Chevaucher le tigre en lui braquant un Magnum 357 entre les oreilles

There was a young lady of Niger
Who smiled as she rode on a tiger
They returned from the ride
With the lady inside
And the smile on the face of the tiger.

Ou traduit de façon fort malhabile par mes soins:

Il y avait une jeune femme du Niger
Qui souriait en chevauchant un tigre
Ils revinrent de leur promenade
Avec la femme dedans
Et le sourire sur la face du tigre.

Ce Limerick me semble assez bien décrire notre façon d’agir avec nos chers amis qui décapitent à tour de machettes ces derniers temps. Ces gens-là nous disent très clairement qu’ils veulent séparer nos chefs de notre thorax avec des moyens asses primitifs et nous refusons de les croire. Pourtant, il est utile de le rappeler, nous sommes en guerre contre eux, et lycée de Versailles, depuis 1300 ans. Ils ne veulent pas être avalés par le marché. Ils ne veulent pas de la clim, des vaccins, de la bouffe industrielle en quantité illimitée, des chaussures qui ne font pas transpirer des pieds ou des pantalons cigarettes. Ils veulent gagner. Dar al-Islam et dar al-Harb, maison de l’islam et maison de la guerre un point c’est tout.

Chevaucher le tigre c’est très bien tant qu’on garde en tête qu’on finira dans son ventre ou qu’il finira comme tapis devant la cheminée.

Advertisements

19 réponses à “Chevaucher le tigre en lui braquant un Magnum 357 entre les oreilles

  1. Avec ou sans selle, là est la question, pour le revolver,un subnose sera amplement suffisant pour un tir à bout touchant.

  2. Entendu ce matin, sur France-Cul, un « spécialiste » expliquer que l’Etat islamique n’était ni un Etat, ni islamique. Et que, par conséquent, les responsables de son essor étaient les médias français, qui s’obstinaient à lui donner ce nom.

    Curieusement, le spécialiste en question avait un accent arabe… et un nom de la même couleur.

    Mais c’est un hasard, hein. Rien à voir avec la taqiya, doctrine du mensonge prescrit par l’islam. Rien à voir avec la doctrine musulmane qui professe que l’islam a toujours raison, et l’Occident toujours tort.

  3. Normalement, le seul tigre qu’on doive jamais chevaucher se trouve en nous-même… normalement. :/

  4. Chevaucher un koala ça doit quand même être plus tranquille.
    Vous n’avez pas ça en magasin, Coach?

  5. Exactement, Aristide. Les capybaras sont odieusement discriminés dans les médias dominants genre You Tube. Il n’y en a que pour les koalas. Il est plus que temps d’imposer des quotas afin que le vrai visage de spéhi soit enfin visible sur Internet.

  6. Bon, ça commence pas bien, le premier article de l’année et je suis déjà aussi largué que les amarres du Costa Concordia: que diable vient faire cette histoire de « lycée de Versailles » au milieu d’une phrase?

  7. Merci! A partir de maintenant, je déclamerai vos articles à haute voix pour la plus grande édification de mes voisins de bureau.

  8. L’ami Râle continue doncque de bloguationner, en dépit de ses récentes inquiétudes publiques. Il convient de s’en fellaciter.

    Encore que. Si j’étais du genre à faire le moindre effort pour réaliser mes glauques fantasmes, jeune homme, je vous enjoindrais bien de cesser conjointement à moi toute activité littéraire internautique, de manière à ce que nous allions de concert nous lancer dans quelque massacre breivkien, ici ou là… au mensuel cercle voiturier d’ex-Hagone ou ailleurs…

    Mais vous seriez capable de me dire « chiche » et j’aurais l’air encore plus con que d’la bite rude…

    Je n’aime guère la tournure nazislamophbe que prend le traitement de l’actu récente, bien évidemment. Le barbu en chemise noire, qui décapite au vieux cutter, se coule un poil trop facilement dans le costard sur-mesure de l’Ennemi Officiel de l’Ex-Ccident. La Narine elle-même, rachetant les péchés verbaux de son paternel, a exprimé ses inquiétudes philocashères – comme si le fait que l’übermozlem soit judéophage le rende plus laid qu’il ne l’est déjà à la base…

    Mais tous les chemins mènent à Ochouitze – qui ne l’a pas compris peut sereinement louer son temps de cerveau disponible à qui en fera un meilleur usage. C’est du win-win.

    Pour ma dérisoire part, je confesse avec décontraction ressentir une puissante lassitude face au manque d’imagination de tout ce cirque. Je l’oublie fugacement dans le sport, la douleur physique, la copulation et l’ivrognerie. Efficacité très relative.

    Que reste-t-il ? L’arrogance gratuite ?

    Ecoutez donc ceci, en zappant tout le reste: je parie deux litres de bibine que je n’aurai jamais les moyens de vous payer que vous n’y avez jamais jeté un oreille attentive: http://www.youtube.com/watch?v=Ld8rCNdLXUo

    • Mais non, tous les chemins ne mènent pas à Ochvouitze . Tous les chemins mènent à Rome.

      Laissez-faire le bouzin et ayez confiance. La Marine n’est pas si con que ça. Il n’y a pas de mal à rappeler l’histoire de la Shoah aux feuges – même si c’est pour leur tresser des couronnes de laurier (de laurier! hu hu!). Car les feuges, avec leur obsession intermittente de vouloir continuer d’être considérés comme des victimes, alors que par ailleurs ils se mêlent actuellement d’enterrer leur passé derrière eux et devenir – en phase avec la nouvelle dynamique conquérante israélienne – ce qu’on pourrait appeler des bourreaux désinhibés, dotés d’une mentalité de brutasses vaniteuses « après moi le déluge » à l’américaine… les feuges, disais-je, en ce moment, se piègent eux-mêmes.

      Ils n’ont besoin de personne pour se décrédibiliser. C’est leurs actions à eux – les actions des feuges célèbres eux-mêmes – au niveau international, qui sont les meilleurs alliées de leurs propres ennemis. Comme je l’ai déjà écrit, aucun antisémite, même et surtout le plus militant, n’était en mesure de faire autant de mal à l’image de marque de la feugitude (que la Shoah avait effectivement rendue jusque-là intouchable), que l’attitude actuelle de ces BHL, des ces trolls à la Ulkan, ou de ces rabbins-fous à la Rav Von Chaya, [vous savez, celui qui publie des vidéo sur Youtube où il se félicite notamment de ce que la Shoah ait eu lieu : « C’est grâce à la Shoah que nous dominerons le monde et que nous écraserons tous les autres peuples sous nos semelles! », s’écrie-t-il, secoué par des rires et des tics nerveux ! – gros gros malaise… :/ :/ :/].

      Et ce n’est pas les violations répétées des résolutions de l’Onu par les politiques Israëliennes, ni que le fait que de vouloir éradiquer une population enfermée dans ce qui à Gaza est à proprement parler un ghetto, s’apparente en tous points à ce que furent historiquement les pogrom, ni le petit détail qui tue de ces gazaouis forcés à s’exiler en Egypte dans des camps de réfugiés (la fuite en Egypte ça ne vous rappelle rien ?), qui vont contribuer à la divinisation du peuple juif.

      Au contraire, on dirait que l’Occident avait fini par accepter de diviniser tous les juifs, et que ce sont les juifs eux-mêmes, de par leurs propres actions, qui font tout pour se dé-diviniser en occasionnant à autrui certaines souffrances semblables à celles dont ils ont clamé pendant des siècles que procédaient leur élection.

      Moi en vérité, je vous le dis, ayez confiance. Nos Papes sont bien plus malins ! XD

  9. Maintenant, Woland, s’il vous plait, reprenez-vous. Nous avons besoin que votre blog reste à flot. C’est pour ainsi dire tout ce qu’il reste comme « point de ralliement », à ma connaissance, pour les affidés de l’ancienne réacosphère, aujourd’hui décédée. N’ayez pas peur, vous trouverez toujours des trucs à dire, au pire vous vous détacherez un peu de l’actualité, ca ne vous fera pas de mal, et vous créerez quelque chose de neuf, vous inventerez : just open your mind, just play with your own beliefs, it’s okay. ^^

    La France doit cesser un peu de vouloir trouver toute sa nourriture spirituelle dans la politique, et retourner à ses fondamentaux : la mélancolie ironique, la légèreté sans lendemain, la poésie insubmersible, la saugrenuité insolente, l’imagination au pouvoir, enfin.

    « Mais nous avons à confesser nos fautes. Les meilleurs d’entre nous ont péché par dilettantisme. J’ai été, nous avons été des intellectuels fins connaisseurs en politique, comme nous le sommes en peinture, en poésie, en cinéma. La politique, apprise par trop d’entre nous à l’école maurrassienne, a été le déversoir de nos dons littéraires, philosophiques, qui eussent trouvé ailleurs un plus durable emploi. Il est très beau de fignoler la société future. Mais lorsqu’on en voit si bien le plan, pourquoi tant tarder à en dresser les murs ? La spéculation politique est superflue, dans des années où le monde se reconstruit à toute vitesse. On a tout annoncé, tout dessiné, mais pendant ce temps, ce sont d’autres hommes que nous qui refont l’histoire, ils la feront moins bien peut-être parce qu’ils ne nous valent pas, mais elle est, et c’est cela qui compte. La politique n’est pas un idéal de la pensée. C’est avant tout la nécessité de nettoyer et de remettre de l’ordre chez soi. Cet art est assez sommaire. Celui qui cherche la perfection n’a qu’à lui tourner le dos, à s’enfermer dans sa chambre et à écrire des poèmes. »

    Lucien Rebatet, Les Décombres.

  10. Et le maire de Cogolin, ça vous irait ?

    Si non, je retourne chercher des Koalas.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s