Vision wolandienne du suicide de Venner

Dominique Venner s’est donc tiré une balle dans la tête devant l’autel de Notre-Dame.

Bon.

Je sais que ce geste est parfaitement cohérent avec sa pensée. Que ce très grand historien considérait que nos racines pré-chrétiennes étaient bien supérieures à notre héritage catholique et que le suicide, le sacrifice de sa propre vie est un acte de volonté, de liberté, absolu.

Bon encore.

Je vois ce geste sous 2 angles différents. D’abord, en tant que chrétien, je ne suis pas pour. Le suicide est un rejet de l’espérance et une opposition à Dieu. Espérons que Venner considéré sera comme une victime d’un « grand chagrin » ou comme ayant fait ce geste en conscience pour sauver sa Patrie et son Peuple, auquel cas il ne sera pas condamné. Je prie donc pour lui.

En tant que patriote, bordel de pine à cul vérolé ! Son cerveau nous était tellement plus utile à tous bien au chaud dans sa boîte crânienne que comme déco post-moderne sur le sol de Notre-Dame que ça me rend fou de rage. C’est trop symbolique pour être supportable. Un vieil homme qui s’est battu toute sa vie pour le bien se casse la tête dans une Eglise. En d’autres termes : « messieurs les enrichisseurs, nous sommes bien fatigués de vous avoir maintenu sous le boisseau si longtemps, nous sommes désormais vieux et comme nous n’avons pas voulu nous reproduire, il n’y a plus personne pour maintenir votre cage fermée. Elle va donc s’ouvrir et vous allez nous dévorer. Nous n’en avons pas vraiment envie, donc vous ne nous aurez pas vivant. »

C’est ignoble. Quand on est vieux est qu’on a autant d’expérience, on fournit des munitions aux quelques-uns qui ont encore envie de mener le combat, on ne les abandonne pas en leur laissant une image de défaite.

Advertisements

150 réponses à “Vision wolandienne du suicide de Venner

  1. Synthèse parfaite sans un mot de trop ni de pas assez. Tout est dit là, qui exprime d’ailleurs mon propre ressenti. Merci pour nous tous.

  2. Si, j’enlèverais le mot « ignoble » et le remplacerais par « désespérant »…

  3. cretinusalpestris

    Qui connaissait Dominique Venner avant son geste ?

    Venner n’a pas fuit, il a tenté d’attirer l’attention du peuple de France.

    Quant aux munitions, elles sont dans son oeuvre. Mais qui osera s’en servir ?

  4. Je vous reconnais bien là Amiral. C’est votre côté churchillien (en plus de l’amour des boissons fortes) : Never, never, give in!

  5. Une radio de grande écoute a quand même osé comparé ce suicide aux immolations devant pôle emploi. La malhonnêteté et la manipulation des faits a malheureusement encore de beaux jours devant elles.

    Pendant ce temps, les fous furieux dansaient gratuitement je ne sais plus où dans Paris pour fêter la victoire du mariage homo. Mais quelle victoire? Il n’y a victoire que lorsqu’il y a combat. Ca aurait été une victoire s’il y avait eu référendum. Le genre de personnes à se glorifier d’une victoire, même quand l’adversaire déclare forfait.

    • Robert Marchenoir

      Il y a bien un rapport. Vous avez certainement remarqué la multiplication, depuis un certain temps, des suicides spectaculaires, agressifs, qui se veulent politiques.

      Il y a peut-être des suicides « de droite » et des suicides « de gauche », mais la succession de suicides qui se veulent des manifestes est bel et bien symptomatique d’une certaine décadence.

      • Monsieur-marchenoir-qui-sait-tout, ferait bien avant de débiter ses âneries péremptoires de lire un peu sur les sujets qu’il aborde. Notamment il devrait parcourir « La Mort Volontaire Au Japon » de M. Maurice Pinguet. Il t trouverait une étude approfondie des différents types d’auto sacrifices qui lui ferait toucher du doigt que,
        Justement, le suicide de protestation, sur un mode « maniaque », vaut sans doute un million de fois mieux que le suicide dépressif, dont jusqu’à présent les européens avaient la spécialité. Ce geste de D.Venner s’apparente aux seppuku de protestation nombreux pendant le début de l’ère Tokugawa. On peut aussi voir à ce sujet le « hâra-kiri » de Kobayashi…

  6. @ Cretinus alpestris
    Il est vrai qu’en dehors du cercle plus ou moins restreint de la « nausébondsphère » le nom de Dominique Venner ne devait pas être connu. Espérons que son nom suscitera quelques curiosités, qui amèneront des attentistes à se poser des questions et trouver les réponses permettant la survie de notre patrie. Ce sera l’élément d’espoir de cet acte tragique.
    Sinon je suis totalement d’accord avec la position Wolandienne.

    • allons allons
      tout le monde a lu dominique venner et la nrh
      ne serait ce que par le fait qu’on ( on ne sait qui , d’ailleurs) a fait des misères à « la revue de l’histoire » qui du coup est devenue « la nouvelle revue de l’histoire »
      on serait mieux avisé d’y éfléchir un peu plus profondemment
      le suicide sur les marches de la grande mosquée, non de la cathédrale de paris , invite à se demander pourquoi là?
      ouiche, pourquoi sur les marches de la grande métisseuse?
      l’église , sainte apostolique ( quand j’étais gosse on disait « à pauvre slip ») et romaine , dans ses formes diverses , variées et détournées, en particulier socialisantes, nous a amené plus d’emmerdements que de bienfaits
      ouverture à l’autre ( comme si , en retour ,l’autre voulait s’ouvrir….) , partage du midi comme du minuit ( comme si le moindre morbac importé à grand frais des périphéries avait l’envie de partager quoi que ce soit) , capitulation et chougnasserie à n’en plus pouvoir , tels sont les morceaux de cet héritage chrétien
      pas difficile de comprendre que, là aussi, un devoir d’inventaire s’impose
      on va pas pouvoir reprendre les créances en cours, les garçûs, faudra trier

  7. Mourier pour se faire entendre! Dans quel pays vivons-nous?

  8. Cohérent avec son idée de l’homme, le salut terrestre par l’identité -française-des racines puissamment charnelles, choisir son destin pour ici-bas puisqu’il n’y a pas d’autre monde. Un sacrifice païen devant l’autel du sacrifice Divin. Le salut de l’homme par l’homme contre le salut de l’homme par Dieu ?
    Les Chrétiens peuvent prendre ça pour leur compte :
    « Il faudra certainement des gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes. »
    En mourant au pied de l’ autel de Notre-Dame il n’a pu montrer que vers qui se tourner.
    Paix à son âme.

  9. Plutôt d’accord avec Cretinus ci-dessus.
    On ne peut pas reprocher à un non-chrétien de ne pas mourir chrétiennement (on peut seulement s’en désoler). Cependant Venner n’était pas anti-chrétien, contrairement à Alain de Benoist par exemple.
    Pour comprendre son geste il faut évidemment faire référence aux stoïciens, dont Venner se réclamait explicitement.

    Ce qui est certain, c’est que Venner n’avait plus rien d’autre à apporter à sa cause, sinon sa mort. Parce que trop vieux ; parce que vivant dans un monde de merde où l’intelligence et la vérité ne comptent plus, etc.
    En faisant de sa mort un acte politique au moins un peu médiatisé, il a tiré, si j’ose dire, sa dernière cartouche.
    C’était un combattant. Il a voulu mourir les armes à la main.
    Il a donc tout mon respect d’officier (de réserve) et de patriote, et le chrétien en moi s’estime en droit de se taire.

    • Le chretien n’est jamais « en droit de se taire » puisque c’est son devoir de temoigner.

      • Vous vous trompez : il est du devoir du chrétien de témoigner sa foi en certaines occasions, de ne pas la cacher quand cela nous serait avantageux, de la déclarer quand il s’agit d’éviter un scandale, mais pas de la claironner à tout bout de champ. D’ailleurs, nous savons bien que ceux qui chantent le plus pondent le moins.

  10. Mourir les armes à la main Marco, c’est vendre chèrement sa peau, ce n’est pas s’en tirer une dans le caisson. (avec tout mon respect de sous-officier en retraite)

      • Nous sommes d’accord, sans doute, Coach, mais que faire d’autre ? Aller flinguer un Arabe au coin de la rue pour lutter contre le Grand Remplacement ? Aller dézinguer un politicien collabo ? Ce serait absurde, criminel et contre-productif (du pain bénit pour les anti-FN).
        Reste à donner un exemple de hauteur, de noblesse ultime.
        Croyez bien que j’aimerais pouvoir mourir pour ma patrie les armes à la main, mais voilà, la guerre n’est pas officiellement déclarée. A mon sens, Venner s’est donné une mort militaire de temps de paix, qui se justifie par son âge (78 ans) : plus question pour lui d’un autre combat, et il avait dit tout ce qu’il avait à dire.

    • ou c’est faire sauter la soute à munitions (SLT Pol Lapeyre pendant la guerre du Rif) ou encore demander un tir d’artillerie en envoyant ses propres coordonnées…

  11. Aux larmes citoyens

  12. Une Femen sortie du bois en profite pour proposer des passes sur le parvis. Je me demande qui paye …

  13. je suis d’accord avec vous Amiral, il y a trop peu de penseurs à droite qu’on puisse se permettre de les voir se suicider fut-ce à Notre-Dame, Surtout que complètement inconnu du grand public, son geste n’aura pas plus d’effet qu’un parasite sur une ligne du journal du 20 heures d’antenne 2. Ça me donne vraiment une impression de gâchis.

  14. Quand on a 78 ans (j’en ai 75, c’est pareil), le suicide n’a pas le même sens qu’à 35 ou 45 (comme Mishima), le suicide n’a plus une grande signification; si on sait que la fin est proche de toutes façons, on peut être tenté de lui donner un sens.

  15. Sans doute aurait il préféré avoir 50 ans de moins et être là sur le champ de bataille qui s’annonce. Sachant que c’était impossible, il aura toutefois préféré mourir comme un « combattant », plutôt que dans un service de soins palliatifs.

  16. Comme d’habitudes vous lui pretez tout un tas pensées qui vont dans votre sens, comme tous les bigot incapables de porter un jugement négatif sur qui que se soit de prétendu divin dans la bible.
    Son cerveau était bien vérolé oui, pour faire une chose pareille, et certains sensés, s’en serait douté s’ils avaient pu lire ou entendre son discours avant ça.
    Il a fait ça pour se faire passer pour un martyr, il a cru que son oeuvre en ressortirait grandie.
    Il a cru qu’il deviendrait ce genre d’auteurs qui explosent dans les ventes post mortem.
    Pour vous s’était un désespéré, pour moi s’était un fou, un fou de dieu extremiste, un de plus.

  17. Bien sûr qu’il est mort les armes à la main. 78 ans à lutter contre le courant, y compris au sens propre, comme engagé volontaire en Algérie, qu’est-ce qu’il vous faut. Dominique Venner, c’est notre Marcus Brutus.

    Enfin, merci quand même, Amiral, en tant que chrétien (et contrairement à d’autres), de reconnaître qu’il n’y a pas à reprocher à un non-chrétien de ne pas se comporter en chrétien. Sinon d’accord avec Cretinus et M.Polo.

    • «  » »de reconnaître qu’il n’y a pas à reprocher à un non-chrétien de ne pas se comporter en chrétien » » »
      Manquerait plus que ça tient.
      vous oubliez les nombreux siècles ou les non chrétiens étaient mal traités, tués, convertis de force.
      peut etre qu’un historien sain d’esprit sait par quelle violence s’est imposé cette secte en Europe.
      vous entendre parler de terrible courant auquel vous devez faire face, c’est vraiment le monde a l’envers. vous ne devez pas vous rendre compte de ce que devait ressentir le Français quand on le brûlait parce qu’il refusait d’oublier wotan.
      Vous avez des revendication, un mal etre, une rébellion de petits bourgeois.

      • L’indien
        Dumesnil, les origines du Christianisme : premieres lignes et premieres pages….

      • @pearson
        je ne comprends pas, quelle est la source?, je ne trouve pas.

      • c’est un livre.

      • oui bon bref, j’ai un peu mixé, le livre en question auquel je pensais :

        http://www.amazon.fr/racines-chr%C3%A9tiennes-lEurope-Conversion-royaumes/dp/2213622876/

      • merci, j’irai voir, mais ça ne m’enlèvera pas a l’idée que le christianisme s’est imposé par la force alors que la morale moderne ne va pas brûler les anciens religieux, elle les laisse crever d’eux meme. vous direz que c’est pareil mais en plus subtile, et donc pire. mais no c’est juste plus intelligent.

      • « Pourtant, trois siècles plus tard, l’Europe ne connaissait plus qu’une seule religion, le christianisme, et dans sa variante catholique, non pas arienne. Pour les contemporains, le phénomène parut mystérieux, car il était paradoxal. Les peuples barbares, vainqueurs de la puissance romaine, avaient accepté de se soumettre à la religion de leurs vaincus. »

        Bon bref de toute facon, cet ouvrage ne vous sera pas accessible. C’est un sacré pavé. mais vous pourrez lire ce livre du même auteur ( et ne pas se fier au seul titre, c’est un petit ouvrage qui vaut le détour)

        http://www.amazon.fr/Barbares-expliqu%C3%A9s-%C3%A0-mon-fils/dp/2021009823/

      • Ce qui est plaisant avec vous l’Indien c’est le n’importe quoi permanent. C’est distrayant.
        Pour vous Dominique Venner était un intégriste catholique alors qu’il se revendiquait païen .
        Pour vous le christianisme s’est imposé par la force, mais pas l’islam partout où il existe , encore moins l’athéisme démocratique comme en Russie dans les années 20 ou en Chine ou au Cambodge ou bien en France pendant les Années 1793-1801 ou depuis 1905.
        On ne sait pas ce qui est le plus ridicule chez vous, votre militantisme dépassé ou votre inculture. A moins que ce ne soit votre ego surdimensionné ?

  18. Quelqu’un possède t’il les clés pour décrypter les signaux de fumée de l’indien?

  19. Extrait choisi. (figure dans le dernier texte publié par D. Venner sur son site)

    « Il faudra certainement des gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes. »

    • Je ne voit pas bien en quoi son acte suive quoi que ce soit de ces opinions, au contraire.
      Sinon alors on sait qu’il était contre le « remplacement » de la population en France, c’est quoi alors l’acte ou les actes qu’il faut faire?
      et au passage
      « ….réveiller la mémoire de nos origines » quelles origines? africaines?
      il avait vraiment la mémoire courte, pour un historien c’est original.

  20. L’Indien a parfaitement raison. Ses livres vont se vendre comme des petits pains et son fantôme pourra revenir encaisser les royalties et être invité dans tous les débats… et il aura sa carte de martyr pour voyager gratos.
    Connard.
    J’aime bien quand on parle de projets et d’avenir post mortem.

    • Le suicide chez les croyants religieux a forcément un lien avec l’idée de martyr.
      Ne soyez pas naifs, et puis je n’ai pas dit qu’il allait cartonner dans les ventes, mais que c’est ce qu’il espérait.

  21. L’Indien
    Venner n’était pas « croyant religieux ».
    Quant à « ce qu’il espérait »… toujours post mortem…?
    Il resterait peut-être, maintenant qu’il n’est plus là, à examiner sa vie, elle en vaut la peine, au lieu d’épiloguer ad nauseam sur l’interprétation qu’il faut donner de sa mort.
    Je sors.

  22. A monsieur l’indien,
    chez les chrétiens et qui plus est chez les catholiques, le suicide n’est ABSOLUMENT pas lié à l’idée de martyr! Vous confondez avec les musulmans! Le martyr chrétien est un témoin qui refuse de renier sa foi. Le suicide est un acte de désespoir et de lâcheté, c’est un refus de combattre. Il est évident que nous vivons une époque épatante: chômage, récession, dette abyssale avec en plus un changement de population encouragé par nos dirigeants et en prime, une balle dans le pied avec le « mariage pour tous ». Dominique Venner avait de quoi être désespéré, comme tout un chacun. Mais malheureusement, il lui manquait l’Espérance. Alors laissez le tranquille et arrêtez de lui faire des procès d’intention: il n’est plus là pour se défendre! Ayez un peu de décence et respectez les morts!

    Cela dit, Amiral, je suis bien d’accord avec votre billet qui à mon humble avis, remet les choses à leur place.

    • @seccotine vous dites ce qui vous arrange, mais en réalité, les martyrs sont tout aussi présents chez les chrétiens, et l’idée de mourir pour soulever un problème, apporter une solution est similaire a la (hypothétique) crucifixion de jesus.
      et le respect des morts n’a pas de sens chez moi, la vie après la mort c’est votre délire, pas le mien.
      je peux éprouver de la peine pour la famille, les proches touchés par l’égoïsme et la lacheté, mais je ne pourrait pas respecter ce genre de personnage, mort ou vivant.
      Et je ne vous suit absolument pas pour dire qu’il avait des raisons de se foutre en l’air. faut pas déconner non plus.

  23. 100% d’accord avec vous cher amiral. l’admiration de la majorité de la réacosphère pour ce geste me fait désespérer. La réacosphère ne serait que de la pose…

  24. Je ne connaissais pas cet homme, mais son geste, et ce que j’ai pu lire de lui me donne à penser que M. Venner était une conscience, un être de conviction et d’engagement. Je pense qu’il voulait ce qu’il considérait comme le Bien.
    Son geste est donc un symbole puissant et fort, et porteur de sens. Il n’a pas porté atteinte à autrui, il a porté atteinte à lui-même en en faisant un acte de protestation puissant. Sa portée est donc plus grande que si il avait fait sauter une ceinture d’explosif au milieu de totalitaristes verts ou rouges.
    Qui voit la poussière quand tout est sale ? On ne combat pas le mal par le mal, mais en montrant le chemin du bien. Quelque part, je donne à son geste le sens profond d’une alarme destinée à réveiller les consciences endormies et indifférentes qui laissent faire le mal, à tort.
    Ce geste a donc été adéquat. Juste.

  25. Je crois, amiral, qu’il volait aussi dire que dans ce combat l’époque n’est plus celle des cerveaux.

  26. cretinusalpestris

    Quand vous êtes une sentinelle isolée et que l’ennemi vous a surpris et posé une lame sur la gorge, que faites vous ?

    Soit vous criez et mourrez. Néanmoins vos compagnons d’arme auront été prévenus et pourront repousser l’ennemi.

    Soit vous ne criez pas et vous survivrez… peut-être. Cependant l’ennemi s’emparera facilement de votre camp, avec tout ce que cela peut impliquer.

    Venner a crié.

    • Et les femelles, euh… les femens ont réagit, preuve que le cri a porté.
      Sinon, l’ennemi n’aurait pas bougé.
      Bravo Venner, plus grand mort que vivant.

  27. Il y a de bien belles choses dites là. Je ne sais pas qui a raison, tous sans doute, chacun de son point de vue.
    Oui il aurait fallu plus de Venner, plus longtemps, et oui, il a eu raison de se faire sauter le caisson s’il en avait envie, et s’il pensait qu’il était temps pour lui d’aller banqueter au Valholl tout en foutant la honte aux minuscules chiures de mouches que, pris isolément, sont nos ennemis.

  28. J’ai 43 ans ans. Cela fait un peu plus de vingt ans que je lis Venner, au point que ce type est un peu un membre de ma famille. Et aujourd’hui j’ai mal.
    Comment tout ça va-t-il finir ? Quel sens donner à notre mort ? à notre vie ?

    • « Quel sens donner à notre mort »?????
      C’est un questionnement de terroriste ça.

      • Faut lire Heidegger, mec. Sinon, toi rien comprendre.

      • C’est sûr, l’indien. Il n’y a que les terroristes que se posent des questions sur le sens de la vie et de la mort. C’est l’évidence.

      • cretinusalpestris

        Vous ne vous l’êtes jamais posée, l’Indien ? (et j’ose imaginer que vous n’êtes pas un terroriste)

      • @mat
        ya quand meme une différence entre se poser des questions sur le sens de la vie et de la mort, et se demander quel sens donner a sa mort…vous ne le voyez pas?
        @marco polo
        oui c’est ça, faut lire ceci celà. merci mais j’ai pas attendu pour lire des livres philosophiques ou scientifiques sur l’etre. et merci de me respecter et de ne pas me parler comme vous le faites. je ne pense pas que vous aimeriez qu’on vous le fasse. c’est la règle d’or, qu’on soit religieux ou pas.

      • cretinusalpestris

        Je crois me souvenir avoir entendu une phrase du genre « Aujourd’hui, c’est un bon jour pour mourir… » et elle était dite par un indien… étonnant, non ?

      • oui, mais elle n’est pas suicidaire cette phrase

  29. l’Indien, se poser des questions? Vous rigolez… Ca fait des années qu’on lit ses conneries sûres d’elles mêmes, toutes truffées de fatuité inculte et lardées de bêtise bien épaisse. Alors le sens de sa vie…

    • Des années ? Vous êtes sur que c’est le même ? J’ai toujours pensé qu’il y en avait eu plusieurs, comme dans le film de Zorro où Don Diego de la Vega passait le flambeau à son élève, le masque cachant la substitution.

  30. @cretinus alpes
    non je ne me suis jamais demandé quel sens donner a ma mort.
    A ma vie, oui bien sur. et ça n’est pas pareil de mon point de vue.
    Se battre pour une cause dangereuse et en mourir est une chose qui a du sens, se suicider pour une cause c’est exprimer un mépris pour la vie et donc la cause n’a plus de sens.
    Se dire je vais aller me flinguer pour faire passer un message a ses ennemis ou pour les emmener avec soi, c’est juste du délire de terroriste. y’a rien de chevaleresque la dedans.

    • Vous savez que se contenter d’aligner des mots, ça ne faut pas un raisonnement… Ça fait parfois à peine une phrase…

      • vous le pensez vraiment ou c’est pour faire genre, devant les autres, haha je l’ai bien mouché l’indien?
        et ça ne me serait pas venu a l’idée de me moquer de quelqu’un sur son raisonnement sans prendre la peine d’en apporter un ?

    • cretinusalpestris

      Je ne vous souhaite qu’une chose : que vous puissiez continuer à tenir ce raisonnement encore longtemps. Et j’espère que le destin ne vous forcera pas à réaliser des actions qui iront à son encontre.

  31. Robert Marchenoir

    Votre position est absurde. Soit vous réprouvez son acte en raison de votre foi. Soit vous l’absolvez parce que lui n’était pas chrétien. Soit vous lui reprochez, non pas de s’être suicidé, mais d’avoir offensé la foi d’autrui en profanant une cathédrale. Mais vous ne dites pas :

    « Messieurs les enrichisseurs, nous sommes bien fatigués de vous avoir maintenu sous le boisseau si longtemps, nous sommes désormais vieux et comme nous n’avons pas voulu nous reproduire, il n’y a plus personne pour maintenir votre cage fermée. Elle va donc s’ouvrir et vous allez nous dévorer. Nous n’en avons pas vraiment envie, donc vous ne nous aurez pas vivant. »

    D’autant que c’est faux. Non seulement Dominique Venner s’est « reproduit » charnellement (il avait des enfants et des petits-enfants), mais il s’est « reproduit » intellectuellement, en disséminant son expérience, bien plus largement qu’il n’aurait pu le faire à travers sa famille, au moyen de la Nouvelle revue d’histoire et des nombreux livres qu’il a écrits.

    Et puis qu’est-ce que c’est que cette fierté stupide de se « reproduire », ou, à l’inverse, le reproche de ne pas le faire ? Ce sont les animaux qui se reproduisent. L’homme a des enfants. Ce sont les peuplades arriérées qui mesurent leur vertu à la taille de leur famille.

    Entendons-nous bien : je ne suis pas en train d’émettre un jugement de valeur sur le fait d’avoir beaucoup d’enfants ou de ne pas en avoir. Ni l’un ni l’autre n’est « bien » ou « pas bien ».

    Avoir des enfants n’est pas particulièrement un exploit, hein… « Se reproduire » est à la portée de n’importe quel abruti. Que l’homme s’accomplisse dans sa famille, c’est une chose. Qu’il en fasse un titre de gloire et reproche à autrui de ne pas le faire, c’est autre chose. On franchit là la ligne qui sépare la vertu (supposée, hein…) de la bigoterie.

    C’est amusant, cette tendance actuelle qui consiste d’une part, pour les bobos, à sacraliser l’enfant, à en faire un enfant-roi, et pour sa femme à se prendre pour quelqu’un de tout à fait spécial, sous prétexte qu’elle a fait ne serait-ce qu’un enfant (voyez le nombre de fois qu’une politique ou des passe-droits sont réclamés au nom « des enfants ») — alors que c’est là la chose la plus banale du monde pour ses semblables, depuis des dizaines de milliers d’années ; et d’autre part, pour les réacs, de reprocher à leurs ancêtres de ne pas avoir fait d’enfants — ce qui est stupide, car si c’était le cas, ils ne seraient pas là pour en parler !…

    La vérité est que le taux de natalité est une grandeur éminemment variable, qui dépend de nombreux facteurs, collectifs et individuels.

    Jadis, ne pas avoir d’enfants était considéré comme un malheur. Aujourd’hui, c’est en passe, dans certains cercles, d’être considéré comme un vice !

    C’est d’autant plus déplacé, en ce qui concerne Dominique Venner, que d’une part il a bel et bien une descendance, comme je l’ai dit, et que d’autre part il avait soixante dix-huit ans. De plus, si j’ai bien compris, il était aussi atteint d’une maladie mortelle. Peut-être vivait-il ses derniers mois de toute façon.

    Les hommes ne sont pas éternels, il faut s’y résoudre. Il est profondément injuste de reprocher à Dominique Venner d’avoir voulu échapper au remplacement de population en se donnant la mort. On peut lui imputer différentes choses, mais pas ça.

    Enfin, il est bien imprudent pour un homme de trente ans de présumer de ce qu’il ferait à soixante dix-huit ans.

    Personnellement, ce qui me choque, c’est plutôt le choix du lieu. Si les gens commencent à défiler à Notre-Dame pour se suicider, on n’a pas fini… D’ailleurs, ça n’a pas tardé, puisque, dès le lendemain, une Femen reproduisait sur le mode grotesque le geste de Venner, que je qualifierais volontiers de satanique si j’étais catholique.

    Enfin, si l’on en croit le témoignage anonyme de quelqu’un qui dit, sur le blog d’Yves Daoudal, l’avoir connu dans sa jeunesse, Dominique Venner était un nazi dissimulé — ce qui cadre assez avec son geste.

    C’est un témoignage intéressant, car il jette un éclairage inattendu sur ce qui est, effectivement, un courant bien caché, mais persistant, de l’extrême-droite française. Ce n’est pas parce que les gauchistes brandissent l’accusation de nazisme à tout bout de champ que celui-ci n’existe pas. Voyez d’ailleurs, en Grèce, le mouvement Aube Dorée, qui est authentiquement nazi.

    Le prétendu « paganisme », l’anti-christianisme, rejoignent souvent le cocktail nationalisme + socialisme + antisémitisme + culte de la force, de la dictature, goût de la violence, obsession de la révolution, mépris des faibles.

    • « Personnellement, ce qui me choque, c’est plutôt le choix du lieu. Si les gens commencent à défiler à Notre-Dame pour se suicider, on n’a pas fini…  »

      Je suis de votre avis : personnellement je ne pourrais porter de jugement ni sur la personne et son acte ni sur la valeur stratégique de ce dernier mais je suis très interpellée par le lieu choisi, lieu éminemment chrétien, spirituel -devant l’autel- comme si Venner avait voulu entamer ou clore un combat contre Dieu lui-même… Il y a quelque chose de l’orgueil fou (je ne pense pas à du désespoir) dans ce geste. Et il est vrai que ces derniers temps les gestes de « profanation » (même si je n’aime pas ce terme concernant Venner mais enfin c’est quand même le cas) se sont démultipliés envers l’Eglise catholique (cimetières, églises, croix etc).
      Quelque part je me demande si l’Eglise de France, par la voix de ses évêques et prêtres ne devrait pas répondre à ce qui ressemble aussi à un appel… Je ne sais pas comment mais bon…

      • La crevette,

        « l y a quelque chose de l’orgueil fou (je ne pense pas à du désespoir) dans ce geste.

        Je crois que René Girard (et Dostoïveski) ont des choses à nous dire sur cette question. Si vous voulez bien vous donner la peine de suivre ce lien >> http://fromageplus.wordpress.com/2013/05/21/ilestvenuletempsdescathedraaaaaaaaaleuh/#comment-35066

        Venner (pour le peu que je le connaissais), m’a toujours paru démentiellement orgueilleux. Je me rappelle qu’il présentait la NRF comme « la meilleure revue d’histoire »…

      • Oui Baraglioul, vos commentaires et citations rejoignent et développent largement mon intuition, merci!

      • Robert Marchenoir

        Oui, c’est ça, la Crevette, orgueil fou.

        La volonté de redéfinir à soi seul ce que devrait symboliser Notre-Dame (la continuité du paganisme au travers de l’héritage chrétien) ; la prétention à confisquer pour soi seul, le temps de son geste, toute la cathédrale, son passé, son avenir ; la négation délibérée de la foi, de la sensibilité et de la personne des mille cinq cents individus qui se trouvaient dans l’église à ce moment-là ; l’arrogance qu’il y a à revendiquer un quelconque hommage (même perverti) à un lieu sacré tout en le profanant…

        Je n’ai rien contre l’orgueil quand il est apprivoisé et mis au service du bien. Mais là, nous sommes clairement de l’autre côté de la barrière, du côté du mal.

        La preuve presque scientifique de la faute de Venner, c’est que son acte a été reproduit sur le mode mineur et grotesque par une Femen, le lendemain. La profanation de gauche et la profanation de droite s’abreuvent aux mêmes sources.

      • Robert Marchenoir

        Et puis se suicider devant un autel, c’est évidemment vouloir prendre la place du Christ.

    • Bob, Baraglioul, dans une perspective plus métaphysique et spirituelle, les billets de l’abbé de Tanoüarn sur le cas Venner.
      J’ai répondu ds l’un des billets (http://ab2t.blogspot.fr/2013/05/le-dernier-geste-de-dominique-venner.html?showComment=1370022281234#c4254932780951658478 )

      avant de m’apercevoir qu’il disait la même chose dans un second billet.
      http://ab2t.blogspot.fr/2013/05/peur-quand-tu-nous-tiens-reponse-labbe.html

      C’est déjà loin dans vos billets Amiral Woland et excusez-moi de revenir tardivement là-dessus avec des liens « externes » mais je suis lente à la comprenette et ces textes me semblaient intéressants pour tous.

  32. Robert, vous êtes à côté de la plaque. Un nazi dissimulé ? Comme Marc-Aurèle ?
    L’indien : je ne voulais pas vous manquer de respect. Mais simplement dire que donner un sens à sa mort, c’est donner un sens à sa vie.

  33. Robert Marchenoir

    Et qui est probablement authentique. Qui se donnerait la peine d’inventer un truc aussi précis, pour le diffuser sur un blog aussi confidentiel ? D’autre part, ce témoignage a été adressé directement à Yves Daoudal, et non laissé en commentaire sur son blog. Il est tout à fait possible que Daoudal sache qui est son interlocuteur. C’est même le plus probable.

    Tous les journaux du monde diffusent tous les jours des propos anonymes dont ils sont les seuls à connaître la source. Et vous les croyez. Je fais confiance à Yves Daoudal.

    Enfin, le Web regorge de témoignages irremplaçables, anonymes… et visiblement authentiques. Cela fait même une grande part de son intérêt. Il est facile, avec un peu d’entraînement, de distinguer les assertions fantaisistes des témoignages crédibles. Même quand ils sont anonymes.

  34. Robert Marchenoir

    Ce que je trouve choquant, aussi, c’est le fait de se suicider en public.

    Au-delà de l’interdiction du suicide par l’Eglise, au-delà du manque de respect envers autrui que manifeste le fait de se donner la mort dans un lieu de culte quel qu’il soit, il faut être singulièrement dépourvu de compassion envers son prochain pour infliger un spectacle aussi traumatisant à des passants — dont des femmes, des vieillards et des enfants.

    Mais c’est bien en phase avec l’attitude méprisante qu’attribue à Dominique Venner ce fameux anonyme chez Yves Daoudal :

    « Il méprisait profondément, viscéralement, le christianisme, considérant les chrétiens comme des faibles. […] Ce qu’il aimait dans la chevalerie, ce n’était absolument pas le côté chevaleresque, christianisé, mais le côté sombre, brutal, voire pervers. […] Seule la force victorieuse le fascinait, les faibles et les petits étant faits pour être écrasés et dominés, selon lui. […] Il m’a souvent dit, dans ces années 59 à 62 (j’ai cessé de le fréquenter ensuite, le jugeant irrécupérable à jamais) qu’il faudrait reprendre un jour l’oeuvre d’Hitler et parvenir à l’anéantissement des Juifs et du christianisme. »

    Qu’est-ce qui empêchait Venner de se donner la mort chez lui, ou sur une plage déserte ? Il aurait tout aussi bien pu expliquer sa décision à la face du monde.

    Mais non : il a fallu qu’il profane le recueillement des fidèles, qu’il agresse leur prière, qu’il remplisse d’effroi des centaines d’anonymes, qu’il fasse faire des cauchemars aux enfants, qu’il angoisse des malades, des personnes se sachant condamnées, qu’il inflige à des inconnus un traumatisme qui les poursuivra peut-être leur vie durant…

    Mais qu’est-ce que cela pèse, pour quelqu’un qui est persuadé d’agir pour le salut de son peuple ?

    Encore un signe de l’authenticité de ce témoignage anonyme.

    • cretinusalpestris

      Qu’est-ce qui empêchait Venner de se donner la mort chez lui, ou sur une plage déserte ?

      Cela n’aurait même pas fait l’objet d’un encart de trois lignes dans la presse régionale. Toutes les semaines, en Suisse, des gens se jettent sous les trains, plus aucun média n’en parle. Ou alors, on évoque des retards dans le trafic ferroviaire, sans plus.

      • Robert Marchenoir

        D’aaaaaaaccord. Donc, le suicide de Venner serait un plan média. Une opération de relations publiques. A-t-il pris un bon attaché de presse, au moins ?

        J’ai beau être choqué par son geste, je ne lui prête pas cette ignominie d’avoir mis en scène sa mort dans le but d’exploiter la bassesse de l’époque qu’il dénonçait.

        Qui sont ces suicidés en Suisse ?

      • cretinusalpestris

        Avez-vous lu sa lettre ? Je pense que c’est préférable d’aller directement à la source. Elle est ici :

        En Suisse, on se suicide aussi beaucoup, alors que c’est paradoxalement rare dans le tiers-monde (mais j’imagine qu’il existe des études sur le sujet).

        Entre 15’000 et 25’000 suicides chaque année. 70% sont causés par des dépressions. Et pourquoi déprime-t-on dans une civilisation moderne, progressiste, ouverte et multiculturelle ? On se le demande…

      • merci Cretinus pour le texte

  35. Marchenoir, rapporter les propos d’un anonyme faisant de Venner un nazi fait de vous, en l’occasion, un triste sire. Vous n’avez visiblement pas lu grand-chose de cet homme qui vient d’accomplir un acte romain.
    Vous êtes tellement plein de haine que vous ne vous apercevez pas que même si cet anonyme dit la vérité, à savoir qu’à vingt ans Venner était farouchement antichrétien, antijuif et amoureux d’Hitler, cela ne signifie pas qu’il l’ait été il y a deux jours, à Notre-Dame, alors âgé de 78 ans.
    Le témoignage que vous citez est invérifiable et inutile.
    Si vous connaissiez un peu le personnage, si vous l’aviez lu, vous sauriez qu’il n’était pas le plus farouche des païens, ni certainement le plus antichrétien (parlez-moi plutôt d’Alain de Benoist, par exemple, qui se veut plus présentable mais dont la haine à l’égard du christianisme est bien plus ancrée). Quant à son nazisme supposé, vous négligez un point important : on peut admirer Hitler sans être nazi, il suffit d’être excessivement romantique, d’aimer les catastrophes et les gestes démesurées, ce qui était visiblement le cas de Venner. Il admirait tout autant des Japonais, des Romains, des Spartiates et des Chrétiens ayant fait preuve de cette démesure, de cette ardeur à s’exhausser, parfois, souvent de manière extrême et moralement condamnable. Mais quand on place la beauté du geste au-dessus de la morale, il est inévitable d’errer comme il l’a fait, sans pour autant être un nazi. C’est ici plutôt l’héritage d’Homère, que Venner admirait plus que tout.
    Ou alors dites carrément qu’Achille était nazi.

    • Robert Marchenoir

      Non, je n’ai rien lu de Venner. Et alors ? Je n’ai pas besoin de lire quoi que ce soit de lui pour savoir, et pour dire, que son geste est une saloperie. A-t-il fait une conférence sur Achille à Notre-Dame ? Non. Il a imposé à son prochain, qui ne lui avait rien demandé, la vue d’un type qui se tire une balle dans la bouche.

      Il insulte le sens du sacré de millions de braves gens en se livrant à cette profanation au coeur d’un des endroits les plus respectés de la chrétienté.

      Et vous, vous venez faire des phrases, sortir votre culture, faire du name-dropping, jouer votre violon de prof de philo coupé du monde.

      Elle est là, la saloperie de l’intellectuel franchouillard, qui bande devant un type qui asperge de son sang des gens venus chercher un peu de réconfort dans une église. Mais bon, c’est pas grave, hein, tant que c’est un beau geste, tant que ça permet à quelques blogueurs de se prendre pour des héros ! Que valent les quelques centaines de larves humaines anonymes qui se recueillaient à Notre-Dame, face à un surhomme de l’envergure de Monsieur Venner ? Vous me dégoûtez.

      Le témoignage de chez Daoudal vous gêne car il est très probablement authentique. Vous avez une façon très simple de le vérifier : laissez un commentaire chez lui en lui posant la question. Daoudal a reçu ce texte directement. Il connaît probablement l’auteur.

      « On peut admirer Hitler sans être nazi. » Ah, d’accord. De mieux en mieux. Tu parles d’une façon de réfuter un témoignage tout en le confirmant involontairement…

      • Pff…, Robert, vous êtes décevant.
        D’abord, un homme distingué ne dit pas à son interlocuteur sur le net qu’il le dégoûte, parce que c’est facile et sans conséquence, sans risque, contrairement à la vie réelle où l’on risque de se prendre un pain. On se doit donc d’avoir une éthique de la discussion ordonnant de se priver de ce genre de procédé. Sinon on se traite tous de gros cons et l’affaire est pliée.
        Vous venez nous cafter que Venner serait un nazi sur la foi d’un témoignage anonyme d’un gars l’ayant connu il y a plus de 50 ans et qui ajoute qu’il ne l’a pas revu ensuite. Je maintiens que ce témoignage ne vaut rien pour la bonne raison que le Venner qui s’est suicidé il y a deux jours avait 78 ans. Alors, qu’il ait été peut-être nazi-compatible quand il en avait 25, ben, on s’en fout. Vous êtes hors-sujet.
        Vous avez bien le droit de trouver anormal et même scandaleux de se suicider dans une cathédrale, mais vous le dites avec une exagération suspecte, vous en faites des tonnes et, pour tout dire, je ne crois pas une seconde à vos effarouchements de jeune fille.
        C’est une impression, hein, pas un raisonnement. Je peux me tromper. Je ne suis pas dans votre tête.

        En admettant que vous preniez réellement au sérieux le caractère de profanation de ce suicide, je vous trouve alors un peu lourdaud. Venner se disait athée et pas spécialement chrétien, même sur un plan strictement culturel. Mais comment ne pas voir qu’il y a une part de mysticisme dans un tel geste en un tel lieu ? Pour cela, Venner est déjà beaucoup plus chrétien que n’importe quel indifférent, que n’importe quel libertin moderne. Le cri qu’il pousse devant l’autel de Notre-Dame est peut-être une provocation, mais c’est une provocation mystique. Vous allez encore m’accuser d’étaler ma science, mais tant pis, je me lance : Rimbaud, à quinze ans, écrivait « merde à Dieu » sur les murs de Charleville, entre autres facéties antireligieuses, mais c’est précisément pour cela que Claudel en fait la figure du « mystique à l’état sauvage ».
        Je vous laisse méditer là-dessus, que la plupart des « cathos » sont incapables de comprendre, comme ils n’ont pas compris la foi d’un Baudelaire.
        Pour moi, Venner a accompli un geste chrétien au sens où il a voulu s’adresser à Dieu, tout en niant son existence. En tout cas c’est une possibilité. Evidemment, c’est subtil, donc vous aurez peut-être un peu de mal à me suivre.

      • Ca fait couler du pixel en tous cas.

  36. Il a beau se réclamer de l’Iliade, Achille ne s’est pas suicidé. Le seul héros de la guerre de Troie qui se soient donné la mort, c’est Ajax fils de Télamon, l’incarnation de la démesure, de l’hybris. Ce geste est peut-être d’un Japonais, mais il n’est pas d’un Grec. Pas d’un Germain non plus, le suicide était pour eux une mauvaise mort. Et ce n’est même pas la devotio romaine. Alors c’est peut-être le geste d’un païen, si on veut, mais d’un païen pas de chez nous.

    • Ca aurait eu une autre gueule s’il s’était fait péter à la mosquée de Paris: aussi hystérique mais ô combien plus constructif que de passer pour un marginal d’extremdrwat.
      Comme s’il ignorait les pirouettes de la nomenklatura des journalopes.

    • Vous voulez vraiment une liste de suicidés célèbres en Grèce et en Italie antique ?
      Entendu parler de Socrate par exemple ?
      Le suicide fait partie de l’arsenal du stoïcien. Sénèque : Sapiens vivit quantum debet, non quantum potest.
      Je ne vous ferai pas l’injure de traduire, et puis ça embête Marchenoir de voir plus cultivé que lui.

      • Socrate, Sénèque, la plupart des célèbres suicides antiques n’étaient que des peines de mort pour lesquelles on laissait au condamné le soin de se l’infliger lui même.

      • Je réponds à Paul-Emic ci-dessous (pas moyen de répondre autrement) :
        Socrate aurait très bien pu s’échapper. Relisez Le texte de Platon. Il a bien choisi sa mort.
        Et puis merde à la fin : lisez les stoïciens et venez me dire qu’ils ne font pas du suicide une solution possible, sinon souhaitable.
        Choisir sa mort est une façon de maintenir son pouvoir sur sa propre vie. Ce n’est pas compliqué.
        Je ne dis pas que c’est bien. Je dis que le suicide n’était pas mal vu par les Grecs et les Romains.
        Voyez chez Hégésias de Cyrène par exemple. Et si Epicure tient tant à dire que le suicide n’est pas une solution (Lettre à Ménécée), c’est parce que beaucoup le considérait tel.

        et puis une dernière, pour la route :

        Nietzsche, Crépuscule des idoles, II, § 80 Le vieillard et la mort :
        «Abstraction faite des exigences qu’imposent la religion, il sera bien permis de se demander : pourquoi le fait d’attendre sa lente décrépitude jusqu’à la décomposition serait-il plus glorieux, pour un homme vieilli qui sent ses forces diminuer, que de se fixer lui-même un terme en pleine conscience ? Le suicide est dans ce cas un acte qui se présente tout naturellement et qui, étant une victoire de la raison, devrait en toute équité mériter le respect : et il le suscitait, en effet, en ces temps où les chefs de la philosophie grecque et les patriotes romains les plus braves mouraient d’habitude suicidés. Bien moins estimable est au contraire cette manie de se survivre jour après jour à l’aide de médecins anxieusement consultés et de régimes on ne peut plus pénibles, sans force pour se rapprocher vraiment du terme authentique de la vie. — Les religions sont riches en expédients pour éluder la nécessité du suicide : c’est par là qu’elle s’insinue flatteusement chez ceux qui sont épris de la vie. »

        J’espère que cela répond en partie au problème. Mais peut-être connaissez-vous mieux que Nietzsche les Grecs et les Romains …

      • Tiens, la réponse s’affiche là où il faut. J’avions pas compris le système…

      • Corriger la référence à Nietzsche : c’est dans « Humain, trop humain ».
        (J’écris trop vite. Faut que je me calme).

  37. Robert Marchenoir

    Anonyme | 23 mai 2013 à 6 h 43 min |

    Monsieur-marchenoir-qui-sait-tout, ferait bien avant de débiter ses âneries péremptoires de lire un peu sur les sujets qu’il aborde. Notamment il devrait parcourir « La Mort Volontaire Au Japon » de M. Maurice Pinguet. Il t trouverait une étude approfondie des différents types d’auto sacrifices qui lui ferait toucher du doigt que, bla bla bla.

    Encore un abruti qui vient se vanter de l’unique livre qu’il a lu. Donc, puisque cet illustre Maurice a étudié le suicide au Japon, il faut vanter le suicide du Français Venner à Paris ? Comment peut-on être aussi con ?

  38. cretinusalpestris

    Robert, je vous trouve quand-même très sensible pour quelques morceaux de cervelle éclaboussant le sol d’un monument historique alors que c’est toute notre civilisation occidentale qui est en train de crever.

    • Bref, se suicider quand on a les idées de Venner, c’est cautionner le grand remplacement, justement en laissant la place.
      Avons-nous besoin de voir partir nos cadres les plus expérimentés?
      perso je suis plus du côté des vivants que des morts et ce suicide a juste lâché les vivants que nous sommes (même pas résistants, juste vivants, chez nous, avec nos coutumes).
      On peut se tripoter sur ce suicide, en attendant, deux neg ont massacré un anglais dans la rue à Londres, et là, ça marche car ça fait de la pub aux muzz.
      S’ils nous massacrent chez nous et qu’en réponse on se suicide, ça va pas durer longtemps, ces conneries.

      • cretinusalpestris

        Bref, se suicider quand on a les idées de Venner, c’est cautionner le grand remplacement, justement en laissant la place.

        Mais tous les jours des FDS laissent leur place à l’envahisseur. Tous les jours ! C’est pas un « départ » de plus ou de moins qui va changer quelque chose.

        Venner a terminé son oeuvre, il a écrit son dernier ouvrage, il savait qu’il n’aurait plus le temps ou la force d’en écrire d’autres. Il aurait pu mourir dans l’anonymat médiatique le plus complet et il a fait en sorte que son ultime geste permettent au moins d’avertir quelques personnes supplémentaires.

        Faut arrêter de voir son suicide comme une lâche « désertion ».

        Si sa disparition volontaire nous apportes de nouveaux combattants, son objectif premier aura été atteint. Et cet acte portera ses fruits malgré ce que peuvent en penser X ou Y.

      • D’accord avec les interventions de Cretinus Alpestris sur Venner.

    • Robert Marchenoir

      Cretinus, je renonce à expliquer l’absurdité de votre remarque. Tout cela me fatigue.

      • cretinusalpestris

        Si elle est si absurde que cela, une réponse courte devrait être suffisante, non ?

      • Robert Marchenoir

        – Il est toujours plus long de démontrer une fausseté que de l’énoncer.

        – L’énergie intellectuelle n’est pas une matière première inépuisable.

      • cretinusalpestris

        Ben, au moins, dite-moi juste que qu’il vous semble faux dans mes écrits… Après, je peux toujours tenter de trouver assez d’énergie pour développer (Par contre, pour convaincre, ce sera certainement plus énergivore, je le crains.)

  39. Le suicide de Dominique Venner est une forme de Seppuku, difficile à comprendre pour les occidentaux, un refus du déshonneur.

    Des combattants se sont souvent suicidés pour ne pas se rendre, ils ne sont pas morts pour rien mais pour leurs idéaux.

    Il fait sienne le devise de la Bretagne: « : Kentoc’h mervel eget bezañ saotret  » qui se traduit par  » Plutôt la mort que la souillure »

    • Grandpas, en matière de communication, Venner nous sortirait une coutume qui nous est inconnue ou que nous ne comprenons pas? Où est le message?
      L’hermine bretonne préfère se faire tuer par ses poursuivants plutôt que franchir une mare de boue. Venner n’était pas dans cette situation et d’ailleurs son acte n’est ni un suicide d’honneur, ni un suicide de responsabilité; Juste un geste vain et une perte irréparable pour la minorité qui connaissait son oeuvre. ce geste hystérique n’a eu pour effet que d’être sibgé par une merde de femmen qui, si l’on en croit les image, ont l’encéphale dans la poitrine

    • Pour avoir suivi les commentaires de ce billet, je trouve votre remarque pertinente. En effet, de nombreux soldats préfèrent se suicider que de se rendre à l’ennemi. Je ne l’avais pas vu sous cet angle, mais je trouve que votre exemple fait sens.

      • Euh, je ne vois pas ce suicide comme une désertion mais comme un acte dérisoire, c’est pas pareil. Dérisoire car véhiculé par les media, à leur sauce: Voilà, on a un marginal d’extremdrwat qui fait du zèle.
        Ca n’apportera rien à notre cause sinon une perte.
        L’idée chevaleresque est une vaste foutrerie, aucune guerre n’est chevaleresque. On se bat avec les mêmes arguments que l’ennemi, c’est dire si on doit descendre bas.
        C’est marrant chez nous comme on se raccroche à des valeurs alors qu’il faut s’adapter à l’ennemi.
        Breivik aura plus d’admirateurs car il y a du résultat plutot qu’un vague suicide qui ne fait mal qu’à nous. Ce suicide a fait marrer les media et suscité une large indifférence pour tout le reste, cela dit c’est un résultat digne de toutes nos initiatives: ZERO.

      • Il me plaît de le percevoir comme l’acte d’un soldat de la vérité, qui, désespéré, a préféré en finir de manière symbolique et choquante, car il savait qu’on ne combat pas un pays progressiste avec du bon sens.

      • Non ! Non ! Et Non ! Un soldat ne se suicide pas, un soldat se fait tuer, un soldat succombe ou se rend, quand il n’y a plus de munitions il reste la baïonnette, s’il n’y a plus de baïonnette il reste les tessons de bouteilles de bière, et comme il n’est pas trop con il aura gardé une grenade, pour lui et pour les autres.
        Un soldat ne part pas seul, ce n’est pas dans le manuel.

      • Ok Coach! Aucun souci, je donnais juste mon impression sans vouloir en faire une vérité. En fait je devais davantage penser aux espions, qui eux ont sans doute pour devoir de mourir plutôt que de parler.

      • cretinusalpestris

        Ok, Coach ! Pas de problème !

        Maintenant, vous pouvez reposer votre arme… tranquillement… voilà.

      • Sur un autre site, on peut lire des pignolades littureuses qui n’ont rien à voir avec la réalité. Les combats? Quels combats? En syrie il y a du combat, pas chez nous. Les centaines de discussions oiseuses depuis des lustres auraient dû pousser les allogènes dehors depuis longtemps, or « la valise ou le cercueil » ont été bien plus efficaces que nos bons discours, et dans un temps record.
        Il est temps pour l’Occidental de s’adapter (s’abaisser) au monde qui l’entoure (l’envahit).

      • Carolus,

        Je ne vois pas Dominique Venner se suicider pour mieux vendre son dernier ouvrage. Pour le suicide rituel connu sous le nom Seppuku, il existe un livre qu’un autre intervenant à citer: « La mort volontaire au Japon ».

        Pour la parabole sur la devise de la Bretagne, il faut voir cette islamisation de la France comme une souillure et même si ce donner la mort paraît excessif pour le commun des mortels, pour ce Monsieur peut être pas.

        Le dernier de la NRH évoquait le sacrifice des soldats qui de nos jours paraîtrait bien inutile aux yeux de certains contemporains.

        Qyi est prêt à mourir pour ses idées n apparemment peu bien peu de gens et c’est pour cela que l’ Islam finira pas vaincre, les musulmans eux sont prêts à tout, tuer eut être tuer.

        @ Coach Berny

        Bien sûr que les soldat se suicident comme l’ont fait des militaires allemands lors du passage du Dnierp ou dans le chaudron de Tcherkassy sans oublier lors du siège de Berlin. Il y aurait bien d’autres exemples dans l’histoire des guerres.

        Pour terminer, je regrette aussi le geste même symbolique de ce Monsieur car il aurait encore pu nous apprendre pleins de choses mais parfois pour des gens de cette trempe à quoi sert de vivre parmi des moutons.

  40. C’est assez énorme de vous voir vous déchirer sur ce sujet parceque vous avez envie de défendre ce type parcequ’il pense comme vous mais en meme temps vous le détestez parcequ’il a fait une chose horrible en public, a notre dame et qu’il a été nazi.
    Je vous entends répondre a robert marchenoir qu’il a tort de s’offusquer de cet acte, que finalement l’immigration que vous subissez est bien plus choquante.
    Ou que son nazisme n’est pas bien loin de cette immigration qui remplace les population, donc du coup ça va on lui pardonne, on le comprends meme.
    Il n’est pas défendable. rien ne justifie un tel acte.

    • Ah si vous saviez l’Indien comme D. Venner ne pense pas comme un certains nombres d’intervenants qui ici le soutiennent pour faire vite. (dont moi)

      Maintenant, même en étant pas d’accord sur des tas de choses, moi perso je suis pas de son école, mais mais mais, néanmoins lire Venner était instructif et constructif.

    • Vous n’êtes ni assez intelligent pour juger d’un tel acte, ni assez objectif pour qualifier quelqu’un de nazi.
      Vous êtes d’une connerie sans nom…

    • En fait on est tous d’accord sur sa vie, ses idées. On est pas d’accord sur sa mort, sur le fond, la forme, l’origine et la finalité.
      On est pas tous dans le même moule.
      Au fait, qu’est-ce qui n’est pas défendable? Sa vie?
      Ben si, il a pris le pire côté alors que la facilité était à portée de main.
      Son acte? Il ne s’agit pas de savoir si c’est défendable ou non, il faut savoir si cette perte portera ses fruits.
      Pour moi c’est non.

    • cretinusalpestris

      Y’a un endroit sur Terre où te le monde est d’accord sur tout : la Corée du Nord.

      • Dire que sans le savoir, c’est vers ce genre de régime que milite le front de gauche… Une Corée du nord multi-culturelle.

      • La Corée du Nord tient toujours, pas nous.

      • cretinusalpestris

        La Corée du Nord tient toujours grâce à l’aide internationale qu’elle reçoit, surtout.

        Sans aide: couic!

  41. @carolus
    non moi je ne suis pas d’accord sur sa vie et ses idées. je pense qu’elles sont aussi moches que responsables de son acte.
    Et je ne comprends pas pourquoi vous parlez de choisir le pire coté plutot que la facilité??
    on n’est pas subversif par plaisir d’etre contre la majorité, mais parcequ’on est pas d’accord sur le fond.
    et oui ça ne portera pas ses fruits, personne va suivre et montrer en exemple une telle folie.
    @crétinus alpestris
    même pas la bas.

    • L’indien
      Je suis d’accord avec lui, sauf que lui croyait au relèvement de l’Occident et moi je hais ce qu’il est devenu. Lui a vu qu’il n’y avait aucune issue et moi je sais n’avoir aucun allié, donc j’irai jusqu’au bout car c’est déjà trop tard.
      Venner a toujours choisi les perdants: NS, OAS, Occident vainqueur. C’est dur et très noble de choisir des causes foutues d’avance.
      @Cretinusalpestris:
      La Corée du Nord Vit avec l’extérieur. c’est exactement ce qui nous fait mourir

      • Je ne voit pas ce qu’il y a de noble a défendre une cause débile que tout le monde déteste.
        ça traduit juste un caractère provocateur, rien d ‘autre.
        Et puis on ne choisit pas une cause parcequ’elle est foutue d’avance, c’est pas comme ça qu’on choisit son combat. ça ‘nest pas objectif.
        Et je ne comprends pas ces histoires de relèvement de l’occident, de haine de ce qu’il est devenu, de ne pas avoir d’alliés, d’aller au bout, de c’est trop tard.
        c’est trop tard pour faire quoi?

        Maintenant je vous pose une question, si l’occident avait fermé ses frontières en tirant sur tous les immigrés qui veulent rentrer, est ce que l’occident en serait sorti plus grand?

  42. LeVertEstDansLeFruit

    Et bien ça ne serait pas devenu le fond de fosse à m.. que l’on voit!
    Votre maison, elle a une porte oui ou non ? Vous la laissez grande ouverte avec un buffet traiteur de chez Fauchon au milieu et une pancarte « Servez-vous, offert par la maison » ??
    Et vous acceptez que les « invités » repeignent à leur goût, brûlent vos meubles, prient le cul-en-l’air dans votre jardin et aillent expliquer à vos voisins que faire un barbecue sur un lieu de prière est interdit ? – sans oublier la tournante avec votre fille dans votre cave.

    Mais nous oui, on doit..

    • vous jugez l’immigration sur la base de quelques exemples de comportements extrêmes que vous voyez ds les médias.
      ce que vous dites n’est pas la réalité.
      La réalité c’est plutot des pauvres gens qui viennent boulotter nos restes, parcequ’ils ont appris que quelques uns d’entres nous sont aussi riches que tout leur continent.

      • @carolus
        « Il est temps pour l’Occidental de s’adapter (s’abaisser) au monde qui l’entoure (l’envahit). »
        dans la théorie de l’évolution quand on s’adapte on ne s’abaisse jamais.
        Peut devriez vous vous dire que l’humanité en ressort plus grande, plutot que de faire autant dans l’ethnocentrisme qui ne représente rien.

  43. LeVertEstDansLeFruit

    Non, c’est ce que je vois chaque jour chez moi.

    Désolé, mais nous on se donne les moyens d’y voir clair:

    http://www.operationteafortwo.com/2011/08/17/suisse-statistiques-ethniques-de-la-criminalite/

    Mais bien sûr, c’est de notre faute. Bien sûr..

    • Oui quand on est nouveau, qu’on vient d’une région pauvre, qu’on est fils d’un balayeur et d’une dame pipi qu’on vit dans un petit appart avec 5 frères et soeur, dans un immeuble surpeuplé d’une cité surpeuplée a la périphérie d’une ville de gens riches, il est probable qu’on ai plus de chance de devenir vindicatifs et agressif.
      y’a pas besoin de statistiques pour savoir ça.
      Que voulez vous faire face a ça?
      au lieu de crier que les noirs et les arabes foutent le bordel, vous n’avez rien de plus constructifs a revendiquer ?
      c’est comme ça se passe dans le monde, les pauvres vont là ou sont les riches, c’est comme ça que nos ancêtres ont fait.
      y’a pas trente six mille choix, on accepte et s’adapte ou on refuse et on combat.
      est ce un combat valable?
      pour la pluspart des gens ça en l’est pas et si vous voulez vous lancer dans la bataille, vous ne trouverez personne a combattre en face.

      • L’indien
        On leur a pas demandé de venir nous faire chier à tous ces cons coprochromes. On a quand même le droit de ne pas aimer ces saloperies qui sabotent tout ce qu’elles touchent. Les pov’ zimigris islamisés à morts alors qu’ils sont là depuis 4 générations, vous leur trouvez quelle excuse?
        Vous exécrez le nazisme qui n’était qu’une réaction épidermique au diktat mondial mais vous adorez le nazisme actuel des muzz.
        Personne ne vous juge mais arrêtez de vous prendre pour le camp du bien.
        Combien de roms avez-vous abrité cette année?
        Allez au bout de vos idées et j’irai au bout des miennes, on n’en parlera plus.
        Pour revenir à Venner, il a defendu des causes a posteriori et cru en des causes pour lesquelles il s’était impliqué, mais sans en connaître les enjeux politiques. Est-ce provocateur?
        voiloir se garantir d’une invasion programmée avec tout le recul social prévisible c’est provocateur?
        Alors pour vous répondre, si l’occident avait tiré sur les pov’zimigris débarquant chez nous, on serait encore comme l’afrique du Sud de l’aparteid, comme la Rhodésie grenier à blé de l’Afrique, comme les USA avant les lois scélérates de 1954, vous savez, avec cette prospérité dont vous tirez encore les bénéfices tout en crachant dans la soupe.

      • @carolus
        que vous n’ayez demandé a personne de venir vivre ici ne change en rien leur droit d’avoir eux aussi un avis. il n’y a pas que le votre qui compte parceque nous sommes ici depuis plus longtemps qu’eux.
        ça peut créer des conflits, des problèmes et c’est le cas, mais on ne peut pas se garantir de cette invasion comme vous dites.
        On l’aurait fait avant, je sais que ça vous manque, mais les mentalités ont changé, l’humanité doit a un moment apprendre a vivre ensemble on ne peut pas continuer comme ça a jouer au dominant dominé. Ces conflits ne font pas avancer la société.
        C’est comme ça je suis désolé, les français dans la globalité ne sont pas aussi hostiles que vous envers les immigrés, et ce n’est pas la propagande des bisounours qui veut ça.
        C’est juste qu’on ne va pas les combattre pour les repousser sous prétexte de vouloir conserver une identité, on ne sait meme pas la quelle? y’a t’il eu une si longue pause significative entre les différentes arrivées de populations en europe depuis la préhistoire? c’est une question de couleur de l’immigration alors? non, c’est les musulmans?
        Bah je ne supporte pas non plus les religieux, et encore moins les conflits entre religieux.
        mais je la religion faut la laisser mourir, la combattre ne sert a rien ça empire les choses, et je trouve contrairement a vous que les immigrés se tournent moins vers l’islam au contact de la France. peu le restent en tant que pratiquants et les quelques gros naifs qui veulent nous convertir ne justifient pas cette sorte de guerre civile que vous souhaitez.
        Pour es roms que je n’ accueil pas chez moi, c’est quand meme un mauvais argument.

  44. Ce serait si beau, si grand, si naturel en définitive, si un trop plein de haine conduisait tous ceux qui la ressentent à finalement s’en étouffer. Comme sous l’effet d’une balle fichée au fond de leur gorge. Ce serait alors, en effet, la fin d’une race d’hommes et la possibilité d’une autre. Mais bon, la lucidité n’est pas donné à tous, j’imagine.

    • Si c’est etre lucide que se tirer une balle a notre dame pour exprimer sa haine des immigrés. Alors découper au couteau en pleine rue un militaire pour dire sa haine des occidentaux qui viennent s’accaparer les richesses de son pays, c’est etre très lucide.
      au final on en est là, une guerre entre esprits religieux qui veulent imposer leur morale.
      et puis les idéologies ne forment surement pas des races d’hommes.

      • En tout cas l’idéologie robotique a fait des gens comme vous l’Indien.

      • L’Indien,

        Je me suis laissé dire et forcement il vous sera difficile de l’admettre mais quand un moine bouddhiste s’immole, je ne sais pas pourquoi, mais je vous verrai bien soutenir tout le contraire et nous parler d’une sorte d’héroïsme…

      • Vous savez, L’indien, il suffit d’attendre que votre voiture ait brûlé pour que vous deveniez pire que nous.
        Il n’y a plus de sanctuaire en France.

        Quant à votre fatalisme vis-à-vis de l’invasion, heureusement que les gaullistes de 40 ne pensaient pas comme vous.

      • Je n’ai pas de voiture et si je devais me faire agresser par des immigrés je ne ferai pas le lien avec la nécessité de se débarrasser des immigrés.
        Et on m’a toujours appris a ne par réagir a chaud, dans la rage du moment, mais de prendre le temps de réfléchir.
        On a pas eu la meme éducation et peut etre devriez vous en inspirer, plutot que d’avoir des réactions épidermiques.
        Pour le parallèle que vous faites entre les immigrés et les nazis, ça confirme juste que vous etes un esprit simple.
        c’est vraiment bas du front comme réflexion, comme quand on m’a demandé combien j’avais accueilli de roms chez moi.
        Vous etes consternants.

  45. @pearson
    Jamais vous m’entendrez faire l’éloge d’un religieux et encore moins d’un suicidaire, (quoi que on peut le féliciter de ne pas participer a la surpopulation mondiale.) alors comptez pas sur moi pour dire du bien d’un bouddhiste qui s’immole.

    • Vous avez parfaitement raison de me prendre pour un esprit simple, je sais que chez vous ceux qui ne pensent pas comme vous sont à enfermer, n’est-ce pas?

  46. Pingback: La logique de mort à l’oeuvre | Noix Vomique

  47. Sur la logique (ping lien ci-dessus).

    1:
    On s’en branle comme de l’an 40 de France Inter. Si ce geste est destiné (pur suppositon) à certains, ce n’est certainement pas à la masse mais à une certaine population. Autrement dit, cet article est du vent. C’est meme un bel exemple de couardise, s’en remettre aux autres.

    2:
    Sans être un paien, et sans remettre aucunement l’apport du Christianisme et la romainsation qui marche ensemble. Il est indéniable qu’il y a une identité qui précède et complète la romanisation de ce pays. Un pays qui avait reçu d’ailleurs une bonne dose d’hellenisme. Ce n’est pas être païen que de dire cela.

  48. A l’impossible, nul n’est tenu. On ne peut pas demander à quelqu’un de continuer sa vie alors qu’il se sait totalement vidé de toute espérance.Dominique Venner en a eu marre de rouler son éternel rocher et il a décidé d’arrêter d’avoir trop pisser dans un violon. C’est son droit.
    Ce suicide au cœur même de Notre Dame est une douloureuse marque symbolique afin de réveiller les Français. Il était suffisamment lucide pour comprendre que son geste n’était qu’un pis-aller dans cette infernale tourmente, mais il a eu le courage de ce geste, tout comme Yukio Mishima en 1970, lui aussi l’un des plus grands écrivains contemporains japonais, qui a
    » unit la plume et le sabre,
    et, tel la fleur de cerisier, quitte le monde au sommet de sa gloire. »
    – ainsi de ces religieuses sous la Terreur qui on préféré rester en leur couvent,
    – ainsi du Chevalier de Charette, qui s’était rendu en sachant très bien qu’il serait rasé de près,
    – ainsi de Jeanne d’Arc, qui pouvait parfaitement sauver sa peau , mais qui a jugé bon de mourir sur place de la manière que l’on sait
    – ainsi de ces mères de famille Cosaques qui égorgeaient leurs enfants avant d’aller se pendre pour échapper aux viols, aux balles des gentils Anglais qui les dépendaient pour les tuer de nouveau, en 1947 et après,
    – ainsi de ces Cosaques qui qui partaient au grand galop vers la Drave et se jetaient du haut des falaises pour échapper aux mêmes et aux tueurs de Béria et Merkulov,
    – ainsi du Colonel Bastien-Thiry, qui aurait pu tranquillement accomplir une belle carrière, mais qui a préféré lui aussi tenter de secouer le képi d’ un géné à titre provisoire…
    Bien sur, on peut se demander si ces suicides ont servi à quelque chose de concret, si les Français se sont enfin sortis de leur léthargie. Rien n’est moins sur.
    Cependant, peut-on affirmer que les grands penseurs et acteurs qui ont attendu leur mort naturelle aient eu une quelconque ascendance sur la politique actuelle ? Pour un Maurras, oui, c’est évident, encore que le Roi ne soit toujours pas rétabli. Sinon, la aussi, rien n’est évident.
    Il faut prendre cette mort pour un dernier acte de défense de la France.
    Pro Patria mori, en quelque sorte.

    • On ne meurt pas pour son pays, on vit pour son pays, ne serait-ce que pour ne pas céder la place à d’autres (et quels autres!).
      Qui se souvient de lui maintenant? Personne, après même pas 15 jours…
      c’est pas la bonne méthode

  49. « C’est son droit »

    En effet, il le pensait. Comme il pensait avoir le droit de trier ce qui lui convenait, ou pas dans l’héritage culturel de la France.

    Et c’est précisément pour cela que Dominique Venner était finalement plus proche des individualistes modernes que de Charette et les martyrs de la Révolution (que je trouve ignoble de qualifier de « suicidés » d’ailleurs), de Jeanne d’Arc (qui du reste s’est défendue bec et ongles lors de son procès, et a plusieurs fois tenté de fuir) ou des antiques (qui se tuaient par devoir, pas pour manifester un « droit » ou défendre une « opinion »).

    Même si je respecte l’historien de la seconde guerre et du XXème siècle en général, même si certaines de ces analyses tombaient juste, sa philosophie n’appartenait qu’à lui. Il ne se rattachait pas à des valeurs « identitaires », il les utilisaient pour mitonner sa propre soupe. En cela, son suicide est bien plus Nietzschéen que pré-chrétien.

    L’ardeur des identitaires à honorer ce geste me met profondément mal à l’aise, tant cet acte est contraire à toutes les valeurs qui ont fondé la France. Tant ce acte est imprégné de l’individualisme forcené qui, justement, détruit ces valeurs.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s