Et ça vote…

Donc Hollande et Valls sont remontés dans les sondages comme la pression sanguine dans le caleçon d’un adolescent reniflant les culottes sales d’une amie de sa mère.

C’est à désespérer de nos cons citoyens.

Coulibaly aurait du être en taule. Les frères Kouachi n’étaient pas exactement surveillés comme ils auraient du l’être. 17 personnes sont mortes à cause de ça.

Le chômage continue à battre des records. Les français s’appauvrissent tous les jours. Les déficits passent de « abyssaux » à « on n’a plus de mots pour les définir ».

Bref tout va mal et pourtant les gens ré-accordent leur confiance à une bande de pitres grotesques, ineptes et totalement incapables de faire le boulot pour lequel ils ont été mis là où ils sont.

Dans ces conditions, il me parait très clair que le suffrage universel doit nous être retiré.

Publicités

19 réponses à “Et ça vote…

  1. C’est bien dit, mais vous attachez trop d’importance aux sondages.
    Ce genre d’enquêtes d’opinion ne capte tout au plus que des sentiments aussi éphémères et peu solides que les bulles de savon.
    Bref, onsenfou.
    Et puis le problème ce n’est pas la démocratie, c’est la nature humaine.
    Comme disait Churchill, il suffit de parler cinq minutes avec un électeur pour se dégoûter de la démocratie. On pourrait paraphraser en disant qu’il suffit de parler cinq minutes avec un courtisan pour se dégoûter de la monarchie, ou cinq minutes avec un religieux pour se dégoûter de la théocratie, et ainsi de suite.
    La plupart des gens sont cons, suffisants, mal informés, irrationnels. Cécomça, faut faire avec. Et la démocratie libérale n’est pas le régime le plus mauvais pour ça.

    • Alors d’abord démocratie et suffrage universel sont 2 choses différentes. Le suffrage universel nécessite un minimum d’instruction et de culture politique dont les électeurs manquent de plus en plus. Ensuite, sur les sondages, oui je suis d’accord avec vous mais merde quand même.

      • En théorie démocratie et suffrage universel sont deux choses différentes, mais pour nous aujourd’hui c’est la même chose. C’est nécessairement la même chose, donc il est inutile de couper en quatre les poils du koala.
        Et oui bien sûr, l’instruction et toussa. Mais la vérité est qu’on n’a jamais trouvé moyen de parvenir à éduquer et instruire l’électeur moyen comme il devrait l’être. Et qu’on ne le trouvera jamais.
        Donc il faut faire avec. Il a toujours fallu faire avec, d’une certaine manière.
        Une manière de faire avec c’est de parvenir à introduire dans un régime démocratique des éléments qui, à strictement parler, sont aristocratiques.
        Les Américains ont fait ça plutôt très bien dans leur Constitution. Mais hélas aujourd’hui elle ne fonctionne plus guère comme cela était prévu à l’origine.

        ‘fin bref : oui, c’était mieux avant. Je suis d’accord. Mais en même temps il ne faut pas se fixer de critères irréalistes pour juger un régime politique.
        La politique, c’est toujours désespérant si on n’y prend pas garde :-)

    • Il suffit de discuter cinq minutes avec une féministe pour être dégouté des femmes…

      Il suffit de discuter cing minutes avec une prostitué pour être dégouté de….

      Pardon, je m’égare….

    • Je ne suis pas d’accord avec votre pessimisme.
      L’homme est simplement fragile et manipulable.
      Mettez-le en situation de détresse, et vous verrez !

  2. Vous êtes tout à fait injuste amiral.
    « incapables de faire le boulot pour lequel ils ont été mis là où ils sont. »
    Mais vous savez bien que eux et leurs prédécesseurs ont décidé -en principe avec notre aval- de sous-traiter le boulot en question.
    Normal donc, qu’ils jouent (ou se jouent de nous).
    Qu’il courre dernière Julie Gayet …
    Qu’il organise des processions.
    Ce qui est grave, c’est que ça marche et que les moutons (D Gaulle est dans l’erreur, des veaux non !)
    suivent. Mon seul espoir est qu’il y ait eu aucun catholique dans cette procession.
    La présence de Marine -qui ne voulut pas participer à LMPT- est symbolique !

  3. A l’âge de pierre, c’était déjà le Boxon. Aujourd’hui, il est plus sophistiqué.
    Résultat, seule les cassages de gueules planétaires, a distances incertaines dans le temps, permettent les lendemains qui chantent, faux, mais bon.
    La Démocratie, le Suffrage Universel, etc…. c’est du marketing et c’est du brutal.

  4. C’est quoi tous ces commentaires relativistes ? Ambiance « montres molles »… où est la fierté ?

    Les gens doivent reconquérir leur fierté. La vie de moutons qu’ils mènent, contraints et forcés à accepter l’inacceptable,
    _par un système politique trop compliqué, trop phillistin, trop sournois, qui les dépossède de tout sentiment d’influence/de maîtrise sur leur propre cité dans le réel, qui les fait se sentir impuissants relativement à la marche du monde,
    _par l’univers du travail post-moderne qui, au lieu de simplement donner des tâches tangibles à accomplir aux travailleurs, abuse (par lâcheté) de moyens de coercition lâches et féminins pour exercer la pression hiérarchique, et s’appuie pour cela sur les doctrines diverses des psys, qui pratiquent une forme de manipulation mentale ayant le don de réduire les individus à la plus primitive expression d’eux-mêmes (pipi, popo, zizi, môman),
    tout cela retire constamment leur fierté humaine aux gens, voilà pourquoi ils n’entreprennent rien.

    A force de « lutter contre l’égo », ce qui je le rappelle ne veut rien dire en soi, on fait perdre aux gens leur personnalité, c’est-à-dire qu’on en fait ou des psychopathes ou des zombies.

    Oui, il faut éduquer les gens, dans le sens où il faut leur re-donner la mémoire d’eux-mêmes. Mais pas au sens restrictif où l’entendent les psys. La mémoire de soi-même, la mémoire de sa propre identité, un individu ne la trouve pas en se focalisant sur sa propre enfance, – ou du moins pas étudiée hors-sol, ex-nihilo – car un individu seul au monde ne vaut grand chose et ne signifie rien -, on la trouve en apprenant tout d’abord l’histoire de la nation à laquelle on appartient, on la trouve en re-situant en suite éventuellement sa propre histoire familiale dans un contexte historique et l’histoire des idéologies (c’est-à-dire l’histoire de la mode dans le domaine des idées), car les comportements des aînés à l’égard de leur descendance sont souvent conditionnés par des réflexes hérités, involontaires, liés à la coutume, à la politique, à la religions et à toutes ces sortes de choses…

    Nietzsche a dit que s’il devait y avoir un jour un surhomme, il porterait en quelque sorte tout le poids de ses ancêtres sur ses propres épaules – ce pourquoi il faudrait qu’il soit très fort, plus fort que ses ancêtres. C’est-là à peu près tout ce que j’ai jamais retenu de Nietzsche. Le reste; je l’ai déroulé à partir de ça comme une pelote de laine.

    Il ne faudrait jamais chercher la raison d’être des choses en dehors de ces choses-là, en dehors de leur matérialité… Il ne faudrait jamais chercher à accéder directement à la transcendance, au sens ontologique des choses, c’est-à-dire à l’Universel, au « message caché », au monde des concepts, en faisant abstraction du monde lui-même. Inventer des cribles prêts-à-l’emploi pour comprendre le monde, s’ils ne servent qu’à nous aider à faire l’économie de la mémoire historique des faits et à nier ce que nous apprend tous les jours l’expérience de la vie, c’est toujours s’égarer.

  5. En gros, ça ne sert strictement à rien de dire : « L’important c’est l’amour ». Que ce soit vrai ou faux n’importe nullement dans l’inanité intrinsèque de ce genre de mantra. C’est contre-productif : point.

    Au sujet de l’amour ne veux entendre que les gens qui ont déjà aimé, qui savent ce que c’est. Un extraterrestre ou un robot qui me parle d’amour, ça n’a strictement aucun sens, et aucune utilité pour moi. Même s’il cite de grands auteurs qui ont dit des choses très justes.

    Il ne suffit pas d’être juste. Il faut aussi être vrai. C’est une nécessité absolue dans le domaine intellectuel. Oui bien sûr, c’est beaucoup demander aux intellectuels, mais sinon être un intellectuel ne serait pas la fonction sociale la plus noble qui soit.

    Paye ton savoir !

    Et pas avec le sang et les larmes des autres. Sinon ça vaut queudchi.

  6. Sinon, mon point de vue profond au sujet de la « votation », c’est qu’il ne sert à rien de voter pour des gens qui n’ont pas le vrai pouvoir.

    Il faut déposséder les maîtres du monde, qui sont les maîtres de l’argent, de leur pouvoir total, ou bien continuer à crever doucement. C’est simple et c’est tout.

    Pour la méthode à employer, perso, je ne sais pas. Il me semble que couper des têtes en l’occurrence ne servirait à rien : Moloch est un monstre dont les têtes sont toutes les mêmes, toutes indifférentes, et repoussent.

    Il faudrait quelque chevalier ayant des pouvoirs magiques pour toutes les trancher en même temps… que sais-je ? On attend toujours ce chevalier.

    Mon sentiment est que les vrais hommes manquent cruellement par les temps qui courent…

  7. Je n’ai pas compris pourquoi Hollande et son gouvernement remonterait
    dans les sondages? Ceci dit le « sondage » est une partie du spectacle orchestré par les medias politiques pour manipuler. Ne soyons pas dupe.
    Mais n’est-il pas réjouissant d’observer les mouvements de masse, l’évolution des opinions, le fonctionnement des émotions collectives.
    En voyant la remise de la nationalité française à ce Malien hier,je fus submergé par l’émotion et je pleurai.

  8. Le principe de la démocratie n’est pas entièrement contenu dans son nom. C’est un concept qui ne signifie pas seulement : « le pouvoir au peuple », « du populaire et rien que du populaire ».

    La démocratie c’est avant tout l’art de pratiquer une justice aveugle via l’organisation d’une libre-expression des contre-pouvoirs. La démocratie c’est la coexistence de plusieurs pouvoirs dans un seul état. La démocratie ce n’est pas seulement le pouvoir au peuple, c’est le peuple qui discute librement avec le Roi. Afin que le pouvoir ne reste pas toujours entre les mêmes mains, et surtout qu’il se perfectionne sans cesse. Protection binaire de l’émulation concurrentielle entre les différents partis.

    Si tout le pouvoir se retrouve entre la seule main des financiers, alors c’est la mort du pouvoir politique, c’est-à-dire la mort du pouvoir intelligent, et le retour à l’état de nature.

    En effet, la démocratie ça n’est pas un état naturel de l’organisation hiérarchique entre les hommes, parce qu’à l’état de nature, ce sont seulement les plus forts, ou pour être plus précis les plus brutaux, les plus sournois, les plus implacables, qui règnent. Dans une démocratie réelle, on veille à ce que les autres aussi puissent s’exprimer, tout simplement parce que les plus intelligents des hommes ne sont pas toujours les plus forts, les plus brutaux, les plus implacables, les plus sournois. N’en déplaise à XP. ^^

  9. Un permis de voter s’impose avec un examen sévère et sérieux.

    • @ Pangloss.

      Pourquoi pas… mais qui le fera passer ?

      Vous n’y pensez pas, voyons… imaginez que ce soient les profs qui décident de qui doit voter… cette catastrophe… LOL !

      Non, la base de la démocratie est une base athénienne : quand des idées s’affrontent, c’est sur une arène rhétorique. Si le combat rhétorique est pratiqué dans les règles de l’art (on a coutume d’ appeler ces fraudes des sophismes), normalement, c’est l’idée la meilleure (la plus aboutie, la plus conforme aux exigences de la raison) qui gagne.

      La raison, la justice, sont aveugles. Il y faut juste des juges impartiaux.

      Pour organiser des combats rhétoriques entre représentants légitimes du peuples, il faudrait déjà pouvoir établir des critères de sélection de ces représentants qui soient les plus rationnels possibles. Alors que pour une cité de la taille d’Athènes, comportant un nombre restreint de vrais citoyens, c’était (à la rigueur) possible, pour un pays de la taille de la France, cela demande déjà une organisation drastique…

      Pour que les représentants soient représentatifs, il faudrait déjà que tous les français s’impliquent dans leur sélection. Or les gens ne vont pas s’impliquer massivement pour élire des représentants symboliques, des marionnettes comme on en voit aujourd’hui… Comme je l’ai dit plus haut, pour motiver les gens, il faut leur donner une possibilité d’influencer le pouvoir réel. Ou bien ils n’ont qu’à porter le maillot d’une équipe de foot, ça sera plus clair comme ça.

      Bref… les représentants représentatifs, ça me paraît être un peu une utopie.

      Sans compter sur le fait qu’on n’a aucun intérêt pratique à élire des représentants qui nous ressemblent trait pour trait : quand on est un citoyen, on n’a pas besoin d’être dirigé par un autre soi-même, on a besoin de trouver un chef en qui placer toute sa confiance (même si soi-même on n’est pas à proprement parler quelqu’un de confiance ou même quelqu’un de bien). C’est-à-dire que l’idéal d’une démocratie réelle, ce n’est pas d’élire un monsieur-tout-le-monde, mais d’élire quelque quelqu’un de tout-particulièrement excellent… qui par son excellence-propre puisse satisfaire tout le monde, en étant juste, impartial et droit. L’idéal, en démocratie, j’ai envie de dire, c’est d’avoir quelqu’un au-dessus de soi qui soit meilleur que soi.

      Attention, toutefois. Quand je dis « meilleur », c’est aussi humainement parlant. Même si Dark Vador, le Docteur Knock ou même le professeur Tournesol sont beaucoup plus intelligents que le planton moyen, ce n’est pas pour autant qu’il faut désirer les voir à la tête de la République des Plantons. Un chef se doit de mettre toute son intelligence au service de sa communauté. S’il ne l’utilise que pour gagner de l’argent, gagner des points, jouer aux échecs, résoudre des énigmes formelles ou étudier les coléoptères, sa place n’est pas au centre de la Cité politique. Ce qu’on doit désirer pour les plantons, c’est un chef planton aussi intelligent que Dark Vador, afin de lutter contre Dark Vador, – pas un planton tellement malin qu’il aura déjà proposé ses services à l’ennemi avant même d’être élu, et qui une fois sur le trône sera vendu à lui à prix d’or (comme c’est le cas de monsieur Macron, par exemple).

      Le but n’est pas de déterminer qui est capable de mieux tirer sa propre épingle du jeu (contrairement à ce que pense XP) et de dire : « ce sera lui le chef ». Le but c’est d’élire quelqu’un qui est capable de devenir un protecteur pour les autres. On peut être très malin et être pourtant totalement incapable de devenir un bon chef, c’est-à-dire un « chargé d’âmes ». Comme le père de famille ou le noble Seigneur, le bon chef doit à la fois être redoutable, généreux et juste. On peut également être quelqu’un de très gentil, et avoir un esprit bien fait, et n’avoir pour autant pas ce qu’il faut de tempérament pour diriger les autres et les faire marcher dans le bon chemin. C’est toute une alchimie, très complexe, que cela. La basse cuisine des lobbys qui se compensent et opèrent des tractations légales, ne suffit pas pour donner naissance à ce genre de personnage qui rassemble toutes les meilleures forces des siens sous son aile et donne le signal de marche à une société toute entière.

      C’est là qu’on attend de la part d’un homme au pouvoir une certaine « virilité », au moins intellectuelle. Moi par exemple, je ne suis pas bête, mais je ne suis pas faite non plus pour diriger les autres. Je le sais depuis toujours, et c’est pourquoi je n’ai jamais désiré une telle place. Ce n’est pas la mienne, voilà tout, et ça ne me pose aucun problème. Moi je suis une personne qui a besoin d’être protégée, par exemple, et à qui on peut difficilement, pour cette raison, demander de protéger les autres. Tout le monde a ses limites, et voilà les miennes. Il n’y a aucune honte à cela. On peut être quelqu’un de bien et d’utile sans pour autant être un bon chef, voyez ?

      L’élection démocratique, elle sert à élire un chef de la Cité politique. Pas à élire Miss sourire, Monsieur Marque-Repère, Docteur Jekyll ou Mister Hide.

      ***

      Ma conclusion sera donc la suivante (je reviens pour cela à quelque chose que j’ai écrit un peu plus haut) :

      La raison, la justice, sont aveugles. Il y faut juste des juges impartiaux.

      Si l’on veut élire des représentants digne du Roi Salomon ou du Roi Louis sous son chêne, il faut élire des individus qui aient eux-mêmes, en priorité, les deux qualités suivantes : celle d’être juste et celle de savoir trancher.

      Ce qu’il faudrait pour parvenir à cela, ce serait que les combats rhétoriques qui précèdent les élections soient, comme les combats de boxes, non pas arbitrés par des journalistes, mais arbitrés comme c’était le cas à Athènes, par des arbitres.

      Au lieu de sélectionner les électeurs en amont sur des critères intellectuels, ce qui est impossible et source inépuisable d’injustices et de frustrations, il faudrait plutôt sélectionner les prétendants au rôle de chef en aval, au moment-même où ils se présentent aux élections. Peu importe alors leur supposée « représentativité ». Le peuple propose ses élus charismatiques, ensuite la Raison dispose.

      Il faudrait simplement établir des règles d’arbitrage rhétorique entièrement rationnelles et institutionnalisées (comme c’était le cas à Athènes), qui satisfassent tout le monde déontologiquement/philosophiquement parlant, au moins sur le papier. Le jugement des combats rhétoriques se ferait ensuite sur ces critères objectifs, comme n’importe quel combat sportif, en le nom de la raison impartiale que tous les hommes valides ont normalement reçu à la naissance en partage (de la même façon qu’on compte les points, on peut parfaitement compter les arguments qui touchent leur cible et ceux qui la manquent), cela sous les yeux de ce même peuple, qui pourrait encore et toujours manifester son mécontentement via les urnes (ou la révolte) en cas de non-respect desdites règles.

      C’est soit Athènes, soit le grand rien. A vous de juger.

  10. Moi je vote Millie.
    Etonnant, non ?

  11. La prétendue « souveraineté » du peuple est la pire des impostures.

    Il n’y a pas plus grand mépris pour le peuple que d’instituer sa prétendue « souveraineté » en lieu et place de la Souveraineté des PRINCIPES qui durant des siècles permirent l’élévation de sa conscience morale.

    La prétendue « souveraineté » du peuple, c’est le peuple offert en SACRIFICE aux loups déguisés en Agneaux.

    L’Histoire nous apprend que la France Millénaire (celle qui n’est pas née en 1789..) n’a pas été fondé et perpetué grâce au peuple « souverain » ni même graĉe à une république parlementaire, mais grâce à des Rois.

    Aujourd’hui encore au sein même du peuple, seul une infime minorité de Patriotes Français conscients des multiples dangers qui menacent la Nation Française, sont véritablement « souverains ».

    Comment un peuple manipulé et manipulable par définition, pourrait il être « souverain » ??? quiconque voudrait livrer le peuple nu et sans défense à ses pires prédateurs, ne s’y prendrait pas autrement..

    Dans tout les cas nous verrons bien si lors des elections de 2017, le peuple de France est véritablement « souverain »… donc souverainiste…

  12. Nous verrons bien si en 2017 le peuple est véritablement « souverain », ou bien si cette prétendue « souveraineté » du peuple qui à la fin du 18éme siècle se substitua à la souveraineté des PRINCIPES dont la conscience de nos Rois était imprégné, n’est pas finalement la pire forme prédation envers un peuple manipulé et manipulable par définition.

    Nous verrons donc en 2017, si comme le disait également le Général Degaulle, le peuple de France est un peuple de « veaux » ou pas..

    Vive La France ! et VIVE la souveraineté des PRINCIPES sur laquelle elle repose depuis plus de 1000 ans, et dont est encore imprégné la conscience des Français dignes de ce nom !

    Si jamais le camp souverainiste ne remporte pas les élections présidentielles en 2017, tout les VRAIS patriotes devront en tirer les conclusions qui s’imposent… car la France ne peut s’offrir le luxe d’attendre 2025 ou une date ultérieure pour rétablir l’ordre et la sécurité dans ce pays.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s