Archives quotidiennes : 19 janvier 2015

Salopards de blogspot

J’ai l’impression très désagréable que blogspot, dans ses blogrolls « dynamiques » met à jour les blogs qui ne sont pas de chez eux avec pas mal de retard. C’est hautement discriminant! Ca me donne envie de brûler des bureaux et de décapiter des infidèles à wordpress!

Cémal d’offenser les gens!

tu connais celle de l’histoire de l’image Mahomet, de Jésus et de Yahvé?

La fausse phrase de Voltaire selon laquelle « je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrais jusqu’au bout pour que vous ayez le droit de le dire » était ridicule mais elle faisait que celui qui la prononçait se sentait bien et résistant dedans. Elle est en train de se transformer en « je ne suis pas d’accord avec vous mais je vous accorde le droit de le dire tant que ça n’a aucune conséquences nulle part ». C’est plus raisonnable. Plus répugnant aussi. C’est la différence entre le type qui se vante d’avoir pécher une baleine de 19086 kg avec un cure dent, du fil dentaire et exactement 3 croquettes pour chat et celui qui quitte le bar où cette rodomontade est prononcée au cas où greenpeace viendrait demander des comptes au pécheur en le décapitant un peu (ben oui je ne voudrais pas amalgamer et laisser entendre que seuls les islamistes qui ne sont pas musulmans sans le savoir décapitent à tort et à travers).

Je l’ai dit 12509 fois déjà, mais la liberté d’expression si elle ne choque potentiellement personne n’est pas la liberté d’expression. Il n’y pas de liberté à se conformer à ce qui peut être dit sans provoquer la moindre ride à la face du lac sombre que le monde est en train de devenir. Les crevures de rats d’égouts génétiquement modifiés du Morvan le plus velu qui nous expliquent que la liberté d’expression est ce qui est autorisé par la loi ont déjà perdu puisque n’importe quel législateur peut décider à tout moment d’interdire de prononcer le mot « pot de chambre », puis par extension « jules » et ainsi de suite par exemple.

Que cela soit clair, ce qui ne peut être formulé ne peut être pensé. Attaquer la liberté d’expression c’est réduire le champ de la liberté de penser et donc de l’intelligence. C’est supprimer tout débat et donc toute possibilité d’avancée mentale en étant convaincant. C’est la fin de la maïeutique. La supériorité de notre civilisation tient entièrement là-dedans, la possibilité de se libérer des tabous et des fétiches, la liberté de critiquer les dogmes et ainsi d’envisager les problèmes sous un nouvel angle et de pouvoir les résoudre. Si on vous coupe votre queue qui sent le fromage à chaque fois que vous vous demander si 2 et 2 font réellement 5, vous n’arriverez jamais à comprendre qu’en fait non, ça fait 4. Limiter la liberté d’expression revient à nous abrutir profondément afin qu’aucune tête du troupeau ne dépasse. Sans liberté de parler, nous sommes rabaissés au rang des animaux les plus imbéciles.

Il est particulièrement insupportable de vois ce gland de Pape du camp des saints expliquer les limites de la liberté d’expression en des termes parfaitement fallacieux. Si je critique sa mère et qu’il me met la main dans la gueule cela veut dire qu’il y a des conséquences à mon discours, pas qu’il est limité par autre chose que la peur et ou éventuellement la bonne éducation. La liberté elle demeure, j’assume le choix d’en user ou pas mais ce choix m’appartient.

C’est une manifestation de plus de l’Etat grand utérus qui veut notre sécurité et notre bien malgré nous. Comme le ballon du prisonnier qui nous ramène toujours au bercail sans heurt et sans haine. Tout cela ne me donne qu’une envie, sortir un couteau bien aiguisé et m’avorter moi-même afin de m’extirper de ce ventre aussi stérile et sec que le vagin d’un squelette de koala à Alice Springs.