Quand il s’agit d’enchainer, je suis toujours partant

L’infâme Nicolas se demande ce que ses copains de drouâte pensent de ce questionnaire, voici mes réponses (et ça permet de faire un billet rapide en plus ce qui me sied bien là tout de suite).

1/ Pourquoi voter ?

Pour se sentir dégradé comme une fille qui sanglote en regardant les traces de rouge à lèvres qu’on l’a forcé à laisser sur la base d’un pénis.

2/ Qu’osez-vous transmettre à vos enfants, entre la politique et la religion ?

C’est bien une question de type de gauche ça… Comme s’il fallait laisser ses enfants libres de quoi que ce soit. Il faut tout transmettre à ses enfants. Le but de l’éducation doit être d’armer mentalement et intellectuellement les gamins aux horreurs de demain. C’est pour ça que j’organise des ateliers de vivisections sur petits mammifères vivants pour le Petit Mousse.Quand il sera plus grand, il fera ce qu’il voudra.

3/ Pourquoi Mélenchon pourrait-il gagner ?

Parce qu’on aurait versé un puissant zombificateur dans les réserves d’eau potable.

4/ Faut-il voter utile ou voter pour ses idées ?

Il faut adopter la stratégie de William F. Buckley et toujours voter pour le type le plus à droite avec une chance de gagner. Sinon, l’automutilation à coups de marteau à attendrir la viande c’est fun aussi.

5/ Es-tu favorable au droit de vote des étrangers aux élections locales ?

Non. On vote parce qu’on est citoyen d’un pays et que donc on peut être appelé à sacrifier sa vie pour lui.

6/ A quoi sert un blog en 2013 ?

A emmerder la presse et à ricaner sournoisement.

7/ Peut-on se fâcher pour des motifs politiques avec des très proches ?

Se fâcher oui, mais juste le temps de cuver. Contrairement à ce que pensent ces idiots de marxistes, tout n’est pas politique.

8/ Feriez-vous ce test à des Racailles de 11 ou 15 ans ?

Non, je leur ferai faire un test d’aptitude au vol catapulté avec atterrissage dans une fosse à purin très étroite et profonde.

9/ Avez-vous des limites à votre hostilité contre la peine de mort ?

Oui, tous les cas où elle devrait naturellement s’appliquer. La seule limite que je vois à la peine de mort est le pouvoir trop grand qu’elle donne à l’Etat. Sinon, la torture peut tout à fait se justifier aussi vu que le but de la justice n’est pas de réformer mais de punir.

10/ Le Mali, en vacances, c’est comment ?

Vu que le Mali est au sud de la Loire, il est sans doute habité par des arabes donc je ne vois pas pourquoi y aller en vacances.

11/ Si tu es féministe, ça t’emmerdes pas d’être un homme ?

Hahahahahahahaha. Je ne suis que modérément féministe. La religion de l’égalité entre tout et n’importe quoi n’est pas mon truc.

Et ensuite ?

Bon ben, que ceux que ça amuse continue la chaîne.

Publicités

67 réponses à “Quand il s’agit d’enchainer, je suis toujours partant

  1. Dans l’introduction, vous dites qu’on est copains, vous allez vous faire trucider par des hordes de réacs.

  2. « La seule limite que je vois à la peine de mort est le pouvoir trop grand qu’elle donne à l’Etat. »

    Bonne remarque.
    Quand on est de droite, vraiment de droite, on est forcément contre la peine de mort.
    Et de toute façon, pour les crimes les plus horribles, la peine de mort est bien trop douce et rapide.

    • Donc c’est vous qui donnez les certificats de vraie droite? Je peux en avoir un ou il faut encore que je fasse des efforts? Sinon, sur la peine de mort trop douce, c’est pour a que je suis ouvert une conversation franche et honnte sur les bnfices de la torture.

    • Je ne crains pas de dire que je suis POUR la peine de mort.
      Fofana, vous aimez le savoir vivant, vous ?
      Et tous les autres, les violeurs d’octogénaires ? les brûleurs de pieds ? Les assassins du coin de la rue ? Les preneurs d’otages ? Non, ça a trop duré.

  3. La peine de mort n’est pas une punition. Tout au plus peut-on lui accorder un effet dissuasif. Elle n’est philosophiquement acceptable que si on l’envisage comme un moyen de supprimer définitivement un individu dangereux pour la société. De la même manière qu’un pays en guerre inflige la peine de mort à ses ennemis. Reste le problème de l’erreur judiciaire .La perpétuité réelle remplace avantageusement la peine de mort..

    • La peine de mort n’est pas une punition? Je ne sais pas ce qu’il vous faut alors…

      • La peine suffit. Inutile d’aller jusqu’à l’exécution. Une île, des cailloux, un boulet au pied et en avant. Pour les réfractaires à ce type de service rendu, la torture doit pouvoir les aider à comprendre que casser des cailloux est une douce peine comparé au moyen de persuasion utilisé. Si certains avaient l’envie de partir de ce camp de vacance, tir à vue. Et au gros sel.

      • Le retour du bagne… J’ai toujours été pour. Je suis même pour ques prisonniers travaillent pour la société genre refection des routes et ce genre de trucs la…

  4. Comme je ne suis pas étatiste, comme je suis authentiquement libéral, l’idée que l’état puisse avoir un droit aussi absolu sur un individu, aussi misérable et méprisable qu’il soit, oui cette idée m’est insupportable.

    Pangloss a bien fait également de rappeler l’argument pratique de l’erreur judiciaire.

    Il y a aussi l’argument philosphique (tel que formulé par le « droitard » Pierre Boutang) qui consiste à dire que l’on ne peut condamner quelqu’un à une peine inconnue, vu que l’on ne sait pas ce qu’est la mort.

    L’argument moral également qui me fait voir le coupable exécuté et la société qui le tue comme un couple symboliquement lié et moi, je ne veux pas être lié.

    Un élément d’éducation personnelle peut-être aussi: on m’a appris à ne pas toucher à ce qui ne m’appartient pas et la vie d’un autre homme, quel qu’il soit, ne m’appartient pas.

    Bien appliquée, la perpétuité réelle remplace avantageusement la peine de mort.

    P.S: ou alors si l’on accepte la peine de mort, il faut accepter toute la chorégraphie qui devrait logiquement l’accompagner, une société massive, tendue, extrême, implacable, de beaux uniformes noirs, tout ça, sinon c’est qu’un truc hygiénique à l’anglo-saxonne, beurk.

  5. Pas mal. Et je vous suis à 100% sur la peine de mort. Pour la torture je suis plus réservé, même si je reconnais que ça pourrait avantageusement remplacer le film du dimanche soir sur TF1.

  6. Pingback: Pour faire comme les autres | No One Is Innocent…

  7. Soyons sérieux avec la torture.
    Avec des menottes en fourrure, pourquoi pas, selon les protagonistes engagés.
    Sinon, si l’on se met dans une situation où l’on doit torturer, c’est que l’on a déjà perdu la guerre, sous-entendu que l’on ne peut vaincre des gens qui acceptent le risque de se faire torturer. A moins que des les éliminer totalement, mais là on retombe dans la problématique « oui, mais alors, les beaux uniformes noirs. »

    • Pfffff, on a torture pendant des milliers d’annees sans avoir besoin de cholis kostumeuhs… Une fois encore, il ne s’agit meme pas de dissuader qui que ce soit de quoi que ce soit mais simplement de punir de manire adequate.

  8. « La peine suffit. Inutile d’aller jusqu’à l’exécution. Une île, des cailloux, un boulet au pied et en avant… »

    Oui.
    Pour les crimes les plus horribles, relégation totale et définitive hors du monde des vivants. Contacts minimaux, cellule et nourriture spartiates. Soins assurés, mais pas plus.
    Effacement symbolique de toutes les « tablettes ». Plus d’état-civil.
    Le prisonnier garde un lit avec des draps…

  9. Je pense quant à moi que faire vivre ensemble vos commentateurs rejoindrait déjà d’assez prés « le supplice de la goutte d’eau »
    Puissamment épatée par votre forme d’humour, je repars pantoise !
    Nettoue

  10. Ben non, quand on a une tumeur ou une gangrene le fait de l’oublier ne soigne pas. On tranche. C’est pareil pour la societe.
    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Non.
    On « tranche » quand on ne peut pas faire autrement (par exemple, la scène où le « Bison » règle la question du prisonnier dans « L’Armée des Ombres ». Etait-il possible de faire autrement? Non).

    Sinon, une société qui « tranche », alors qu’il n’y a plus de menace objective, par hygénisme social, et qui le fait à l’américaine, en toute bonne conscience, désolé, mais c’est une société de merde, à laquelle je ne veux pas participer (je serais assez pour, que dans une telle société, les opposants à la peine de mort, soient dispensés d’impôts).

    Autre mesure, que la personne chargée de l’exécution soit tirée au sort dans la population (avec très lourde sanction en cas de refus), histoire d’assumer pleinement son positionnement et de voir ce que cela fait que de tuer quelqu’un, froidement, hors légitime-défense (revoir la scène de l’exécution dans « L’Armée des Ombres », pas besoin d’ajouter quoi que ce soit).

  11. Je ne comprends pas la logique de votre remarque.
    Un Marc Dutroux maintenu jusque à sa mort au fond d’un trou, il n’est plus en capacité de tuer? Non?

    Et ma remarque est parfaitement pertinente. Si l’on est pour la peine de mort, peine appliquée par l’état, alors en tant que citoyen, il faut alors être capable de faire « le bourreau de milice ». Sinon, c’est trop facile.

    • Il n’est plus en capacite de tuer, comme vous dites, tant qu’on ne le fait pas sortir ou qu’il ne s’evade pas. Dutroux est un bon exemple. C’est un type qui a laisse crever de faim une ou deux gamines (je ne sais plus) apres avoir ete attrappe. Ce type n’a rien d’humain et meritait donc d’etre pique comme un chien dangereux.

      Ensuite, sur le fait de faire le boulot soi-meme, c’est absurde. Ce sont justement les plus faibles qui ont le plus besoin d’etre proteges. Demander a une petite vieille de tuer un type a mains nues n’a pas de sens. Et puis prendre comme exemple un film (si bon soit-il) est specieux. Avec la bonne musique, la bonne lumiere etc on peut faire dire tout et son contraire a une meme situation.

    • Ca m’étonnerait qu’il reste au trou Dutroux.
      S’il n’est pas déjà sorti…
      Il n’existe plus de peine à perpétuité qui dure à perpète. Le maxi, c’est 30 ans effectifs.

    • Un Ours
      je paie des impôts pour que l’armée de mon pays soit en état d’intervenir si le besoin s’en fait sentir.
      Donc je délègue…
      Même chose pour la police à qui je confie le soin de serrer les assassins, les voleurs et les trafiquants. Donc je délègue.
      Pourquoi je ne pourrais pas déléguer aussi pour un bourreau payé par mes impôts ? On ne paie pas que pour des boulots agréables…

  12. Il y a aussi, avec la peine de mort, un truc diffus que j’arrive difficilement à expliquer, comme quelque chose qui induit chez le citoyen de base une « rudimentarisation » personnelle et une « collectivisation » de groupe face à la massification absolue de la peine appliquée. En gros, quelque chose qui induit forcément une société de meute (à mort, à mort!!!), une société despotique, ou alors une société communiste, bref les USA ou la Chine.

    • Donc la France etait une societe de meute despotique jusqu’en 1981? Ben merde alors… Et moi qui croyais qu’au contraire on n’avait beaucoup perdu en libertes individuelles depuis les annes 60, me voila rassure.

      • « Donc la France etait une societe de meute despotique jusqu’en 1981?  » La question ne m’est pas posée mais j’y réponds au vol : je ne dirais pas cela, mais aujourd’hui, où en serions-nous avec des communautés de plus en plus verrouillées ? Je suis fermement pour les travaux forcés (et votre réponse à la question n°8 à laquelle je souscris totalement.

  13. Ce type n’a rien d’humain et meritait donc d’etre pique comme un chien dangereux.
    +++++++++++++++++++++

    Comme je l’ai déjà dit, si l’on « pique » un Marc Dutroux par hygiénisme pratique, alors on entre dans une société où l’on peut très bien aussi « piquer » tous les autres individus irrécupérables, fous agités et autres improductifs. Avec les beaux uniformes noirs, tout ça.
    D’une certaine façon, une société qui exécuterait Marc Dutroux de la sorte, c’est une société qui le mériterait pleinement.

    ++++++++++++++++++++++++++++++
    Demander a une petite vieille de tuer un type a mains nues n’a pas de sens…
    ++++++++++++++++++++++++++++++

    La « petite vieille », aussi faible qu’elle puisse être, peut quand même appuyer sur un bouton ou presser une gachette. Là, vous avez tenté « la bonne musique, la bonne lumière ».

  14. Donc la France etait une societe de meute despotique jusqu’en 1981?
    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Une société qui applique la peine de mort, oui, elle n’est pas pleinement civilisée.

    • Alors d’une, comme je l’ai ecrit, je ne suis pas tres a l’aise avec le fait que l’Etat ait ce pouvoir. Cependant, vous mettez de cote le fait qu’on est deja dans la societe que vous semblez redouter. On eugenise les trisomiques et autres bebes anormaux sans se poser la moindre question. L’euthanasie arrive aussi. Les seuls qui auront le droit de vivre seront donc les coupables… Bon…

      De deux, c’est vous qui nous dites qu’il faut tuer en sentant bien ce que l’on est en train de faire. S’il s’agit seulement d’appuyer sur un bouton, ca ne posera de probleme a presque personne (voir l’experience de Milgram).

      De trois, la France d’avant 1981 n’tait pas pleinement civilisee? C’est un gag? La France d’aujourd’hui, sans la peine de mort est civilisee?

      • « On eugenise les trisomiques et autres bebes anormaux sans se poser la moindre question. »

        J’adore aborder cette question avec des « modernes » en les traitant de « nazis » ;-)
        La façon dont ils se prennent les pieds dans le pied est proprement jouissive.

  15. J’aime assez ce positionnement:

    http://libertariananswers.com/what-is-the-libertarian-position-on-the-death-penalty/

    +++++++++++++++++++++++
    However, if the parents felt that they would only find solace in the murderer’s death, a libertarian court might decide that the parents (NOT THE STATE) do have a right to the killer’s life as compensation for their child’s murder. If the state actually handled the execution, it would be acting only as an agent for the parents.
    +++++++++++++++++++++++

    A la restriction de la dernière phrase, c’est celui qui demande la mort qui devra, en tous cas, la prodiguer.

  16. Quoique non, je n’aime pas l’idée d’un état qui laisse un contre-crime se commettre sans réagir.

  17. Comme je suis tout ce qu’on veut sauf sectaire, je ne vais certainement pas prendre une minute pour répondre à des questions relayées par Nicolas.

  18. Même les flics sont contre la répression et nous chantent le flutiau de la « prévention ». Enfin, lorsqu’ils sont eux-mêmes visés :

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/20/97001-20130220FILWWW00585-des-controles-de-drogue-dans-la-police.php

  19. Nous sommes donc tous d’accord pour reconnaître que la liaison « peine de mort » et « attitude libérale » ne relève pas de l’automacité.
    C’est bien.

  20. Deux aspects encore.

    Un esprit libéral, dans le plus beau sens du terme, si malgré tout il consent à la peine de mort, ne devrait l’accepter, que si une des trois conditions suivantes est validée:

    – preuves ADN irréfutables.
    – séquences vidéo du crime jugé.
    – aveux obtenus sans contrainte.

    En outre, l’exécution devrait être pratiquée sous anesthésie (ce qui, en outre, cadrerait bien avec l’aspect « hygiénique » évoqué plus haut), je n’ai en effet jamais compris pourquoi, dans une société moderne, les méthodes d’exécution appliquées étaient forcément douleureuses (1). Partant du principe qu’une société qualifiée de libérale ne peut être, dans le même temps, une société sadique.

    (1) franchement, on n’est plus à l’époque de Louis XV:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Fran%C3%A7ois_Damiens

  21. On peut aussi s’en tamponner l’oreille avec une babouche, du libéralisme. Moi, j’aime bien.

  22. Payer un toit, la bouffe et les soins à des Dutroux ou des Fofana jusqu’à la fin de leurs jours : Et puis quoi encore !

    J’avoue que l’option de les catapulter sur Clipperton est séduisante ; ce qui m’amène à envisager le problème de la surpopulation et du désastre écologique qui s’en suivrait sur un si petit atoll, mais on pourrait envisager de leur envoyer Duflot avec une lettre de mission et des flyers afin de les sensibiliser au tri sélectif.

  23. Aux USA, une exécution coûte, tous frais compris, dans les trois millions de dollars.

    • Oui, avec le procès, l’incarcération provisoire, ect, ect…
      Le procès il est là de toutes manières, peine de mort au pas…

    • J’aimerais bien qu’on m’explique d’où viennent ces chiffres qui me paraissent complètement débiles… c’est l’un des arguments des « antis », le coût de la peine… Mais cela ne veut rien dire s’il n’est pas comparé à celui de la « non-peine ». Ca ne peut pas coûter plus cher d’exécuter un mec que de le foutre au gnouf jusqu’à la fin de ses jours, comme c’est aujourd’hui possible aux Etats-Unis. C’est proprement impossible.

  24. Faire payer la balle aux parents de l’ assassin comme en Chine, ils ont des idées ces petits rouges.

    Les faire bosser jusqu’à qu’ils en crèvent en les nourrissant avec un verre de soupe claire et un 20 g de pain. Ils ne tiendront pas longtemps mais c’est le but et dans certaines civilisations, emmurés les morts dans certaines constructions les protégeaient des mauvais esprits comme chez les Incas.

  25. Même en faisant comme si la peine de mort était encore applicable de nos jours, comme si l’on pouvait condamner à mort un musulman(25% de la population de France ?) qui aurait massacré un ou plusieurs non-musulmans sans faire d’avantage de victimes, je serais pour laisser le choix au condamné, de la perpétuité ou de la mort.
    Seulement voilà, condamner à mort une personne qui le souhaite, c’est de l’euthanasie.

    • Donc votre solution, c’est sous prétexte que la peine de mort n’est pas admise si elle est administrée par des non musulmans à des musulmans, votre solution consiste à se soumettre a leur volonté.

      Je crois que prononcer des peines en fonction de la gueule du prévenu, c’est exactement ce qu’on est entrain de faire – et il faut bien reconnaitre que les résultats sont absolument BRILLANTS.

      Complicité dans un attentat, meutre hors légitime défense, viol = peine de mort exécutée dans les 24 heures qui suivent le rejet du dossier par la cour de cassation. POINT.

      • Je suis d’accord.
        Plus expulsion des grands-parents (avec arrêt du paiement de pension paske faut pas déconner, on ne va pas continuer à les nourrir jusqu’à 150 ans), parents (pareil), frères, soeurs, cousins, cousines, enfants et machine à coudre. Ah nan, la machine à coudre, ça va à Emmaüs.

  26. YP, je ne vois pas bien quelle solution j’ai pu fournir dans mon texte.
    Je me borne à évoquer des faits que vous ne semblez pas contester.
    Vous prêchez un convertible.

  27. Après tout pourquoi pas, une société violente qui applique violemment la peine de mort. Mais alors, la violence partout, je veux ainsi pouvoir penser « violemment », sur tous les sujets, sans restriction d’aucune sorte.

  28. Je pense que la question de la peine de mort n’est pas d’actualité, ce qui urge c’est la défense de nos droits fondamentaux. Par exemple, l’article 3 de la déclaration universelle des droits de l’homme prétend que : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. ».
    L’état n’est plus en mesure de répondre à tous nos droits fondamentaux, il doit le reconnaitre, puisqu’il ne peut plus le cacher et accepter de se faire soigner et de se soigner.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s