Edito pour Mediavox XX: Eurodéprime

Etant né au début des années 80, il me reste quelques souvenirs du monde d’avant. Les voitures sans ceinture de sécurité, avec un seul rétroviseur et des phares jaunes. Berlin coupé en deux et la peur parfaitement justifiée du rouge au couteau entre les dents. Les gens clopant partout tout le temps et la CEE à 12 membres.

A l’époque, journalistes et professeurs, gens d’une caste unique finalement, expliquaient aux petits enfants que nous étions que l’Europe c’était la paix pour 1000 ans et la prospérité pour au moins aussi longtemps et que donc si l’Europe ne s’imposait pas nos parents seraient envoyés dans les tranchées se faire trucider par des huns avides de massacres et nous serions contraints de travailler dans des usines d’armement où nous nous userions nos petites mains jusqu’à l’os sur du métal dur et froid et où nous aurions un régime alimentaire à base de rat dénutrit.

Donc nous étions pour l’Europe.

La suite est là

Publicités

7 réponses à “Edito pour Mediavox XX: Eurodéprime

  1. Pour celui qui est né au tout début des années quarante et qui a avalé les promesses de l’Europe des six, la déception est grande.

  2. C’est plutôt bien dit… La suite très vite après ce blocus qui est selon le droit international un « casus belli »!

  3. Il me semble que nous sommes rentrés en guerre, a l’extérieur c’est officiel, a l’intérieur c’est nier.

  4. Cretinus Alpestris

    Le 6 décembre 1992, lorsque le peuple suisse décida de refuser son adhésion à l’UE, le président de la confédération parla de « dimanche noir ».

    Nous allions être dévorés par des nuages de sauterelles, la grêle allait détruire nos récoltes, notre bétail allait périr de la peste et tous nos premiers-nés allaient mourir à l’accouchement.

    Hé bien… on attend toujours, dans la peur et les tourments.

    • Mais c’est en préparation, qu’est-ce que vous croyez?
      Seulement la Directive EU 27-456n destinée à compléter le Règlement EU 789-123h/bis concernant l’invasion des criquets n’est pas encore complètement rédigée.
      Mais ça va venir.
      Repentez-vous! Repentez-vous!

    • Robert Marchenoir

      La Suisse n’est peut-être pas dans l’Union européenne, mais elle est entrée dans la zone euro ! Et la BNS se gave de dette française…

    • Les décisions suisses les plus funestes ont été les acceptations (par le peuple) de la libre circulation et de Schengen, pour des motifs économiques. Une fois les frontières quasiment abolies, parler de souveraineté effective n’a plus grand sens et le résultat se voit à l’oeil nu tous les jours. La différence cruciale tient au fait que nous sommes en mesure de corriger ces erreurs majeures dans les urnes (deux votations sur l’immigration sont d’ailleurs prévues).

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s