Gosnell et le silence des journalistes français

Quand un dégénéré décide de tirer sur des gens et fait quelques morts aux US, ça fait tout de suite les gros titres des journaux en France.

Quand un dégénéré décide de tuer des centaines de bébés aux US en leur coupant la colonne vertébrale avec des ciseaux, ça ne fait pas une ligne dans les journaux en France.

Je suppose que les mains de nos journalistes ont été coupées et sont dans des bocaux en verre dans le frigidaire de Gosnell à côté des pieds d’enfants qu’il aimait conserver.

Publicités

23 réponses à “Gosnell et le silence des journalistes français

  1. cela n’est juste d’une manipulation des mots et une déformation de leur définition!! un bébé ce n’est pas un Homme

  2. Ce billet me paraît plus que pertinent.

  3. C’est une horreur sans nom, en effet.

  4. Vous oubliez un petit détai, Amiral, qui est crucial à la compréhension de toute cette affaire : le « docteur » Gosnell est noir.

    Et c’est exactement pour cela qu’il a pu mener ses activités quasi-nazies pendant si longtemps sans être inquiété, et que la presse américaine a très peu parlé de son procès.

    Or, l’article de The Atlantic que vous signalez, et qui fait mine de s’indigner que la presse ne s’intéresse pas à ce cas, ne mentionne nulle part la race du « docteur » Gosnell.

    C’est d’autant plus étonnant qu’il mentionne la race de la plupart de ses victimes — elles étaient noires. Ce seul fait signale, aux Etats-Unis, qu’il s’agit très vraisemblablement d’une clinique noire et que son patron est donc noir, mais The Atlantic ne juge pas utile d’en informer ses lecteurs.

    Mieux : il mentionne que les femmes blanches qui fréquentaient la clinique, minoritaires, étaient systématiquement mieux traitées que les femmes noires.

    Le message est évident : c’est une affaire de racisme, de racisme anti-noir, et donc (comme d’habitude) c’est la faute des Blancs.

    Le foutage de gueule devient encore plus impressionnant quand on lit cet autre article de The Atlantic :

    http://www.theatlantic.com/politics/archive/2013/04/14-theories-for-why-kermit-gosnells-case-didnt-get-more-media-attention/274966/

    …qui prétend examiner 14 théories pour expliquer la discrétion des médias sur cette affaire.

    Sans surprise, l’une de ces 14 théories est le racisme, mâtiné de lutte des classes, dont sont victimes les Noirs pauvres : la presse se désintéresserait des victimes du « docteur » Gosnell parce qu’elles étaient noires.

    Quatorze théories, et pas une seule qui offre la bonne explication, celle qui est exactement à l’opposé : les médias américains la bouclent sur le « docteur » Gosnell parce que lui est noir, parce que cela casserait la propagande omniprésente selon laquelle les Noirs sont victimes du racisme des Blancs, et parce que cela mettrait en lumière cette barbarie et cette absence d’empathie si extrêmes qu’on ne retrouve que chez les Noirs, seules à permettre l’existence, sous une enseigne médicale, d’un tel camp de la mort, d’un tel musée des horreurs.

    Sans surprise, il n’y a pas de photo du « docteur » Gosnell dans The Atlantic, ce qui aurait permis aux lecteurs de connaître sa race, et donc de démasquer les mensonges de la rédaction.

    Vous remarquerez qu’il est noir très clair, mais noir très clair, aux Etats-Unis, vous donne la « carte » noire aussi bien que si vous étiez noir d’ébène : droit à se présenter comme une pôv’ victime en toutes circonstances, droit à l’immunité médiatique voire pénale (la preuve), droit à la discrimination positive… et droit, bien entendu, de se plaindre soi-même du racisme alors même qu’on l’exerce à l’encontre d’autrui.

    Son avocat a, sans coup férir, entonné, en plein tribunal, la grande partition que nous connaissons bien : le « docteur » Gosnell est victime de racisme, il est poursuivi en raison de sa couleur de peau, et parce qu’il exerçait dans un quartier « défavorisé ».

    http://www.nytimes.com/2013/03/19/us/philadelphia-abortion-doctors-murder-trial-opens.html?_r=1&

  5. Ben c’est que si le responsable de l’attentat de Boston était un militant pour le droit de port d’armes, ce sera une belle occasion de nous ressortir le sempiternel laïus contre les armes. Nos journaleux doivent déjà s’en pourlécher.

    • j’avoue que j’attends avec crainte qu’ils dégottent un huluberlu qui, avec un peu de bol , se fera opportunément descendre par le FBI mais chez qui on retrouvera une poupée à l’effigie d’Obama noyée dans de l’huile pour armes et le frigo rempli de cartouches de 357.

  6. Le suspect arrêté dans l’attentat de Boston est surtout saoudien.

  7. Parce qu’il est déjà arrêté, le suspect ? On me dit jamais rien, à moi !

  8. Un Saoudien blessé entendu par la police. Le New York Post révèle qu’un Saoudien blessé pendant la course aurait été longuement entendu par les enquêteurs à l’hôpital.

  9. Explosions à Boston : une des bombes aurait été placée dans une cocotte-minute

    Il faut interdire les cocottes-minute de grande capacité.

    http://www.policymic.com/articles/24263/gun-control-facts-why-a-high-capacity-magazine-ban-would-not-prevent-mass-shootings

  10. Ah il n’a pas encore été arrêté alors !

    • bien sur que non, ce n’est qu’une piste parmi d’autres et ils ne cherchent personne en particulier si l’on en croit l’article.

    • Cretinus Alpestris

      Il faut d’abord déterminer s’il s’agit réellement d’une cocottes-minute, d’une couscoussière, d’un récipient à paella ou d’un caquelon à fondue.

      Cela peut prendre du temps.

  11. Le toubis en question aurait massacré les tiots fœtus au 44magnum, là on aurait entendu les journalistes hurlainet comme des loups-garous à la pleine lune mais avec un scalpel, c’est d’un banal!

    Dîtes mois bob Terreblanche, votre racisme de bas étage, vous êtes né avec ou alors c’est après votre viol par un tirailler sénégalais.

    • Grandpas, le fonctionnaire abruti dans toute sa splendeur : il joint sa voix à des multitudes de blogs racistes dans la ligne éditoriale desquelles il se trouve comme un poisson dans l’eau, mais il trouve moyen de reprocher aux autres leur racisme.

      A mon avis, c’est un symptôme dû au fait d’épouser une Noire, tout en passant son temps à se plaindre de l’immigration de masse.

      Cela en supposant que sa fameuse épouse africaine avec laquelle il nous casse tant les roustons existe réellement, et ne soit pas le fruit de son imagination malade.

    • Grandpas,

      Je crois que Robert s’est fait sodomisé par une homme de couleur…et ce dernier était fonctionnaire et de gauche, ça explique tout…

      • Robert Marchenoir

        Pearson, l’ordure qui n’a d’autre mode d’expression que l’insulte sexuelle, ainsi que cette saloperie réthorique de la gauche : dénier toute liberté aux individus en raison de prétendus traumatismes subis.

      • déridez-vous!

  12. En effet gosnell est un noir. Et c’est bien pour ça, en plus de la crainte de jeter le discrédit sur l’avortement, qui fait que la presse en France n’en parle pas.
    Autre élément remarquable : les photos publiées actuellement de gosnell sont retouchées : son visage est blanchi. Les traits restent négroïdes, ce qui rend la retouche évidente. Mais aux yeux d’un bulot ahuri par la propagande raciale antiraciste (ie anti-blanche, l’antiracisme n’étant qu’un outil de propagation de la haine des blancs et de toute civilisation blanche), cette retouche ne sera peut-être pas si évidente que cela, puisqu’à ce bulot on raconte depuis des années que la race se réduit à « la couleur de la peau »…

  13. A moins que vous n’ayez des informations précises à cet effet, M, il n’y a pas de raison particulière de penser que les photos de Gosnell ont été retouchées pour les blanchir.

    Il y a des Noirs américains métissés qui ont une peau très claire. Cela ne les empêche pas, pour beaucoup, de revendiquer vigoureusement leur appartenance à l’ethnie noire. Ils sont d’ailleurs souvent parmi les militants les plus virulents.

    Voyez Eric « My People » Holder, le ministre fédéral de la Justice, surnommé ainsi parce qu’il s’est justifié, devant une commission officielle, d’avoir refusé de poursuivre les Black Panthers qui avaient fait de l’intimidation physique devant un bureau de vote lors de l’élection d’Obama : il fallait tenir compte, disait-il, de l’histoire et des souffrances de « mon peuple », sous-entendant ainsi que son peuple était le peuple noir, et non le peuple américain.

    http://www.bing.com/images/search?q=eric+holder&qpvt=eric+holder&FORM=IGRE

    Un blogueur a réuni les photos d’un grand nombre de Noirs américains ayant été les premiers à occuper tel ou tel poste : le premier Noir officier, le premier Noir ministre, etc.

    Il ont tous un teint très clair, tellement clair qu’une personne ignorante du milieu noir américain peut aisément les prendre pour des Blancs.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s