De l’impudeur en toutes circonstances

Depardieu, à qui je ressemble selon les mauvaises langues, a écrit : « De toute façon, aujourd’hui, tu ne peux pas allumer un écran sans voir une bite énorme qui sort. A croire que tout le monde est devenu peine-à-jouir. »

On ne peut que lui donner raison. La subtilité a plié les gaules il y a bien longtemps. Que ce soit en politique, en culture ou en marketing il n’y a plus aucune place pour tout ce qui est suggestion. La pornocratie actuelle emplie tous les interstices de notre vie et la remplie comme la fille qui tourne dans les caves et dans laquelle ils se mettent à 3.

Que ce soit clair, j’aimais bien les filles avec des jupes au ras de la salle de jeu, mais c’est devenu tellement commun que ça n’a plus d’effet. Je suis d’une génération qui devait acheter des magazines porno en cachette avec le rouge au front devant le vendeur, comme un rite initiatique. Aujourd’hui les nichons et les derches sont partout et de nouveau ce n’est pas vrai que pour les corps, c’est aussi le cas pour les esprits. Cette transparence immonde qui est devenu la norme nous évite de réfléchir ou d’avoir de l’imagination. Elle nous repait avant même que nous ayons senti le moindre tiraillement de désir. Bref, elle nous tue l’âme et le corps.

De nouveau, je suis assez loin d’être un père la morale, mais garder un peu de dignité, éviter de se répandre, être bien éduqué et savoir ce qui se fait et ce qui ne se fait pas me semble bien plus important pour pouvoir vivre ensemble que toutes les campagnes subventionnées avec notre graisse pour nous inculquer le vivre ensemble.

Advertisements

15 réponses à “De l’impudeur en toutes circonstances

  1. Je fais aussi partie de cette génération où pour voir des fesses , il fallait acheter des magazines érotiques les jupes devenant courtes voire ultra courtes, je m’en réjouie plus besoin de se pointer devant un libraire goguenard pour reluquer les popotins de ces demoiselles, il y en a de sublimes mais vous comprendrez quand vous aurez atteint mon âge canonique où la lubricité n’est que pour les yeux.

    Non, vous ne ressembler pas à Depardieu, trop mince, beaucoup moins ventru sauf si vous avez pris quelques grammes depuis la dernière où nous nous sommes rencontrés

  2. Allons, allons.

    Il reste bien des choses qui bénéficient encore d’une totale opacité : fonds secrets, trafics d’organes, réseaux pédophiles, etc.

    Vous voyez, tout n’est pas si noir.

    Enfin.. blanc.

    Enfin, bref.

  3. Après les pieds sur les banquettes dans le métro, le dernier comportement à la mode : se déchausser en public. Vu tout récemment :

    1. Une négresse ayant enlevé ses chaussures, assise sur un muret, pieds nus sur le trottoir à côté de sa poussette (où je suppose que se trouvait un bébé blanc).

    2. Aquilino Morelle se défaisant ostensiblement de ses luxueux mocassins, dans un bar d’hôtel de luxe, face à la journaliste du Nouvel Observateur venue l’interviewer (une femme, de surcroît).

    Depardieu a raison : bientôt, on va voir des types aérer le service trois pièces en public, pour se mettre à l’aise. Ca a d’ailleurs déjà commencé, chez les Noirs américains.

    • « bientôt, on va voir des types aérer le service trois pièces en public, pour se mettre à l’aise. »
      Déjà que Michael Jackson vérifiait régulièrement si elles étaient toujours là… pour se rassurer, sans doute.

  4. Rien à rajouter à cet excellent billet qui n’est que trop vrai.
    Ah si : vous êtes bien le sosie de Depardieu. Surtout lorsqu’il remonte de la cave.

  5. De la branlette devant du téléachat ou devant un catalogue 3 suisses, au soupir blasé et repu que provoque la vue du triple péné avec des poneys, du gravier et une coug arrimée sur une croix de St André, il y a effectivement comme un effondrement de la notion de pudeur, dignité, innocence, etc.

    Si vous ressemblez au Depardieu que j’ai vu récemment dans « Welcome to New York » (qui, par ailleurs, avait quelques difficultés à planquer sa bite) et que vous souhaitez réellement la Révolution, va falloir faire appel au Coach ou aux amphets pour grimper les barricades.

  6. Pour moi le père la morale en plein dedans : jeter sa télévision ce n’est pas casser le thermomètre, mais rendre un peu de liberté au corps. Selon ce qu’il vous sera permis d’en faire l’âme reverdira.
    Ce billet est digne d’un catapulteur, il fait mouche mais j’ai besoin de commenter pour que ça soulage. Votre excellente tirade sur le peuple dissolu me fait souvenir de celui qui disait que pour aimer il faut d’abord s’aimer soi-même. Ca doit pouvoir s’appliquer au vivre ensemble…
    Je connais plein d’endroits où pour savoir quoi faire il faut savoir remarquer ce qui ne se fait pas. Au plaisir de vous lire.

  7. Dans le même ordre d’idées…

    Dwarf stripper gets bride pregnant on her hen night

    Spanish woman admits she slept with a dwarf stripper on her hen night after giving birth to a baby with dwarfism.

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/spain/11154107/Dwarf-stripper-gets-bride-pregnant-on-her-hen-night.html

    • On a toujours l’impression que les « miniboys » ont des « maxitoys » mais ce n’est qu’une illusion d’optique.

    • Ben ouais ‘ttendez, c’est un enterrement de vie de jeune fille, c’est pas grave c’est une fois dans une vie! Ce qui se passe à Valence reste à Valence! Wooo hoooo! You go, girl! Et trois vies foutues en l’air, trois. Quatre, si on compte celle du nain, qui est bien embêté maintenant lui aussi.

      Notez que je ne suis pas certain que ce genre de fait-divers soit si propre à l’époque, leur monétisation étant somme toute assez récente. Elle pourra toujours compenser en donnant des interviews et en passant sur des talk-shows pour raconter sa mésaventure, après tout, foutu pour foutu hein… « Alors Simone, racontez-nous : qu’est-ce qui vous a pris ce soir-là? Comment vivez-vous votre nouvelle notoriété? »

  8. Pingback: De l'impudeur en toutes circonstances | Temps d...

  9. Bon sinon Amiral, je veux bien moi, le mystère toussa, mais vous savez bien que la vie privée, ça sert surtout à dissimuler revenus dus au fisc, éducation incorrecte et abus familiaux. Le Progrès vaut bien quelques sacrifices. Il faudrait surtout songer à évang… pardon à éclairer les populations toujours soumises à un obscurantisme d’un autre âge. Songez qu’à Hong Kong par exemple, la nudité est encore interdite sur les couvertures des magazines coquins, et les jolies naïades qui les illustrent sont sommées d’y apparaître décemment vêtues. Mais la Transparence est en marche ici aussi, donc on peut supposer que tout cela ne va pas durer et que les moeurs vont bientôt se libérer du joug insupportable auxquelles elles sont soumises.

  10. Depardieu, à qui je ressemble selon les mauvaises langues…

    Pour cela, il faudrait que vous descendiez 14 bouteilles de vin par jour.

    Depardieu en Obélix.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s