Faire rentrer une forme ronde dans un trou carré à coups de masse d’arme

C’est bien beau d’être farouchement antidémocrate et de considérer le suffrage universel comme la plus grande calamité qui ne se soit jamais abattue sur l’humanité, cependant il faut bien reconnaître que ça pose un très légèrement sérieux problème : la continuité du gouvernement.

En effet, c’est malheureux à dire, mais pour éviter guerre civile tous les 30 ans et autres écroulements politiques, il faut bien aussi reconnaître qu’on n’a pas encore inventé mieux que les élections sur le court terme. Alors oui je sais bien que la monarchie a fait ces preuves gnagnagna, cependant, avant qu’elle ne se mette à fonctionner correctement la monarchie à quand même un peu balbutié de ce côté-là pendant quelques siècles, et je ne parle même pas de sa relative incapacité à conserver l’intégrité du territoire en raison des héritages, mariages et autres joyeusetés.

A cela s’ajoute que les qualités qu’il faut pour prendre le pouvoir sont en général différentes, vois même opposées à celles qu’il faut pour l’exercer avec sagesse. Si un chien arrive un jour à attraper une voiture après laquelle il court, je doute qu’il arrive à l’utiliser correctement.

Donc que faire ? A part foutre le feu à tout en s’abimant dans la contemplation hypnotique du chaos, ce qui n’a qu’un temps.

On pourrait organiser des concours de catapultes ou de domptage de koalas, organiser des tirages au sort, des combats à mort avec pour seules armes des petites cuillères, des compétitions de furet dans le pantalon ou peu importe, mais rien ne me semble véritablement satisfaisant.

Toujours est-il que cette question est ma quadrature du cercle. Je n’arrive pas à emboîter toutes ces choses ensemble… Y a quéqu´chos´ qui cloch´ là-d´dans. J´y retourne immédiat´ment.

Advertisements

20 réponses à “Faire rentrer une forme ronde dans un trou carré à coups de masse d’arme

  1. Il faut tout de même être clair. La monarchie, qui a été le mode de gouvernement universel d’une bonne partie de l’humanité pendant bien longtemps, a fort peu de qualités intrinsèques. Il y a de bons rois et de mauvais rois, de même qu’il y a de bons présidents et de mauvais présidents.

    Et les mauvais rois, quand ils le sont, peuvent être remarquablement nocifs… Il ne manque pas d’exemples historiques.

  2. Cela fait plus de 700 ans que la Suisse fonctionne relativement bien sans rois…

    La monarchie n’est pas l’unique solution aux maux d’une république oligarchique. Apportez-y une bonne touche de démocratie directe : initiative populaire, référendum, etc. et cela ira tout de suite mieux.

    Quand on rappelle régulièrement au gouvernement que le peuple est souverain et qu’il n’est là que pour le servir, cela va subitement mieux.

    • Je me répète un peu dans mon propos, non ?

      • Les suisses n’ont certainement pas de roi mais au XV et XVI siécle , on appelait les mercenaires suisses utilisés comme fantassins: « Les faiseurs de roi », leur dernière victoire fut celle de Novare en 1513 où ils exécutèrent tous les lansquenets faits prisonniers , coutume datant des guerres de Souabe.

    • Hélas, ce qui marche à l’échelle de la Suisse ne marchera probablement pas à une plus grande échelle, j’en ai peur.

      • cretinusalpestris

        C’est ce que j’entends souvent.

        Comme si le référendum ou l’initiative populaire ne pouvaient pas fonctionner à partir d’un certain nombre de citoyens…

        Une espèce de plafond de verre invisible et infranchissable.

        Donc oui, finalement, rien ne vaut une bonne pseudo-démocratie plutôt que de prendre des risques inconsidérés ?

      • Je pense en effet qu’au delà d’un certain nombre il devient plus malaisé d’avoir un avis sensé sur les affaires de tous. Techniquement, ça fonctionne ; mais je crois qu’au fond ça revient à demander leur avis à des gens qui ne peuvent vraiment le construire.

      • cretinusalpestris

        Donc,seuls les Suisses peuvent utiliser la démocratie directe car c’est un peuple éduqué et intelligent ?

        Comme critique de la démocratie, moi, ça me convient !

      • Non, car c’est un peuple peu nombreux, et également un peuple plus ou moins homogène, ce qui n’est plus le cas en France.

      • cretinusalpestris

        A partir de combien de millions un peuple est-il nombreux ou pas ?

        Cela permettra de savoir où se situe la limite de la démocratie…

        Et l’homogénéité… 4 langues nationales, 2 religions, 26 cantons… en attendant le système confédéral semble pourtant fonctionner.

      • J’en sais rien, ce n’est sûrement pas figé.

        Quant à l’homogénéité, je la pensais surtout raciale, ainsi que d’intérêts.

  3. Attendu les progrès de la médecine sur la longévité de l’individu et de la physique sur les diodes électroluminescentes, nous donnerons toujours la préférence à un dictateur éclairé et n’aurons que méfiance envers le démocrate allumé.
    Et comme disait l’autre : « Quiconque s’oppose à la dictature doit accepter la guerre civile comme moyen. Quiconque recule devant la guerre civile doit abandonner l’opposition et accepter la dictature. »
    Et hop !

  4. Soyons sérieux pour une fois. Lorsque l’on parle de régimes politiques, il y a deux choses à considérer : leurs mérites intrinsèques d’une part, leurs mérites circonstanciels d’autre part.

    Comme le dit justement Robert, la monarchie a peu de qualités intrinsèques, ce qui n’empêche qu’elle puisse être le meilleur régime possible en un temps et un lieu donné.

    En ce qui nous concerne nous, aujourd’hui, en Occident, la question du type de régime ne se pose pas : le seul qui soit envisageable est la démocratie libérale. Je veux dire : le seul régime légitime, qui puisse espérer obtenir le soutien de la plupart des honnêtes gens et se maintenir autrement que par la seule force. Nous pouvons le déplorer tant que nous voulons, éventuellement, mais le principe de l’égalité fondamentale de tous les hommes a profondément pénétré nos consciences, et il n’en sortira pas de sitôt.

    Dans 200 ou 300 ans il en ira peut-être autrement, mais pour nous et nos enfants la démocratie libérale est un horizon politique indépassable, me semble-t-il.
    La question pratique qui se pose est donc de savoir quel type de démocratie libérale nous aurons, car il en existe des variétés plus ou moins bonnes.

    A mon avis, le meilleur modèle de la bonne démocratie libérale reste les Etats-Unis à leur naissance (1788 – adoption de la Constitution). Ce pourquoi je ne saurais trop conseiller d’étudier leur Constitution et de lire Le Fédéraliste.
    Je connais mal la Suisse, mais il y a sûrement aussi à y apprendre, même si je serais moins enthousiaste que notre ami des Alpes concernant la démocratie direct

    • Quoi ? Elle est pas fraîche, ma démocratie directe ?

      (D’autant qu’elle est aussi appliquée aux USA, dans certains états. Et en Allemagne, dans certains Landers.)

      • C’est que la démocratie directe a aussi ses inconvénients, comme l’explique très bien Le Fédéraliste justement. Et c’est pour cela qu’au niveau fédéral elle n’existe pas aux Etats-Unis.
        Cela étant dit, dans certains contextes particuliers elle peut être bienvenue.

  5. Pingback: Faire rentrer une forme ronde dans un trou carr...

  6. On pourrait transformer l’Elysée en musée juif. Ou en école.
    Ca vaut bien sûr pour beaucoup d’autres palais et bâtiments.

  7. Des chiens au volant, non mais des ânes certainement quand je vois comment se comporte certains automobilistes.

    Pour enfoncer , une chose ronde dans un carré, un marteau de guerre eut été plus efficace, la masse a tendance à faire éclater les chairs.

    Je sais, je pinaille mais merde, on est en démocratie, merde alors!

  8. Pour ma part, je pense que les régimes politiques ne peuvent et ne doivent que s’adapter naturellement au niveau d’évolution et de conscience des peuples sur lesquels ils s’exercent. Une parabole ancienne s’ajuste assez bien à la question: on ne donne pas de perles aux cochons ! Lorsque un peuple est évolué, et a dans sa très grande majorité conscience des questions et des enjeux, on peut lui demander légitimement son avis et en tenir compte. Quand on a affaire à des gens qui ne respectent rien et ne comprennent que la coercition et le rapport de force, faire croire à la démocratie, pourquoi pas, mais personne ne sera jamais dupe, voilà tout. Tous les pouvoirs du monde ont bien compris qu’il fallait jouer au démocrate pour paraître, juste quelques uns sont réellement dans la démocratie. Il y a des idéaux préalables à mettre en application avant le concept démocratique, comme le droit, la liberté individuelle, la vraie justice, etc….

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s