Archives quotidiennes : 29 janvier 2013

Comment peut-on dire que l’islamisme empêche le progrès ?

L’Iran vient de dévoiler sa nouvelle machine à amputer les membres surnuméraires des voleurs.

On n’arrête pas le progrès. Cependant, je me suis laissé dire que le syndicat des trancheurs de membres et de têtes et des fouetteurs considère ça comme une régression sociale et une attaque intolérable sur les zacquissocios.

De leurs côtés, les féministes pour l’égalité au travail ont salué une avancée permettant aux femmes de pratiquer ce métier traditionnellement réservé aux hommes.

Des brèves pleines de liens pour le mardi 29

– Moi ce que j’aime, c’est quand la diversité est tellement enrichissante qu’elle tend vers l’uniformisation au travers notamment de l’apartheid volontaire. C’est ce qui semble se passer à Londres en tous cas vu que 600 000 blancs « desouches » se sont fait la belle.

– Cette histoire de pauvres qui puent se faisant éjecter du Musée d’Orsay m’a rappelé cette histoire de baignoire sale, œuvre d’art inestimable bien entendu, nettoyée par une femme de ménage zélée. Il me semble qu’en alliant les 2 histoires, on pourrait arriver à un résultat satisfaisant tout le monde.

– Plus j’avance en âge et plus je réalise qu’il faut toujours prendre les menaces au pied de la lettre. Quand quelqu’un vous dit qu’il vous veut du mal, il vous veut du mal.

– J’ai une proposition au sujet du cumul demandats. On s’en savonne le poireau avec de la lotion pour bébé que les élus cumulent 95 fonctions électives différentes. Ce qui nous gonfle comme des poupées gonflables aux mains de masturbateurs compulsifs, c’est le cumul des traitements. Donc pour faire d’une paire de couilles, il faudrait favoriser le cumul des mandats mais ne verser aux cumulards que le salaire le plus élevé. Voilà qui ferait faire de belles économies.

– Les filles, est-ce que vous croyez que c’est bien raisonnable et cohérent de bouffer bio tout en prenant la pilule ?

– Pour finir, on va rigoler un peu avec nos amis musulmans ultra-sensibles. Aujourd’hui c’est Lego qu’ils accusent de racisme parce que Jabba ressemble a Momo en plus choucard ou un truc du même style. En tous cas, c’est toujours amusant de les voir cracher leurs névroses à la face d’un monde qui les traite comme des enfants attardés.

Du cannibalisme comme unique alternative

Lors d’une conversation récente avec des amis, nous nous demandions si, afin de les annihiler, nous serions prêts à aller jusqu’à un peu becqueter nos ennemis.

Autant dire que les avis ont divergés, notamment sur nos appétences respectives à jouer aux louchebems nous-mêmes avec tout ce que cela comporte de salissures et d’efforts physiques, sans même parler de cet adage un peu très con qui veut que l’on est ce qu’on mange (je hais la fausse profondeur de la philosophie de « biscuit chinois ». Ca me donne envie d’enfermer le robinet d’eau tiède avec moi et une matraque en caoutchouc dans une remise sombre et à l’écart).

N’empêche que j’ai continué à réfléchir à la question dans mon coin, pas parce que j’aurais des tendances à la Luka Rocco Magnotta et que là tout de suite j’ai une envie irrépressible de frotter ma nouille à l’intérieur de votre quadriceps afin de jouir de toutes mes forces dans ses fibres rouges lentes, mais parce que je suis assez inquiet à l’idée que le Petit Mousse finisse par être contraint et forcé de faire l’équarrisseur cannibale si tout continue dans la même absence de sens. En plus, étant issu d’une longue lignée de bouchers, on peut craindre qu’un certain atavisme familial l’y prédispose.

Et c’est comme ça que je suis tombé sur cette magnifique phrase de Cioran : « On voudrait parfois être cannibale, moins pour le plaisir de dévorer tel ou tel que pour celui de le vomir. »

Je me demande ce qu’en pensent les Nord-Coréens qui bouffent leurs marmots.