Archives quotidiennes : 29 octobre 2014

Mon GPS et moi

Par un de ses hasards dont ma vie se montre friande depuis quelques temps, je me retrouve à conduire une Citroën, heureusement pas pour longtemps, dont le GPS semble avoir pour seul but dans sa vie informatique de pourrir la mienne.

Tout d’abord il me semble utile de préciser que je fais partie de ces gens dont la boussole intérieure indique toujours une direction à la con ce qui a pour conséquence que les rares fois où je connais effectivement le chemin à prendre je me dis toujours que je dois me gourer. Bref je suis paumé en permanence, comme Colomb croyant arriver en Indes et débarquant à San Salvador. Accessoirement ça me met dans des rages absolues, de celles que l’on invoque quand on veut mettre une ville à sac ou se venger à mains nues contre une tribu entière.

Donc, ce salopard de GPS sur lequel je n’ai pas d’autres choix que de compter se plait à me jouer des tours. Il a bien de la chance que je manque de la souplesse nécessaire pour pouvoir lui défoncer l’écran à coups de talon tout en continuant à conduire. Un de ses jeux favoris, en dehors du classique « je te préviens trop tard que tu viens de passer ta sortie hahahahaha » est de m’indiquer des directions inverses à celles des panneaux routiers. Encore, mieux, il aime particulièrement me donner le bon nom de la sortie mais la mauvaise direction. Par exemple : « dans 500m, tournez à droite en direction de Liège » et Liège est effectivement bien indiqué par les panneaux… mais à gauche ! Je me retrouve à donc devoir faire un choix, que je sais condamné à être le mauvais, en quelques secondes puis à me retrouver écumant de colère chimiquement pure à tenter d’arracher mon volant pour faire de minuscules miettes de ce salopard malfaisant de GPS en lui cognant dessus jusqu’à ce que mes forces m’abandonnent. Parfois il m’arrive aussi de partir dans des convulsions hystériques qui ne sont calmées que lorsque j’arrive à imaginer ce que je ferais à la personne donnant sa voix à ce qui est l’inverse d’un système de guidage si j’arrivais à lui mettre les pattes dessus. Celle-là ne perd rien pour apprendre. Je cramerais sa maison, je tuerais ses amis et sa famille sous ses yeux, j’éplucherais son chien après l’avoir poché comme une tomate. J’arracherais les oreilles de ceux qui lui ont donné des cours de diction. Puis je la forcerais à conduire en respectant scrupuleusement les conseils de GPS avant de l’écraser en lui roulant dessus avec un 38 tonnes.

Voilà.

Déliquescence physique et déliquescence morale

Nul ne nie que nous vivons matériellement mieux que nos ancêtres. En tout cas pas je ne le nie pas. J’ai même écrit des billets entiers sur le fait que nous vivons même mieux que nos parents, même si notre pouvoir d’achat ne semble pas être comparable.

Mais si c’est un progrès en termes de confort, qui peut affirmer que cela le soit en terme d’élévation de l’âme ou même en matière de psychologie ?

En effet, c’est bien joli de tout obtenir en appuyant sur un bouton ou en tournant une molette, mais ça nous ramollit considérablement aussi. Sans ouvrir un débat sur le bienfondé de la première guerre mondiale, quel homme de mon âge et vivant dans des conditions moderne serait assez fat pour affirmer qu’il pourrait supporter plus de 3 grosses minutes ce que nos arrières grands-parents ont pris dans les dents pendant 4 ans ?

Alors oui le chauffage central et la diminution de la mortalité infantile c’est super, mais est-ce que ça nous prépare au combat du futur ? Permettez-moi d’en douter. Je n’ai jamais vu d’esprit vraiment fort dans un corps mou. Je n’ai jamais vu d’âme s’élever dans la facilité. C’est peut-être pour cela que l’art du Moyen-Age me touche plus que celui de mes contemporains. C’est un peu comme ce principe qui veut que les moches soient meilleures au lit parce qu’elles savent que chaque fois pourrait être la dernière alors que les belles savent qu’elles auront toujours l’occasion de recommencer.

Au passage, il ne faut pas s’étonner que des gens ayant accès à tout tout le temps et sans effort considèrent comme normal que le grand état maman soit là pour satisfaire leur moindre besoin.

L’avenir qui s’annonce selon moi ne me parait pas être doux comme du sous poil de koala et sera particulièrement cruel avec nous qui nous sommes trop habitués à la facilité.

Il serait peut-être bon de garder ça en tête quand on jouit sans entrave de la modernité.