Le Sonnet d’Arvers et mon grand-père

Puisque je fais dans les hommages aujourd’hui je vais continuer.

L’autre jour au fil de ma lecture de « une histoire de la littérature française » d’Haedens, je suis tombé (il ne faudrait jamais lire en marchant) sur une petite romanichelle qui faisait la manche et qui est morte sur le coup écrabouillée par mon corps massif et dur comme du bois de fer mais ça n’a pas d’importance, ce que je voulais dire c’est que je suis aussi tombé sur une mention du Sonnet d’Arvers ce qui m’a fait instantanément penser à feu mon grand-père.

C’était un colosse autodidacte à la mémoire assez prodigieuse (quoique plus je connais des vieux et plus je me dis qu’ils ont tous une bonne mémoire, ça doit être une coïncidence et en aucun cas lié aux méthodes éducatives de l’époque), fort en gueule, soupe au lait comme ce n’est plus permis, gaulliste acharné, anti-communiste atrabilaire, passionné de nouvelles technologies et qui aimait beaucoup ce poème.

Donc je vous le colle là :

« Mon âme a son secret, ma vie a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu.
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas ;

À l’austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas. »

Ainsi, peut-être que la prochaine fois que vous lirez ce petit sonnet vous penserez à mon grand-père. On a l’immortalité que l’on peut.

Publicités

57 réponses à “Le Sonnet d’Arvers et mon grand-père

  1. Le mûrissement des âmes aboutit parfois à un retour aux âges évolutifs et acnéiques où la poésie de tripoteurs névrosés fait office de point d’ancrage instables tel des pitons d’escalade dans un chevreuil pourrissant sur une falaise.
    Quant au rombier qui sort le sonnet à ma tendre femme en pleine rue comme çà, il a autant la certitude de se voir répartir proprement en pleine rue qu’un pax de l’AF447 avec son pilote conjugalo-névrosé.
    Respect quand même au vénérable engendreur de l’engendreur de l’Amiral !
    Et pour l’anecdote, le mal rasé en a même fait une version http://www.youtube.com/watch?v=-ikupDtm1QY

  2. Ce poème est de la même veine que « les Passantes »

  3. Robert Marchenoir

    Les fonctionnaires Degauche de l’Education nationale, si sourcilleux sur le respect des « valeurs républicaines » et « l’ouverture à l’Autre », couvrent le trafic d’esclaves nègres, le travail des enfants et le viol de mineurs dans leurs propres locaux :

    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-femme-de-menage-a-14-ans-dans-un-lycee-21-03-2013-2658879.php

    • Hum… Je suis pour cogner sur les profshein, cependant dans ce cas precis c’est un probleme auquel sont confrontes des tonnes d’entreprises.

      • Robert Marchenoir

        Hein ? Des tonnes d’entreprises sont « confrontées au problème » de l’esclavage d’immigrés illégaux de 14 ans, violés pour les faire taire ?

  4. Voui mais comme ils n’ont pas de papiers (ils les ont mangés dans le bateau), ils trichent sur leur âge.
    Ya des élèves de 14 ans qui sont sûrement plusieurs fois père ou mère…
    Pis là, c’était sans doute pour lui donner une légitimité et lui éviter un retour au bled… Tout est bon !
    J’approuve pas, hein !
    Même si je suis fonxionère de droite. Et de l’éduc naz, ce qui est aggravant.

    • Robert Marchenoir

      J’aimerais bien qu’on m’explique comment on peut « tricher sur son âge » quand on a 14 ans. Vous confondez une fille de 18 ans et une autre de 14, vous ?

      • Non pas exactement. Elles sont confrontees a des usurpations d’identites. C’est tres frequent dans le BTP et la securite. Un type arrive avec une carte d’identite et faire la difference entre la photo et la trogne du type est parfois… Difficile.

      • Oui, farpaitement, quand elles viennent du Mali ou du Sénégal.
        Les garçons, pareil !
        Merde, vous avez déjà vu des noir(e)s de près, Robert ?

      • Robert, avez vous vu quelque part en franais ce petit dtail: « This is a classic case. It is very common for people of foreign origin living in France to go back to their country, where they are connected and where it is easy to find someone poor to exploit, said Ody.

      • Ok, je l’ai finalement trouv dans le parisien .

        Le 22 mars 2013 11:29, amiral woland a crit :

        > Robert, avez vous vu quelque part en franais ce petit dtail: > « This is a classic case. It is very common for people of foreign origin > living in France to go back to their country, where they are connected and > where it is easy to find someone poor to exploit, said Ody. > >

  5. Ben, s’il s’agit de Noirs ou autres exotiques, nos repères habituels perdent en pertinence.

    • C’est un fait comme dit l’autre, beaucoup de coachs constatent qu’une bonne partie des moins de treize ans se rasent tous les jours et présentent un physique heu… précoce.

      • Robert Marchenoir

        Une bonne partie des moins de treize ans se rasent tous les jours.

        Y compris les filles ?

    • Evidemment !
      Plus les masses de nattes ajoutées, le maquillage.
      Elles paraissent avoir 20 ans à 14 !

      • Enfin vous parlez des mecs, Coach et moi des filles.
        Quoique, les mecs peuvent ajouter des nattes aussi ^^

      • Z’avez vu Carine, le Robert il se moque de moi, il sait pourtant bien que je n’ai pas accès aux douches des nanas et que je cause des moins de treize ans en foot, mais il se moque quand même. Alors que s’il voyait la différence entre un moins de tweize et un moins de treize sous la douche il dirait « il faut protéger les moins de treize ! » Et il passerait pour un gros raciste, qu’il n’est pas, je m’empresse de le préciser.

      • Coach
        Débrouillez-vous avec Bob hein ! Y va pas vous renvoyer dans votre cuisine, vous !
        Juste dans votre gymnase. C’est quelle marque, votre gymnase intégré ?

        Je retourne à mes crèpes.
        Résumons-nous :
        les mecs se rasent et les filles portent des masses de tresses, mais les mecs zaussi.
        C’est plus clair ?

  6. Petite précision que n’a pas donnée Robert : il s’agit d’un lycée privé laïc. C’est donc la faute au libéralisme consumériste athée, et les profs de l’éduc naze, même degauches, n’y sont pour rien. Jamais ils n’auraient laissé une Noire faire le ménage, eux, c’est trop dégradant !

  7. Gainsbourg aussi l’aimait bien ce sonnet

  8. Robert Marchenoir

    Mais il ne s’agit pas de carte d’identité, bordel de Dieu ! Je sais bien que les adolescents noirs font vieux pour leur âge, mais d’abord ça vaut pour les garçons et pas pour les filles, et ensuite vous n’allez pas me faire croire qu’on peut confondre une fille de 14 ans avec une de 18. Pour ne pas dire de 30, parce que ce ne sont pas des filles de 18 ans qui font le ménage, d’habitude.

    Quant au BTP et à la sécurité, on y recherche des garçons de 16 ans ? Je ne crois pas. La confusion sur les cartes d’identité permet de maquiller l’immigration clandestine, et elle permet de prétendre auprès de la police que des majeurs sont mineurs (et donc protégés par la loi). Pas que des filles de 14 ans ont 18 ans, ou 20, ou 30.

    Il y a clairement négligence de la part de l’administration et des professeurs de cette école. Ou alors, il faut me dire que personne n’est responsable de rien, ce qui va bien, effectivement, avec la mentalité française.

    Faut juste pas qu’on me casse les couilles avec « l’humanisme » des professeurs, leur « solidarité » et leur « ouverture à l’Autre » après ça.

    • Ben si on parle de carte d’identité vu qu’elle bossait sans doute pour une boîte de prestations offrant ses services au lycée en question… Après de toute façon l’âge qu’on lui donne n’a pas d’importance vu qu’on ne regarde pas les femmes de ménage. Elles sont invisibles. Mais loin de moi l’idée de faire passer les profs pour des humanistes pour autant.

  9. Robert Marchenoir

    « On ne regarde pas les femmes de ménage. »

    C’est exactement ce que je reproche au personnel de ce lycée. Vous voyez une fille de 14 ans qui fait le ménage, et vous ne vous posez pas de questions ? Admettons même qu’elle fasse vieux pour son âge et ressemble à une fille de 16 ans, voire 17, et même 18 ! C’est elle qui tient le balai, au lieu de la grosse dondon de 35 ans habituelle en pareil cas, et vous ne vous posez pas de questions ?

    Elle ferait des pipes dans la cour, vous ne vous poseriez pas de questions, sous prétexte qu’elle serait employée par une société extérieure et qu’ils ont bien dû se livrer aux vérifications nécessaires ?

    • En principe, Robert, le ménage des classes se fait en dehors des heures de cours !
      Dans un collège, les gens se connaissent, il y a échanges de conversations.
      Dans un lycée, grosse boîte, même les profs ne se connaissent pas. Et tout y est hiérarchisé. Les profs ne se mélangent pas ^^.C’est pas vous qui vous en plaindriez ! Vous n’êtes pas socialiste, oder ?

  10. Ouais, bof, ils se sont peut-être juste dit que, puisqu’il n’y a pas de mal à se faire sucer par une femme de ménage, autant que ladite femme de ménage ait 14 ans plutôt que 50.
    C’est juste une hypothèse, hein.

  11. Le ménage dans les bureaux se fait tôt le matin ou tard le soir. Si dans les lycées, c’est pareil, personne du bahut ne pouvait s’apercevoir de quoi que ce soit.

    • Exactement !
      De toute façon, il y a pire.
      J’ai lu hier le cas d’une jeune fille arabe qui avait été l’esclave tout court et l’esclave sexuelle de cousin-cousine pendant des années…

    • Robert Marchenoir

      Oui, j’attendais que quelqu’un sorte cette ânerie.

      Précisément : ça prouve que les fonctionnaires n’en branlent pas une, et ne sont JAMAIS là tôt le le matin ou tard le soir.

  12. Et tout ça ne nous dit pas pourquoi l’amiral fait 10 ans de plus que son âge, et à des analyses médicales d’un type de 61 piges.
    La race n’explique pas tout !

  13. Robert,

    Mon pov’garçon, la nature fait qu’un nombre conséquent de minettes à 14 ans ont tout ce qu’il faut, la ou il faut pour en faire des petites femmes. Collez-lui par la suite n’importe quelle tenue, qui ne la ramène pas à son univers social, et vous n’y verriez qu’une jeune femme et qu’en France, on peut travailler à partir de 16 ans.

    Aristide,
    Vos faites dans la provoc, mais vous ne devez pas y connaitre grand chose. Vous devez être comme Robert, quelques lacunes à combler.

    • Je vois que vous avez fait des tests comparatifs. Vous êtes socialiste, sans doute?

      • mouais,

        Comment vous dire sans verser dans la pornographie. Tiens imaginons que vous fassiez ouvrir le bide , vous préférez un jeune médecin qui se fait la main, ou un professeur expérimenté. Si vous ne comprenez pas, c’est que vous êtes aussi intelligent que Robert.

        Qui d’ailleurs me formule un avertissement, qu’il convient de vous retourner, quant à VOTRE fantasme et non le mien.

      • Ah, très bien.
        Qu’il soit donc dit que vous préférez les poires bien blettes et ratatinées aux poires fermes et juteuses et que pour vous le comble de la séduction féminine, celle dont les charmes vous troublent les sens et l’esprit, c’est la grosse Lulu qui a son coin de trottoir réservé depuis quarante ans en haut de la rue Saint Denis.
        Mais attention quand même, Pearchon, la nécrophilie aussi est punie par la loi.

      • Petit rebelle réactionnaire à deux francs, six sous… aka Aristide.

        Si t’as pas compris mon message soit qu’un peu de pratique ne nuit pas à une bonne turlute mais mon gars, pas la peine de faire de la prose avec les vieilles rombière de la rue St Denis…

    • Robert Marchenoir

      Grochon est mûr pour se faire choper pour détournement de mineure. Attention Grochon, même si elle est noire, ça peut vous coûter cher. La justice ne plaisante pas avec ces trucs-là.

  14. Et puis, en Afrique, quand vous achetez un certificat de naissance au marché, on vous demande quel âge vous voulez avoir. Ce sont de vrais libéraux, eux.

  15. « Précisément : ça prouve que les fonctionnaires n’en branlent pas une, et ne sont JAMAIS là tôt le le matin ou tard le soir. »

    Vous m’avez convaincu, Robert : dès demain je me rends au lycée à 5h, inspection des salles de classe, vérification de l’âge de tous les personnels de netttoyage. En fin de journée, vers 21h, rebelote. Et cela tous les jours, y compris samedi et dimanche. Je sais que c’est à ce compte seulement que je gagnerai votre estime, vous qui me payez grassement avec vos impôts.

    Blague à part.
    On peut taper sur les profs si on veut, du moins si ça soulage. Mais les responsables en l’occurence sont les proviseurs ou principaux, ainsi que le chef des services techniques. Ce sont des fonctionnaires aussi, mais pas des sous-fifres, alors il serait plus logique (sans être moins plaisant) de s’en prendre à eux, non ?

    • Robert Marchenoir

      lLes responsables en l’occurence sont les proviseurs ou principaux, ainsi que le chef des services techniques… il serait plus logique (sans être moins plaisant) de s’en prendre à eux, non ?

      Oui, Marco. Je m’en suis pris AUSSI à eux, en effet. Mais, pris par votre communautarisme professoral rabique, vous ne l’avez même pas remarqué.

      Vous n’avez pas remarqué que je m’en suis pris à tout le monde, y compris aux parents d’élèves, qui traînent quand même dans les écoles de temps à autre.

      Et je vois que vous êtes toujours aussi malhonnête.

      Je m’étonne que parmi les innombrables personnes qui passent dans un lycée, il n’y ait eu personne pour être là au moment où passent les femmes de ménage, et vous faites semblant de comprendre que je reproche à TOUS les professeurs de ne pas être là TOUS les jours à 5 heures du matin.

      Figurez-vous que dans une entreprise privée qui emploie autant de gens qu’un lycée, il est courant que CERTAINES personnes, DE TEMPS A AUTRE, croisent les agents d’entretien, parce qu’elles arrivent tôt le matin ou restent tard le soir pour finir le travail et le rendre dans les délais.

      Evidemment, vous ne pouvez pas savoir. Vous vivez dans la bulle du public.

      Quod erat demonstrandum.

  16. « Elle ferait des pipes dans la cour, vous ne vous poseriez pas de questions… ? »

    Si elle me la fait à moi, j’éviterais en effet de poser des questions, fo que la fille soit relax dans ces moments-là…

  17. Pour preuves que le niveau ne baisse pas tant que cela, il suffit de constater à quelle vitesse les commentaires de ce billet ont réussi à passer d’un sujet éminemment poétique à la critique des horaires de travail dans la fonction publique et d’observer qu’il y a un siècle un garnement qui cirait les bancs d’une classe de sixième jusqu’à ses dix-huit ans finissait au mieux auteur comique en prose, alors qu’aujourd’hui, dans les mêmes conditions on peut s’enrichir comme poète de rap, en vers.
    Halte aux grincheux.

  18. Je vous trouve très beaux.

  19. J’avais oublié, Robert, que pour vous TOUT LE MONDE est responsable, sauf les libéraux et donc vous, bien entendu. Nous sommes tous responsables de la crise, tous responsables de la dette (parce que nous voulons tous plus de fonctionnaires).
    Tous sauf ceux qui crient partout qu’il y a trop de fonctionnaires.
    Vous avez créé un système de pensée à seule fin de vous éxonérer toujours de votre propre responsabilité. Vous passez votre temps à dénoncer les responsabilités de tout le monde en tous domaines, comme une sorte de Savonarole, comme un prédicateur fou se croyant l’envoyé de Dieu et qui peut à bon droit distribuer les torts, condamner les méchants et répandre de délicats parfums sur la tête des élus, c’est-à-dire les libéraux. Votre passion est si intense qu’il suffit que vous lisiez quelque part qu’une gamine de 14 ans a été employée dans un lycée pour que vous entamiez votre danse traditionnelle contre les fonctionnaires (et en l’occurence, si vous voulez, les parents d’élèves, les proviseurs, bref tous ceux qui appartiennent à la fonction publique ou qui l’utilisent). Vous avez même osé dire, ce qui signe votre mauvaise foi, que la gamine avait été violée pour la faire taire, alors que rien dans l’article ne permet de supposer qu’il y ait autre chose ici qu’une affaire sexuelle. Vous avez bien sûr omis de signaler que ce lycée était privé et laïc, information pourtant intéressante, car ces lycées sont assez rares, sont atypiques, et ont toutes les chances de moins respecter les usages de l’éducation nationale. Vous mentez par omission plus que de raison, me semble-t-il. Aussi bien du côté des profs que des parents d’élèves, on est sans doute assez loin, dans ce lycée, de l’ambiance traditionnelle de l’éducation nationale, mais plutôt dans l’ambiance des « boîte à bac » réservées aux plus riches. Que ces gens n’aient pas de morale ne m’étonne qu’à moitié, à vrai dire, mais par aveuglement et esprit de secte vous vous privez (et privez vos lecteurs) d’un élément possiblement capital dans l’évaluation objective des faits.
    Faits par ailleurs d’une banalité hélas très forte (ne pas comprendre qu’une gamine africaine de 14 ans puisse paraître en avoir 18, quand même, quelle insondable naïveté…), faits tordus par vous et que vous ne mettez en avant qu’à seule fin de vous livrer à votre vice préféré, vomir sur les fonctionnaires.
    Vous êtes un grand malade.
    QED derechef.

    • Robert Marchenoir

      On apprend avec intérêt que pour Marco Polo, professeur, fonctionnaire, lorsqu’une fille de 14 ans est arrachée à ses parents en Afrique sous des promesses fallacieuses, pour être réduite en esclavage en France, contrainte à faire le ménage dans un lycée sans être payée, son salaire étant confisqué par sa tante, lorsque cette fille est, de surcroît, contrainte à des relations sexuelles par un homme qui fait le ménage à ses côté, a) cela ne met nullement en cause la responsabilité des fonctionnaires de l’Education nationale, sous prétexte que le lycée serait « privé et laïc », et donc « atypique », b) le viol subi par cette fille serait « uniquement sexuel », et ne contribuerait nullement à son esclavage.

      C’est à des gens pareils, Mesdames et Messieurs, que la République confie vos enfants à l’année longue (y compris vos filles de 14 ans).

      A des gens qui cherchent des prétextes pour excuser et pour exonérer les complices par négligence d’un trafic d’esclaves, sous prétexte que ces gens font partie de leur corporation.

      Ce sont les mêmes qui nous donnent des leçons de morale du matin au soir, à nos frais.

      Vivement qu’on me privatise tout ça.

  20. Gainsbourg l’a chanté.

  21. Meuh non, Robert, admettez seulement que vous avez grossi un triste fait divers comme il y en a de plus en plus pour satisfaire vos pulsions anti-fonctionnariales.
    On comprend : moi aussi j’ai mes marottes.

    Pour vous répondre :
    évidemment que les fonctionnaires de ce lycée n’y sont pour rien (en tout cas les professeurs). La faute incombe d’abord à la boîte privée de nettoyage qui applique des méthodes ultra-libérales de sélection d’employés selon la règle du moins-disant.

    Ah ! si vous saviez à quel point je ne porte pas le corps professoral dans mon coeur, vous cesseriez de m’accuser de le défendre par corporatisme automatique. Je préférerais tellement qu’on l’attaquât sur ses vraies tares, qui sont nombreuses, sans pour autant en faire la lie de l’humanité !

    Ravi cependant d’avoir à nouveau croisé le fer avec vous, cela faisait longtemps. Et comme vous vous faites plus rare (me semble-t-il, tout comme moi d’ailleurs), permettez-moi d’ajouter que vous nous manquez un peu, vos saillies étant souvent drolatiques, et parfois fort justes.

    J’espère que ce compliment venant d’un fonctionnaire ne vous empêchera pas de dormir.

    • Dommage que vous ne veniez jamais lire mon blog, Marco !

      • J’ai une excuse : moins le temps. Mais je suis déjà venu quelques fois, Carine, et je vous prie de croire que vous avez toute mon estime.

    • Marco, permettez moi d’insister, mais si, les fonctionnaires de ce lycée sont aussi responsable. Leur but, leur travail, ce pour quoi ils sont payé c’est l’instruction, l’éducation et la surveillance de l’environnent des élèves (avant il n’y avait que l’instruction, les parents s’occupant du reste mais l’idéologie pédagogiste faisant son œuvre, les profs sont désormais des gardiens de square), ils ont failli à cette mission pour diverse raison, ils ne sont peut être pas coupable mais ils sont en partie responsable.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s