Archives quotidiennes : 4 décembre 2014

C’est ça l’odeur du racisme?

Essayons d’alléger l’ambiance ici, et pour cela quoi de mieux qu’une petite anecdote qui sent la vraie vie véritable ?

Donc l’autre jour j’ai failli tenter une opération très rare qui consiste à replacer un homme d’une cinquantaine d’années dans l’utérus de sa mère. Un accouchement inversé quoi.

Pas mal non ?

Alors oui ça demande un peu de contexte. Disons que dans mon immeuble il y a encore une gardienne, que la dite gardienne semble vivre dans sa loge avec son fils et à vue de nez un chenil bien rempli. Les ignobles odeurs de clebs empuantissent non seulement l’entrée mais aussi toute la cage d’escalier.

Donc en rentrant chez moi, avec le Petit Mousse, j’avais quelque chose à demander à la gardienne, qui a 82 ans et ne garde plus rien depuis bien longtemps. Je toque donc à sa porte, qu’elle finit par m’ouvrir après moult aboiements de corniauds puants. A ce stade, il faut préciser que cette femme à dans les 508 ans, qu’elle est de nationalité a priori turco-portugo-hongroise et qu’elle parle un français des plus approximatifs. Je lui pose donc ma question, elle m’envoie chier comme une merde. Je lui signifie donc mon mécontentement avec tout le tact dont je suis capable. Sur ce, son fils sort et s’ajoute à la puanteur ambiante une vile odeur de mauvaise vinasse. Le ton commence à monter et j’en arrive à leur dire que non seulement elle ne sert à rien mais qu’en plus les relents sortant de son trou sont une infection.

Cela n’a pas plu au fils.

Je lui ai donc fait remarquer qu’il ferait bien d’aller se mettre de l’eau fraiche sur le visage et d’aller cuver son vin sur sa paillasse. Ca l’a définitivement fait monter sur son petit poney. Et il a commencé à me toucher ! C’est donc avec une grimace de profond dégout que je lui ai déconseillé de continuer. Le ton est encore monté de quelques degrés et le Petit Mousse s’est mis à leur expliqué que ça allait vraiment mal finir s’ils continuaient comme ça.

La mère essayait désespérément de faire rentrer son rejeton dans leur bauge pendant que celui-ci me menaçait physiquement. Mais il est revenu à la raison, et c’est là que je voulais en venir, la modernité a allumé une petite lumière dans les ténèbres de son cerveau alcoolisé et il a abattu ce qu’il pensait sans doute être un atout maître : le racisme !

En effet, il s’est mis a éructé que si je parlais de leur odeur c’est parce que je suis rien qu’un ouaciss’ ! Et qu’il allait d’ailleurs porter plainte pour ouacisme ! Et que j’allais avoir des problèmes !

Voilà donc où nous en sommes. Le pochetron le plus pourri et répugnant pense qu’il a le droit d’emmerder le monde au nom de la religion antiouaciss’ et du vivrensemb’. Je lui ai bien entendu dit qu’il pouvait se coller ses menaces au cul et aller faire l’avion sur le boulevard et la gardienne m’a demandé de rentrer chez moi pendant qu’elle essayait de le calmer.

Bref, mon installation toute récente pourrait s’avérer assez amusante dans les semaines à venir. Je vous tiendrai au courant.