Le bon et le mauvais chômeur

 

Ma fibre sociale s’est éveillée se matin. A moins que ce soit ce coup de couteau que j’ai reçu dans mes hémorroïdes. En tous cas j’ai eu envie de parler des malheureux chômeurs.

Parce que oui yenadébiens.

Si la personne qui se retrouve au chômage après des années d’improductivité universitaire aux frais du contribuable ne mérite que ça moins les allocs. Si les crevures qui ont consciencieusement refusé d’apprendre à lire et à écrire à l’école ne méritent que ça aussi plus de se faire ouvrir le crâne à coups de bèche puis de se faire fourrer le cerveau par poignées dans l’oignon. Si tous les parasites de la création ne méritent que ça itou et éventuellement une réduction en esclavage. Certains, eux ne le méritent pas. Je pense par exemple au pauvre type qui a passé sa vie sur une chaine d’assemblage, a tout fait ce qu’il fallait et qui se retrouve à poil à 50 piges et plus aucun avenir. Ce type-là mérite qu’on prenne un peu soin de lui. Ce qui serait sans doute plus facile si on s’occupait comme il faut des premiers cités au lieu de tous les amalgamer.

Parce que l’amalgame c’est mal sauf pour les plombages qui permettent de mordre les enfants de gentils zimmigris sans se faire mal.

Advertisements

15 réponses à “Le bon et le mauvais chômeur

  1. Je suis d’accord. Où est-ce qu’on signe?

  2. « Ce qui serait sans doute plus facile *si* on s’occupait comme il faut des premiers cités au lieu de tous les amalgamer. »

    A part ça j’approuve sans réserve.

  3. Le régime idéal pour prévenir les hémorroïdes est riche en fibres.
    Sinon oui ! (commentaire positif)

    • le régime idéal pour la prévention des hémorroïdes c’est la sodomie hebdomadaire avec précautions ( gel , dilatations douces….)
      les fibres, ça vient après
      demandez à n’importa quel proctologue….

  4. Je propose que la pénectomie soit prescrite au mauvais chômeur.

  5. Et l’improductivité universitaire vous la connaissez aussi bien que moi puisque nous avons fréquentés la même… Je ne parle pas de nous mais des éleves/syndicalistes inscrits et histoire de l’art, en sociologie ou en langues orientales…

    • langues orientales ,c ‘est utile
      socio , ma foi…..
      histoire de l’art, pour un antiquaire,un commissaire priseur ou un artisan de métier d’art
      non,le top , c’est psycho
      et le double bing,c’est psycho-socio

      j’ai rarement vu dans les annonces d’emploi « cherchons de toute urgence un diplômé en psycho-socio , niveau doctorat pour developper notre potentiel en saoudie , promo au mérite, salaire en rapport »

  6. Et oui, c’est keske je dis toujours.
    Les aides sociales à ceux qui les méritent.
    Mais pour ça, faut stopper l’hémorragie centripète et la rendre centrifuge, pour pouvoir enfin s’occuper des nôtres.

  7. Les pauvres sont devenus des misérables le jour où l’on a cessé de distinguer entre les pauvres méritants et les pauvres non méritants.

  8. Individus désoeuvrés :

  9. Pour avoir été chômeur pendant 1 an (entre ma soutenance de thèse et mon embauche comme maitre de conférences -et oui, j’ai été fonctionnaire), je peux témoigner que TOUS les chômeurs sur une durée de 1 mois et plus sont « non méritants ». A l’exclusion peut-être de ceux qu’un accident de la vie rend réellement inemployables (mais est-ce que ça existe autrement que dans les mythes, ça? un tétraplégique peut être très productif, cf Hawking, un handicapé mental aussi, pour peu qu’on les oriente vers des métiers à leur portée), nous pourrions tous travailler et créer de la richesse si un certain nombre (un nombre certain) de rigidités du marché du travail (sensées lutter contre le chômage) ne poussait pas les peu productifs à préférer l’oisiveté rémunérée au travail, et les entreprises à ne prendre que des très productifs (salaires minima et taxes en tout genre, merci!) pour pouvoir rester plus ou moins rentables.
    Ce qui par un magnifique effet ciseau crée un chômage de masse que le monde entier nous envie (ah, on me dit que ça, non, le monde ne nous l’envie pas, contrairement aux lois qui en sont la cause… allez comprendre).

    Mais cela fait surtout que le chômage est uniquement volontaire (au contraire de la « pauvreté », difficile à définir, par ailleurs). D’ailleurs au XVIIIe ou XIXe il n’y avait pas de chômage, ou alors très temporaire, le temps de trouver un autre emploi. Le chômeur à long terme, sauf s’il était riche (et on parlait plutôt de rentier, alors), était un chômeur mort.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s