Je te souhaite de mourir

J’ai décidé que cette chanson sera désormais l’hymne officiel du navire.

Sus!

Advertisements

94 réponses à “Je te souhaite de mourir

  1. Il n’y a rien en français? Pour qu’on puisse chanter nous aussi.

  2. Ben, c’est vous le chef de meute hein ?

  3. Après avoir plaidé pour qu’on ne lynche pas Cahuzac, ce n’est pas très crédible.
    Un peu comme si Mélenchon vantait les vertus du libéralisme.

  4. Cette douce musique me fait sortir du fond de cale. Je trouve que l amiral devient de plus en plus geek… Allons nous bientôt passer d un bateau à voile à un bateau à vapeur?

  5. Pour une France libérale

    Anonyme c était moi je suis pas un geek moi!!!!

  6. Cretinus Alpestris

    Ben, dans la langue de Molière, y’a ça :

  7. Je sens bien que c’est inutile, mais, si, cette modeste contribution pouvait infléchir de quelques degrés le cap de ce bâtiment… le sang coule, la tripaille vole, les chairs sont broyées mais harmonieusement. En plus, on peut reprendre en chœur au refrain.

  8. (A se taper une remontée d’acné, je préfère encore vous imaginer écoutant ça que vôtre truc là… / l’impossible consensus…)

  9. Une histoire vraie ; ceux qui y étaient et qui pissent et crachent comme moi savent.

    Dans la force Alpha, sur le pont du Clem, en 68, quelque part entre Nouméa et Tehaupoo (43 jours de mer), une soirée musique avec l’orchestre du bord.

    Une chanson d’Antoine: « Mais qu’est ce que je fous ici » reprise en choeur avec tellement de fougue par l’équipage que le capitaine de vaisseau Sanguinetti (peut êre déjà amiral, je ne sais plus), a quitté brusquement la représentation.

    Stupidité, car l’équipage, en grande majorité, ignorait tout des évènemenst en métropole.

    Mais cette chansojn, après coup, reste pour moi un hymne incontournable.

    PS : oui, au Cap Horn, j’ai pissé et craché face au vent, comme j’en avait acquis le droit. Et je continue à le faire, tant pis pour ceux qui ne comprennent pas.

  10. Mais ma parole, vous avez des goûts musicaux de jeune chevelu décérébré ! Vous êtes sûr que vous êtes réac ? Allez plutôt écoutez ça :

    Ou encore ça :

    C’est autre chose, quand même.

  11. Mon Dieu que c’est long….d’attendre et de vomir ! Mon ami Bronson aura tant de boulot avec les « Harlem &Co » http://www.dailymotion.com/video/xkm9nb_la-methode-bronson_people

  12. Toujours en globiche et dans le même sens général, mais un poil plus velu :

  13. Mais, mais, mais! On est au bord de la mutinerie là! Ce n’est pas comme si j’avais proposé un référendum sur le sujet.

  14. Bon, si c’est ça l’hymne de bataille de la flotte (je croyais que c’était « He’s a pirate » de Klaus Badelt), par quoi allons-nous remplacer « Mon Dieu, plus près de Vous » le jour où on se rendra compte que ce sera la fin des haricots? C’est que je ne veux pas mourir idiot (enfin, pas trop).

  15. Sinon, pour notre amiral qui nous conduit contre François:

  16. J’arrive toujours après la bataille.
    Vous vouliez une chanson de marins ?

  17. Perso je partage certaines contradictions avec l’Amiral, notamment mon goût pour le Punk joyeusement testostéroné… Ca par exemple, j’aime bien écouter avec mes rejetons en partant en voiture à la messe…

  18. Bon j’ai foiré, pas réussi à mettre la vidéo, et puis merde, ya qu’à cliquer, hein, on n’est pas dans un groupe Facebook, non plus…

  19. Un (petit) peu ancien pour être sur youtube, un bon Vaudois (Jean Villard – Gilles), peut-être connu jusqu’en Valais, mais en tout cas à Paris (le bonheur, les 3 cloches, et d’autres) nous a fait, dans un autre registre, une bien belle chanson de marin … d’eau douce :

    Une Louise cans chaque port

    C’était au bon temps des voiles latines
    Nous, on naviguait sur la Madelon
    Le patron c’était Jules d’Essertines
    Il était beau comme Apollon
    Il fallait le voir commander sa barque
    Oeil clair, torse nu, gorgé de soleil
    Plein de majesté, comme un vrai monarque
    Doré ma foi jusqu’aux orteils
    Un tombeur de charme, et un tout bon type
    Les belles partout guettaient son retour
    Il aimait la vie, il aimait sa pipe
    Son bateau, le vin, et l’amour

    Refrain
    Car après Dieu seul maître à bord
    Comme tous les marins du monde
    Il avait pour son réconfort
    Une Louise dans chaque port

    Par le Bouveret, c’était, grassouillette
    L’Angèle une blonde aux jolis yeux pers
    Qui lui tricotait maillots et chaussettes
    Pour qu’il s’enrhume pas l’hiver
    A Thonon l’Irma, la belle cafetière
    L’abreuvait d’amour et de vin clairet
    Mais il apprenait les belles manières
    Avec une Anglaise à Revers
    Y avait l’Amanda, la muse de Morges
    Qui lui donnait tout dans sa véranda
    Son corps, son esprit, sa superbe gorge
    C’était lui l’amant d’Amanda

    Au refrain

    On le surnommait parfois « Fend-la-bise »
    Mais le plus souvent « Jules-le-tombeur »
    Pour bien bourlinguer entre les Louises
    Fallait un fort navigateur
    Y avait les maris, y avait les tempêtes
    Le soleil, la pluie, et le calme plat
    On restait des jours sans bouger en quête
    D’un souffle d’air et puis voilà
    Le coup de Vaudaire, escale à l’auberge
    D’Ouchy où l’Esther, l’ange du quartier
    Lui jouait au piano « La prière d’une vierge »
    Qu’il exauçait bien volontiers

    Au refrain

    Mais le vent tournait, rabattait les voiles
    Et la Madelon, chargée de graviers
    Mettait cap à l’ouest, et Jules en sandales
    Veillait au grain sans sourciller
    Le vent fraîchissait, on voyait les grèves
    Défiler ma foi vite et joliment
    Puis on débarquait au port de Genève
    Ahuri sans savoir comment
    Pour nous accueillir, toutes les grandes gueules
    De Piogre étaient là, ça faisait du bruit
    La grande Lulu disait : « Pas de meule
    J’emmène Jules pour la nuit »

    Au refrain

    C’était le bon temps, mais trop de Louises
    Et trop de bordées, c’est bien épuisant
    C’est ainsi qu’un soir, notre Fend-la-bise
    Il allait sur ses cinquante ans
    En faisait escale au port de Villeneuve
    Est tombé, ma foi, mort en plein bonheur
    Dans les bras douillets d’une jolie veuve
    On peut bien dire « au champ d’honneur »
    Au navigateur de charme et d’eau douce
    On a fait alors un bel enterrement
    Toutes étaient là, les blondes, les rousses
    Toutes les perles du Léman

    Et les pirates de tous bords
    Pour fleurir la tombe où repose
    Désormais celui qui est mort
    D’une Louise dans chaque port

  20. Robert Marchenoir

    Crachons, crachons, enfants de la patrie, sur le coiffeur Cahuzac remboursé par la Sécu :

    L’ancien ministre français du Budget Jérome Cahuzac « a menti » à une banque suisse, la banque Julius Baer, en fournissant un « certificat fiscal falsifié », écrit samedi le quotidien zurichois Tages Anzeiger.

    http://www.lepoint.fr/politique/jerome-cahuzac-a-menti-a-une-banque-suisse-06-04-2013-1651020_20.php

    Quelque chose me dit que les banques suisses ne doivent pas aimer beaucoup qu’on leur raconte des salades. La Suisse n’est pas la France.

  21. Que de douces musiques, toutes plus délicates les unes que les autres…

    Mais pour des sociolgues en thèse de pipeau, il faut un peu plus de poigne, je proposerait qu’on les mette au régime « suicide obligatoire » :

  22. Putain ! Celle-là, je me la coince dans mon disque dur.
    http://bcove.me/qqeo24oc
    Ah non ! A neuf ans c’est trop jeune, c’est interdit par la loi.

  23. Dans « Le Grand 8 » du 03/04/2013, c’est tout frais.

  24. Le foutage de gueule continue, comme si l’UMP ne s’était pas pris une raclée la dernière fois :

    Jean-François Copé, président de l’UMP, s’est déclaré « très confiant » dans la « capacité » de son parti à gagner les élections municipales à Paris en 2014, dimanche sur BFMTV. Il a promis à cette occasion « l’émergence d’une nouvelle génération UMP ». « Nous mettrons des candidats partout pour donner un nouveau souffle, pour parler emploi, générosité« , a-t-il dit. Le président de l’UMP a également réaffirmé qu’il n’y aurait « pas d’alliance » de l’UMP avec le Front national.

    « Je n’ai jamais dit que nous aurions à coup sûr une vague bleue » en 2014. Mais selon lui, « les conditions sont réunies pour que nous puissions reconquérir le coeur des Français ». « Je dis aux Français: ‘si vous élisez des candidats UMP dans les mairies tenues par la gauche, nous apaiserons, nous améliorerons la vie quotidienne des Français, alors qu’elle est abîmée par la gauche au pouvoir’ « .

    L’UMP « baissera les impôts locaux, on maîtrisera mieux la sécurité parce qu’on mettra des caméras vidéo de surveillance, des policiers municipaux, ce que la gauche ne veut jamais faire, on améliorera l’emploi », a-t-il détaillé.

    L’UMP créera aussi le droit à la pipe opposable et l’égalité des chances dans les gains au Loto.

    Copé, après avoir été viré par la gauche parce que son parti n’a pas eu les couilles de tenir ses promesses de rigueur et de fermeté, nous joue le pipeau de gauche : la « générosité », « l’apaisement »… exactement ce que les socialistes avaient promis pour virer Sarkozy.

    Ces gens-là n’ont aucune honte. Cahuzac, Copé… tous pareils.

  25. « Nous mettrons des candidats partout pour donner un nouveau souffle, pour parler emploi, générosité. »

    Pour parler, on peut leur faire confiance.

  26. Et pendant que les politiciens français de « droite » parlent emploi et générosité (avec l’argent des autres), les peigne-culs portugais agissent, et sabrent dans les dépenses de gauche :

    Le premier ministre portugais, Pedro Passos Coelho, a annoncé dimanche des coupes sévères dans les dépenses publiques après la décision de la Cour Constitutionnelle de rejeter plusieurs mesures d’austérité inscrites au budget d’Etat 2013.

    Dans une déclaration solennelle a la Nation le chef du gouvernement a souligné qu’il n’y aurait pas de nouvelles augmentations d’impôts mais que des mesures seraient prises pour « contenir la dépense publique dans les domaines de la sécurité sociale, la santé et l’éducation« .

  27. Vous allez voir que la Frônce va finir par se retrouver à la traîne du Portugal. Les énarques ridiculisés par les maçons.

    Après tout, les Portugais ont dominé le monde, jadis.

  28. Vive l’Amirale ! bon, sinon moi, je n’ai que ça pour l’instant :
    http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2012/06/28/vendee.html
    Je suis sûr que ça doit pouvoir aussi se chanter avec des grosses voix.

  29. C’est très bien , y a en bon à écouter

    Mais j’aime bien ça aussi, musique rigolote et pourtant la série où je l’ai entendue, n’est pas très souriante voir complètement trasch.

  30. C »est à mourir mais…. de rire….quel gout de chiottes de gare et encore pas lavés depuis 15 jours

  31. A peine Margaret Thatcher morte, Le Figaro, journal d’extrême-gauche, lui chie dessus :

    «Féroce», «raciste», «pingre», selon la presse britannique, la Thatcher privée n’était guère plus chaleureuse que la Thatcher publique.

    Ce qui est un mensonge, naturellement. La presse britannique de gauche critique Thatcher. La presse britannique de droite la couvre d’éloges.

    Mais c’est la politique à la Flamby, ou à la Copé : la principale qualité d’un chef d’Etat, en France, c’est d’être « chaleureux » et « généreux ». C’est une maman gentille et un papa qui rapporte des cadeaux.

    C’est sûr qu’avec Thatcher, ça a dû leur faire drôle.

    http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/08/01003-20130408ARTFIG00463-margaret-thatcher-la-dame-de-fer-avait-un-coeur-de-pierre.php

    • Cretinus Alpestris

      « Mais qu’est-ce qu’elle me veut de plus cette ménagère ? Mes couilles sur un plateau ? »

      Jacques Chirac, Premier Ministre français, 1988

    • Vraiment incroyable cet article. « Face à l’exode des boat people fuyant le Vietnam, Margaret Thatcher ne cache plus ses réflexes et préjugés de «fille de boutiquier» »… à côté, Mélenche a l’air gentil.

      • Robert Marchenoir

        Ce sont les mêmes qui méprisent les « boutiquiers » et qui se plaignent de la disparition du petit commerce.

        Les Français, le peuple le plus intelligent de la terre.

  32. J’ai parlé de maman et de papa, moi ? Je devrais me surveiller. Ca frise l’homophobie.

  33. Alors puisqu’il s’agit de mourir et d’embruns marins, pis pour faire punkinet…

  34. Pour les gauchistes qui écrivent dans Le Figaro, un nègre à moitié débile mental qui se cache dans le train d’atterrissage d’un avion en partance d’Afrique, et qui en tombe mort à Paris, c’est un passager de l’aéroport de Roissy:

    Aéroport de Roissy: un passager décède

    08/04/2013 | Mise à jour : 17:39

    Un jeune homme a été découvert, mort, ce matin, dans le train d’atterrissage d’un boeing 767 de la compagnie Camair à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, révèle France Bleu.

    La victime semble avoir « 15 à 17 ans » précise une source proche de l’enquête. « Il est probablement mort de froid » ajoute la radio. [Ah boooon ?… Tu crois ?…. Moi j’aurais dit du cancer, mais ça se discute, naturellement…]

    « Lors du contrôle visuel de l’appareil on a remarqué la présence d’un homme, plutôt jeune, de type africain, non identifié, qui était décédé dans le train d’atterrissage », indique une source judiciaire.

  35. Cretinus Alpestris

    Alors que dans le 20 Minutes, qui reprend la même dépêche AFP, il s’agit d’un :

    Clandestin mort dans le train d’atterrissage

    http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Clandestin-mort-dans-le-train-d-atterrissage-19221912

    Dans les deux cas, on précise qu’il s’agit d’un homme de « type africain », ce qui est proprement scandaleux, l’Afrique n’étant ni une nation, ni une religion, mais un continent.

    Parlerait-on d’un homme de type « européen » ?

    Hmm ? Je vous le demande ?

  36. « qu’il s’agit d’un homme de « type africain »,  »
    Mais les « types » n’existent pas plus que les « races » !

  37. 2 otages français en Afghanistan qui s’évadent le même jour !
    C’est c’la oui, on va croire aux miracles…
    Une minute d’inattention des geôliers et hop … la belle ^^
    Ils se faufilent entre les cailloux et les femmes bâchées, se cachent dans les grottes et se réfugient à l’ambassade, sûrement.
    On nous prend pour des cons !
    Je me demande combien ça nous a coûté en rançon…

  38. Il ne reviendra jamais. Ouin, sniff, et toutes ces sortes de choses.

  39. Maintenant que l’agitation de l’actualité est passée, j’aimerais exprimer mes regrets sur la façon dont le Pélicastre a fermé son blog : sans annonce, sans explication, sans remerciements, sans rien.

    Un blog existe par ses lecteurs. Si l’on écrit, c’est pour être lu. Arracher la prise du mur sans le moindre signe à l’égard de ceux qui ont aidé à le faire vivre en le lisant et en le commentant pendant plusieurs années, je crois, c’est… je vais encore faire hurler, mais c’est français.

    Jamais vu un truc pareil dans la blogosphère conservatrice américaine, pour citer un univers que je connais.

    • Mouais… Je ne sais pas si les blogueurs « doivent » quelque chose à leurs lecteurs. J’écris parce que j’ai un trop plein d’ego à verser quelque part, les gens viennent rigoler en lisant mes conneries. Il me semble que c’est gagnant/gagnant et que donc si je veux arrêter, ben je n’ai qu’à faire autre chose et mes lecteurs trouveront d’autres moyens de se divertir.

      • Robert Marchenoir

        Bien sûr que les blogueurs doivent quelque chose à leurs lecteurs. De même qu’un écrivain doit quelque chose à ses lecteurs. Un journaliste doit quelque chose à ses lecteurs. Un boucher doit quelque chose à ses clients. Un fonctionnaire doit quelque chose aux citoyens.

        D’ailleurs, vous dites vous-même que c’est gagnant-gagnant.

        Comment peut-on être libéral et soutenir une chose pareille ? Si le libéralisme n’a pas pris en France, c’est sans doute que même un libéral peut dire cela.

        Voilà qui est bien français.

      • Avec cette « minuscule » différence que je ne suis pas payé pour faire ce que je fais. Je n’offre pas un service, et je ne reçois pas de cadeaux. Je ne suis pas écrivain, je ne suis pas journaliste.

        C’est gagnant-gagnant tant que ça me fait marrer de passer un peu de temps quotidiennement pour pondre mes inepties. Quand j’en aurais marre, ce ne sera plus gagnant-gagnant. Donc je ne devrais plus rien à personne.

        Pour ce qui est de mon libéralisme, vous savez, il est loin d’être chimiquement pur.

  40. Assez d’accord avec Marchenoir. Les discussions interminables de ce blog manquent gravement, et sur la fin tout était dans les commentaires. Cela n’enlève rien à l’amicale gratitude que l’on doit à l’animateur principal.

  41. Evidemment, je suis moins d’accord sur le « Voilà qui est bien français ».

  42. Woland : ce n’est pas la question.

    Quand on invite des gens chez soi, on n’est pas payé non plus. Et s’ils viennent, c’est a priori que c’est « gagnant-gagnant ». Et pourtant, à la fin de la soirée, on n’éteint pas la lumière en disant : il est minuit, tout le monde dehors. Mieux, on remercie ses invités d’être venus.

    Ca s’appelle du savoir-vivre. Ce sont les réacs qui devraient se battre pour ça. Et ça n’a rien à voir avec le fait que la relation soit commerciale ou non.

    C’est curieux, ce cynisme affecté qui est tellement prévalent en France depuis quelques années, et qui est, je le maintiens, typiquement français. Tout se passe comme si les Français avaient découvert les beautés du libéralisme d’un seul coup, sans en assumer les devoirs. Un peu comme si on lâchait un puceau dans un bordel tous frais payés, et que livré à ses instincts, il en oublie de dire : bonjour Madame, au revoir Madame.

    • Mais je n’ai invite personne. J’ai balance mes billets dans l’infini internetique c’est tout.

      Est-ce que mes lecteurs m’inspirent? Trs rarement.

      Est-ce que j’ai de l’affection pour mes lecteurs? Pour certains beaucoup, pour d’autre pas du tout.

      Donc l’amiti et la bienseance veulent que si je ferme boutique je previenne ceux-ci mais en ce qui concerne ceux-la…

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s