Ce n’est pas moi, c’est toi

« Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre. »

Donc le FN a un peu gagné les européennes, faut reconnaître que dans une vision un peu large des choses on s’en branle un peu. Séisme peut-être, mais séisme au japon qui fait donne des sensations aux touristes sans faire de dégât, pas séisme en Haïti ou la moindre secousse enterre des milliers d’habitants sous leurs huttes en feuilles de palmiers et bouse tassée.

Non ce qui est plus intéressant c’est de voir que l’Europe telle qu’elle a été construite depuis des décennies, est en fait un club de premiers de la classe avec qui personne ne veut jouer. Ils sont persuadé d’avoir toutes les bonnes réponses pour nous rendre heureux et gras comme des veaux élevés sous la mère. Seulement voilà, d’une on ne leur a rien demandé, et de deux la seule interaction qu’on accepterait d’avoir avec ces cranes d’œufs binoclards serait de leur faire une bite au poteau assez violente pour mettre en danger leur future progéniture.

C’est ça la seule véritable analyse à faire des résultats d’hier. Ok, nous ne sommes pas franchement séduit par l’Europe, mais surtout nous rejetons en masses les individus qui veulent nous la forcer dans la gorge façon embucquage sans caresse. C’est personnel les gars. On ne vous aime pas et si on vous invite à une rèssoi ce sera pour vous baisser le froc devant les filles et vous mettre un grande claque derrière la tête avant de vous balancer sur le trottoir pendant que vous nous remercierez pour l’excellente soirée et que vous vous demanderez comment faire pour que ce soit encore mieux la prochaine fois.

Pendant ce temps nous continuerons à vivre. A charge pour vous de ne plus vous mettre sur notre chemin, parce que sinon on va vous battre à mort avec vos propres jambes jusqu’à ce que vous nous présentiez un projet acceptable par des gens normaux.

Advertisements

24 réponses à “Ce n’est pas moi, c’est toi

  1. Cher Amiral,
    Dans la mesure ou la bétise et/ou l’idéologie va amener les crânes d’oeufs européïstes à continuer leur utopie, pourquoi ne pas les finir à terre tout de suite à grand coups de koalas? N’y gagnerions nous pas du temps et de la santé?

  2. René de Sévérac

    Vous ne paraissez pas enthousiaste de la victoire du Peuple face à ses élites. Personnellement, compte tenu du rôle des « forces d’occupation mentale » (j’adore cette expression de L. Ozon), les Ffrançais (et tant d’autres) ont dit merde à leurs élites.
    Même si la Prise de la Bastille n’est pas acquise, j’avoue ma fierté d’un tel Peuple !

    « Puisque le peuple ne convient pas, il faut dissoudre le peuple. » disait Brecht (+/-).
    Hollande a demandé la dissolution du Peuple.

  3. cretinusalpestris

    L’UE est une Europe inversée.

    L’UE se prétend indispensable alors que ce sont les nations qui le sont. Et d’ailleurs, sans nations, pas d’UE. Afin de vouloir absolument démontrer son utilité douteuse, l’UE nous submerge de règlements débiles et nous impose son idéologie, cette nouvelle religion dont la moindre critique fait de vous un hérétique potentiellement combustible.

    Pendant que nous perdons notre temps sur la forme en critiquant ses méfaits divers et variés, nous oublions le fond : quelle est la réelle utilité de cet organisme qui s’apparente de plus en plus à une mafia ?

  4. L’Union Européenne a été dès le départ conçue pour ne jamais avoir à tenir compte des désirs des populations à qui elle donne la règle. Elle est par essence un projet technocratique, donc les élections d’hier ne changeront rien à son fonctionnement, ou alors juste de manière cosmétique.
    Tout ce que l’on peut espérer c’est qu’elles infléchissent les comportements des gouvernements nationaux. En France c’est mal barré, mais en Grande-Bretagne par exemple le score du UKIP pourrait ne pas être sans influence, notamment en ce qui concerne le référendum sur l’UE promis par Cameron.

    • Un pouvoir fort (l’Etat français) contre un pouvoir plus fort, cela ne peut que mal finir. Mais pour un pays faits de régions autonomes et fortes – ou mieux encore, de petits pays indépendants et hyper actifs, l’UE, c’est bonnard…

  5. Je ne sais pas ce qu’ils ont fumé, mais depuis hier ils ont un comportement inquiétant !

  6. je ne connaissais ni « bite au poteau » ni « embucquage » mais le contexte m’a aidé à comprendre, merci amiral Capello !

  7. A reblogué ceci sur No One Is Innocent…et a ajouté:
    Rien à ajouter….

  8. Robert Marchenoir

    Quelle curieuse réaction ! Eternel fantasme de la pureté révolutionnaire, qui a fait tant de morts et tant de malheurs…

  9. Robert Marchenoir

    Mais la place nette a été faite. Les x députés eurosceptiques élus vont bien obliger x députés non eurosceptiques à s’en aller.

    Quant à donner à certains ce qu’ils méritent, si vous pensez au châtiment de ceux qui ont agi contre les intérêts des peuples, oubliez tout de suite. Je sais que le fantasme de la « tonte à la Libération » et de la « pendaison aux réverbères » est très répandu dans « nos milieux », mais, outre que l’épuration à la Libération ne fut pas une page particulièrement glorieuse de l’histoire de France, les grands changements de régime, quand ils se passent bien, sont en général accompagnés d’une amnistie. Tout au plus se contente-t-on de nommer les coupables et de les exclure des fonctions publiques.

    L’option contraire crée en général des dissensions durables dans les sociétés, qui peuvent perdurer pendant des siècles.

  10. Pour ceux qui ne l’auraient pas vu, je mets ici l’incroyable tweet de Bernard Cazeneuve.

    "Aux jeunes qui partent en Syrie, je veux dire qu'il y a 1000 combats à mener dans la République, pour la France" pic.twitter.com/0edPSMYxcO— Bernard Cazeneuve (@BCazeneuve) 26 Mai 2014

  11. A mon humble avis, ces gens de Bruxelles qui nous gouvernent ne sont même pas des binoclards… En vérité, le monde marche sur la tête ! On a installé à la tête des plus grandes nations des hommes tout petits et trop faibles pour porter le poids des responsabilités qui leur ont été confiées.

    Cela, c’est parce qu’on a cru bon, en Europe, de renoncer à tout élitisme, toute méritocratie, dans les procédés qui président au choix (si l’on peut encore parler de choix) des individus qui tiennent les rênes de notre puissance… Comme si une telle tâche était à la portée du premier venu, qu’aucune liberté d’agir n’était plus possible au niveau international, qu’il suffisait de poser des automates sur des rails et de regarder le train rouler, que la démocratie ne consistait plus qu’à tirer au sort des ersatz de dirigeants dénués de libre-arbitre, d’appartenance culturelle et d’individualité-propre, dans une masse inerte de gens considérés comme étant bêtement égaux, bêtement équivalents, bêtement identiques… Comme si les règles de la Démocratie voulaient qu’on marche dans un corps sans tête. Inversion des valeurs absurde et funeste.

  12. Non mais, il suffit de les regarder à la TV, face à l’excellent orateur qu’est Nigel Farage ! Voyez comment ils roulent des yeux avec stupidité, voyez ces regards vides, infra-émotifs, qui réagissent à contre-temps ou ne réagissent pas, l’estomac surchargé, qui ne comprennent pas, qui demeurent inertes quand il faudrait simplement sourire, prendre un air concerné, ou se récrier, ou bien encore qui grimacent sans raison, qui pour donner l’impression qu’il se passe quelque chose à l’intérieur d’eux-mêmes, font des mines étranges sans rapport aucun avec le sujet… Mais regardez-les enfin vous-même, car il suffit d’avoir des yeux pour les voir, ces faces molles, ces sourires gênés d’imbéciles peureux, qui n’osent se permettre de téléphoner à leur cerveau, qui n’osent juger par eux-mêmes ce qu’ils entendent, plongés qu’ils sont dans une espèce d’humilité crasse qui n’est même plus de l’humilité mais de la disparition sous le poids d’un fardeau suprême qui écrase leur absence de personnalité… Observez-les, qui jettent des œillades à leurs voisins qui leur ressemblent, pour se rassurer d’être ce qu’ils sont, c’est-à-dire des riens posés comme des merdes sur le toit du monde… Voyez-les recroquevillés sur leurs ridicules corps sans grâce, sans tenue, sans retenue, engraissés qu’ils sont par les repas trop luxueux et une inertie intellectuelle qui dépasse l’imagination de ceux qui en ont, voyez-les qui s’embarrassent d’eux-mêmes comme des paysans égarés dans une fête d’ambassade, hideux d’incongruité, voyez-les qui ricanent bêtement !

  13. Pingback: Recadrage | Décadence de Cordicopolis

  14. Moi, j’aime l’Europe ou plutôt l’idée européenne mais pas ces gens-là, pas ceux qui ont construit cette Europe-là. Ces gens qui savent bien que la majorité des européens même ceux qui sont europhiles, aimeraient bien qu’ils dégagent, qu’ils disparaissent, qu’ils lâchent le morceau, qu’ils aillent planter leur choux ou pointer au chômage.

  15. Robert Marchenoir

    En France, les artistes rêvent de subventions. En Ukraine, ils rêvent de fusils.

  16. Ben moi j’ai fait connaissance avec l’EuroGenFor et je me dis qu’ils ont bien fait de penser à la colère des peuples. Et que s’il était besoin de s’en étonner leur manière de penser « dévoile des buts cachés ».

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s