Archives mensuelles : septembre 2013

Edito pour Mediavox XXXIII: l’hiver arrive

Game of Thrones est une série tout à fait excellente, même si certains esprits chagrins en disent le plus grand mal. Elle comporte notamment une assez belle allégorie sur la dégénérescence du pouvoir. En effet, la famille qui a régné pendant longtemps sur le bled local l’a fait à l’aide de dragons. Or, il se trouve que ces dragons, à force de consanguinité, ont fini par n’être pas plus gros que des chats et donc parfaitement inutiles dans leur fonction de cramer du paysan pour bien faire comprendre à tout le monde qui est le patron.

A ce moment, des actions particulièrement cruelles et imbéciles du roi mènent à la révolte générale et à son assassinat.

J’imagine que vous voyez où je veux en venir.

Chez nous le pouvoir n’est pas incarné par des personnes mais par des institutions. Depuis le baptême de Clovis, la fonction dépasse de très loin celui qui s’exerce, et le passage à la république n’a rien changé à cet état de fait. Les gouvernants ne sont pas autre chose que nos dragons en charge de protéger la source de la puissance de la nation.

 

La suite ici.

L’islamophobie est-elle une menace pour le vivrensemb’?

On nous câline les esgourdes à grands coups d’agrafeuse à longueur de journée au sujet de l’islamophobie parce que l’islam ne serait que bisous dans le cou et embrassades moelleuses et que nous sommes trop bornés et brutaux et racistes pour nous en rendre compte.

Bon.

Alors voyons voir de quoi c’est-y qu’on parle dans les faits. L’islamophobie c’est des commentaires peu amènes au sujet des musulmans sur l’internet, éventuellement des types qui grimpent en haut de mosquées en construction et dans le pire des cas des livraisons de têtes de porc à des gens qui n’ont qu’un amour modéré pour la cochonaille. C’est très pas bien toussa bien entendu, mais ça ne fait pas des masses de blessés si on ne prend pas en compte la légendaire sensibilité de cristal des mousselines.

Pour ce qui est des bisous dans le cou et des embrassades moelleuses, on peut voir que les sympathiques barbus qui ont pris d’assaut le centre commercial au Nigéria ont exécuté ceux qui ne connaissaient pas le nom de la mère à Momo (Amina bint Wahb) et qui n’étaient pas capable de réciter la chabadabada ("Ach-hadou an-la ilaha illa Allah, wa ach-hadou anna Mouhammadan-Rassoulollah, ce qui signifie en gros qu’on aime beaucoup les chameaux, se rouler dans le sable et les explosifs). D’ailleurs ils auraient pour cheffe une anglaise parfaitement blanche (rendons à César ce qui est à César et aux égorgeurs de touristes ce qui est aux égorgeurs de touristes).

Au Pakistan, les chrétiens se font harceler et buter avec une régularité que les suisses eux-mêmes ne renieraient pas.

En France des gens se font tabasser parce qu’ils ont l’outrecuidance de manger des sandouiches au jambon dans le bus ce qui heurte la sensibilité, de cristal donc, de nos amis pacifistes.

Cette liste pourrait se dérouler sur des millions et des millions de pixels mais je n’ai pas que ça à faire non plus.

En conclusion, est-ce vraiment très raisonnable de déployer tous nos efforts pour lutter contre l’islamophobie ?

C’est mercredi donc ça doit être du racisme

– Coach Berny va de mieux en mieux même s’il est encore loin d’être au top. Comme quoi, prier et picoler ça marche.

– Je crois que je vais commencer à faire de la pub à des jeunes qui montent. Ca me donnera l’air d’être sage et puissant quand ils auront réussi dans la vie.

– J’aime bien les périodes électorales. Elles permettent de se moquer des gens qui tractent en leur racontant n’importe quoi. Hier, avec des gens de l’UMP, je leur ai fait croire que j’étais nigérian et après je me suis mis à twerker. On s’amuse comme on peut.

– Raffarin menace de quitter l’UMP… C’est terrifiant. Sinon, comme autre nouvelle d’importance capitale, les feuilles menacent de tomber des arbres si l’automne arrive.

– Journaliste : « français vous devez penser comme ça, parce que c’est comme ça ! Maintenant subventionnez moi !» Français : « chut, je crois que Miley Cyrus offre des poils pubiens à ses followers sur twitter. »

– Ce gouvernement ne nous est quand même pas d’une grande utilité vivant…

Ni-Ni, sectarisme et front républicain

Petit rappel aux trucs raclés sur des cadavres qui ont la fatuité de quémander nos bulletins de vote : les gens normaux ne cèdent pas aux caprices de sales gamins qui pètent tout ce qu’ils touchent après l’avoir consciencieusement recouvert d’excréments.

Vos consignes de vote ne sont pas autre chose que du chantage puéril. Vos ni-ni, sectarisme et front républicain ont la même valeur pour nous que le chat écrasé qu’on oublie instantanément après l’avoir vu sur l’autoroute parce qu’on pense au prix des vacances, qu’on doit faire le plein et que le petit dernier hurle à la mort parce que la musique ne lui plait pas.

Si vous voulez nos suffrages, va falloir nous convaincre que vous êtes devenus responsables et digne de confiance. Aujourd’hui nous sommes dans la position de la femme qui se fait tabasser sans relâche depuis des années et des années par son australopithèque de mari et qui a enfin réuni suffisamment de courage pour foutre ses affaires sur le palier et changer la serrure pendant qu’il était en train de s’arsouiller au bistro.

Donc bon courage, va falloir ramer pour nous récupérer. En attendant, nous allons vous considérer avec le même dégout que le clodo qui vient de se pisser dessus après avoir montré sa queue à une petite fille et qui veut nous taxer 2 balles. Je vous souhaite que vos polypes intestinaux déchirent votre abdomen et pour vous étrangler dans votre sommeil.

Bisous.

La véritable explication des likes du bijoutier niçois (pour parler le jeune)

Il est très réjouissant de voir tous nos amis « degauches » trembler à en faire glisser leur chaussettes parce que le désormais fameux bijoutier niçois semble recevoir le soutien d’une partie non négligeable de la population de s’pays.

Ils tentent maladroitement de construire des raisonnements branlants comme les chaises de la salle à manger de Mémé pour expliquer que les gens qui le soutiennent se trompent. Ils croient que c’était de la légitime défense alors que non, ils ne se rendent pas compte que ça veut dire qu’ils sont pour la peine de mort, ils se font manipuler par des officines d’esstrême drouâte comme une fille attrapée comme un pack de bière et livrée en pâture à des amateurs exotiques de tournantes et ainsi de suite.

Ben non mes petits lapin à fanfreluches, vous n’y êtes pas du tout. Les gens sont derrière le bijoutier pour une raison toute simple qui devrait être bien comprise par les gens de gauche. C’est un cas typique ou le faible, l’écrabouillé, la victime, le dominé se rebelle et met son bourreau à terre. C’est le David honnête et travailleur contre le Goliath malfaisant, subventionné et excusé par avance.

Le braqueur avait un plan, or comme le disait le grand philosophe Mike Tyson « tout le monde à un plan jusqu’à ce qu’il prenne un coup de poing dans la bouche ». C’est ça qui met du baume au cœur des likeurs facebookiens, un salopard qui se croyait tout permis a été envoyé ad patres par un semi-vieillard dans lequel ils ont envie de se reconnaitre. Ni fachisme, ni heure sombre. Seulement la réalisation que les gens dont la tête est maintenue sous la boue par les enfoirés peuvent, parfois, réussir à la relever.

Les lignes troubles de Fillon et les lignes claires de Copé

Le monde minuscule des lilliputiens kleptomanes et trépanés qui nous gouvernent est en pleine effervescence, comme si on avait balancé une tonne de citrate de bétaïne dans une fosse septique, après les déclarations de Fillon selon lesquelles, en gros, le PS ne serait pas férocement plus fréquentable que le FN. Copé en tête veut profiter de cette ouverture pour exister en prouvant au monde entier (qui jusque-là savait à peine que ce monsieur existait) que ses pains au chocolat sont parfaitement républicains et PS-compatibles.

Comme souvent, pour comprendre il faut passer 2 minutes à analyser le passé.

D’un côté nous avons Fillon qui, comme le pique bœuf à bec jaune, a fait une grande partie de sa carrière politique sur le buffle Seguin qui était un genre de gaulliste à l’ancienne. Autrement dit, socialisme économique accolé à un souverainisme farouche. Avec un pinceau assez large, on peut dire que ça ressemble quand même beaucoup à ce qu’est devenu le FN à la sauce philippotesque. Alors bien entendu, depuis cette époque, Fillon a été un premier ministre discret avec une jolie raie sur le côté, mais ces chemises à carreaux style Vichy auraient dues nous mettre la puce à l’oreille ! Fillon est donc cohérent avec ses idées de toujours que certains semblaient avoir bien gentiment oubliées.

De l’autre côté, nous avons Copé qui s’est engagé en politique parce que ses grands-parents ont failli être déportés. Le combat contre le ventre fécond de la bête et ainsi de suite est donc très clair. En plus, Copé a commencé sa carrière collé aux basques de Juppé qui n’a jamais caché sa détestation contre tout ce qui est la droite « traditionnelle ». Alors oui, il fait beaucoup de moulinets avec ses bras d’enfant à la thalidomide pour nous faire croire que lui il tout décomplexé de la droite, mais tout le monde sent instinctivement en regardant sa vilaine trogne de sournois que son truc à lui ce n’est pas franchement la France éternelle.

Accessoirement, Fillon a démontré sa nullité alors que Copé peut encore donner de l’espoir aux inconscients. C’est pour cela que ce dernier est notre pire ennemi. Tant que tout espoir n’aura pas été abandonné, nous ne pourrons pas passer à l’étape d’après et nous continuerons à nous enfoncer dans les bouses mouvantes qui sont en train d’avaler la France et les français.

Copé devra donc être catapulté en premier pour tout le mal qu’il peut nous faire.

Edito pour Mediavox XXXII: Après la banqueroute, le déshonneur

Entre deux hausses fiscales, les gens qui décident de se défendre eux-mêmes face au laxisme de l’Etat, la nullité poisseuse de l’équipe de France de foot et ainsi de suite, cela ne nous laisse que peu de temps pour la guerre mondiale qui vient.

D’un côté un dictateur moustachu fait son boulot de dictateur moustachu. De l’autre des révolutionnaires font leur boulot de révolutionnaires. Le tout très loin de chez nous et entre des gens qu’on ne connait quand même pas très bien. Alors pourquoi est-ce que ce foutoir qui ne nous concerne ni de près ni de loin et dans lequel les gens impliqués ne sont pas nos amis est-il sur le point de faire basculer le monde dans une guerre généralisée ?

Les puissances occidentales sont tellement scandalisé que des armes chimiques aient pu être utilisées qu’elles en ont leurs petites culottes toutes entortillées. La Russie et la Chine, enfin surtout la Russie quand même, pays follement amoureux de la démocratie et des drouâdloms ont décidés pour des raisons qui les regardent que si on envisageait de seulement ébouriffer la moustache d’Assad, ils crameraient tout ce qui est combustible et casseraient le reste avec un gros marteau. Pourquoi ? Pour la même raison que le chien se lèche les gonades, parce qu’il peut le faire. Les puissances occidentales se retrouvent donc obligées de battre en retraite piteusement et de panser leur orgueil meurtri sur leur gigantesques tas de dettes.

La suite ici.

Prix Nobel, musulmans, Islande, déménagement et Coach Berny

Je viens de réaliser un truc rigolo. L’Ecole Normale Supérieure a eu plus de prix Nobel dans ses anciens élèves que le monde musulman dans son ensemble. L’ENS mène 13 à 10. 13 à 4 si on retire le prix Nobel de la paix qui est hautement bidon. Bien entendu, ce serait très mal d’en tirer la moindre conclusion. Les conclusions c’est mal et toujours vaguement discriminant de toute façon.

L’Islande c’est beau.

Je me tape bien fort de ce qui se passe en Syrie, mais ce qui est certain c’est qu’on n’a pas d’argent à gaspiller en bombe pour la gloriole. Donc je propose que Hollande règle ça directement avec Assad en organisant un duel à l’ancienne entre les deux.

Coach Berny va un peu mieux, mais il est loin d’être sorti de la fausse à purin, donc on continue les prières et les canons à sa santé.

C’est tout pour le moment, j’ai un déménagement à préparer. Ce sera mieux plus tard.