Archives quotidiennes : 21 octobre 2013

Avec Bernardini, c’est Arsenic et vieilles ficelles

On craint dégun!

Casapound et moi.

Mercredi dernier j’ai eu l’immense privilège de passer du temps avec certains membres de Casapound.

Je n’ai aucune envie de revenir sur ce qui a été dit lors de cette assez longue et très agréable soirée. Tout cela restera entre eux et moi. Cependant, que l’on soit d’accord ou pas avec eux politiquement, il faut reconnaitre la beauté absolue de leur engagement. Ils sont des militants au sens le plus noble du terme. Il y a autant de différence entre eux et des gars de l’UMP ou du PS qu’entre un tag et le plafond de la Chapelle Sixtine. Ils occupent le terrain, existent, vivent et feraient remettre en question le mode de vie de n’importe qui avec un peu d’amour propre.

Bref, ils sont d’autant plus grands qu’ils sont debout.

Quand je vois tous les pitres qui proclament pompeusement qu’ils « ne lâchent rien » de derrière leurs écrans, qu’ils sont des résistants et autres conneries grotesques et que j’ai l’honneur de partager un verre (ou 15) avec ceux qui ont volontairement choisi la mort sociale et le risque physique, je ne peux qu’éprouver une grande mélancolie en réalisant ce que mes semblables et moi-même sommes devenus.

Heureusement qu’il reste des héros pour nous remettre à notre place.

Avec tout ça, je n’ai pas encore trouvé de rigatoni con la plagliata.