Edito pour Mediavox: Dénormalisation

Nous assistons depuis quelques temps à des attaques en règle contre tout ce qui était considéré comme parfaitement normal il y a encore quelques années. La pensée, l’humour, l’art etc doivent tous rentrer de force dans les nouveaux cadres construits par des hyper-minorités dont la seule légitimité est une souffrance au moins aussi grande que celle qu’on ressent quand on se casse un ongle. Les armées du bien, du beau et des courants d’air qui chassent les relents nauséabonds ciblent, menacent et demandent en se roulant par terre comme des sales gamins dans un supermarché que ceux qui ne changent pas assez vite à leur gout se soumettent. Comme les sales gamins mentionnés ci-dessus, ce ne sont que des tiques et ils devraient être traités comme tels. Leur pouvoir n’est pas réel et nous n’avons donc aucune raison de nous soumettre à leurs âneries abracadabrantesques.

Pourtant, ils y arrivent.

Ne vous y trompez pas. Ces gens-là ne veulent pas de dialogue. Ils veulent repousser tous leurs « opposants » à l’extérieur de la bonne société, qui n’est autre que celle qui est d’accord avec eux. Ils veulent nous dénormaliser. Le débat sur la « famille » en est un excellent exemple. Il ne s’agit pas de discuter de différents points de vue, de divergences philosophiques mais bel et bien d’interdire aux opposants de donner leurs avis en les faisant passer pour des « cerveaux malades ». Nous devons être expulsé de la société polie et de la culture ambiante. Sinon ils seront vraiment très tristes et on n’a plus le droit d’attrister qui que ce soit en France en 2014.

Afin d’atteindre ce but, ils interdisent non seulement certaines idées, mais aussi certains mots ! Petit à petit, le débat public se rétrécit et les différences entre les uns et les autres disparaissent, ne laissant plus qu’un champ de bataille uniforme et morne. Non seulement c’est très ennuyeux, mais en plus cela nous laisse sans défense face aux grands dangers de notre temps. Pourtant ils sont meurtris par une surprise sournoise et mesquine quand de plus en plus de français peinent à voir les différences entre l’UMP et le PS…

Alors, je leur dit, et je vous invite à leur dire avec moi, Merde ! Le fait que ces nains soient montés sur des échasses et des tréteaux à roulettes ne les rends pas moins nains pour autant. Ils sont les anormaux dénués de tout sens commun. Ils sont les fous qui dirigent l’hôpital psychiatrique. Il est grand temps de les repousser dans leurs cellules à coups de matraques électriques.

Oui la liberté d’expression est parfois vulgaire et peut refouler grave de la gueule, mais sans elle nous sommes condamnés à l’involution mentale. Ils s’en moquent vu qu’ils sont assis sur de gigantesques trônes vibrants et qu’ils pensent que l’histoire est finie. Mauvaise nouvelle pour eux, ça commence à se voir un peu trop.

Advertisements

33 réponses à “Edito pour Mediavox: Dénormalisation

  1. Oui, il faut savoir dire « Je t’emmerde ! »

    Certains nous montrent l’exemple.

    Hum.

  2. Excellent !

  3. Ouaip ! Si on veut le promouvoir, la distinction d’amiral de France est disponible, amiral de la flotte nous rappelle trop les heures les plus lumineuses de notre histoire.

  4. Le groupe algérien Cevital seul en piste pour reprendre Fagor-Brandt

    http://www.lefigaro.fr/social/2014/02/07/09010-20140207ARTFIG00176-le-groupe-algerien-cevital-seul-en-piste-pour-reprendre-fagorbrandt.php

    Mort de rire. C’était déjà humiliant de voir notre industrie se faire racheter par les Chinois ou les Qataris, mais que ce soient les Algériens qui reprennent notre électroménager… L’Algérie, le pays où rien ne fonctionne, rachète la France, le pays où rien ne marche… Quoi de plus normal.

    Ca vous rassurerait, vous, d’acheter une cuisinière à gaz algérienne ?

    Remarquez que Fagor-Brandt, « n°1 français de l’électro-ménager », était déjà… espagnol. Ce n’est jamais qu’une petite translation de plus vers le sud. Et puis l’Espagne est déjà musulmane, pas vrai ?

    Mais j’en vois déjà certains qui vont nous expliquer que c’est la faute de l’ultra-libéralisme anglo-saxon. Comprends pas. Si c’était vrai, c’est Goldman Sachs ou General Electric qui devraient racheter Fagor-Brandt, non ?

  5. J’hésite entre génialissime et au-delà de tout éloge, mais j’ai peur d’avoir l’air un peu trop critique.
    Et sinon on peut le commander où ce trône vibrant? Je serais intéressé.

  6. Sensationnelles révélations :

    Dieudonné : « Je travaille pour le Mossad depuis 2003 »

    http://www.legorafi.fr/2014/01/07/dieudonne-je-travaille-pour-le-mossad-depuis-2003/

  7. Le quotidien Libération, en grave crise financière, pourrait devenir un réseau social.

    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/02/07/20004-20140207ARTFIG00445–liberation-en-passe-de-devenir-un-reseau-social.php

    Hahahaha…

    A mon avis, il pourrait aussi devenir une machine à coudre sur une table de dissection, un koala enveloppé dans une catachrèse, voire un tweet de Taubira marié à un coup de menton de Manuel Valls. On verrait pas trop la différence.

    Les actionnaires estiment que le déménagement du journal est «inéluctable» mais souhaitent transformer le siège social du journal, situé rue Béranger, à Paris, en «un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une news room digitale, un restaurant, un bar, un incubateur de start-up».

    Euh… attends que je comprenne. Le journal va déménager, MAIS on va garder le siège de la rue Béranger, et on va y mettre une salle de rédaction Web, radio et télé… Donc, il y aura DEUX salles de rédaction dans DEUX sièges différents, ce qui va permettre de faire des économies… Je crois que je vais me faire actionnaire de Libé, moi, j’ai mes chances.

    Ce «lieu d’échange ouvert et accessible à tous, journalistes, artistes, écrivains, philosophes, politiques, designers» serait «entièrement dédié à Libération et à son univers» dans l’esprit d’un «Flore du XXIème siècle, carrefour de toutes les tendances politiques, économiques, ou culturelles» en misant sur «la puissance de la marque Libération» ont annoncé les actionnaires du quotidien aujourd’hui.

    Okkkaaayyy… Donc le projet, c’est de transformer Libé en bistrot. La mousse sera à combien ?

  8. Il devient de plus en plus difficile de distinguer le Figaro du Gorafi.

    • « en «un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une news room digitale, un restaurant, un bar, un incubateur de start-up». »

      Bin et la salle de shoot ?

  9. Ca va commencer à devenir amusant, à Libération :

    Le principal actionnaire, Bruno Ledoux, aurait envoyé un courrier électronique aux autres actionnaires pour fustiger l’attitude des salariés du journal, avance BFMTV. Dans ce courrier consulté par BFMTV, Bruno Ledoux écrit : «Je veux les rendre ringards tous ces esprits étriqués et tirer un coup d’avance, un coup cash, où tout est dit, y compris le projet sur l’immeuble […] Je pense qu’il faut prendre à témoin tous les Français, qui raquent pour ces mecs, pour que tout le monde comprenne bien l’enjeu qui se joue actuellement… D’un coté, la faillite, de l’autre coté, une autre vision…».

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/02/08/97002-20140208FILWWW00089-l-e-mail-incendiaire-du-proprietaire-de-liberation.php

    L’actionnaire de Libé qui accuse les journalistes de Libé d’avoir un esprit étriqué et de se faire subventionner… Je trouve ça absolument délicieux.

    Notez le nouveau mot à la mode : « cash », et la vulgarité décomplexée (comme on dit à gauche) qui semble avoir désormais atteint jusqu’aux cercles du pouvoir : Valls « emmerde » Lellouche, Bruno Ledoux veut « tirer un coup » contre ses journalistes (je suppose pour leur « mettre une quenelle »)…

    Je serais curieux de connaître les détails du faramineux projet de Ledoux, qui paraît cumuler tous les clichés de la modernité, de la pépinière de start-ups au bar branché, en passant par le « lieu culturel » où se confronteraient toutes les opinions (de gauche, bien entendu). Pas qu’individuellement, de telles idées ne puissent être valables, mais les rassembler toutes en un même point au moment même où l’on cherche à se débarrasser d’un immeuble parce qu’il coûte trop cher ? Avec quoi il va financer tout ça, le père Ledoux ?

    Ma petite idée, c’est qu’il cherche à échanger, auprès du gouvernement, la survie d’un journal qui le soutient contre une subvention massive de son « lieu culturel ». Sous le prétexte du soutien à la création d’entreprises (la « pépinère de start-ups »), ça peut marcher. Après ça, il va essayer de louer son « Flore du XXIème siècle » la peau du cul, pour des « séminaires » et de « l’événémentiel », à des entreprises emblématiques du capitalisme de connivence, qui croiront très flatteur d’inviter leurs cadres et leurs clients « chez Libération ».

    N’empêche, les gauchistes de Libération empapaoutés par leur actionnaire qui les ravale au rang de « créateurs de marque », à partir de laquelle il va pouvoir vendre des « produits dérivés », subventionnés par tous les trous grâce aux socialistes qui tiennent l’Etat, c’est tout à fait pittoresque.

    Et très représentatif du système stato-gauchiste, qui maquille les pertes et les subventions dans une usine à gaz où personne ne peut retrouver ses petits.

  10. Alors il vient nous commenter la votation, Cretinus Alpestris ?

    • Ben… je dirais que 50.34% pour une initiative qui ne devait pas dépasser les 30% selon les merdias, c’est plutôt pas mal.

      L’UE nous fronce les sourcils mais on a l’habitude. Ses menaces restent toujours des paroles en l’air. Y’a que les Français qui y prêtent attention.

      Et pis, de toute façon, j’ai accès au compte UBS de Barroso. C’est pas un Portugais qui va nous expliquer le sens de la vie, ou bieeen ?

      • Robert Marchenoir

        Un Portugais maoïste.

      • cretinusalpestris

        A noter que Fabius, une fois de plus, n’a toujours pas compris (ou il le fait exprès) : la Suisse « ne se replie pas sur elle-même ».

        La Suisse veut une immigration choisie. C’est tout.

        C’était d’ailleurs un thème de Sarko lors des élections présidentielles en 2007 et on n’a pas entendu que l’UE criait au scandale.

        Mais bon, la réalité, vu par le filtre des tarés socialistes, on sait ce que c’est.

      • Cretinus
        Les Suisses ne se sont-ils pas sentis floués dans leur votation ?
        Parce que des quotas… Bien sûr, c’est mieux que nous, mais on n’est pas encore au massif « stop à l’immigration », et surtout, au « stop à l’immigration d’installation », pour faire plaisir aux travailleurs frontaliers.

  11. Les journalistes de Libé sont allés demander secours à leur seigneur et maître :

    Au cours de ce week-end très mouvementé, des journalistes de Libération ont eu un rendez-vous avec François Hollande qui leur a fait part de sa préoccupation, de ses doutes sur la solidité financière des actionnaires actuels et de la nécessité de trouver de nouveaux investisseurs.

    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/02/09/20004-20140209ARTFIG00100-bras-de-fer-entre-les-salaries-et-les-actionnaires-de-liberation.php

    La Caisse des dépôts et consignations ? Le machin qui fournit de l’argent gratuit volé aux contribuables quand le prince se mêle de « commander à l’économie » ?

    • Et au fait, c’est pas Charlie Hebdo qui est toujours hébergé dans les bureaux de Libé ?

      Vont de devoir aller bosser sous un pont, alors ?

  12. Rhaaa, Libe en déliquescence…. Que c’est jouissif de voir les « nains sur échasses » se casser la gueule en groupe…

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s