi « , dit le cochon.
 » Pas moi « , dit le canard.
 » Pas moi « , dit le chat.
 » Alors je moudrai ces grains moi-même « , dit la petite poule rousse.
Et c’est ce qu’elle fit.
Ensuite la petite poule rousse demanda à ses trois amis :
 » Qui veut m’aider à faire du pain avec cette farine ?  »
 » Pas moi « , dit le chat.
 » Pas moi « , dit le cochon.
 » Pas moi « , dit le canard.
 » Alors je ferai ce pain moi-même « , dit-elle ;
Et c’est ce qu’elle fit.
Puis la petite poule rousse appela ses amis :
 » qui veut m’aider à manger ce pain ?  »
 » Moi « , dit le canard.
 » Moi « , dit le chat.
 » Moi « , dit le cochon.
 » Oh non « , dit la petite poule rousse.
 » C’est nous qui allons manger ce pain, mes trois petits poussins et moi.  »
Et c’est ce qu’ils firent.

Bien entendu, cela n’a aucun rapport avec rien et surtout pas avec l’attitude que nous devrions adopter envers certains enrichisseurs notoires.

PS: je sais que les guillemets sont dans le mauvais sens mais un bug fait que je n’arrive pas à les remettre dans le bon. Vous survivrez.

Publicités

55 réponses à “La petite Poule Rousse de Byron Barton

  1. Toutes ressemblance avec des personnes existantes serait purement fortuite…

  2. La même en video pour le P’tit mousse (1934, c’était encore l’époque où la morale n’était pas complément débile).

  3. Je suis déçu par la fin, quand même. J’attendais un gigantesque gang-bang socratique entre poulette, canard, chat et cochon.

  4. La couleur de la poule est-elle signifiante? Cette allusion à la couleur est-elle politiquement correcte? Est-ce que ça marcherait avec une poule noire ou une poule blanche?

  5. Cela me rappelle une fable de La Fontaine.

  6. Wesh ! Chuis trop vénère ! J’vais la tépa la rousse !

    http://www.abrutis.com/video-chat+vs+poule-13624.html

  7. Très jolie histoire, pleine d’enseignements pour le Ptit Mousse.
    Et demain, on mange la poule rousse, avec un morceau du cochon …

  8. La version animée est par ici :

  9. Comme vous me faîtes plaisir avec cette histoire !
    Ma mère nous la racontais quand j’étais petite et je l’ai à mon tour raconter à mes enfants ! Quelle belle morale se cache derrière cette anodine histoire ! Ceci explique peut être que, dans la famille, personne n’adhère au PS ou pire !
    De nos jours et dans certains milieux, la chute serait tout autre, cette fin heureuse de mon enfance manquant d' »humanisme » et de « progressisme » !

  10. Nan, mais c’est n’importe nawak votre histoire.
    D’abord dans la vraie vie, votre petite poule rousse elle aurait du donner, pardon, rendre les trois quarts des graines qu’elle avait trouvé au fermier, à qui tout appartient de droit.
    Ensuite le chat noir, qui passe ses journées à pioncer au soleil, l’aurait accusé de descendre d’une longue lignée de poules escla-chat-vagistes et aurait demandé des réparations.
    Après, le canard de barbarie, qui cancane bêtement à heures fixes cinq fois par jour, se serait plaint de ce que les épis de blé lui cachaient la direction de la mare, et il les aurait fait faucher.
    Enfin le cochon, titularisé depuis peu par le fermier, aurait envoyé la petite poule rousse à un séminaire de sensibilisation à l’altérité féline et porcine et lui aurait confisqué le reste des épis pour le redistribuer aux autres animaux de la ferme.
    Résultat : la petite poule rousse se barre dans la ferme d’à côté. « C’est une attitude assez minable », déclare le fermier un peu dépité.

  11. Hein, une autre vie? Mais de quoi parlez-vous?
    En dehors de la socialie française tout n’est que ténèbres et barbarie, ultra-libéralisme et intolérance.
    Tout le monde sait ça.

  12. Le Vilain petit canard m’a fait sourire récemment… Pas très vivrensemb’, cette histoire de rejet et de bonheur retrouvé parmi les siens. Dieu merci, j’ai vu qu’une maison d’éditions espagnole avait décidé de débarrasser les contes de cet intolérable sous-texte réactionnaire. On devrait avoir droit à de la Cendrillon queer, du loup végétarien, du prince charmant divers, des nains porteurs de handicap. Le vieux monde pue de la gueule, hein.

  13. C’est une histoire épouvantablement néo-libérale.

  14. Je ne comprend pas trop cette histoire. D’après mon expèrience, une poule qui trouve du grain se contente de le picorer, pas d’en faire du pain. C’est bien votre petit Mousse qui se retrouvera démuni face à la réalité, quand il attendra vainement qu’une poule lui fasse son pain.

  15. Si vous voulez vraiment parler de poule à votre engeance, je vous suggère cette comptine:
    La petite poule a pondu un oeuf tout rond tout rond tout rond.
    Le premier l’a vu,
    Le deuxième l’a ramassé,
    Le troisième l’a fait cuire,
    Le quatrième l’a mangé,
    Et il ne restait plus rien pour le petit dernier!

    Plusieurs avantages à cette comptine:
    – Elle s’accompagne de divers chatouillis dans le creux de la main du bambin, ce qui ne manquera pas de le faire bien rigoler si il n’est pas trop contrariant.
    – Elle est plus réaliste que cette histoire de poule qui fait du pain, et respecte les lois de la nature.
    – Elle enseigne à compter jusqu’à 5, ce qui n’est pas donné à tous de nos jours, et fera du Mousse un enfant d’élite.
    – Elle lui permettra d’intégrer qu’il ferait bien de se mettre au kung-fu si il veut conquérir sa part d’oeuf.

    Je reste à votre disposition pour expliciter les chatouillis en question si nécessaire.

  16. On est passé de Night Shyamalan à Terry Gilliam, puis de Terry Gilliam à … euh… Carot et Jeunet, maintenant ?

    Je sens que l’Amiral se rapproche dangereusement de David Lynch.

  17. Il me semble que Reagan avait raconté une autre version de la même histoire lors d’un de ses discours d’investiture.
    Différence, la fin. La sienne plus réaliste était : les autres animaux s’emparent du pain par la force, ne laissant que des miettes à la poule rousse. Que croyez vous qu’il advint ensuite ? Plus personne jamais ne mangea de pain dans cette basse-court, la poule ne voulant plus travailler pour les oisifs.
    La grève Randienne et la courbe de Laffer expliquée dans une seule histoire, c’est bon pour l’éducation des enfants !

  18. Ooops, c’était pas un discours d’investiture, mais une allocution radiophonique antérieure à son élection…

  19. Bonjour.
    Voilà trois heures que je cherche un de vos précédents billets. Il disait quelque chose du genre « Mariage « pour tous » : c’est très bête au fond : tout le monde a oublié sa jeunesse. On apprendra aux enfants à mentir, des enfants vont en prendre plein la gueule, etc. »
    L’avez-vous supprimé ?

  20. J’aime bien, la petite poule rousse, ça me rappelle mon enfance.
    Mais il y avait une chute, ce me semble, les autres ont fini par bien se brosser, je crois, elle est partie en Belgique or something else, non?
    Amitiés.

  21. François Hollande est en train d’élaborer la version française du texte suivant :

    Republikflucht

    Both from the moral standpoint as well as in terms of the interests of the whole German nation, leaving the GDR is an act of political and moral backwardness and depravity. [In French : « minable », « déchéance personnelle ».]

    Those who let themselves be recruited objectively serve West German Reaction and militarism, whether they know it or not. Is it not despicable when for the sake of a few alluring job offers or other false promises about a « guaranteed future » one leaves a country in which the seed for a new and more beautiful life is sprouting, and is already showing the first fruits, for the place that favors a new war and destruction?

    Is it not an act of political depravity when citizens, whether young people, workers, or members of the intelligentsia, leave and betray what our people have created through common labor in our republic to offer themselves to the American or British secret services or work for the West German factory owners, Junkers, or militarists? Does not leaving the land of progress for the morass of an historically outdated social order demonstrate political backwardness and blindness? …

    Workers throughout Germany will demand punishment for those who today leave the German Democratic Republic, the strong bastion of the fight for peace, to serve the deadly enemy of the German people, the imperialists and militarists.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Republikflucht

  22. La guerre des socialistes contre la prospérité continue :

    Pour lutter contre la pauvreté, le nombre d’enfants issus de familles pauvres accueillis dans les crèches devra désormais atteindre un minimum de 10%, a annoncé aujourd’hui Jean-Marc Ayrault.

    Evidemment, une telle mesure va développer la pauvreté, et non la réduire. Si être pauvre vous permet d’obtenir plus facilement une place en crèche, il est bien évident que de moins en moins de gens feront les efforts nécessaires pour devenir riches.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/01/20/97001-20130120FILWWW00117-crechedes-places-reservees-aux-pauvres.php

    Les Français ont porté au pouvoir le Parti communiste français reconstitué.

  23. En raison des chutes de neige en Ile-de-France, les lignes de bus sont totalement interrompues.

    Voilà ce qui arrive quand on confie les transports collectifs aux communistes. Au moment précis où il devrait y avoir davantage de bus, et non moins, pour transporter tous les gens qui renoncent à un déplacement à pied ou avec leur voiture privée, la RATP déclare forfait et rentre sous la couette.

    La RATP ignore ce qu’est un pneu neige. La RATP découvre, chaque année, qu’il neige en hiver, et que la neige ça glisse.

    Je suis bien certain qu’à Montréal, à Stockholm, à Moscou ou sur les routes de montagne de la Suisse, les autobus continuent à rouler quand il neige. Comment font-ils ? Ces gens-là ne sont pas comme nous. On ne peut pas comparer. Nous, c’est différent.

    • Même en Australie ils sont parés Robert !

    • Chez moi je n’ai pas de courrier depuis deux jours, sous prétexte qu’il est tombé quelques flocons dans la nuit de jeudi à vendredi.
      La neige était prévue, annoncée depuis plusieurs jours, mais croyez vous que La Poste se serait organisée à l’avance pour continuer à assurer son service public comme aiment à le dire les syndicalistes, par exemple en livrant le courrier en voiture?
      Bernique!
      N’avez qu’à attendre que le soleil revienne et que votre rue dégèle mon brave monsieur.

  24. Coach : cruauté mentale !

    Les perturbations en ce moment sur le réseau des cars postaux qui desservent toute la Suisse, y compris les villages de montagne :

    http://www.carpostal.ch/pag-startseite/pag-kundenservice/pag-streckenunterbrueche.htm

    Très peu de perturbations sont signalées, et aucune ne semble être dûe à la neige. Je suppose que la Suisse doit se trouver dans l’hémisphère sud, comme le Japon.

  25. Pas trop de perturbations à Grenoble non plus… Pourtant un bastion du socialisme à la Française. Mais je pense qu’à Grenoble comme en Suisse la neige est jugée moins improbable par les élus qu’à Paris… Faut dire qu’on leur a tellement répété qu’avec le réchauffement anthropique on ne pourra plus jamais se peler les miches qu’ils doivent encore se demander ce qui se passe !

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s