Rôti de porc au lait

Je ne mange que rarement du rôti de porc parce soit c’est sec, soit ça a été fourré aux pruneaux pas un psychopathe dont le seul but est de voir ce qui se trouve à l’intérieur de votre vide sans se donner la peine de l’ouvrir.

voici donc la solution à ce problème.

ingrédients:

– 2 échalotes

– 2 gousses d’ail

– 1 rôti de porc donc

– du lait

– sel poivre et épices que vous aimez.

comment faire:

On commence par faire revenir le rôti sur toutes ses faces à lui qu’il a. On réserve. On fait revenir dans une cocotte l’ail et l’échalote émincés. On colle la viande par dessus et on couvre avec le lait. Sel, poivre, épices etc.

On laisse le lait bien réduire et voilà! Bon, oui c’est un peu simpliste mais je ne ai pas le temps de faire mieux aujourd’hui, il faut que j’apprenne au Petit Mousse les rudiments de l’équarrissage et comment catapulter les parties indésirables sur nos ennemis.

 

 

 

Publicités

22 réponses à “Rôti de porc au lait

  1. Voilà une recette comme je les aime : simple et nécessitant peu d’ingrédients. J’apprécie d’autant plus que, voici quelques années, un mec bourré m’avait vanté sa rouelle de jambon au lait sans être foutu de m’en dire plus.

    Toutefois, si vous cuisez votre rôti au fou à 150° en l’entourant de pommes de terres que vous remuez tous les quarts d’heures vous obtenez au bout d’une heure et demie un rôti moelleux. Mettre les patates une demie heure après le début de la cuisson.

  2. Il y a aussi le römertopf (récipient en terre cuite avec couvercle à tremper une nuit dans l’eau) qu’ont met ensuite au four. Parce que si j’ai bien compris, le but de ces recettes est d’avoir de la chaleur humide.

  3. A la place du lait, vous pouvez aussi faire la même chose avec une mixture miel/moutarde. Ce sera tendre comme les joues de Hollande. Bon, évidement, faut aimer le sucré/salé…

  4. Merci les gars!
    Vous nous faites saliver…

  5. Elle est connue cette recette. On peut même faire mariner le rôti dans son lait avec un peu de noix muscade pour parfumer. Ensuite une cuisson très lente à feu très doux s’impose. Et pour le coup ce n’est pas sec mais moelleux à coeur.

  6. Et pour vous mesdames, qui ne voulez pas finir comme ces gros réacs adipeux à la peau tannée et crevassée. Voici une recette simple pour éliminer toute trace de fatigue suite à cette journée de manifestation.
    Ne me remerciez pas, c’est tout naturel.

  7. Robert Marchenoir

    Est-ce qu’on peut remplacer par du lait de koala, parce que c’est tout ce que j’ai sous la main en ce moment ?

  8. Robert Marchenoir

    Un rédacteur en chef anglais de gauche avoue qu’il s’est trompé toute sa vie sur l’immigration, et qu’il est urgent d’y mettre un frein :

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2297776/SATURDAY-ESSAY-Why-Left-epic-mistake-immigration.html

    Il raconte aussi une scène ahurissante, qui prouve que, contrairement à la thèse antisémite, l’immigration n’a pas été organisée par les Juifs pour détruire l’Occident — ou qu’à tout le moins, ces derniers ont eu une sérieuse concurrence chez des dirigeants qui ont été activement immigrationnistes par simple altruisme mal placé :

    The fault lies with our leaders, not with the people who came for a better life. There has been a huge gap between our ruling elite’s views and those of ordinary people on the street.

    This was brought home to me when dining at an Oxford college and the eminent person next to me, a very senior civil servant, said: ‘When I was at the Treasury, I argued for the most open door possible to immigration [because] I saw it as my job to maximise global welfare not national welfare.’

    I was even more surprised when the notion was endorsed by another guest, one of the most powerful television executives in the country. He, too, felt global welfare was paramount and that he had a greater obligation to someone in Burundi than to someone in Birmingham.

    Naturellement, les antisèmes de comptoir me rétorqueront que ces deux dirigeants, anonymes, sont certainement juifs.

    Je dirai que même si c’était le cas, leur motivation n’était pas la destruction de leur patrie, mais le bien du monde entier, ce qui n’est pas la même chose.

    D’autre part, à l’évidence, il y a un grand nombre de dirigeants non juifs qui ont cette attitude et poursuivent cette politique. Ils sont même, très certainement, beaucoup plus nombreux que les Juifs, vu le nombre infime de ces derniers au sein de la population occidentale.

    Bien entendu, l’antisémite répondra que ce sont les Juifs qui tirent les ficelles — sans la moindre preuve, comme d’habitude. Il n’y a pas la moindre preuve historique que les Juifs soient en position de donner des ordres aux dirigeants non-juifs.

    Mais on ne peut pas argumenter contre un complotiste. Il faudrait pour cela prouver qu’un fait allégué n’existe pas, ce qui est impossible.

    En somme, l’opinion de certains dirigeants juifs immigrationnistes est un bon prétexte pour que les non-juifs exonèrent les leurs de leurs responsabilités.

  9. Il n’y a pas de complot mais un laisser-faire dogmatique libéral.
    Sauf que le bonheur multiculturel n’est pas au rendez-vous et que les tensions nées de ce laisser-faire vont devenir explosives.
    That’s all.

  10. Il n’y a pas de complot mais convergence d’intérêts entre ceux qui par leur histoire se sentent citoyens du monde depuis toujours et les libéraux qui nient l’identité des peuples pour leurs seuls profits immédiats. C’est d’ailleurs dans la défense acharnée de « l’autre » que nous reconnaissons l’Europe libérale contre laquelle nous avons voté en 2005

  11. Robert Marchenoir

    En quoi est-ce « libéral » que d’imposer un blocus économique à Chypre, en empêchant tous les virements bancaires ?

    C’est au contraire l’acte d’une puissance tyrannique. C’est au contraire la négation de l’un des principes les plus importants du libéralisme : la liberté du commerce.

    En quoi est-ce « libéral », pour l’Union européenne, que de violer ouvertement le droit de propriété des citoyens d’un pays membres ?

    C’est au contraire la négation de l’un des principes les plus sacrés du libéralisme.

    Il faut arrêter de manifester son ignorance revendiquée en racontant n’importe quoi. Tout cela vous a été expliqué un million de fois. Votre mauvaise foi est patente.

  12. Et, si je puis me permettre encore (sinon faites comme tout le monde: foutez moi dans les spams), Zemmour, le juif qui rend intelligent, décrit très bien tout ça.

  13. Et si au contraire le braquage des citoyens pour sauver des banques était la marque ultime, le principe sacré par excellence, du libéralisme ?

    • Robert Marchenoir

      « Et si au contraire… »

      C’est bien ce que je dis. Vous racontez n’importe quoi.

      Et si, au contraire, le libéralisme était une brouette à roues carrées ?

      Et si, au contraire, le socialisme était une recette de rôti de porc au lait ?

      Et si, au contraire, Fredi m. était une tortue marine ?

      On ne sait jamais. C’est possible. Prouvez-moi que ce n’est pas vrai.

  14. Pas de sel pour la cuisson ! Sel + lait = coagulation. Certes ça ne change pas grand-chose aux propriétés organoleptiques du plat, sauf l’aspect…
    Au four, à 150°, pendant trois heures, en retournant toutes les demi-heures.

    Et avec de l’échine, pour le couper à la fourchette… Miam !

  15. Illustration de la remarque de R. Marchenoir sur l’altruisme délirant (en ce qu’il repose sur une double confusion, propre à la gauche, entre marchandise et êtres humains d’une part, et circulation et implantation d’autre part) de F. Hollande himself :

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s