La fracture générationnelle est comblée de bébés morts

Je sais que vous vous en foutez. Mais votre avis hein, vous pouvez toujours vous le tailler en biseau et écrire des lettres d’amour avec.

Je sors d’un excellent déjeuner avec Didier et l’infâme Nicolas (ben oui, quand on est chef on a des longs déjeuners arrosés comme des soirs de Normandie ou des douches dorées dans des backrooms de la capitale sur notes de frais et tout et tout).

Il n’y a rien à en dire, les 2 sont d’excellente compagnie. Didier parce qu’il a oublié plus de trucs que je n’en saurais jamais (même si cela ne m’empêche pas de faire comme si j’avais de vagues connaissances en littérature que j’abats comme de lourdes pierres catapultées sur ceux qui m’entourent) et Nicolas parce que c’est un taiseux.

Cependant, un moment de la conversation m’a remis en mémoire celle que j’ai eu avec mon père très récemment et que j’ai peut-être déjà narré en ces pages, mais comment pourrais-je m’en souvenir après 4 bouteilles de Sancerre d’eau du robinet qui fait faire pipi à grands traits sauvages et bouillonnants?

Donc, plus je discute avec des croulants, et plus je me rends compte qu’ils fonctionnent selon la morale du monde d’avant. Pour eux, par exemple, l’avortement n’est pas un problème puisqu’il ne concerne que quelques malheureuses qu’on ne va quand même pas envoyer chez des avorteurs avec un cintre sous le bras et un drap de rechange au cas où elles tacheraient le lit sur lequel elles comptent se reposer après et il en va de même pour tous les débats dit sociétaux. Leur erreur est que ce qui est admissible au compte-goutte et strictement encadré par une morale robuste devient un putain de raz de marée, façon mascaret de l’enfer, quand la morale a disparue.

Qu’ils ne viennent donc pas se plaindre après de l’état de la société.

Sinon nous avons pas mal parlé de l’anonymat dans les blogs. Je dois avouer que leurs arguments contre ne sont pas loin de me convaincre. On verra bien si un soir de beuverie je ne me décide pas à hurler mon blase, qui est des plus originaux, à la face du monde (ou en tous cas des 500 personnes qui viennent me lire ici à cause d’un fétichisme du cuir mal refoulé).

Edit: Je certifie, sur mon honneur à moi que j’ai, que Didier Goux n’a bu que de l’eau. Nicolas par contre…

Publicités

62 réponses à “La fracture générationnelle est comblée de bébés morts

  1. Ce billet est parfait mais imprécis : il aurait fallu dire que nous avons bu les quatre bouteilles à trois et non pas chacun.

    Pour votre anonymat, il se peut que ça soit au cours d’une de mes cuites que je diffuse l’information du jour, à savoir que vous vous appelez Roger Mélenchon.

  2. C’est marrant, mais l’opposition à l’anonymat sur les blogs, ça vient souvent de droitards à l’ancienne, républicains de droite comme il faut, qui ne tiennent jamais de propos réellement dangereux, qui ne s’attaquent jamais aux « vaches sacrées », un discours qui ne dépasse pas le genre scrogneugneux réacs du Muppet Show (dans la vraie vie, style Eric Brunet ou Denis Tillinic); ça se voudrait du vieux vin, mais c’est souvent du Canada Dry.

  3. J’aimerai bien connaitre les arguments contre l’anonymat…

    Internet étant le seul espace de véritable liberté et l’Etat ayant quand même du mal à mettre son nez dans les affaires électroniques des citoyens, je reste pour l’anonyma. En fait, je suis pour le choix, comme tout libéral qui se respecte.

    • Justement parce que l’état se fout totalement de ce que tu peux avoir à dire. Vouloir avoir un poids politique, ne serait-ce qu’en l’ouvrant, tout en n’osant pas « avouer » son nom est grotesque.

      (il y a néanmoins des arguments en faveur de l’anonymat, moi-même ne cachant mon nom que pour le principe).

      • Jegoun, il suffit de taper ton nom sur Google pour voir ta tronche de cake en gros plan enfin pour ceux qui ont un écran de 24 pouces.

      • « l’état se fout totalement de ce que tu peux avoir à dire »

        C’est faux, sinon il n’y aurait pas autant de loi répressive sur la liberté de parole.

        Et puis ce genre de chose : http://newskandal.wordpress.com/2013/01/18/le-peril-jeune-2/ démontre que l’Etat (et ses affiliés, dans ce cas précis le PS) s’occupe justement de ce que nous disons.

      • Skandal, Je n’ai pas accès du bureau au site des jeunes socialistes. Mais en l’occurrence, ce n’est pas l’état mais des jeunes trous du cul. N’ayant pas accès, je ne fais que deviner de quoi il s’agit mais je crois deviner qu’il s’agit de dénoncer les gens qui tiennent des propos homophobes. Si c’est interdit, c’est interdit. Qu’a à voir l’anonymat dans ce cas ?

      • L’Etat étant dirigé entierement par des socialistes, affilié au parti socialiste, les jeunesse socialistes c’est un peu de l’état.

        Deuxième chose, je suis étonnée que cette incitation à dénoncer son voision pour des paroles (on parle bien de parole, pas de vol, d’escroquerie et autre meurtre) ne vous rappelle pas les HLPSDNH….

        Socialistes/Collabos, même combat…

  4. Il y a en a un qui est un buveur d’eau car pour avoir un moment fréquenté Maître Jegoun le bien pensant, il ne laisse pas sa part aux chiens, quant à moi mes gamma-GT n’ont jamais été aussi élevés.

    Vous buvez, me demanda mon cher médecin, si peu docteur juste une pinte mais je ne lui ai pas dit que la pinte faisait 3 litres, pas fou le gars.

  5. C’est aussi une question de générations. Passé un certain âge, on a vécu la majorité de sa vie dans un système qui tenait encore et qui laissait aussi de larges plages de liberté et d’autonomie à l’individu. Donc, on continue à faire confiance au système, par habitude, par conformisme, on n’imagine pas qu’une mort sociale est très vite arrivée, quand on aborde certains sujets de front.

  6. « Justement parce que l’état se fout totalement de ce que tu peux avoir à dire… »

    Oui, essaie de tenir certains propos sur la diversité, en étant dans l’enseignement.
    Ou certains propos sur le lobby dans les affaires.
    Ou encore ne pas être atlantiste à 100% en étant en relation avec le monde militaire.
    C’est aussi super top, dans ton immeuble, de passer pour le facho de service. Le must pour avoir le bon jour de lessive!

    • Ben si tu n’assumes pas ton positionnement politique…

      (Je suis par contre d’accord pour ce qui concerne les contraintes professionnelles. Néanmoins je m’évite de parler de sujet en rapport avec mon job si je ne suis pas d’accord avec la ligne officielle, j’ai un contrat de travail).

      Envoyé de mon iPhone

    • Hahaha, Un Ours, vous venez de pulvériser un pan de votre anonymat, le pan helvétique :

      « C’est aussi super top, dans ton immeuble, de passer pour le facho de service. Le must pour avoir le bon jour de lessive! »

      Encore un petit effort pour faire agent secret de la nauséabonderie…

  7. En même temps, on s’en fout un peu de l’identité de l’auteur.

    Ce qui compte, c’est le message qu’il fait passer.

  8. « Ben si tu n’assumes pas ton positionnement politique… »

    L’idée même « d’assumer son positionnement politique », c’est déjà un truc « du monde d’avant ».
    Quel intérêt, tant personnel que collectif, y aurait-il à jouer les Winkelried ou les Saint-Sébastien, sans, derrière soi, Dieu ou toute une armée?

    La seule chose que l’on puisse faire (et encore, y croire relève de l’acte de foi), c’est agir en parasite, en vilain virus, en méchant sniper planqué dans les fourrés. Et flinguer le peu qui passe à portée.

  9. [Soupir.]

    Le débat sur l’anonymat sur les blogs, c’est comme le débat sur l’expatriation. Discussion sans objet.

    Dans un cas comme dans l’autre, la bonne décision est intimement liée aux circonstances personnelles de chacun. Il est illusoire et stérile de chercher à promouvoir une morale universelle en la matière.

    Je signale tout de même qu’il y a des cas documentés, aux Etats-Unis, où des blogueurs réactionnaires ont perdu leur travail parce qu’ils ont été démasqués. « Paul Kersey », de SBPDL, est de ceux-là. Il écrit pourtant sous pseudonyme !

    • Oui.
      Et en Grande-Bretagne, il arrive très régulièrement que des employés d’état, notamment dans l’enseignement, perdent leur poste en raison de leur appartenance au BNP.

  10. Sans objet ? Vraiment ? Pas d’a

  11. Nicolas ne boit que de la bière tout le monde sait ça.
    Donc vous avez bu quatre bouteilles de Sancerre à vous tout seul.
    M’étonne pas que leurs arguments vous aient paru convaincants.
    Un conseil : réfléchissez-y à nouveau quand vous aurez cessé d’avoir mal aux cheveux.
    Et moi je suis très pour l’anonymat sur les blogs : une brève signée par l’Amiral Woland, c’est classe, ça fait rêver à des ports lointains et des filles dénudées sur fond de soleil couchant. Une brève signée par Michel Dupont, ça évoque, eurh… la Gare du Nord aux heures de pointes.

    • Non Maître Nicolas le bien pensant boit n’importe quoi dans la même quantité, dixit le Maître lui même.

      • Dis moi, le trou du cul, tu pourrais arrêter de me chercher un peu partout. Cela étant, c’est toi qui passe pour débile.

        Envoyé de mon iPhone

      • Mais je ne fais que rétablir la vérité cher Maître Jegoun le bien pensant, c’est bien vous qui m’aviez fait cette confidence, ils est vrai que vous deviez être déjà à 4 grammes dans chaque bras.

        Un trou du cul peut être utile voir un chef d’ailleurs nous en avons un en tant que chef d’état et tu lui lèches le fion tout le temps , un jour tu finiras pas te coincer la langue.

      • Qu’elle confidence ? Tu es vraiment fou et con. Mon profil Facebook a depuis toujours des photos de moi. Donc forcément, Google Image me trouve. Tu confonds tout, tu es agressif, tu m’emmerdes. Tu me cherche en permanence depuis plus d’an mais ce n’est grave, tu passes pour un con à chaque intervention.

        Envoyé depuis mon iPad

      • Ô Maître Jegoun le bien pensant, Cette confidence vous me l’avez au comptoir de la Comète quand je vais une bière de meilleur qualité que la pisse d’âne que vous éclusiez au déca-litre mais je me rends compte Ô mon alambic humain qu’ il existe l’ Alzheimer de comptoir plus redoutable que celui des vieux .

        Mais vous avez entièrement raison, pour une fois, je suis un emmerdeur voir une peste quant à être con venant d’un maître en la matière, j’en suis honoré Ô grand Jegoun le bien pensant mais il vous a fallut quand même une année pour en rendre compte.

        Je comprends mieux le retard des socialistes sur tous les points de société ou en économie.

      • Ca suffit maintenant.

      • Grblmmm, peut pu s’amuser, m’en vais les mains enfoncées dans les poches et donnant un coup de pied à un petit cailloux qui ne m avait rien fait, na!

      • Je me demandais qui ferais la première insulte dans les commentaires de cet article…

        Je ne suis pas déçu…

      • Skandal, le taulier a dit ça suffit. Le problème n’est pas qui sort l’insulte en premier mais ce qu’est l’insulte. Je considère le commentaire de Grandpas comme insultant. Le taulier a dit ça suffit. C’est pourquoi je poursuis ma première réponse, à propos des jeunes socs qui appellent à la délation. Ce n’est pas parce que c’est mal qu’on doit se permettre de dire n’importe quoi sur le web. Il n’y a pas que la loi à considérer mais aussi le savoir-vivre. En l’occurrence, je ne vois pas pourquoi je me fais agresser dans les commentaires de ce blog (relis tous les commentaires) et comment des andouilles soutiennent l’agresseur.

        Donc ça suffit.

        Si je trouve comment faire, je me désabonne des commentaires et je vous laisse patauger…

      • Je dis que les attaques ad hominem sans rapport avec rien a suffit. Si Skandal veut parler des « bons franais » dnonciateurs du PS, il reste dans le cadre du billet, donc pourquoi pas?

  12. « Envoyé de mon iPhone »

    J’espère au moins que ça rapporte du pognon, parce que payer la peau du cul pour un téléphone Apple, plus se voir coller de la pub d’office sur ses commentaires de blog par son propre téléphone…

  13. Sans l’anonymat il n’y aurait plus de blogueurs, encore moins de commentateurs. Tant les uns et les autres prennent plaisir à se caricaturer.
    Ne resterait que des Nicolas.
    C’est assez dire où en est notre fameuse liberté d’expression.

  14. Reste que l’on s’en fout. C’est si peu de chose un billet de blog. Et les commentaires…déconnants, érudits, précieux, ridicules, ils ont la valeur d’un pet de lapin.
    Je viens d’en faire un.

  15. Quand on sait ce que coute un sancerre dans un resto, et ce qu’il vaut, je reste perplexe devant cet entêtement à rester mordicus sur ce pinard là. Il doit y avoir un truc. Bon resto ? Quel producteur ?

  16. Ce fil sent le caca.

  17. MOLON LABE

    Open Letter from 28 of 29 Utah Sheriffs: We Will Not Enforce Unconstitutional Gun Law

    Dear President Obama,

    We, the elected sheriffs of Utah… respect the Office of the President of the United States of America. But, make no mistake, as the duly-elected sheriffs of our respective counties, we will enforce the rights guaranteed to our citizens by the Constitution. No federal official will be permitted to descend upon our constituents and take from them what the Bill of Rights-in particular Amendment II-has given them. We, like you, swore a solemn oath to protect and defend the Constitution of the United States, and we are prepared to trade our lives for the preservation of its traditional interpretation.

    The Utah Sheriffs’ Association

    On peut toujours rêver à une police froncése qui écrirait ce genre de lettre à Culbuto Ier.

    http://gunwatch.blogspot.fr/2013/01/open-letter-from-28-of-29-utah-sheriffs.html?m=1

  18. Rubrique « On peut toujours rêver » (suite).

    Aux Etats-Unis, non seulement vous avez le droit de tirer sur des cambrioleurs armés qui pénètrent chez vous, mais en plus, si vous en tuez un, ce sont leurs complices qui seront inculpés pour meurtre…

    Un bien beau pays.

    http://www.wsfa.com/story/20671457/police-arrest-2-in-fatal-glade-park-shooting-say-homeowner-shot

  19. Aux Z’tazunis, voilà comment un commissaire de police (en anglais : sheriff) cause au président du pays :

    “The most important office in our republic is that of a private citizen. You are not a dictator or a king, who can act unilaterally and ignore our legislative process of law making.”

    “I am writing you this letter today to inform you that any “law” or regulation created by an executive order of your office which is contrary to what the Constitution of the United States of America says, shall be deemed as unlawful and shall not be carried out by myself or my office.”

    Celui-là, c’est Paul Babeu, dans l’Arizona. Il a un nom français, en plus.

    En France, la police truque les statistiques de la criminalité pour soigner son avancement, et c’est la faute à Sarkozy si la « politique du chiffre » a des effets pervers.

    Quand vous avez une police malhonnête issue d’une population malhonnête, n’importe quelle politique, qu’elle soit du chiffre ou des lettres, aura des effets pervers.

    http://gunwatch.blogspot.fr/2013/01/arizona-sheriffs-say-no-to-executive.html?m=1

  20. En Frônce, maintenant, voici comment un procureur, religieusement cité par l’AFP, commente un meurtre :

    Joggeuse : le suspect mis en examen pour «meurtre aggravé» et écroué

    L’hypothèse retenue est celle d’une agression sexuelle qui a mal tourné, a expliqué le procureur.

    Bienvenue chez la justice froncése, où des procureurs pensent qu’il existe des agressions sexuelles qui ont bien tourné.

    Bientôt, un génocide qui a mal tourné ?

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/01/30/97001-20130130FILWWW00608-joggeuse-le-suspect-mis-en-examen-et-ecroue.php

    • D’un point de vue étymologique, peut-on dire qu’une « tournante » a mal tourné ? Je m’interroge…

      Envoyé depuis mon iChalet

      • I se dit aïe , cela fait donc aïe-phone donc aïe-ouille, je sais c’est tiré par les cheveux mais il y a pire.

    • C’est une « agression sexuelle qui a mal tourné ».
      Ca en dit long sur les mentalités. Viol ? Non, elle était consentante et ça a très bien tourné. Elle en a même redemandé.
      Il existe donc des agressions qui finissent bien. C’est quand même une bonne nouvelle ! C’est pédagogik, ça coco.
      Quand je dis « elle », je stigmatise. C’est très souvent « il » aussi, vu la parité.

  21. En résumé, vous avez fait un déjeuner avec un vieillard à demi-Alzheimer et un muet.
    Pas étonnant que vous ayez picolé.

  22. Boire ou parler, il faut choisir.

  23. . »….et Nicolas parce que c’est un taiseux. »
    Non sans dec ?
    Putain il se rattrape vachement à l’écrit !

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s