Tour Pyramide

Cette tour, dont tout le monde se fout à part les habitants de la Porte de Versailles qui ont de très beaux culs selon mes informations et qui devront vivre dans son ombre si jamais elle est construite un jour, est-elle un hommage aux franmaques où à la Corée du Nord?

Ce n’est pas tellement que ça change les choses, mais j’aime bien savoir quels types de merdes sont au menu et à quoi elles sont aromatisées.

Advertisements

42 réponses à “Tour Pyramide

  1. Les franmaques, non.

    Mais la Trilatérale, certainement.

    (Oui, je recycle mes « bons mots » de Twitter chez l’Amiral. Et alors?)

  2. Un hommage au dieu dollar :

  3. En plus tu vois, c’est super mal foutu tu vois, quand tu balances ta poubelle par la fenêtre, elle tape sur les carreaux du mec au dessous. C’est pas bon pour le vivre ensemble tu vois, ça va créer des problèmes moi j’dis.

    • Je ne sais pas encore bien pourquoi mais je ne goûte pas particulièrement votre humour, Coach.

      Sinon, pour ce qui est de la tour, ça ne se fera pas. Ouf’ !
      Quelle mocheté… [sans parler des inconvénients structurels, qui sont réels, (même si l’on ne jette plus les ordures par les fenêtres à Paris depuis un bon petit bout de temps)… la zone d’ombre, les courants d’air dans les rues attenantes (trainée aérodynamique), rien que des bureaux, enfin bref’…]

      Pas besoin de jouer les conspis pour voir que c’était encore de l’architecture déprimante de fin-de-l’histoire.

  4. Et, oui, soyons honnêtes… à l’intention de ceux qui disent qu’en son temps on a voulu démolir la Tour Eiffel pour des raisons similaires à celles qui font aujourd’hui détester les édifices du genre de cette pyramide… oui, soyons honnêtes, la Tour Eiffel, cela va bien à un seul exemplaire au monde, pour la déconne, pour la performance physique, pour l’originalité, mais il s’agit également d’une architecture qui n’est nullement fonctionnelle, et qui serait hideuse à grande échelle, si l’on devait habiter et vivre dans ce genre de cages grillagées… sans parler de l’ambiance post-apocalyptique dans les cages d’escaliers [imaginez la glauquitude du truc en dix exemplaires par temps gris, avec des corons en toile de fond, quasiment vide parce que plein de bureaux invendus, sans vigiles, sans touristes américains, sans sécurité renforcée au sommet contre les suicides.. etc.]

  5. Pas tout a fait d’accord. Je suis pour la construction de gratte-ciel à Paris, a condition qu’ils soient beaux.

    Les ricains en font des tres beaux, je ne vois pourquoi nous, français, on ne pourrait pas faire aussi bien.

    Des trucs moches on été fait dans le 15ème, je ne crois pas qu’une loi oblige a refaire cela… non ?

  6. Un triangle sans poils, c’est une erreur.

  7. C’est quand même hallucinant que dans un milieu sensibilisé aux thèses libérales, on tombe dans le panneau des « tours qu’il faudrait construire à Paris ». C’est tellement évident que la pression en faveur de ces trucs est un effet typique du capitalisme de connivence, et ne comporte que des inconvénients ! Sauf pour les hommes politiques, les architectes et les promoteurs…

    Donc d’un côté on nous dit qu’il faudrait plus de tours à Paris (car il y en a déjà, contrairement à ce qu’on prétend), de l’autre on tape à bras raccourcis sur les HLM en forme de tours.

    J’aimerais comprendre : les tours, c’est dégueulasse et nocif quand c’est construit en plein milieu de la campagne, mais c’est ravissant et utile quand c’est planté au milieu de Paris ?

    Citez-moi une seule tour, à Paris, qui s’insère harmonieusement dans son environnement et qui améliore le paysage. Une seule. Vous n’en trouverez pas. Or il y a déjà des centaines de tours à Paris ou aux portes de Paris. Expliquez-moi par quel miracle un architecte plus génial que les autres, aidé d’un politicien ayant plus de goût que n’importe qui, serait en mesure de faire mieux.

    La conception du beau du maire de Paris, c’est de vous fourrer un plug anal de vingt mètres de haut sur la place Vendôme. Et vous faites confiance à ces gens-là pour modifier définitivement le paysage parisien ? Une tour, ça ne se dégonfle pas avec un cutter…

    Quant à revenir de New York en disant : y’a des gratte-ciels là-bas, c’est beau, donc y faut des gratte-ciels à Paris… C’est à peu près aussi malin que de dire : y’a plein de nègres et d’immigrés en Amérique, l’Amérique est la première puissance mondiale, donc y faut plein de nègres et d’immigrés en France pour faire la nique à l’Amérique (ce qui est, hélas, l’une des raisons principales de l’immigrationnisme des hommes politiques et des élites économiques).

    Il me semble qu’on est largement revenu de la seconde idée, du moins dans « nos milieux ». Maintenant, il faudrait qu’on remette le couvert pour une connerie aussi grosse que l’autre ?

    La réalité est têtue, et la réalité c’est celle-là :

    – Paris est une ville ancienne, c’est l’une des plus belles villes du monde. Si les Français et les étrangers l’aiment et s’y pressent en rangs serrés, c’est en grande partie grâce à cela. Ce n’est certainement pas pour l’amabilité des Parisiens, la propreté du métro ou la commodité des taxis. On parle ces jours-ci de faire reconnaître par l’UNESCO la beauté des toits de Paris (ce qui est en soi une connerie moderniste, mais passons). Et l’on voudrait l’abîmer avec des tours ?

    – Paris est une ville minuscule. Ce n’est pas une villle, c’est un bourg de province. Parmi les grandes capitales mondiales, c’est probablement la plus petite. Il n’y a pas de place à Paris. C’est comme ça. Il faudra vous y faire. Vouloir augmenter la capacité immobilière de Paris, que ce soit en construisant des tours ou en « surélevant les immeubles » (autre connerie monumentale qui circule en ce moment), c’est aussi malin que de vouloir l’extinction du paupérisme après six heures du soir ou le bonheur par le socialisme. C’est une utopie. Ce n’est tout simplement pas possible.

    – Défendre des tours à Paris au prétexte des destructions haussmanniennes, c’est aussi con que de défendre l’art contemporain sous prétexte que « les impressionnistes, eux aussi, ont été incompris à leurs débuts ». Bah oui, sauf que les impressionnistes ont été rejetés à tort, tandis que le monsieur qui fait des plugs anaux est universellement méprisé pour de bonnes raisons.

    Sans compter que les immeubles de Haussmann, s’ils ont entraîné la destruction de tout un pan de l’histoire de la ville, ont apporté un vrai progrès : les maisons qu’ils ont remplacé étaient massivement insalubres et inconfortables. Le véritable équivalent du constructivisme haussmannien serait donc, non pas de construire des tours au milieu des immeubles haussmanniens, mais de détruire ces derniers pour les remplacer par des immeubles modernes de hauteur identique, mais avec tout le confort moderne (ascenseurs, surfaces adaptées à la vie moderne, plomberie et électricité aux normes, isolation thermique). Chiche ?

    Inutile de vous dire que je suis aussi contre cette option : il n’y a aucune raison valable de détruire des immeubles qui contribuent pour beaucoup au charme de Paris. Mais à tout prendre, ce serait moins stupide.

    – Les partisans des tours à Paris ne donnent jamais aucun argument valable en faveur de leur thèse, sinon « c’est moderne », « ça se fait », « c’est dynamique », « c’est le progrès », « il faut rattraper notre retard », « les autres le font bien, j’vois pas pourquoi » et autres tirages de nouille.

    – On voudrait des tours pour faire quoi ? Des bureaux ? Si j’ai bien compris, il y a beaucoup trop de bureaux vides à Paris en ce moment. Des logements ? Si vous construisez des centaines de logements en hauteur, comment les gens vont-ils faire pour y rentrer ou en sortir ? Les transports en commun sont déjà largement saturés, les gens se plaignent universellement des embouteillages, et vous voudriez en rajouter une couche ?

    Le Haussmann du vingtième siècle existe, il s’appelle le Corbusier. Il avait proposé, lui, de « construire des tours à Paris », seulement il en avait tiré les conclusions logiques en proposant de raser intégralement le centre de la ville, afin de créer des espaces de circulation. Ce qui est une règle immuable de l’architecture : plus vous construisez en hauteur, plus il faut élargir les rues, créer des routes, vider l’espace horizontal autour des gratte-ciels afin de permettre aux gens de se déplacer.

    Ce fut une levée de boucliers, et, encore aujourd’hui, les gens poussent des cris d’horreur face à cet « attentat architectural fasciste auquel nous avons échappé ».

    Mais comme nos hommes politiques sont persuadés de pouvoir marcher sur l’eau, et qu’il ne manque pas, bien entendu, d’architectes prestigieux prêts à ruiner la beauté de Paris pour ajouter à leur CV ce trophée professionnel que serait une tour dans la ville (sans parler des juteuses retombées financières pour les uns et les autres), on nous ressert régulièrement ce marronnier des Parisiens qui devraient avoir honte parce qu’ils n’ont pas encore complètement détruit leur ville, à l’instar de tant d’autres nations à travers le monde.

    Les touristes américains (ou chinois) ne viennent pas à Paris pour y retrouver les gratte-ciels de New-York. Les hommes d’affaires non plus, d’ailleurs.

    • Pour une fois je souscris totalement aux propos de Marchenoir. Arrêtons de vouloir toujours copier ce qui se fait ailleurs.

      Je ne savais pas que Le Corbusier avait proposé de rasé Paris pour construire ses hideuses tours de béton que l’on peut admirer à Saint Etienne ou Marseille. C’est Dali, je crois, qui pour parler de l’architecture de Le Corbusier disait que c’était « de l’architecture protestante d’autopunition », je crois que c’est bien résumé.

      Cela dit pour avoir imaginer « l’église » de Firminy faut véritablement être dénué de toute spiritualité je crois : http://www.tuxboard.com/photos/2013/04/Eglise-Saint-Pierre-Firminy-Vert.jpg

      • Sinon je crois qu’écrire trois fois « je crois » dans un commentaire, c’est signe d’une intense fatigue….

      • Buck
        « Pour une fois je souscris totalement aux propos de Marchenoir. »
        Ah ! Vous avez le droit, vous ^^

      • Robert Marchenoir

        Le Corbusier est un très grand architecte. Je n’aime pas cette mode réactionnaire qui consiste à vouer aux gémonies tout ce que l’ère précédente a célébré, comme ça, par principe, passke.

        Le Corbusier a excellé dans les réalisations de taille modeste : villas, églises. L’église de Firminy n’est pas ce qu’il a fait de meilleur. Mais celle de Ronchamp est un chef d’oeuvre. La villa Savoyeégalement.

        Avez-vous déjà marché à l’intérieur d’une maison Le Corbusier ? C’est magique. Le jeu des volumes et de la lumière, à chaque mouvement que vous faites, est extraordinaire. Même en habitat collectif, le Corbusier est plus qu’intéressant : aujourd’hui, on se bouscule pour habiter la Cité radieuse de Marseille. Il y a une liste d’attente.

        « De l’architecture protestante d’autopunition » : c’est un bon mot qui valent ce que valent les bons mots : pas grand’chose. Si on va par là, l’architecture cistercienne est aussi de l’architecture protestante d’autopunition. On pourrait en dire autant des temples grecs, qui ne sont pas spécialement folichons. Il n’y a pas que l’art nouveau et le baroque, dans la vie.

        Le Corbusier, comme tous les grands architectes, était un fasciste (presque littéralement : il était pote avec Mussolini). Par définition, un fasciste va vous créer des utopies en faisant table rase. Ce n’est pas pour autant qu’il faut le prendre au pied de la lettre : le projet, l’utopie, l’exercice jamais réalisé, est un genre traditionnel de l’architecture, qu’il ne faut évidemment pas évaluer avec les mêmes critères qu’un bâtiment destiné à être construit.

      • Désolé de faire le contradicteur de service, mais ce que dit Marchenoir sur Le Corbusier est totalement faux.
        Le Corbusier n’était pas un architecte fasciste mais totalitaire, ce qui n’est pas la même chose. L’habitant devait se plier aux règles édictées par le maître. Dans une « unité d’habitation » type de Le Corbusier vous n’avez pas le choix de l’emplacement de vos meubles, vous n’avez pas le droit de personnaliser votre appartement qui appartient moralement et physiquement à l’architecte. Ce projet délirant a été supprimé partout, plus personne n’habite dans du Le Corbusier, parce c’est invivable, et l’on ne peut plus en voir qu’à titre d’archive au musée de l’architecture à Paris. L’un de ces modules infernaux y est exposé grandeur nature et l’on peut le visiter. C’est amusant, mais surtout instructif sur l’esprit totalitaire du concepteur.

        Quant à la cité radieuse de Marseille, que je connais bien pour y avoir logé un temps, et que les Marseillais ne nomment pas autrement que « la maison du fada », elle attire les habitants depuis l’abandon total du projet initial du concepteur, qui voulait en faire une sorte d’Île autonome (de là les pilotis, qui placent le bâtiment « hors-sol » aussi bien physiquement que symboliquement). Abandonnée, l’école primaire intégrée ; abandonnée la piscine ; abandonnés, en fait, tout ce qui justifiait le bâtiment dans le programme premier. Ne reste plus qu’une longue bâtisse sans intérêt architectural.

        Le Corbusier est un escroc qui n’a jamais construit de bâtiments mais des concepts. Il vendait le bâtiment avec le discours légitimateur, exactement comme un artiste conceptuel dans le domaine des arts plastiques. Enlevez le discours, il ne reste plus rien que du bête béton.

      • Votre autre exemple d’église me laisse froid je le crains. il paraît en effet que ce qui est fascinant chez Le Corbusier c’est l’intérieur de ses bâtiments, ce que vous expliquez sur les volumes et lumières. Je veux bien le croire.

        Le problème est que ces constructions sont toujours des verrues dans le paysages où elles sont installées, il n’y a aucune harmonie, elles sont extérieurement très laides. J’excepte de cette observation les bâtiments de plus petite taille, comme la villa Savoye qui a son charme il faut bien le dire.

        Pour la proximité avec Mussolini, je dois dire que l’architecture Mussolinienne du quartier de l’EUR à Rome ce n’est pas non plus ma tasse de thé. C’est pompier, c’est gros, c’est carré et comme souvent sans âme. Bon c’est toujours mieux que le centre Pompidou mais bon…

        Ce qui m’amuse beaucoup en revanche c’est le fait que Georges Frêche à Montpellier s’est clairement inspiré de l’architecture fasciste néo classique de Mussolini pour le quartier Antigone.

      • Robert Marchenoir

        Mais quelle enfilade de conneries, Marco Polo !

        Vous avez habité à la Cité radieuse, vous n’avez pas aimé. Par conséquent, personne n’a le droit d’aimer la Cité radieuse, personne ne l’aime et personne ne cherche à y habiter.

        Heureusement que c’est Le Corbusier qui est totalitaire, parce qu’on aurait pu confondre avec vous.

        Vous prétendez que plus personne n’habite dans du Le Corbusier, parce c’est invivable. C’est un mensonge. Je viens de vous dire qu’il y a une file d’attente pour entrer à la Cité radieuse ; mais comme vous, vous n’y habitez plus, il s’ensuit que personne n’y habite. Je ne suis pas psychiatre, mais je suis sûr qu’il existe des mots très savants pour désigner ce type de troubles.

        L’un des secteurs où Le Corbusier a le plus oeuvré, et où il est le meilleur, c’est celui des villas, des petits bâtiments destinés à une personne ou à une famille. Ces maisons étaient conçues et bâties sur mesure. Ce sont des commandes. Ce sont de riches clients qui ont sollicité Le Corbusier pour leur bâtir la maison où ils habiteraient. Et qu’ils ont habitée, bien entendu.

        Ces gens-là avaient parfaitement les moyens de loger où ils voulaient, y compris dans des châteaux forts du XIIème siècle de la noblesse françouése si ça leur chantait. Ils ne l’ont pas fait et ils ont préféré Le Corbusier. En fait, ils considéraient comme un immense privilège le fait de pouvoir habiter une maison conçue par lui. Je conçois que cela agace votre mentalité totalitaire et communiste, mais c’est ainsi. Vivre et laisser vivre est visiblement un concept qui vous est étranger. La réalité n’existe pas dès lors qu’elle ne cadre pas avec votre théorie.

        Ces maisons sont, pour certaines, habitées aujourd’hui (et coûtent évidemment la peau du cul quand elles sont mises sur le marché). Les autres sont transformées en musée (car il est difficile d’habiter un monument historique, qu’elle qu’en soit l’époque).

        Donc, on se résume : Le Corbusier (par hypothèse) était satisfait des maisons qu’il construisait. Les gens qui les habitaient aussi, puisqu’ils les avaient commandées et avaient les moyens de vivre n’importe où. Le reste de la population n’a pas à se plaindre, puisqu’il se partage entre ceux qui en trouvent le spectacle admirable et ceux qui ne les remarquent même pas, les villas de Le Corbusier étant de taille modeste et d’aspect neutre à l’extérieur.

        Par conséquent, en quoi vous sentez-vous fondé à venir nous casser les couilles ?

        Vous prétendez que dans un logement Le Corbusier, « vous n’avez pas le choix de l’emplacement de vos meubles, vous n’avez pas le droit de personnaliser votre appartement qui appartient moralement et physiquement à l’architecte ». Encore un mensonge. Même Le Corbusier n’a pas les moyens de réécrire les lois sur la propriété. Bien sûr, comme d’innombrable architectes, il a aussi dessiné des meubles, ou équipé ses logements avec des meubles dessinés par certains de ses proches.

        Et bien sûr, comme de nombreux architectes et de nombreux génies, il a tenté d’imposer sa vision artistique et d’obtenir que la perfection de son oeuvre ne soit pas gâchée par des pièces rapportées. Il n’est pas le seul. Frank Lloyd Wright, un autre génie de l’architecture du XXème siècle, était célèbre pour se mettre en colère quand ses clients abîmaient ses maisons avec des meubles de merde. C’est pourquoi il a conçu les siens propres. Qui sont des merveilles, soit dit en passant.

        Maintenant, si ça vous amuse de mettre un canapé chinois dans une villa de Le Corbusier ou de Frank Lloyd Wright, personne ne peut vous en empêcher. Vous confondez l’obligation et la conviction, la pression et l’affinité, le droit et la libre interaction entre les hommes.

        Cependant, les gens qui commandent une maison à un grand architecte ont a priori les mêmes goûts que lui. Sinon, pourquoi dépenseraient-ils une fortune pour obtenir ses services ?

        Quant à la tentation totalitaire de Le Corbusier quand il réfléchissait à l’habitat collectif ou à l’urbanisme, elle est exactement la vôtre : imposer vos conceptions à autrui, mettre tout le monde dans le même moule, bref être anti-libéral. Vous devriez, au contraire, le célébrer.

      • « Vous prétendez que plus personne n’habite dans du Le Corbusier, parce que c’est invivable. C’est un mensonge. Je viens de vous dire qu’il y a une file d’attente pour entrer à la Cité radieuse »

        Me serais-je mal fait comprendre ?
        Ce que je voulais dire c’est que plus personne n’habite dans du Le Corbusier tel que prévu au départ. Il y a des gens qui habitent la cité radieuse, je le sais puisque j’y ai vécu, mais cela n’a plus rien à voir avec le projet initial de l’architecte. On a conservé les murs, pas le concept de départ. Renseignez-vous sur ce concept et vous verrez que le bâtiment actuel n’a plus rien à voir avec lui.

        Le succès des villas conçues par le Corbusier ne prouve rien. Il y a toujours de riches gogos pour acheter des merdes de Mondrian, naguère, et aujourd’hui de Buren. Cela ne fait pas de Mondrian et de Buren des génies. Si Nabila faisait des disques, ils se vendraient.

        Je crois que vous ne savez pas très bien de quoi vous parlez. Avez-vous visité le module de la cité de l’architecture à Paris ? C’est une expérience intéressante. Quand je dis qu’on ne peut pas mettre ses propres meubles c’est parce que le module est déjà meublé. En fait il ne s’agit plus de meubles, puisqu’on ne peut pas les bouger ; ils font corps avec la bâtisse. Ce sont des placards, des espaces aménagés, des tables fixes. Rien n’est modulable puisque tout est pré-modulé. C’est un héritage de l’art nouveau, que pourtant j’aime bien (parce que c’est beau) : bâti et ameublement doivent faire corps. Il y a bien là quelque chose de totalitaire.

        Frank Lloyd Wright, que vous citez, était autrement meilleur. Je ne crois pas qu’il ait eu l’intention de faire vivre des milliers de personnes dans des « cités radieuses ».

        Un nom qui déjà fleure bon le communisme décomplexé. Vous êtes le seul à ne pas le sentir.

        Allez, encore un coup : « cité radieuse ».
        Cela ne vous fait pas peur ?

    • Bien d’accord avec vous.

  8. Les architectes et « artistes » du monde entier se sont donné un rencard en France (pas seulement à Paris) pour nous pondre des horreurs qui leur vaudraient des années de zonzon ou une balle dans la nuque (qu’ils devraient payer) chez eux.
    Pourquoi ?

    • Je ne vois pas de quoi vous parlez, Carine. Il n’y a aucun pays dans le monde qui persécute les artistes et les architectes contemporains.

      D’un autre côté, il y a d’innombrables artistes contemporains français qui exposent leurs oeuvres en France, avec la complicité active de l’Etat qui leur achète leur « travail » via les FRAC. Tandis que les Français sont très bien représentés dans l’architecture contemporaine, et construisent à domicile aussi bien qu’à l’étranger.

      • Ce que je veux dire, Robert, c’est que par exemple le pseudo « artiste » chinois qui nous a dotés du Serpent d’Océan, dans l’estuaire de la Loire, n’aurait sans doute pas pu le produire en Chine, où les habitants sont pourtant habitués aux dragons et autres serpents multicolores.
        Celui-là est une carcasse d’anaconda menaçante et hideuse, dont j’ai souvent parlé chez moi.
        Pensez-vous aussi que le fameux Mac Carthy du plug anal et autres merdes et « oeuvres » dégénérées pourrait exposer ce genre de folies chez lui ?

        « Pour sa réouverture, prévue le 24 octobre, la Monnaie de Paris présentera une grande exposition sadico-anale de Paul McCarthy, dont le titre, «Chocolate Factory» (usine à chocolats), fleure déjà bon. »

        L’article date un peu…
        http://www.liberation.fr/culture/2014/10/18/le-plug-anal-gonflable-de-la-place-vendome-saccage-dans-la-nuit_1124593

      • Robert Marchenoir

        Vous rigolez, Carine. La Chine est l’un des plus importants marchés du monde pour l’art contemporain. Il y a beaucoup de nouveaux riches en Chine, il y a donc une grosse demande pour ça. Quant à l’homme du plug anal, bien sûr qu’il expose chez lui, aux Etats-Unis. Qu’est-ce qui peut bien vous faire penser que seule la France est touchée par ce phénomène ?

        http://blogs.artinfo.com/artintheair/2013/05/28/got-your-goat-paul-mccarthys-bestiality-sculpture-breaks-down-at-the-new-museum/

        N’hésitez pas à vous servir d’Internet pour vérifier des trucs…

      • Robert
        Faut que j’y pense.
        Alors que ne se contentent-ils pas de pondre leurs merdes chez eux !
        Nous avons nos pondeurs locaux.
        Les pondeurs exotiques sont moins chers ?

        Les nouveaux riches sont toujours de bons clients pour du grand n’importe quoi, c’est vrai.
        Sauf nos qatareux qui s’attaquent au vrai beau. Bizarre.

  9. Mais sur le site que vous signalez, on dirait que ça réagit comme à Paris :

    « l’une de ses œuvres les plus populaires, Paul McCarthy l ‘ »gothique culturelle» (1992, ci-dessus), avaient déjà été mis hors service. Quand je demandais une garde à proximité pourquoi la sculpture a été débranché et sa marque poussée calmé, il a expliqué que le moteur de la sculpture était tombé en panne deux semaines plus tôt. »
    :-)

    • Vous avez bien compris ce que représente la « sculpture », j’espère : un homme qui apprend à son petit garçon à sodomiser une chèvre. Le moteur procure le mouvement, pour ceux qui n’auraient pas compris.

      Pour parachever l’offense, l’oeuvre parodie (si j’ai bien compris) un tableau ancien, qui fait l’éloge des valeurs traditionnelles américaines (familiales, paysannes…). L’insulte est donc encore plus grave que celle du « plug » ou de la « chocolaterie » parisiens.

      • Oui, et je doute que cette panne soit bien naturelle…
        Là-bas aussi des gens n’acceptent pas l’infamie.

      • Robert Marchenoir

        Je ne crois pas. Aux Etats-Unis, les gens respectent le droit de propriété. Ce n’est pas la France communiste. Quelqu’un qui saboterait une oeuvre d’art dans un musée pourrait facilement, je pense, être condamné à une peine de prison, réellement exécutée.

        Et les personnes opposées à ce genre d’art étant libérales et conservatrices, elles sont, de ce fait même, respectueuses du droit de propriété.

        D’après ce que j’ai lu, la machinerie est simplement tombée en panne par usure, et personne ne s’est donné la peine de la réparer.

  10. Ce qui m’amuse , c’est de voir le visage haineux de dona Hidalgo suite au camouflet qu’elle s’est pris, il est aussi stupéfiant de voir ces socialistes qui le mot démocratie au bord des lèvres, la refuser quand ils perdent.

    Quant à cette tour, elle aurait été même en forme de croix de Lorraine que je n’en aurais pas voulu à cent mètres de chez moi.

  11. Pas d’accord avec Robert et il le sait. J’aime les gratte-ciels quand ils sont beaux (je préfère parler de gratte-ciel que de tour, j’y vois une différence architecturale et je dirais « sociétale » totalement subjective je le reconnais). A New-York il y a plein de très très beaux gratte-ciels et aussi des tours d’habitations absolument ignobles.

    Je ne dis pas qu’il faut absolument des gratte-ciels à Paris, je dis simplement que compte tenu du besoin de logement à Paris et du peu de place disponible, construire en hauteur est la solution logique et cohérente.

    Il ne s’agit par de faire comme à New-York, il s’agit de faire évoluer intelligemment une ville comme a su le faire Haussmann en son temps. Sinon on aurait pu aussi ne rien faire et continuer à appeler la capital de la France Lutèce.

    Il me semble que nous ne sommes pas obligé de refaire les laideurs du 15ème arrondissement ou de la tour Montparnasse et il y a suffisamment d’immeubles moches qui pourrait être détruis pour reconstruire plus beau, plus pratique, plus économique et plus haut.

    Je sais bien que ce n’est pas la taille qui compte mais en matière de logement, un petit peu quand même….

    Robert dans un commentaire récent chez moi vous expliquiez que vous trouviez l’architecture haussmannienne immonde et la vous la défendez… Bizarre… je vous cite : « Quant à l’architecture haussmanienne, elle assez remarquablement laide, figurez-vous. »

    Et en ce qui me concerne, je trouve ce qu’à fait Le Corbusier extrêmement laid. C’est simplement une affaire de gout.

    Je serai très content de vivre aux étages supérieurs d’un immeubles très haut, avec terrasses et rooftops, avec « doorman » et services (pressing, salle de sport etc…), si l’immeuble est beau et surtout s’il est à même la rue.

    • Skandal, essayez de comprendre la nuance au lieu de tout voir en noir et blanc. J’ai écrit que l’architecture hausmannienne parisienne était laide et prétentieuse relativement à ce qui l’avait précédée, c’est à dire, en particulier, à l’architecture du XVIIIème siècle qui est, elle, une merveille d’harmonie et d’équilibre. Les toits en forme d’obus, vous trouvez ça joli ?

      J’ai aussi écrit que relativement à ce qu’on construit aujourd’hui, évidemment que ça a beaucoup plus d’âme — et d’ailleurs tout le monde s’y réfère comme le nec plus ultra, et les prix le reflètent. Pour le vulgaire, « Haussmann » est synonyme de Paris ancien (ce qui n’est d’ailleurs absolument pas le cas : « Haussmann » ne représente qu’une petite partie du Paris actuel hors tours).

      De nombreux bâtiments parisiens des années 1920 et 1930 sont infiniment plus élégants que les pâtisseries hausmanniennes, qui sont l’équivalent — mutatis mutandis, Skandal, mutatis mutandis — des tours que les modernistes veulent nous imposer.

      Tout cela est parfaitement cohérent. Il n’y a aucune contradiction.

      Pour le reste, vous ne répondez pas à mes objections. Vous dites :

      « Je serai très content de vivre aux étages supérieurs d’un immeubles très haut, avec terrasses et rooftops, avec « doorman » et services (pressing, salle de sport etc…), si l’immeuble est beau et surtout s’il est à même la rue. »

      Oui, moi aussi je serais très content d’être très riche sans rien faire, de me faire sucer toute la journée par des créatures de rêve, d’aller dans ma villa de la Côte d’Azur grâce à l’hélicoptère posé sur le toit de ma maison, etc. Je ne vois pas le rapport avec une discussion sérieuse portant sur un problème d’urbanisme dans le monde réel, dont je vous ai exposé quelques-uns des paramètres.

      • C’est ça le truc, c’est qu’il n’y a pas besoins d’être riche, faire partie de la classe moyenne suffit.

        Le problème de Paris est très très simple : il n’y a pas assez de logements.

        Parlons d’urbanisme, prenons par exemple le quartier des Batignolles ou devait être construit le village olympique (ce sont des friches à l’origines), au final on y a fait des bureaux alors qu’on aurait pu faire un quartier nouveaux avec des immeubles plus hauts (sans forcément être des tours des 200 mètres), avec des service et des commerces.

        Entre les immeubles Haussmanniens de 5 étages et des tours gratte-ciels de 50 étages, on peut placer le curseur au milieux sans refaire les erreurs des années 60 et 70.

        Et l’Haussmannien ne représente pas « qu’une petite partie du Paris actuel » mais au moins un tiers de Paris, sans compter toutes les rues et autres artères qu’il a modifié dans tous paris, y compris le centre.

        Ou alors effectivement on peut vouloir que Paris reste la ville pour riche qu’elle est devenue et qu’elle continue de devenir, de plus en plus.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s