Archives mensuelles : mars 2013

Joyeuses Pâques et concours

Aujourd’hui il n’y aura pas de recette, pas le temps vu que je pars digérer le demi-agneau que je viens de m’avaler de ce clic. Cependant, je voudrais vous souhaiter de très joyeuses Pâques d’une part et d’autre part vous annoncer l’ouverture du concours de recettes que nous intitulerons l’ode au cochon.

L’idée est de m’envoyer la recette à base de cochon la plus scandaleusement calorique et succulente possible. Le vainqueur, qui sera désigné par un vote unanime de moi même gagnera… Je ne sais pas encore quoi, donc si vous avez des idées, je suis tout ouïe.

Donc, bon , voilà.

Publicités

Édito pour Mediavox XXI: C’est la lutte canine

Sartre disait que tout anti-communiste est un chien. En tant que bon réactionnaire, je suis toujours content de voir que certaines traditions survivent vaille que vaille.

Cependant, je suis toujours étonné de voir avec quelle facilité des gens qui veulent une révolution violente qui verra la victoire du prolétariat, à moins que ce soit celle du prolapsus et du lactaire, je ne suis jamais vraiment sûr, sombrent dans une timidité de violette dès que l’on dit un mot plus haut que l’autre. Comme si ils avaient le droit de nous coller des pichenettes dans l’œil à longueur de journée mais qu’ils ne pouvaient pas supporter qu’on le leur fasse remarquer.
Comme si ils avaient le monopole de l’anathème avant d’avoir celui de la production industrielle.

Comme si la violence, verbale ou autre, était leur propriété privée.

Le reste est là

Les catholiques excédés

Allez donc lire leur manifeste auquel, je souscris totalement, .
J’ajoute que la légitime défense existe aussi chez les catholiques. Il serait temps de le leur rappeler.

Printemps Français ou pre coïtum animal triste

Je lis le Salon Beige avec passion en ce moment. Ils sont sans doute la meilleure source d’informations sur ce qui est appelé, de manière bien trop pompeuse selon moi, le « Printemps Français ».

Mais est-ce que vraiment ce mouvement existe en dehors de nos fantasmes ? J’ai vu parler Béatrice Bourges à une conférence et elle est pleine de qualités mais je ne sais pas si elles seront suffisantes.

Ne vous trompez pas sur ce que je veux dire, je veux y croire de toutes mes forces et je sacrifie des koalas vierges et j’étrangle des chatons tous les soirs avant de les passer au mixer pour les verser sur l’autel de mes espoirs. Après tout, c’est pour ça que j’écris depuis des années, pour cette révolution conservatrice, mais je me demande si nous ne serions pas un peu en train de nous monter le bourrichon tellement haut qu’il va être privé d’oxygène.

Peut-être ai-je trop lu Camus qui disait que « tout le malheur des hommes vient de l’espérance ». En tous cas, c’est très énervant d’être toujours optimiste et d’avoir du mal à y croire quand les choses arrivent.

L’opinion des singes dansants

images?q=tbn:ANd9GcS4aeGGNGVxeJgmCD7WVAVdxV394igwDJNHC9OZdmg1mlppuIbKMbEUcdRzjQ

Jeanne Moreau nous a une nouvelle fois profité d’un moment d’inattention du gardien de cimetière pour s’extirper de son tombeau afin de pour rappeler à notre bon président, de sa si charmante voix rocailleuse, qu’il a promis de donner le droit de vote à des gens qui ne sont même pas d’ici et qui ne seront donc pas concernés en cas de conscription.

Au-delà du fait qu’un Etat doit plus à ses citoyens qu’aux autres et que le droit de vote est attaché au fait que l’on peut être amené à mourir pour la Patrie et non au simple paiement d’impôts, j’aimerais moi aussi rappeler quelque chose à notre cacochyme adorée, à qui il sera beaucoup pardonné pour sa fabuleuse beauté irrémédiablement fanée (c’est injuste mais c’est comme ça).

Donc, Madame Moreau, je sais bien que beaucoup de gens vous écoutent encore par habitude et que donc vous vous sentez un peu obligée de leur fournir de quoi se remplir les oreilles.

Je tiens cependant à alléger cette pression qui pèse sur vous. Comme tous les membres du monde du spectacle, vous n’êtes qu’un singe dansant. Le simple fait que nous vous jetions un peu de monnaie pour vous voir danser et nous divertir ne signifie pas que nous voulons avoir votre avis sur quoi que ce soit.

Donc continuez à sourire, à danser et à nous divertir et laissez donc tranquilles ces petites pensées parasites qui font un peu de bruit quand vous remuez la tête.

Brèves à liens du mardi 26

– Quand un billet est linké à la fois par Jegoun et par Fdesouche, on est en devoir de se demander s’il est particulièrement réussi ou exceptionnellement raté.

– Quand je vois ça et ça, je me surprends à me demander si la milice ne serait pas de nouveau l’avenir de la France.

– J’ai lu, je ne sais plus où (donc pas de lien) que les immigrés clandestins sont à l’immigration ce que les voleurs à l’étalage sont au fait de faire ses courses. J’ai bien aimé cette formule.

– L’Archevêque de Cantorbery s’est fait précéder par des joueurs de tamtams africains en costumes traditionnels (de leur tradition à eux hein, pas de celle de la campagne anglaise) lors de son intronisation. Faut reconnaitre que c’est paradoxal que la modernité se manifeste par des gesticulations préhistoriques.

– Avec tout ça, on pourra peut-être ajouter notre gouvernement à cette liste d’inventeurs tués par leurs inventions.

Barjot et la dissidence qui pique un peu les yeux

Je suis sur Touitteur un des représentants de Fdesouche avec lequel il m’arrive même d’échanger fort courtoisement. D’une, cela m’a fait un peu changer d’avis sur ce site, qui ne se limite pas à ses lecteurs et à l’écart duquel mon snobisme naturel m’a longtemps tenu, de deux, ça fait aussi avancer la réflexion de discuter avec des gens avec qui on n’est pas d’accord sur tout.

Toujours est-il qu’hier soir il regrettait le fait de ne pas avoir lu de bonne analyse sur la manif pour tous et Frigide Barjot. C’est donc avec toute ma modestie naturelle que je lui propose la mienne.

D’abord il faut quand même reconnaitre que la Barjot, malgré tous ses défauts, a été capable de créer un mouvement massif. Grâce devrait lui en être rendue par tous ceux qui gueulent dans le cul d’un koala qu’elle doit rendre les clefs du camion. Sans elle, et quelques autres bien entendu, nous serions tous restés chez nous le 13 janvier et le 24 mars à torturer nos animaux de compagnie ou notre famille avec nos longues complaintes monotones sur l’avenir de la patrie, notre déréliction idéologique et l’incapacité de la ménagère moderne à préparer une tarte aux nouilles digne de ce nom. Les idées marketinguesques de Barjot ont beaucoup apporté et son savoir-faire et son talent sont plusieurs centaines de milliers de fois supérieurs (si on compte en personnes qui se sont remuées le fion) à ceux des autres opposants du gouvernement.

Seulement voilà, son mouvement, qu’elle croit « black, blanc, beur » alors qu’il me semble être plutôt de type « caucasien », lui ressemble de moins en moins. Barjot est une moderne légaliste comme les autres, ce qu’elle n’a jamais caché même si certains font maintenant mine de s’en rendre compte. Ils croyaient tendre le couteau à Charlotte Corday alors qu’ils ne faisaient que ramasser des fraises pour la charlotte.

Ce mouvement est donc à l’image d’une société qui juge systématiquement mal ses représentants, qui les rempli de qualités qu’ils n’ont pas et qui projettent sur eux un désir qu’ils ne peuvent pas combler. Par exemple, utiliser un crâne de chat comme urinoir peut sembler être une bonne idée, mais sa contenance est bien trop petite, surtout en fin de soirée. Vous vous retrouvez donc avec un chat mort et de la pisse partout sur le tapis pour vous être lourdement gouré sur ce qu’il était capable de vous apporter. Mais ce n’est pas la faute du chat, c’est de la vôtre.

Hollande a été élu. Le mariage gay était dans son programme. Point. Au-delà du fait que cette bataille a été perdue il y a déjà fort longtemps faute d’avoir été menée, remettre en cause cette loi, débattue au parlement de manière parfaitement démocratique, c’est rentrer en dissidence et donc accepter les méthodes qui vont avec et les yeux qui piquent. Vous voulez faire reculer le gouvernement ? Je vous comprends parfaitement mais ce sera insuffisant. Ce gouvernement n’est qu’un symptôme, en aucun cas une cause. Si vous voulez vous en prendre à la cause, cela va nécessiter autrement plus de sacrifices qu’un dimanche après-midi en plein air et des leaders nettement moins festifs.

Muse ingrate et versatile

Une nuit de ce week-end, assez tard et donc assez mouillé, j’ai cru avoir une formidable idée de billet au sujet de twitteur, de la gauche et de Voltaire. Cette inspiration m’était directement venue à la suite de la lecture de la blogowar déclenchée entre gens tolérants donc de gauche.

Dans ma tête cela prenait des allures d’échafaudage foutraque et grandiose, plein de sève libidinale et de licences obscènes. Cela aurait été un grand billet, faisant date dans l’histoire de la blogosphère politique et annihilant tous ces insectes. Cela aurait été la vie même exposée sous vos yeux ébahis, une explication définitive et absolue. Vous auriez été tellement secoué que vous vous seriez retrouvé avec la coupe de cheveux de Chantal Biya.

Et puis j’ai débourré. J’ai oublié cet élan et ce matin en lisant la note que je m’étais laissé pour penser à insuffler la vie dans ce qui était supposé devenir un être fabuleux, svelte et souple comme une vestale mythologique, je me suis rendu compte qu’en fait je n’en avais parfaitement rien à branler dans un verre de cantine de leurs enfantillages grotesques. Si leurs petites disputes ont pu me divertir une grosse demi-heure avant mon couché, elles ont perdu tout leur piquant dès lors que j’ai trouvé quelque chose de plus important à faire comme me curer le nez ou repasser le koala.

J’aurais dû écrire tout de suite au lieu de croire que l’on peut faire mûrir une fulgurance. Hemingway lui-même disait qu’il fallait écrire beurré et se relire à jeun.

Il n’en reste qu’une chose que je vais laconiquement partager avec vous. Twitteur est un média de gauche, je ne sais pas pourquoi mais c’est comme ça. La gauche passe son temps à rêver que Voltaire daigne s’abaisser à leur faire subir les derniers outrages. Ils adorent cette fausse citation de lui selon laquelle « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » et pourtant ils n’ont qu’une seule envie, faire taire par tous les moyens ceux qui ne sont pas d’accord avec eux sur tout au picomètre près. En ce sens, ils sont bien les dignes héritiers de cette girouette emperruquée de Voltaire.

Je retourne à de plus saines lectures.

Rôti de porc au lait

Je ne mange que rarement du rôti de porc parce soit c’est sec, soit ça a été fourré aux pruneaux pas un psychopathe dont le seul but est de voir ce qui se trouve à l’intérieur de votre vide sans se donner la peine de l’ouvrir.

voici donc la solution à ce problème.

ingrédients:

– 2 échalotes

– 2 gousses d’ail

– 1 rôti de porc donc

– du lait

– sel poivre et épices que vous aimez.

comment faire:

On commence par faire revenir le rôti sur toutes ses faces à lui qu’il a. On réserve. On fait revenir dans une cocotte l’ail et l’échalote émincés. On colle la viande par dessus et on couvre avec le lait. Sel, poivre, épices etc.

On laisse le lait bien réduire et voilà! Bon, oui c’est un peu simpliste mais je ne ai pas le temps de faire mieux aujourd’hui, il faut que j’apprenne au Petit Mousse les rudiments de l’équarrissage et comment catapulter les parties indésirables sur nos ennemis.

 

 

 

Pour l’écrivain en bâtiment

Voici quelques jours, c’était l’anniversaire de Didier Goux et c’est donc avec quelques jours de retard que je lui offre mon cadeau:

https://soundcloud.com/belanofcp/honore-bostel-bostella-samba-de-balzac (faut appuyer sur « click to play » en haut au milieu).

J’espère que ça va lui plaire!