Joyeuses Pâques et concours

Aujourd’hui il n’y aura pas de recette, pas le temps vu que je pars digérer le demi-agneau que je viens de m’avaler de ce clic. Cependant, je voudrais vous souhaiter de très joyeuses Pâques d’une part et d’autre part vous annoncer l’ouverture du concours de recettes que nous intitulerons l’ode au cochon.

L’idée est de m’envoyer la recette à base de cochon la plus scandaleusement calorique et succulente possible. Le vainqueur, qui sera désigné par un vote unanime de moi même gagnera… Je ne sais pas encore quoi, donc si vous avez des idées, je suis tout ouïe.

Donc, bon , voilà.

Publicités

39 réponses à “Joyeuses Pâques et concours

  1. Alors, scandaleusement calorique il n’en est pas question, on est coach ou on ne l’est pas, mais succulente c’est faisable.
    Pour deux personnes il faut deux jarrets de porc congelés.
    J’entends aller bon train les commentaires, congelés ? Oui ! Congelés, d’abord parce qu’il ne fait pas chaud et qu’une période glaciaire s’annonce et que la décongélation des jarrets va donner un jus de décongélation que vous ne trouverez pas dans un jarret frais na !
    Décongelez les jarrets la veille au réfrigérateur et conservez le jus de décongélation.
    Dans une sauteuse étroite comme (non, je ne vais pas faire une imitation Wolandienne, restons correct), je disais donc, dans une sauteuse étroite faites revenir 5 minutes environ des légumes pour potage (poireaux, carottes, pommes de terre, haricots mange-tout, navets, céleris, oignons coupés fins) avec le beurre et l’huile d’olive, ail, échalote, curcuma, sel et poivre. Les légumes ne doivent pas se colorer.
    Ajoutez le jus de décongélation des jarrets, des étoiles de badiane, et l’astuce iconoclaste 0.25 cl de jus d’orange, puis les jarrets, l’os vers le haut pour bien immerger la chair.
    Laissez confire 20 minutes. Ajoutez ½ verre d’eau à mi-cuisson si l’évaporation est trop importante. À la fin de la cuisson, le jus doit avoir quasiment disparu mais la viande ne doit surtout pas être sèche.
    Ajoutez enfin du basilic et rectifiez l’assaisonnement.
    Et hop !

  2. Bon, heu, l’anonyme hein !

  3. Une sauteuse étroite et un con court, plus moyen d’être à l’aise alors.

  4. Bon. Pour la recette je suis hors concours, c’est pas mon truc. Je ne vais pas vous ressortir les pieds paquet à la sardine chantilly nappés de chocolat chaud dans l’huile, ou le groin à la morue aux fraises flambé au coca-cola, ni le jambon mariné dans un bouillon fait en faisant blanchir quatre oignons dans un litre de jus d’orange. D’abord parce qu’il y a longtemps que je n’ai pas refait ces recettes et ne suis plus sûr des proportions…
    Il y aurait bien un sesta ranga (là je rigole pas) qu’on commence en balançant un kg de sucre en poudre en pyramide dans une poêle de vinaigre. Dès que le sucre a bu le vinaigre, on balance trois grosses poignées d’oignon émincé mais plutôt en rondelle. (la suite c’est comme chez le Monde.fr, faut être abonné…) Merde ! C’est un plat afghan ! (barbare mais délicieux) … y a pas de cochon !

    Bref, je renonce à concourir mais je vais essayer de vous trouver des idées pour le prix…

  5. Uniquement pour les gourmets (ne vous fiez pas à l’intitulé du lien)..

    http://www.specialiteslyonnaises.fr/cuisine-lyon/recette-lyonnaise/11-salade-de-groin-dane-aux-lardons.htm

    Je ne vous ferai pas l’insulte de vous conseiller les vins qui s’imposent.

    Nota : Les carotttes et le pisssenlit ne sont là que comme alibi (pour les dames) … par ailleurs, le beurre est avantageusement remplacé par du saindoux

    J’ai aussi une recette d’allumettes de pur lard pané frites au saindoux, idéale pour l’apéritif.

  6. Le lien semble ne pas fonctionner, je vous donne la recette in-extenso

    Ingrédients (pour 4 personnes)
    •couenne de porc fraîche (5 ou 6)
    •2 oignons
    •2 clous de girofle
    •2 carottes
    •environ 1 litre de bouillon de volaille
    •1 bouquet de persil
    •du saindoux
    •sel, poivre

    1. Couper les couennes de porc en fines lanières. Avec les lanières, faire des paquets de 5 ou 6, ficeler les paquets.
    2. Peler les oignons et les piquer de clous de girofle
    3. Peler les carottes et les émincer
    4. Faire mijoter le tout dans le bouillon de volaille pendant 2h30
    5. Egoutter les paquets de couennes. Les faire rissoler dans une grande poêle avec le saindoux, du sel et du poivre.
    6. Hacher fin le persil, mélanger avec les paquets de couennes et servir.

    Accompagnement (optionnel)
    1. Faites rissoler les lardons dans une noix de beurre pendant 5 minutes. Puis disposez-les sur les pissenlits
    2. Sans nettoyer la poêle, faites dorer les croûtons, puis versez-les sur la salade.
    3. Déglacez la poêle avec 2 cuillerées de vinaigre que vous porterez à ébullition.
    4. Versez le tout sur la salade, mélangez et servez

  7. J’aurais une recette hollandaise:
    l’andouille au gouvernement.
    Très simple: prendre une andouille bien grasse qui sente la merde mais pas trop (dixit Clémenceau), la laisser mijoter 9 mois dans son jus avec beaucoup de gousses autour, quelques boudins, une pincée de blaireaux, beaucoup de truffes plus ou moins franches, un ou deux demis-sels.
    Lorsque cela fait vomir le voisinage, servir sur un plateau après avoir coupé la tête de l’andouille. Jeter la garniture.

    On peut poursuivre avec un fromage de tête de Hollande.

  8. Robert Marchenoir

    Voici ma recette de crise : très bon, pas cher, facile à faire (Madame y parviendra sans problème), se conserve, hygiénique, réclamant un minimum d’ingrédients et d’ustensiles.

    Une mise en garde, cependant : si la juiverie internationale a coupé l’électricité et que le FMI a empoisonné l’eau potable, la recette n’est pas faisable.

    Prenez une demie palette de porc demi-sel (entre 1 kg et 1,2 kg).

    Faites la tremper dans l’eau froide (2 h à une nuit complète, selon le degré et l’ancienneté du salage).

    Jetez l’eau de dessalement. Mettez la palette dans un Pyrex transparent de 3 litres. Ajoutez quelques clous de girofle et baies de genièvre.

    Enfournez dans un four à micro-ondes de taille suffisante. Faites bouillir à 900 W pendant une heure et demie à une heure trois quarts.

    Egouttez.

    Servez chaud avec de la crème fraîche. Alternativement, laissez refroidir, mettez au réfrigérateur, et mangez froid en coupant en tranches de 5 mm d’épaisseur préalablement dégraissées.

    Le second mode de service convient bien pour les restes après un premier repas.

    That’s all, folks.

  9. Robert Marchenoir

    Pouvez-vous préciser votre question ? Avec quelques mots de la langue française ? Un sujet, un verbe, un complément, enfin une phrase, quoi ?

    • Bon, alors, comment doit s’ajouter la crème fraiche ? Simplement froide, sortie du frigidaire, et versée sur la viande ? Ou alors réchauffée ? Et avec l’un ou l’autre ingrédient en sus ? Et en quelle quantité ? Doit-elle être servie à part, et chaque convive se servira, ou alors le maître de maison doit-il d’initiative décider des proportions ? Tant de questions qui furent ramassées dans une phrase elliptique, certes, mais qui les contenait toutes.

      • Robert Marchenoir

        Qui les contenait toutes ? Dans votre tête, alors.

        Eh bien c’est très simple. Vous étalez la crème fraîche (au lait cru évidemment) sur la tranche de palette, comme si vous faisiez une tartine au beurre.

        Après, si vous voulez vous payer un maître d’hôtel pour le faire…

  10. On entend très peu parler du tartare de cochon qui pourtant est très simple à préparer. Il suffit de hacher la chair puis d’y ajouter des condiments selon les goûts de chacun. A servir frais. A pour avantage d’éviter toute perte de jus et donc de conserver ce gras qui fait tout l’intérêt du cochon.

  11. Cretinus Alpestris

    Après avoir fait le tour de votre domaine forestier, rien de telle qu’une bonne « torée » :

    http://www.rts.ch/video/info/couleurs-locales/4310171-ne-decouverte-de-la-toree-la-saucisse-incontournable-du-canton.html

  12. pour 3 personnes :
    30 grammes de beurre
    Une grosse cuillère à soupe de miel
    Du gingembre, feuille de laurier, cannelle, poivre steack, sel.
    1,5kg de poitrine de Hallouf

    Preparez le beurre que vous ferez fondre à feu doux dans une casserole, auquel vous rajouterez le miel. Dosez les épices selon votre goût (perso une feuille de laurier, juste une pointe de canelle.) Evitez de faire du charbon de miel.

    Découper votre poitrine de porc en dés assez gros (3 ou 4 cm d’arrête environ). Laissez les à tremper une bonne demi-heure dans la mixture miel + beurre.

    Mettre vos morceaux de porc dans un four et les faire cuire au grill (assez loin, que la cuisson soit lente et que ça leur laisse le temp d’etre impregner du miel et beurre.)

    La cuisson varie selon l’epaisseur de vos dés, mais il faut surveiller, ca va vite et ça déssèche rapidement. Au final vous devriez obtenir un bel aspect laqué (caramélisé).

    Je crois qu’entre le gros du hallouf, le beurre et le miel, suis dans les clous pour ce qui est des calories. Pour ce qui est du côté culinaire, je vous laisse juge, en accompagnement je recommande pommes de terre rôties et vin jaune…

  13. « Le vainqueur, qui sera désigné par un vote unanime de moi même gagnera…  »
    Faudrait voir à pas trop en prendre l’habitude non plus !

    Sinon, joyeuse soirée de lundi de Pâques !

  14. Faut se dépêcher de manger du cochon !
    Ils veulent nous imposer les insectes dans notre bouffe…
    Des grosses chenilles bien juteuses, hummmmm !
    Des bons cloportes bien grillés !

  15. Robert Marchenoir

    Hiérarchie des valeurs de François Hollande :

    Les clubs professionnels de football ne seront pas touchés par la taxe de 75% prélevée sur les entreprises pour les salaires dépassant un million d’euros par an, affirme Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), cité aujourd’hui par Le Parisien.

    Le foot mérite une niche fiscale. La métallurgie, l’informatique, la biologie, non.

    Et le plus beau, c’est la justification foireuse :

    « Le premier ministre à qui j’ai posé la question a été clair: seules les grandes entreprises seront taxées. Or les clubs professionnels sont considérés comme des PME », explique-t-il sur le site internet du journal.

    Donc, les grandes entreprises, qui contribuent beaucoup au PIB de la France et qui créent de nombreux emplois, méritent d’être punies par le gouvernement, au contraire des PME.

    Evidemment, les clubs de foute « emploient » en grande partie des représentants des classes protégées, africains et musulmans. C’est autre chose que des ingénieurs blancs, catholiques, qui inventent des centrales nucléaires au thorium.

  16. Robert Marchenoir

    La Suisse Orange mécanique : trois fois plus de cambriolages qu’en France !

    http://sdesouche.wordpress.com/2013/04/01/la-suisse-championne-des-cambriolages-en-europe/

    Quand je pense que j’ai connu l’époque où ce pays était le plus sûr du monde…

    • Cretinus Alpestris

      Et c’est évidemment la faute du citoyen :

      «Notre pays est un îlot de richesse», nous explique Carlo Sommaruga (PS), membre de la Commission des affaires juridiques du Conseil national.

      Mais après l’or et l’argent, c’est le plomb qui va commencer à parler.

  17. Le blaireau-garou

    La palette à la diable avec des patates cuisinée à la bière d’Alsace (on achèvera le pack à table). Tendre, juteux, calorique, et vous en reprendrez bien un bout…

  18. Je vous propose du pénis de curé.
    C’est du cochon scandaleux, puisque pédophile.
    Et c’est catholique.

    • Et moi qui pensait que les pédophiles c’était les profs de tennis, de sport, les profs et les instits en général, les éducateurs, bref, tous ceux qui s’occupent des enfants …

      Grimou est sûrement étudiant en sociologie … et un militant « hommen ».

  19. Bah c’est pas catholique un instit. Ce que vous êtes naïf.

    Et non. J’appartiens à une caste réputée bien plus rouge (dans la tête des fachos en tout cas) qu’un étudiant en socio.

  20. Je n’ai pas de recettes plus grasses que celles que vous avez déjà publiées, mais j’ai trouvé un livre qui pourrait vous intéresser !
    http://www.arbrealettres.com/9782352552093-exces-dix-facons-l-emmanuel-giraud/
    http://fr.news.yahoo.com/trois-questions-%C3%A0-emmanuel-giraud-chantre-lexc%C3%A8s-111437209.html

  21. Pingback: Frittata du petit déjeuner | Brèves 3.0

  22. Recette composée au fond des bois par une bande de jeunes blond aux yeux bleus qui portaient des dagues à la ceinture et qui priaient le bon Dieu :

    Le plat en question n’a pas de nom :

    Ingrédients :

    – 2 litres de bière d’abbaye
    – 1 kg de choux de Bruxelles
    – Une dizaine de tranches de lard épaisses d’un bon centimètre
    – des carottes (entre 5 et 6 en fonction de la taille)
    – de la saucisse de Morteau (2 ou 3)
    – 3 gros oignons blancs
    – 1 verre de calvados

    Dans un grand faitout en fonte, faire revenir dans du beurre les oignions coupés en rondelles.
    Ajouter par dessus les choux de Bruxelles et le carottes elles aussi coupées en rondelles.
    Caché au milieu des légumes les saucisses de Morteau (la surprise du chef)
    Tapisser le tout avec les tranches de lard.
    Couvrir avec le bière d’abbaye, laisser mijoter le temps de lire l’Apocalypse de Saint Jean
    Boire le verre de calvados cul sec après le bénédicité.

    À la fin du repas, vous êtes autorisés à uriner en direction de la mecque (attention à la goute qui peu tomber sur le bout de votre ranjo).

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s