Archives quotidiennes : 22 avril 2014

« Même pas » ou la devise du Petit Mousse

N’étant pas un grand lecteur de Dolto et étant persuadé comme tous les parents que ma progéniture est parfaitement exceptionnelle, je ne sais pas si le Petit Mousse traverse une phase normale ou si c’est une partie de sa personnalité qui est en train de se faire jour.

Toujours est-il que cette petite entité haute comme 3 pommes passe ses journées à répéter ad nauseam « même pas peur » et « même pas mal ». Il grimpe un muret aussi haut que lui et avant de sauter sans filet : « même pas peur ». Après s’être ramassé sur le bitume suite à un mauvais rétablissement : « même pas mal ». Face à son père (1,90m, 100 kg, barbu, voix de stentor) qui l’engueule : « même pas peur, moi ça me fait rire ». Suite à la taloche, juste rétribution de ce qui précède, administrée par le même père : « même pas mal ». Et ainsi de suite toute la journée.

La difficulté est bien entendu pour les parents de ne pas sombrer dans la fierté imbécile qui en fera un insupportable tyran et de ne pas non plus casser une si éclatante confiance en lui. Ligne de crête sur laquelle nous marchons tous en permanence.

Que deviendra-t-il ce petit frondeur, ce minuscule bonhomme qui rigole dans la face de toutes les tempêtes ? Un punk au visage tatoué ? Un chef de gang ? Un petit fonctionnaire se rêvant aventurier solitaire ? C’est toute la beauté de la prime jeunesse, toutes les portes sont encore ouvertes.

Cette liberté encore presque absolue de destin étreint le cœur de ceux qui veulent son bien. Pourtant, il faudra bien la lui laisser cette liberté si on veut garder l’espoir d’en faire un homme debout.