Archives quotidiennes : 24 avril 2013

Les Veilleurs et cette trace de pneu de Gandhi

J’ai un énorme respect pour le mouvement des Veilleurs. Cependant, le fait qu’ils se revendiquent de cet énorme trou de balle de Gandhi me chiffonne un chouïa.

Les Veilleurs sont des jeunes gens formidablement anachroniques qui méritent qu’on les acclame. Leur silence dans ce brouillard de bruit, leurs prières dans cette culture de l’immédiateté, leur douceur dans ce marigot de vulgarité les démarquent de ce monde de merde.

Gandhi, de son côté, était un gros con. Il a empêché son fils aîné (qu’il considérait comme une erreur) d’aller à la fac de droit puis il l’a laissé devenir un clodo alcolo obligé de vendre sa rondelle dans les rues de Bombay avant de mourir d’une cirrhose. Au passage il tabassait sa femme et il a interdit qu’on la soigne quand elle fut atteinte d’une pneumonie un peu sérieuse. Elle en est morte. Mais Gandhi n’avait rien contre la médecine occidentale quand il s’agissait de soigner son palu ou de se faire opérer de l’appendicite.

Il aimait aussi beaucoup tester sa résistance au désir sexuel. Pour ça il couchait, nu, avec des gamines, nues aussi, dont sa propre petite-nièce. Et il s’infligeait des lavements très réguliers.

Au passage, il considérait que les « kaffirs » étaient une race inférieure et qu’il n’y avait donc pas de raison que les indiens soient traités par les européens comme ces semi-animaux dont les « seules occupations sont de chasser et de réunir suffisamment de têtes de bétail pour s’acheter une femme et ensuite passer leurs vies dans l’indolence et la nudité.

Bien entendu, sa doctrine «non-violente » trouve vraiment toute sa saveur dans son conseil aux juifs de tous se suicider parce que ça aurait évité bien des souffrances à tout le monde et bien du travail aux nazis. Il me semble que la citation exacte est que « les juifs auraient dû s’offrir au couteau du boucher ».

Bien entendu, les véritables raisons de sa lutte contre l’Empire Britannique sont très largement édulcorées par M. Moderne. Ainsi, il a fait sa première grève de la faim non pas pour dénoncer l’oppression rosbif mais en réaction à des droits et des libertés que l’Empire voulait accorder aux intouchables.

Mais le pire des héritages de ce sale petit bonhomme est bien entendu l’exploitation de la haine de soi et de la culpabilité occidentale. Ce type n’aurait jamais rien pu faire si les anglais n’avaient pas été extraordinairement bienveillants envers leurs colonies et si les occidentaux n’étaient pas si bons et tolérants par nature envers leurs ennemis.

Donc chers amis Veilleurs, je vous en prie, trouvez-vous une tête de gondole moins répugnante.