JFK, un homme de rien

Il est de bon ton quand on veut passer pour un intellectuel à peu de frais, alors qu’on à la vacuité neuronale d’une vache prionisée, de citer le fameux discours inaugural de John Fitzgerald Kennedy et en particulier son fameux « ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. » Au-delà du fait que ce ne sont que des mots à peu près vide de sens et à la portée philosophique digne d’un biscuit chinois, je ne dois rien à mon pays puisque je lui rends déjà bien plus qu’il ne me donne. Je dois éventuellement quelque chose à ceux qui ont construit mon pays, car ce sont ces hommes, et non mon pays, qui par leur travail et leur mérite m’ont offert la liberté et la qualité de vie dont je jouis.

Cependant, comme je le disais, ce ne sont que des mots qui ravissent les oreilles des adolescents acculturés.

Je ne m’attarderai pas sur le côté répugnant du bonhomme, défoncé aux antidouleurs et baisant n’importe quoi doté d’une paire de miches et d’un pouls. Je ne m’attarderai pas non plus sur le fait qu’il a volé, littéralement, l’élection de 1960 avec l’aide de la mafia et de la machine à corrompre du parti démocrate en Illinois et au Texas.

Ce qui est plus intéressant c’est de se pencher sur la nullité crasse de JFK, qui n’était qu’un sac de pognon et de culot, en tant que président des US.

Au cours de ses 35 mois à la tête de la plus grande puissance mondiale il n’a fait que voltiger de crises en fiasco. Il a autorisé l’invasion de la baie des cochons. Colossal échec. Il est allé à Vienne se faire humilier et ridiculiser par Khrouchtchev. Le tout a mené le monde au bord de la destruction par le feu nucléaire avec la crise des missiles de Cuba qui s’ensuivie.

Bien entendu, il a géré la guerre du Viêt Nam le plus mal possible en laissant le Président Diem se faire assassiner et en y impliquant les Etats-Unis à grande échelle avec le succès que l’on sait.

Il n’a rien laissé de tangible à part une baisse des impôts sur les plus hauts revenus et une grande amitié avec Joe McCarthy (oui celui-là) qui l’a aidé à se lancer en politique. Bien entendu ça me plait, mais ça devrait faire pousser des cris d’hystériques aux gens qui l’admirent pour toutes les mauvaises raisons.

Il n’a pas bougé le petit doigt quand le mur de Berlin a été érigé, enfermant des millions d’allemands dans un camp de concentration géant. Plus d’un an plus tard il s’est contenté de faire une déclaration « Ich bin ein Berliner » ce qui ne veut strictement rien dire en allemand mais ça n’a pas empêché les ahuris de trouver ça très très profond.

Il n’a strictement rien fait pour mettre fin à la ségrégation contrairement à ce que croient les ramollis du bulbe. D’ailleurs, à ce sujet, une anecdote amusante : il considérait qu’un palestinien voulant retourner en Israël était l’équivalent d’un « nègre qui voudrait retourner au Mississippi ».

Au passage, on peut aussi noter qu’il avait fait mettre Martin Luther King sur écoute.

Sa vision du progrès était profondément influencée par les communistes qui venaient de réussir à mettre un satellite un orbite et il croyait à la « planification » et à un monde dirigé par des « experts » ce qui donne toujours des catastrophes abominables.

JFK a aussi inauguré aux US la tradition d’acheter le présent à crédit sur le futur en accumulant de la dette dont nous sommes tous en train de crever aujourd’hui.

Non, la seule raison pour laquelle JFK est devenu une idole des masses rampantes c’est qu’il faisait bander et/ou mouiller les journalistes qui ont complaisamment construit son mythe de toutes pièces après sa mort parce qu’ils ne pouvaient pas supporter de voir leurs rêves minuscules ne pas se réaliser.

Aujourd’hui, cette illustration bouffonne du narcissisme des baby-boomers perdurent dans les mémoires parce que JFK symbolise leur jeunesse et ses rêves perdus.

Pour des gens de ma génération, il ne devrait symboliser rien de plus qu’une baudruche gonflée de mots creux d’une banalité affligeante et dignes d’un exposé d’une fillette de 8 ans sur la paix dans le monde.

C’est encore son propre vice-président, Lyndon Johnson, qui en parle le mieux : « il n’a jamais rien fait… C’était un truc insensé… Son emprise grandissante sur le peuple américain était un mystère pour moi. »

Advertisements

27 réponses à “JFK, un homme de rien

  1. JFK c’était un président ????? Je croyais que c’était un aéroport….

  2. S’il fallait condamner Kennedy pour une chose, c’est d’avoir initié la réforme (« cornaquée », la réforme) des lois d’immigration de 1965, réforme entérinée par la crapule qui lui a succédé. En effet, c’est cette réforme qui, par capilllarité, a entraîné tout l’Occident européen dans le merdier que nous connaissons aujourd’hui.

  3. En fait, tout ce qu’on peut reprocher à Lee Harvey Oswald, c’est d’avoir joué les traîne-savates pendant trois ans…

  4. Il semble probable que les raisons de l’assassinat de JFK soient à rechercher dans le court-circuitage la la banque fédérale au sujet des emprunts, son successeur, à peine nommé, rétablit le pouvoir de faire de la monnaie à cette BC.
    A sa défense, c’est lui qui a su garder la tête froide avec Cuba, face à son frère…

  5. Pourquoi ce vibrant hommage ? Il est mort ?

  6. Si l’on doit juger un président américain à sa capacité à choisir son vice-président, JFK a été une catastrophe, c’est incontestable.

    Mais c’est amusant, cette citation de Johnson que vous donnez m’en rappelle une autre : « Arrêtez de dire qu’il travaille. François n’a jamais travaillé, il ne fout rien. » Signé… Tartine de Brie.

  7. Euh, c’est mal de mettre sur écoute un agitateur communiste ?

  8. « ,,,dans le court-circuitage la la banque fédérale,,, »

    Banque fédérale qui n’a de « fédérale » que le nom…
    Au fait, qui contrôle la banque « fédérale », de quelles entités est-elle composée ?

  9. « …est adulé par les mauvaises personnes pour les mauvaises raisons. »

    Il me semble, mais je dois certainement me tromper ou avoir mal compris, que l’on peut aussi détester quelqu’un (ici Kennedy) pour de mauvaises raisons.

  10. J’ai toujours dit que la plus grande chance de JFK pour son image dans les siècles des siècles, c’est Lee Harvey Oswald.

  11. Oswald achète un Carcano 1938 (dont la munition n’est plus fabriquée) par correspondance pour 20$.
    Il n’effectue aucun tir de réglage de la lunette ou du viseur et de toute façon transporte son arme dans une couverture. Il tire 3 coups en 6 secondes sur une cible mobile en manoeuvrant la culasse de type Mauser.
    Et vous y croyez ?

  12. Comme par hasard ce jour-là Abraham Zapruder étrenne sa nouvelle caméra couleur et il filme pile poil au bon moment. La vie est bien faite quand même. Il se fera des couilles en or avec les droits d’auteur.
    Dites-moi…Abraham…il ne serait pas…? Mais quelle coïncidence alors !

  13. C’est dans Full Metal Jaquette,
    Oswald était un putain de Marines !

  14. Le lendemain Jack Ruby sort faire une promenade et il se dit « tiens, si je prenais mon 38 special, à tout hasard ».

  15. @Phillipe Baudricourt
    On voit que vous vous y connaissez. Les marines ont des carabines automatiques, sans lunette à cette époque, et ils sont loins de tous être des snipers. A l’heure actuelle dans l’armée américaine on compte 1’000 coups tirés pour un mort ennemi, statistiquement bien sûr.

  16. Après Mandela, notre Amiral continue son déboulonnage d’idoles.

    Il est vrai que si JFK n’avait pas répandu quelques morceaux de cervelle sur le bitume d’Elm Street, son passage dans l’Histoire des USA aurait probablement laissé une trace quelque peu différente.

    De même, je n’ai jamais compris l’admiration qu’ont les masses pour sa fameuse phrase ( « ne vous demandez pas, etc. » ). La relation patriote-patrie doit évidemment être équitable, l’un ne pouvant exister sans l’autre. Mais bon, il fallait conserver une phrase propre au bonhomme et ce fût celle-la.

    J’ose imaginer un parallèle Hollande-JFK, deux gars placés à un poste par les circonstances et démis de ce poste par d’autres circonstances.

    Comment ? Ce n’est pas encore le cas pour Hollande ?

    Un peu de patience, voyons !

  17. Les américains l’aiment bien puisqu’ un second porte-avions de la classe Gerald Ford portera son nom et cela 2025.

  18. Mais voyons, JFK est quand même celui qui a permis d’emmener l’homme sur la lune ! (en empruntant au passage 8 milliards de dollars!)

  19. En juin 1963, Kennedy exigeait des dirigeants israéliens une preuve «avérée» qu’Israël ne développait pas l’arme nucléaire. En novembre 1963, JFK est assassiné.
    http://www.lexpressiondz.com/autres/dossiers/149942-la-guerre-secrete-d-israel-contre-kennedy.html

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s