2 recettes spéciales gueule de bois: les œufs Bénédicte et l’huître de prairie

gal-monsters-panslabyrinth-1-jpg.jpg

Si vous êtres très gentil, voici ce que vous préparerez pour votre partenaire de vie du moment avant qu’il ne se réveille d’une soirée un peu rude.

Commençons par les œufs Bénédicte.

Ingrédients qu’il faut (pour 1 gros bien gueuldeboisé) :

– 4 oeufs
– Idéalement, 2 muffins, sinon 4 tranches épaisses de bon pain de campagne
– de la sauce hollandaise. Plein. Donc pour la faire il vous faudra : 100 g de beurre, 2 jaunes d’œufs, 1 petit citron, 1 cuillère à soupe d’eau froide, 1 demi-cuillère à café de sel fin, 3 tours de moulin à poivre
– 8 tranches de bacon

Comment c’est-y qu’il faut faire :

On commence par la sauce hollandaise.

Posez un verre de vin sur la table de nuit du gros qui ronfle pour qu’il puisse se remettre à niveau au réveil.

Coupez le beurre à température ambiante en petits cubes pendant que l’eau du bain marie chauffe avec le thermomètre du bain du Petit-Mousse dedans. Dans une casserole plus petite que la grande dans laquelle vous faites chauffer la flotte, déposez les jaunes d’œufs, l’eau et 35 g de beurre.
Quand l’eau du bain-marie est à 60°C, c’est bien. Faut qu’elle reste à cette température.
Placez la petite casserole dans l’eau chaude pour lui chauffer le cul à cette coquine.
Au fouet manuel, pour ne pas faire trop de bruit, mélangez les jaunes d’œufs et le beurre, doucement d’abord pour obtenir un mélange onctueux, puis plus énergiquement pour monter la sauce en incorporant en plusieurs fois le beurre restant.
La flotte ne doit surtout pas bouillir donc gardez un verre d’eau froide à portée de main pour la refroidir si nécessaire.
Au bout de 7 à 8 min, la sauce doit être liée et mousseuse comme… la fourrure d’un koala en séance de bondage.
Hop, on ajoute le sel, le poivre et le jus de citron.
On retire du feu mais on laisse dans le bain-marie. Maintenez dans le bain-marie chaud, hors du feu.
La hollandaise, nommons la Zara Whites, est prête. Fouettez là un peu de temps en temps pour qu’elle ne colle pas et versez une cuillère à soupe d’eau froide si elle devient trop épaisse.

Après ce n’est plus trop complexe. Pochez les œufs, tout en faisant griller les muffins et le bacon.

Quand tout est prêt, recouvrez chaque tranche de pain d’une tranche de bacon, puis d’un œuf poché, puis nappez de Zara Whites. Poivrez à votre goût.

Et voilà !

Maintenant, l’huître de prairie.

Ingrédients pour 1 verre :

1 œuf bien frais
1 grosse cuillère de sauce Worcestershire
Du sel
Du poivre
Du Tabasco, plein

Comment donc s’y prendre:

Dans un grand verre on casse l’œuf en faisant attention à ce que le jaune reste intact. On y colle tous les ingrédients susmentionnés et on descend le tout d’un trait.

Et voilà! Votre parent 2 ne saura pas comment vous remercier.

Publicités

42 réponses à “2 recettes spéciales gueule de bois: les œufs Bénédicte et l’huître de prairie

  1. Beuah ! Trop raffiné pour moi !

  2. Sinon, comme accélérateur de palpitant, il y a le calva-jaune d’oeuf.

  3. L’avantage de vos recettes c’est (un peu comme l’oeuf meurette) qu’elles font gerber le trop plein de bile les lendemains de cuite.
    Efficace en effet.

  4. LeVertEstDansLeFruit

    Vous le sortez d’où le portrait d’Hessel?

  5. Robert Marchenoir

    Fiscalité : le patron de Dassault Systèmes songe à partir

    http://www.lefigaro.fr/impots/2013/03/11/05003-20130311ARTFIG00373-fiscalite-le-patron-de-dassault-systemes-songe-a-partir.php

    Dassault Systèmes, l’une des rares, très rares entreprises françaises de niveau mondial dans les technologies numériques…

    Bravo Hollande, continue comme ça à détruire spéhi… Ce type serait payé par les Chinois, on ne verrait pas la différence.

  6. Robert Marchenoir

    Aujourd’hui, notre rubrique : je suis un terroriste islamiste et je suis un gros con.

    La police a arrêté trois personnes près de Marignane qui avaient chez elles « deux pistolets automatiques de calibre 7,65, un revolver 357 magnum, 50 grammes de TATP, un explosif aussi instable que puissant, dix kilos de mélange nitrate-fuel, 150 kilos de nitrate ainsi que deux litres d’acétone pouvant permettre la fabrication de 600 grammes de TATP supplémentaire. »

    Elles ont été arrêtées parce qu’elles avaient « envoyé un courriel de menace visant le président Barack Obama » et « planté un drapeau salafiste sur le toit de leur pavillon ».

    Il faudrait au moins instituer un CAP de terroriste musulman, pour éliminer les abrutis complets.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/11/01016-20130311ARTFIG00381-marignane-les-islamistes-preparaient-un-attentat.php

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/07/01016-20130307ARTFIG00662-deux-apprentis-djihadistes-interpelles-a-marignane.php

  7. Cretinus Alpestris

    Et pendant ce temps, en Suisse, juste en bas de chez moi, on se prépare à la guerre qui vient ou qui pourrait venir (mais qui est un pur fantasme helvétique selon l’UE) :

    http://www.lematin.ch/suisse/1600-militaires-engages-sion/story/10713317

  8. Robert Marchenoir

    Bah, c’est pas parce qu’une armée s’entraîne que ses chefs politiques prévoient la guerre… Etre entraîné, c’est la raison d’être d’une armée.

  9. Robert Marchenoir

    Au fait, Crétinus, tant que je vous tiens, comment gérez-vous le problème linguistique au sein de l’armée suisse ?

    • Cretinus Alpestris

      L’alinéa 57 du chapitre 5 du Règlement de service de l’armée suisse répond de manière très clair à la question, en une seule phrase :

      « Le supérieur s’exprime dans la mesure du possible dans la langue du subordonné. »

      Autrement dit, le simple soldat romand recevra habituellement des instructions en français. Et c’est donc aux officiers de faire les efforts nécessaires pour communiquer entre eux.

      Notons quand-même que le citoyen suisse « normal » se tape cinq années d’apprentissage de la langue allemande durant sa scolarité obligatoire, ce qui le prépare psychologiquement à ce qu’il va affronter durant son service.

      • Robert Marchenoir

        J’en déduis donc que le citoyen suisse-allemand n’est pas « normal »…
        :D

      • Cretinus Alpestris

        Non, non, je me suis mal exprimé ! J’entendais par « normal », le citoyen suisse « standard » qui suit un parcours de vie conventionnel : enfance, scolarité obligatoire, service militaire, etc. et pas un de ces récents cas « spéciaux » qui ne maîtrise même pas une des quatre langues fédérales alors qu’on lui a naïvement donné, dans notre grande bonté, un passeport à croix blanche.

        A noter que les Suisses alémaniques doivent se taper cinq années de français. Je ne sais pas lesquels sont les plus à plaindre…

      • Robert Marchenoir

        C’est bien ce que j’avais compris !

        Je me suis laissé dire que dans les faits, pas mal de Suisses ne pratiquent pas la langue de l’autre bord (je laisse de côté l’italien et le romanche), d’où l’essor de l’anglais.

        Par exemple, je tombe sur pas mal de sites suisses-allemands qui n’ont pas de version française… mais qui ont une version anglaise !

      • Cretinus Alpestris

        C’est vrai et j’avoue être le premier à échanger en anglais avec des collègues alémaniques… simplement par fainéantise, l’anglais étant bougrement plus facile.

        De plus, si je devais m’amuser à traduire des termes informatiques comme « cluster » ou « recordset » en allemand, je devrais recourir au dictionnaire en permanence. Alors autant commuter complètement en anglais.

        Et je pense que c’est pareil pour mes collègues alémaniques qui ne vont pas passer 5 minutes à rechercher l’équivalent de « cluster » en français : « grappe de serveurs », c’est aussi ringard que « cédérom » ou « butineur ».

        Y’a un moment où l’efficacité prime sur la beauté de la langue, même si je peux comprendre que cela peut en attrister plus d’un.

  10. Ah, je pensais que le seul fantasme suisse était le cunnilingus à l’hémenthalh.

    Sinon, comme il fallait s’y attendre, Jean Robin, loin de s’être calmé, a été tout émoustillé par les attaques et nous a pondu une autre vidéo, qui Dieu merci ne dure que 1:30, et dans laquelle, Dieu merci bis, il n’apparaît pas, mais qui n’est pas loin d’être aussi surréaliste que la première :

    http://www.enquete-debat.fr/archives/laurent-obertone-nest-pas-clair-52065/comment-page-1#comment-315190

  11. Robert Marchenoir

    Gato, Jean Robin avait déjà écrit que si la « blogosphère d’extrême-droite » le critiquait, c’était bon signe. Donc toute cette affaire l’arrange, ça lui fait aussi du trafic. Enfin, il essaie d’en avoir.

    Je suis un gros con > Tout le monde m’accuse d’être un gros con > C’est bien la preuve que je ne suis pas un gros con.

    C’est un exemple pour illustrer la connerie du raisonnement, hein. Je n’ai pas dit que Jean Robin était un gros con.

    • Cretinus Alpestris

      Ce que je reprocherai à Jean Robin, c’est qu’il tente de faire du « journalisme » — il nomme son site « Enquêtes et Débats » — alors que ses reportages sont loin d’être objectifs : il est un ardent défenseur de la cause libérale.

      Etre libéral n’est pas un problème en soi, (je le suis également), mais du coup, il devient difficile de faire preuve d’objectivité lorsqu’il interviewe des personnalités d’un autre bord et tente d’y faire passer sa propagande.

      Bon, vous me direz que 95% des médias français font pareil mais, eux, sont de gauche…

      • Robert Marchenoir

        Il a surtout du mal à faire la différence entre ses casquettes de journaliste, d’auteur de livres, d’éditeur, de directeur de site, de gérant…

        Et puis, il faut bien dire que la clarté, la rigueur et la cohérence ne sont pas ses points forts, ni en ce qui concerne l’information, ni en ce qui concerne ses opinions.

      • Cretinus Alpestris

        Par contre, il faut quand-même lui reconnaître qu’il a un certain talent. Il a a réalisé des vidéos où l’on peut observer des personnes de deux bords différents s’affronter en d’intéressantes joutes verbales.

        Typiquement le type d’émission qui devrait passer sur le service publique mais celui-ci ne semble inviter que le même bord… des débats où tout le monde est d’accord ou s’entretue sur un point de détail, c’est soporifique et improductif. Ce qui est la définition du service publique, vous me direz.

        Hélas, Jean Robin perd également un temps incroyable à réaliser des vidéos dont tout le monde s’en fout, genre « Soral a dit un connerie » (c’est pas la matière qui manque)… et là, c’est lassant.

      • Robert Marchenoir

        Absolument, Robin sort des trucs intéressants de temps à autre, et puis il est teigneux, il va chercher l’info.

        Il disait dans sa vidéo que Toblerone avait besoin d’être coaché, mais c’est lui qui a besoin d’être coaché… ça lui éviterait de perdre du temps et de se discréditer dans des querelles de pinailleur, mesquines et hargneuses, qui le desservent.

      • C’est tres bien tout ca, mais quel rapport avec les recettes pour la gueule de bois?

      • Robert Marchenoir

        Aucun rapport. C’est juste qu’on est rapidement à court de trucs à dire sur les oeufs Bénédicte…

      • Bizarre, je les trouve pourtant autrement plus interessants que les histoires de Robin…

      • « il est un ardent défenseur de la cause libérale »

        Attendez, et encore, y a deux-trois ans, il savait à peine ce qu’était le libéralisme, je le sais pour avoir pas mal fréquenté son blog quand il existait encore. Alors bien sûr, on peut changer, et rapidement, mais quand je le vois se poser en grand champion de l’anti-gauche, euh bon.

      • Robert Marchenoir

        Ben oui, mais à part les bouffer…

      • Ah mais je ne veux pas bouffer du Robin moi! Marchenoir vous n’etes qu’un vil propagandiste zomo en fait!

      • Cretinus Alpestris

        Bénédicte… c’était pas la meuf qui tirait les plaquettes chiffrées du « Compte Est Bon » dans « Des Chiffres Et Des Lettres » ?

        Y’a 20 ans…

        Voilà, je peux pas faire plus au niveau « rapport »…

      • Robert Marchenoir

        Un propagandiste zomo ? Qui est-ce qui est de la jaquette, dans cette histoire ? On me dit jamais rien, à moi…

  12. Robert Marchenoir

    Canal+ vs Obertone : « Le problème c’est que les gens achètent ce livre ! »

    Eh oui… on ne peut pas toujours dicter aux gens ce qu’ils doivent lire ou pas lire…

    http://www.fdesouche.com/356658-canal-vs-obertone-le-probleme-cest-que-les-gens-achetent-ce-livre-video

    • Cretinus Alpestris

      A l’époque de Brejnev, il suffisait qu’un pamphlet soit considéré un tant soit peu comme anti-communiste pour que le peuple se l’arrache et se le refile sous le manteau.

      Pareil pour France Orange Mécanique : plus le livre sera dénoncé par les commissaires de la bienpensance, plus celui-ci se vendra.

      Merci C+, la chaîne qui se veut « insolente » mais qui n’a jamais été autant étroite d’esprit qu’à notre époque.

    • Cretinus Alpestris

      La journaliste de Canal Bobo se nomme Apolline de Malherbe… et elle l’a mauvaise ! (Oui, c’est facile…)

      J’ai trouvé son CV sur Linkedin :

      Ecole doctorale de Sciences-Po
      DEA, Sociologie 2004 – 2005

      Institut d’Etudes politiques de Paris
      Master, Service Public 2002 – 2004

      Sorbonne
      Licence, Lettres Modernes 1999 – 2000

      Lycee Blomet, Paris
      Hypokhagne, Khagne 1997 – 1999

      Et elle finit sur Canal Bobo comme intervieweuse politique… magnifique !

    • Extraordinaire ! Les gens l’achètent ce livre, les gens non mais vous vous rendez compte, mais qui sont ces gens ? Pourtant on en parlait assez peu dans les médias dit la dame et puis c’est proche du Front National, berk caca ! Mais il faut faire quelque chose, je ne sais pas moi, ces gens sont dérangeants.

  13. Robert Marchenoir

    Nos amis suisses sont sympathiques, mais, euh… un peu bizarres, tout de même. Déjà, le curling… Mais alors, le football suisse…

    http://bit.ly/15HR8km

    • Cretinus Alpestris

      Le curling étant une invention écossaise, je tiens à le rappeler !

      Difficilement exportable dans les pays musulmans à cause de la « Hog Line »… qui délimite la zone de lancement. Pourtant, un effort avait été fait grâce à l’utilisation de la pierre, qui ne sert pas uniquement à la lapidation.

      Mais bon, voir des musulmans « balayer » devant leur « maison », c’était bien trop progressiste pour eux, les mentalités ne sont pas encore réceptives.

      Après ces élucubrations islamophobes, je suis malgré tout étonné de la rapidité des joueur pour attraper cet animal gazonphile.

      L’autre jour, lors d’un entrainement au FC Sion, on a eu toutes les peines du monde à capturer une tortue domestique qui s’était aventurée sur la pelouse…

      C’est à vous, Amiral, pour les réclamations au sujet de cette pollution bloguesque qui n’a vraiment plus aucun rapport avec le susdit sujet.

      • Un Suisse qui pollue?
        On aura tout vu!
        Et pourquoi pas un Grec qui travaille ou un Anglais qui boit sa bière fraîche, tant qu’on y est ?

      • Robert Marchenoir

        Martre en meurette à la vaudoise (recette chiante et compliquée)

        – Commencez par constituer deux équipes de onze footballeurs.

        – Trouvez un terrain de football. En Suisse. Oui, c’est comme ça, c’est important pour le goût final.

        – Trouvez une martre. Je veux pas le savoir, démerdez-vous.

        – Lâchez-la au milieu du terrain.

        – Mélangez bien avec les joueurs.

        – Juste avant que la martre soit réduite en bouillie par une chaussure à crampons, faites-la poursuivre par un joueur de rugby. Oui, je vous expliquerai plus tard.

        – Arrivé à la hauteur de la martre, le joueur de rugby doit lui faire un placage impitoyable (qu’il n’aurait pas pu faire s’il avait été joueur de football, hé, banane…).

        – Faites attention ne pas vous faire mordre par la martre, qui est toujours vivante à ce stade (de foot).

        – Demandez à Woland comment la préparer en meurette (faut bien qu’il bosse un peu…).

        – Servir avec les oeufs. En meurette eux aussi, oeuf corse.

      • Mouais. Pas mal comme recette, mais c’est à quel moment qu’on met les brocolis Picard?

      • Cretinus Alpestris

        Une fois de plus, je ne peux m’empêcher de tisser un parallèle écossais à votre recette, Robert : le lancer de haggis, autrement dit le lancer de panse de brebis farcie (Aristide adore ce plat paraît-il…).

        Le lancer de haggis ou « haggis hurling » est une activité sportive pratiquée principalement pendant les festivals d’été de jeux traditionnels des Highlands. Dans un premier temps, le haggis est cuisiné suivant une tradition spécifique. Le jury vérifie le Haggis avant chaque lancer, à la recherche de défauts. Debout sur un tonneau, le candidat lance son haggis de 500 grammes. Différentes postures sont exécutées durant le lancer : la contorsion, le pivotement, la rotation, le transfert de puissance et la sortie.

        Le haggis doit être consommable à la fin du lancer : si le haggis éclate, le candidat est automatiquement disqualifié. La note finale est une composition des notes données pour chaque étape, plus la distance parcourue par le haggis.

        Si vous êtes sage, je vous entretiendrai des étranges similitudes entre la cornemuse et le cor des Alpes.

  14. Il faut dissoudre les gens. C’est simple !

  15. On voit pas trop ce que ça vient faire là, mais je l’ai mis bien avant les haggis et toussa.
    En tout cas, ça répondait à quelqu’un qui disait qu’on devait dire aux gens ce qu’ils doivent lire.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s