Archives quotidiennes : 6 juin 2014

6 juin 1944

Donc aujourd’hui des nains commémorent les faits d’armes de grands hommes, ceux de la « génération grandiose » comme disent les ricains, qui en ont chié des caisses pendant la grande dépression puis sont venus se faire trouer la peau pour des gens qu’ils ne connaissaient même pas blablablablablablablabla…

C’était il y a 70 ans bon sang de bois à refroidir du koala ! Non je ne peux pas faire mieux en terme de private joke là tout de suite, que ceux qui ne comprennent pas regarde les commentaires de mes billets d’hier. Je disais donc c’était il y a 70 ans et j’ai l’impression que le désir s’accroit quand les faits se reculent. On bouffe de la seconde guerre mondiale à tous les repas et comme casse graine aussi. Il n’y a plus assez de nazis pour remplir une cabine téléphonique (ça existe encore d’ailleurs les cabines téléphoniques maintenant que n’importe quel prolo à un smartphone avec appels illimités vers l’Algérie ?) et pourtant on a l’impression qu’ils sont partout, prêt à nous enlever nos juifs, nos homos et nos roms pour en faire des valises.

C’est comme si, par un genre de tour de prestidigitation (merci le correcteur word) il n’y avait jamais eu d’actes héroïques avant le 6 juin 1944 et qu’il n’y en avait jamais eu depuis, comme si il n’y avait jamais eu de salauds vraiment pas gentil avant ni après non plus. Et je ne m’attarderais pas sur les viols et les bombardements de civils…

Nous devons faire table rase du passé, du présent et de l’avenir et seulement conserver comme un fétiche ou un tabou cette guerre-là.

Ne vous méprenez pas, j’aime beaucoup la cervelle de porc, mais quand j’en mange plus de 5 fois par jour à la place de mes fruits et légumes, ça finit par m’écœurer un peu. Ben là c’est pareil, je suis écœuré.

Donc, un envahisseur en valant bien un autre, je vais plutôt célébrer à la gauloise, avec force libations et avec un peu de retard l’assassinat de Jules César le 15 mars -44.