Archives mensuelles : décembre 2013

2013 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Musée du Louvre accueille chaque année 8.500.000 visiteurs. Ce blog a été vu 400  000 fois en 2013. S’il était une exposition au Louvre, il faudrait à peu près 17 ans pour que chacun puisse la voir.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Edito pour Mediavox: hubris hasardeux

Le hasard, enfin espérons que ce soit le hasard parce que sinon il faut vraiment les écorcher sans anesthésie et les catapulter dans des champs d’orties, est parfois trop symbolique pour ne pas être vu comme un signe de quelque chose de plus grand.

A peu près en même temps nous avons le fameux rapport sur l’intégration qui préconise notre disparition volontaire au profit de nouveaux arrivants si sympathiques et les premiers signes de la volonté de notre gouvernement de passer en force sur ce qui est nommé avec une pudeur répugnante « la mort dans la dignité ». Faut reconnaitre que ça passe mieux de dire « notre bien aimé grand-père est mort dans la dignité » plutôt que « on a piqué Pépé parce qu’il bavait partout et on en avait marre d’attendre l’héritage ».

Donc d’un côté on nous demande de ne plus exister et de l’autre on nous recommande de ne pas trainer dans les parages. Si ce n’est pas une volonté, ou tout du moins un désir, de changer le peuple, de le remplacer, alors je ne sais plus faire la différence entre mon coude et un trou dans le sol.

C’est beau comme un coucher de soleil sur une décharge de clinique de chirurgie esthétique. C’est comme le bouquet final d’un gouvernement qui sent bien que la situation lui échappe et qu’il va finir en caleçon dans la rue avec une fourche dans le derrière.

Pas de bol pour tous ces théoriciens du renouveau de la civilisation par sa destruction, partout en Europe les peuples sont en train de se lever pour exprimer, pour le moment dans une relative douceur, que là ça déborde. Baladez-vous donc un peu sur les réseaux sociaux pour voir que des gens qui jusque-là étaient parfaitement pacifistes commencent à jouer avec l’idée de la violence.

La suite ici.

Une citation et une photo de Wilde

Je cours partout comme un poulet sans tête dans l’espoir saugrenu et grotesque de finir tout ce que j’ai à faire avant de me barrer en vacances.

Donc peu de temps à consacrer à votre blog préféré.

Je vous laisse méditer cette aphorisme d’Oscar Wilde: « la démocratie est l’oppression du peuple, par le peuple, pour le peuple. »

Et voici la photo:

Comment ça ce n’est pas le même Wilde?

Le djihad ne passera pas par moi

L’ambiance a été un chouia tendue ici c’est derniers jours. Heureusement, les barbus sont toujours là pour nous faire glousser, en fait j’ai recraché mon 18ème café du matin tellement je me suis bidonné en lisant ça

Donc en gros, un djihadiste enthousiaste veux tuer de l’infidèle en se fourrant l’oignon aux explosifs. Il demande donc à un scheik fort savant si, dans ces conditions, il peut demander à un copain de le lui élargir à grands coups de chibre dans le but de se carrer plus de bâtons de TNT là où le soleil ne brille pas.

Le grand docteur de la loi lui répond donc que, si la sodomie est généralement  interdite, elle est obligatoire dans le cas énoncé ci-dessus. Obligatoire ! Il DOIT se faire exploser la rondelle avant de se faire exploser tout court.

Il ne leur viendrait apparemment pas à l’idée qu’il peut y avoir d’autres moyens plus plaisants et moins interdits de se distendre le trou de balle afin de le rendre plus accueillant que de se faire tasser la merde de manière répétée sans l’espoir d’un petit coup de main au passage. Une bombe plus petite ? Non, la sodomie est la seule voie. Utiliser un olisbos en privé ? Non, j’ai dit la sodomie ! Tolérer un peu d’inconfort puisque quand même c’est mon corps et j’en fait ce que je veux ? Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans le mot « obligatoire » ? Non, enculage et un point c’est tout fin de la discussion, maintenant on se met à 4 pattes et on tend le fion, c’est pour buter de l’infidèle !

En même temps, c’est vrai que c’est pas mal comme idée, le coup d’un soir qui s’autodétruit dans la foulée, faut reconnaitre que c’est quand même hyper moderne comme idée.

Cocotte minute

Tout est calme en France. Bien entendu parfois certains remugles de violence empuantissent un peu les pages intérieurs de journaux qui ne peuvent pas faire tout le temps comme si rien ne se passait. Nos élites et tous ces gens si intelligents sont persuadés qu’ils peuvent maintenir le couvercle sur la sauvagerie dans laquelle ils ont plongé (par naïveté, débilité congénitale, malveillance ?) leurs électeurs.

Aux pires moments des « troubles » en Irlande du Nord, les plus cyniques des responsables britiches parlaient en privé de « niveau de violence acceptable ». Il semblerait que les Merah, émeutes urbaines après la qualification de l’Algérie pour le mondial de pousse ballon ou parce qu’on a voulu jeter un coup d’œil sous une bâche pour vérifier l’identité d’une dame en goguette, les petits blancs qui baissent les yeux pour rentrer chez eux ne font pas monter le niveau de « violence acceptable ».

Comment continuer à faire semblant de croire que ça va bien se passer et que la ménagère ne va pas se faire arracher les mains et se retrouver atrocement défigurée par l’eau bouillante et les schrapnels quand la cocotte minute va exploser?

Ce n’est pas qu’on n’arrive plus à la lever, c’est qu’on n’en a même plus envie

Thatcher refusait de sauter, Wauquiez va sur youporn.

On a vraiment des hommes politiques à la hauteur des évènements…

Mais au-delà de cette énième preuve de la nullité crasse de ceux qui mendient nos votes, il est quand même intéressant de se pencher sur ce que l’on pourrait voir comme la fin du sexe dans une société développée de plus en plus fatiguée d’elle-même.

Comme souvent en matière de dégénérescence, la Japon a plusieurs longueurs d’avance sur nous aut’. Présenté depuis longtemps comme un pays de déviants où le Marcel lambda était prêt à payer des sommes affriolantes pour s’acheter une culotte sale d’écolière à se caler sous, le nez en rêvant à la retraite, le Japon est en fait en train de devenir un no man’s land sexuel. Un quart des hommes entre 16 et 24 ne sont pas intéressés par la gaudriole, voir même la méprise. Pour les femmes, le chiffre atteint 45% pour la même tranche d’âge selon Abigail Haworth. 49% des femmes de moins de 34 ans ne sont pas engagées dans la moindre relation romantique et pour les hommes c’est 61%. Un tiers des japonais de moins de 30 ans n’a jamais été à un rendez-vous galant. Il ne s’agit même pas de sexe ou de gouts plus ou moins prononcer pour le fait de se faire relier les parties génitales à une batterie de voiture là mais de manifester un peu de curiosité pour l’autre moitié de la population… L’intimité est fuie. Tout simplement.

Abandonnez tout de suite ce sourire narquois en train de naître sur vos lèvres. Nous n’en sommes pas là mais nous sommes sur le chemin. A force de croire que la sensualité peut se trouver dans des films pornos qui sont entre la vivisection sans anesthésie et les planches de cours pour gynéco, nous commençons aussi à nous détourner du sexe réel au profit du virtuel, sans poil, sans odeur, sans attachement, sans vie. C’est en tous cas ce que je me dis quand je vois le nombre croissant de mes amies, executive women, la trentaine toussa, ayant essayé de se trouver un poney au moyen des sites de rencontres et qui sont effarées de constater le nombre de ces messieurs qui veulent seulement sexter et envoyer des photos de leurs pénis plus ou moins vigoureux plutôt que de se rencontrer, s’embrasser, se caresser et autres activités qui nécessitent d’être dans la même pièce que l’autre.

Notre ennui existentiel est bien plus grave que la crise économique. Il est en train de nous détruire de l’intérieur. Nous sommes une société en dépression nerveuse et je ne connais pas de prozac suffisamment fort pour nous en sortir à part la révolution.

Je me demande si A Moy Que Chault me lit…

Parce que dans ce cas, on pourrait considérer ce texte comme une réponse à certaines choses qui ont pu être dites ici…

En tous cas nous n’avons pas abordé ce sujet lors de notre dîner d’hier à l’occasion de la grande réunion des gens qui ne peuvent pas s’empêcher de tendre le bras droit, ce qui est quand même une maladie fort invalidante.

Lait de poule pour réactionnaire

Pour vous faire ce petit cocktail, inventé par Saint Louis selon la légende, parfait quand on se pèle les noix comme des lépreux, il vous faudra, pour 1 verre:

25 grammes de sucre. 1 jaune d’œuf, pas le blanc car cette recette est diverse et républicaine. De l’armagnac ou autre alcool de votre choix, la quantité que vous voulez. 10 cl de lait. 1 pincée de cannelle (pas l’ourse morte hein, sinon c’est une recette tout à fait différente).

Dans une casserole, chauffer le lait avec la cannelle à feu moyen.

A part, mélanger le jaune d’œuf au sucre vigoureusement pendant 4 ou 5 minutes histoire de faire blanchir tout ça (voilà, on retombe dans le racisme nauséabond).

Verser le jaune d’œuf blanchi dans le lait chaud sans cesser de battre le tout au fouet, sinon vous allez vous retrouver avec une omelette. Ajouter l’alcool, verser dans un verre à vin et boire tant que c’est chaud.

Et voilà!