Cuisine asiatique

grant_h_kareem_cr_576.jpg

La communauté asiatique semble en avoir ras le nem de se faire régulièrement savater et dépouiller au nom de stéréotypes, qui seraient racistes s’ils étaient le fait de sales barbares au long nez mais qui heureusement ne le sont pas puisque ce sont des jeunes divers qui y croient.

Cependant, une chose m’inquiète. L’histoire nous apprend que quand une communauté est très soudée, elle a tendance à se défendre par ses propres moyens. Donc, je suis un peu inquiet que le CPF remplace prochainement le chien dans mes jiaozi au porc.Adap

Advertisements

18 réponses à “Cuisine asiatique

  1. Y perdrez-vous au change ?
    Il semble que ce billet soit la suite du précédent.
    Les Asiatiques ne se posent pas dix mille questions. Ils agissent et réduisent les frais d’intermédiaires et de transport.
    C’est bien ce que nous souhaitons tous, non ?

  2. Certes et en mettant un pétard allumé dans le cul des chiens ils pourraient même économiser le transport !
    Ces gens sont des barbares, et ceux qui mange du chien des salopards !

  3. Pas très européen, de bouffer du chien.
    Nous avons en effet un très long compagnonnage avec cet animal:

    http://www.dailycabot.com/le-chien-d-ulysse-argos-lodyssee-dhomere/

  4. « Ces gens sont des barbares… »

    On doit à la vérité de dire qu’il semble quand même y avoir quelques chinois qui échappent à ce trait de civlisation:

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2262662/Volunteers-save-1-000-cats-dining-table-discovering-cramped-cages-following-road-crash-Changsha-China.html

    L’indifférence face à la souffrance d’autrui, même celle d’un animal, est une caractéristique psychologique qui me sidère, peut-être parce que je n’ai rien en moi de véritablement psychophathe?

  5. « Quand on a faim, on mange ce qui est disponible … »

    Oui, si cela correspond à une nécessité biologique impérative.
    Personnellement, je ne me suis jamais trouvé dans ce type de situations.
    Mais si cela devait arriver, je ferais en sorte de tuer l’animal, efficacement, sans souffrances inutiles, le geste juste et technique.

  6. Pour la route, une façon européenne d’envisager clébards et greffiers:

    ++++++++++++++++++++++++
    « Ah, mais soudain, plus un brroum !… le silence !… la loge bouge plus… branle plus… grince plus… craque plus… enfin presque plus… l’accalmie… le parquet gode encore, ourle… mais pas en violence… c’est plus la tempête… c’est une petite houle à ramper… modérée… je rattrape Piram… faut que j’ausculte Piram… le coeur de chien bat plus vite que le coeur de l’homme… j’ai l’intérêt physiologique moi, toujours !… y a pas de circonstances qui tiennent !… tous les coeurs que je trouve je les ausculte… j’ai ausculté mille coeurs de chats… voilà une délicatesse !… leur pouls d’un rien devient « incomptable »… ah? la palpitation chez le chien tient surtout de la voix du maître, plus que de l’effort même… le chien est un sentimental… oh, j’ausculterai un éléphant… un crocodile… une souris… c’est le temps qui me manque !… j’aime la physiologie des êtres… leur pathologie me rend triste… »

    Louis Ferdinand Céline, Féerie pour une autre fois
    ++++++++++++++++++++++++

    ++++++++++++++++++++++++
    « Je peux dire que je l’ai bien aimée, avec ses folles escapades, je l’aurais pas donnée pour tout l’or du monde… pas plus que Bébert, pourtant le pire hargneux greffe déchireur, un tigre!… mais bien affectueux, ses moments… et terriblement attaché! j’ai vu à travers l’Allemagne… fidélité de fauve…
    A Meudon, Bessy, je le voyais, regrettait le Danemark… rien à fuguer à Meudon!… pas une biche!… peut-être un lapin?… peut-être!… je l’ai emmenée dans le bois de Saint-Cloud… qu’elle poulope un peu… elle a reniflé… zigzagué… elle est revenue presque tout de suite… deux minutes… rien à pister dans le bois de Saint-Cloud!… elle a continué la promenade avec nous, mais toute triste… c’était la chienne très robuste!… on l’avait eue très malheureuse, là-haut… vraiment la vie très atroce… des froids -25°… et sans niche!… pas pendant des jours… des mois!… des années!… la Baltique prise…
    Tout d’un coup, avec nous, très bien!… on lui passait tout!… elle mangeait comme nous!… elle foutait le camp… elle revenait… jamais un reproche… pour ainsi dire dans nos assiettes elle mangeait… plus le monde nous a fait de misères plus il a fallu qu’on la gâte… elle a été!… mais elle a souffert pour mourir… je voulais pas du tout la piquer… lui faire même un petit peu de morphine… elle aurait eu peur de la seringue… je lui avait jamais fait peur… je l’ai eue, au plus mal, bien quinze jours… oh, elle se plaignait pas, mais je voyais… elle avait plus de force… elle couchait à côté de mon lit… un moment, le matin, elle a voulu aller dehors… je voulais l’allonger sur la paille… juste après l’aube… elle voulait pas comme je l’allongeais… elle a pas voulu… elle voulait être un autre endroit… du côté le plus froid de la maison et sur les cailloux… elle s’est allongée joliment… elle a commencé à râler… c’était la fin… on me l’avait dit, je le croyais pas… mais c’était vrai, elle était dans le sens du souvenir, d’où elle était venue, du Nord, du Danemark, le museau au nord, tourné nord… la chienne bien fidèle d’une façon, fidèle au bois où elle fuguait, Korsör, là-haut… fidèle aussi à la vie atroce… les bois de Meudon lui disaient rien… elle est morte sur deux… trois petits râles… oh, très discrets… sans du tout se plaindre… ainsi dire… et en position vraiment très belle, comme en plein élan, en fugue… mais sur le côté, abattue, finie… le nez vers ses forêts à fugue, là-haut d’où elle venait, où elle avait souffert… Dieu sait!…
    Oh, j’ai vu bien des agonies… ici… là… partout… mais de loin pas des si belles, discrètes… fidèles… ce qui nuit dans l’agonie des hommes c’est le tralala… l’homme est toujours quand même en scène… le plus simple… »

    Louis Ferdinand Céline, D’un château l’autre, 1957.
    ++++++++++++++++++++++++

    • J’aime beaucoup la lettre de Leautaud Celine:

      Vous allez sans doute tre liquide a la Liberation, lui dit-il en substance, et vous laurez bien merite, je ne verserai pas une larme, mais vous pourrez mourir en paix, sachez que je suis pret a recueillir Bebert qui seul mimporte.

      • Ah, ah, l’hôpital qui se fout de la charité, comme on dit ;-)

        ++++++++++++++++++++
        Paul Léautaud dans le journal des années de la seconde mondiale fait état de ses collaborations au journal Je suis Partout d’obédience fasciste. Il condamne la Pologne d’avoir suscité une guerre et d’avoir bravé « la grande nation allemande ». Cette expression revient souvent sous sa plume. L’antisémitisme sera un trait de son appareil critique qu’il aura eu toute ces années la faiblesse de ne pas remettre en question. Dans son journal du 5 novembre 1946, lors même qu’il rejoindra de nouveau la revue du Mercure de France, il écrira : « Être antisémite, c’est une opinion. Cette opinion est devenue un crime comme quelques autres. Condamnation. Si les juifs sont un jour les maîtres, cela deviendra peut-être un crime d’aller à la messe ».
        ++++++++++++++++++++

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_L%C3%A9autaud

  7. Autre aspect de la question, on remarque souvent tant sur Desouche que sur les blogs « d’élite » un certain tropisme pro-citron, peut-être parce qu’ils sont rarement salafistes.

    Cependant:

    +++++++++++++++++++++++++

    C’est pour ça qu’on se bat… chacun veut manger l’autre. C’est pour cela qu’ils redoutent les Noirs. Le Noir est fort ! Plein de force ! Il prendra le dessus. C’est pour cela qu’ils le redoutent… c’est le moment maintenant, ils sont trop nombreux, il montre ses muscles… le Blanc est effrayé… Il est mou. Il a été trop longtemps tout en haut… l’odeur pue sur le toit, et le Noir, il la perçoit, il la sent, et il attend de prendre le dessus… ça ne sera plus long maintenant.

    C’est l’époque du Jaune… le Noir et le Blanc vont se mélanger et le Jaune va dominer, c’est tout. C’est un fait biologique, quand le Noir et le Blanc se mélangent, c’est le Jaune qui sort gagnant c’est tout… dans deux cents ans quelqu’un regardera une statue d’homme blanc et demandera si quelque chose d’aussi bizarre a jamais existé… quelqu’un répondra : non, ça doit être de la peinture. Voilà la réponse ! L’homme blanc est une chose du passé… il est déjà fini, éteint ! Quelque chose de nouveau va venir.
    +++++++++++++++++++++++++

    +++++++++++++++++++++++++
    Comprenez, condamnés à mort ! tous les sangs des races de couleurs sont “dominants”, jaune, rouge ou parme… le sang des blancs est “dominé”… toujours ! les enfants des belles unions mixtes seront jaunes, noirs, rouges, jamais blancs, jamais plus blancs !
    Croyez pas que j’exagère… si je vous dis que demain la France sera toute jaune par les seuls effets des mariages, que toute la politique est conne, puisqu’elle s’occupe que des harangues et des mélis-mélos de partis, autant dire de bulles, que la seule réalité qui compte est celle qui ne se voit pas, s’entend pas, discrète, secrète, biologique, que le sang des blancs est dominé, que les blancs peuvent aller tous s’atteler, très vite, leur dernière chance… pousse-pousse ou mourir de faim… allez pas dire que j’exagère…
    Seule la biologie existe, le reste est blabla !… tout le reste !… je maintiens, au « Bal des Gamètes », la grande ronde du monde, les noirs, les jaunes gagnent toujours !… les blancs sont toujours perdants, « fonds de teint », recouverts, effacé !… politiques, discours, faridoles !… qu’une vérité : biologique !… dans un demi-siècle, peut-être avant, la France sera jaune, noire sur les bords…
    Rien à côté de ce que vous verrez… tenez par exemple, cette petite idylle entre votre femme de ménage, blanche et votre facteur, noir… sang dominé, sang dominant !… les jeux sont faits !… laissez aux somptueux chefs d’Etats le monopole du Vide, des Emphases, leurs gardes sur la bride, trompettes, fermez le ban ! j’aurais pu dire un facteur jaune, encore bien plus triomphal ! ça que nos princes ne parlent jamais, si absorbés, confondants divagants blablas… sang, blanc perdant !… et nous voici au Brésil !… Amazone !… au Turkestan !… aviation, fusées pour la Lune sont en tout et pour tout que bruits de gueule, clowneries… Il n’y aura plus de blancs. (Rigodon, 1961)
    +++++++++++++++++++++++++

  8. Apparemment, dans certaines cultures exotiques, on attendrit d’abord la viande !

    http://archives.24heures.ch/israel-chien-errant-condamne-lapidation-2011-06-17

  9. Un Ulysse moderne….

    …. si, avec ça, je n’arrive pas à tirer quelques larmes sur un site atlanto-compatible ;-)

  10. La communauté asiatique en a assez? Et la communauté française alors!

  11. Votre illustration ne cesse de me hanter monsieur l’amiral, si le grand noir à le malheur d’attraper le pied du petit jaune et avancer violemment son genou droit, il va y avoir du pâté impérial au menu.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s