Empire Romain et chrétienté

Multiculturalisme romain

Je ne suis pas historien, mais plus j’y pense et plus je sens confusément que l’avènement de la chrétienté n’a pas fait tellement de bien, politiquement parce que culturellement c’est une autre paire de moustaches, à l’Empire Romain…

Publicités

18 réponses à “Empire Romain et chrétienté

  1. cretinusalpestris

    Ni à l’Empire aztèque… et bien d’autres…

  2. JE vous conseille la lecture de Julien l’Apostat de Gore Vidal qui raconte comment l’empereur Julien a essayé de revenir sur l’influence chrétienne grandissante dans l’empire romain. Gore Vidal aussi gay que Yourcenar devait être lesbienne, mais bon Julien, ce serait un peu Hadrien dans ses mémoires mais avec un paire de couilles…( n’y voyez pas malice, j’aime beaucoup les mémoires d’Hadrien même si cette passion de péronnelle pour Antinoüs ne cesse de me surprendre…).

    Bon j’ai vu le décès de Rik Mayal, je l’avais découvert dans le new stateman, satyre politique assez hilarante…

    bien à vous.

  3. Votre post m’étonne car vous découvrez le fil à couper le beurre.

  4. Pourtant la seule survivance politique de l’Empire romain a été assurée par l’Eglise au travers des évêques.
    Ce sont aussi les évêques qui ont transmis l’héritage politique de Rome aux rois barbares (Clovis et Saint-Remi).

    Pour les causes de l’affaissement moral des Romains, faut-il vraiment ne blâmer que le christianisme? Parce que dans « panem et circenses » les chrétiens ont longtemos servi de pain dans les jeux.

    • Tout à fait d’accord. La décadence de l’Empire est essentiellement due au fait que les romains se sont lentement mais sûrement désintéressés de la chose publique. Peu à peu l’armée a été délaissée, jugée comme indigne des citoyens romains, même les plus humbles. Quant à la politique, elle était aux mains des affranchis, hauts fonctionnaires du palais, quasiment tous étrangers. On ne dira jamais assez de mal de l’assistanat qui maintenait les romains au dessus du seuil de la pauvreté, à travers la préfecture de l’annone par exemple. Sans compter que le travail était essentiellement affaire d’esclaves, les romains jouissant quant à eux de plus de 150 jours fériés chômés. Super la religion romaine comme vecteur de la fainéantise.

      Mettre la décadence sur le dos du christianisme me semble un peu fort de café. Surtout, comme le dit Naïf, que c’est l’Eglise qui a sauvé ce qui valait la peine d’être sauvé de la Rome antique, que c’est l’Eglise qui a toujours galvanisé le bras séculiers des royaumes européens pour lutter contre l’islam.

      • Naif, Koltchak, j’ai bien souligné le fait de ne pas être historien… Le problème ici est de faire la différence entre la concomitance et la causalité.

  5. Pour tenter vous distraire de vos lectures nauséabondes et pessimistes, et afin parfaire votre culture romano-chrétienne, je me permets de vous recommander un excellent roman, pas plus qu’un roman, rien qu’un roman, mais quel roman ! « Rome », de Mika Waltari Trouvez la plage qui va avec la lecture des romans de plage. Pour l’enfant qui vous ensablera et ponctuera les fins de chapitre de coups de pelle et de lancer d’algues sur la figure, vous êtes pourvu, je crois.
    Les premières pages sont là: http://www.lejardindeslivres.fr/rome.htm

  6. On peut dire aussi que c’est parce que les romains étaient déjà en voie de décadence avancée que, blasés et de plus en plus impie, ils se sont peu à peu détournés de leurs cultes historiques pour se passionner pour des cultes orientaux, plus exotiques, plus manichéens, plus « babylonien », comme celui de Mythra (et bien d’autres), ce qui a préparé le terrain à l’avènement de cette curiosité « complètement géniale » qu’était le personnage de Jésus.

  7. Le chrétien cru, cela avait quel goût?

    Nous sommes quand même où le taulier à une époque nous proposer des recettes culinaires.

    • « Quand même sur un blog où le taulier, etc,etc », saloperie de souris.

      « les romains jouissant quant à eux de plus de 150 jours fériés chômés. Super la religion romaine comme vecteur de la fainéantise., c’était déjà le socialisme version romaine

  8. Tient, ceci est amusant car j’ai fait un billet sur le même thème (enfin presque), où à mes yeux ce n’est pas le christianisme qui a précipité la chute de Rome mais le socialisme. Et à la lecture de votre billet, je me suis interrogé: et si le christianisme, c’était le socialisme…
    Je vais creuser l’idée.

    http://www.grouchomarx.fr/
    PS: je découvre votre blog, merci à l’auteur.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s