Archives quotidiennes : 10 février 2015

Que faire d’un voisin gênant?

Non seulement Abdallah II de Jordanie a une femme ravissante à qui on pourrait très bien imaginer faire des choses que la morale réprouve mais que les reins réclament, un peu sales et pantelantes, mais en plus il sait encore réagir de la seule manière digne d’honorer la mort atroce d’un de ses soldats qui, accessoirement, ne s’est pas exactement roulé en boule alors que la mort arrivait. Il faut quand même rendre hommage aux gigantesques couilles velues comme des kiwis d’un type qui se tient bien droit et ferme alors qu’on lui a foutu le feu. Le Lieutenant Muath al-Kasasbeh est resté un homme jusqu’au bout face aux animaux barbus.

Le roi de Jordanie a donc décidé de se lancer à fond dans la guerre, la vraie, celle qui demande du courage et qui va entrainer des morts et des horreurs.

Quand on a pour voisins des tarés qui tabassent et crucifient leurs enfants, violents leurs femmes et jettent leurs pédés du haut de tours avant de les lapider pour le principe, on a le choix entre déménager, appeler les flics ou d’intervenir soi-même.

Déménager est le choix de nombreuses personnes qui finissent chez nous. C’est une attitude de lâche. Appeler les flics n’est plus une option vu qu’ils ne sont plus capables d’arrêter la moindre dispute conjugale et que les récentes restrictions budgétaires font qu’ils ne sont plus armés que de répliques d’armes en balsa. Par conséquent il faut intervenir soi-même, malgré les risques, défoncer sa porte, lui péter les dents avec un pic à glace, lui enfoncer la batte de baseball avec laquelle il nous menace dans le fion et lui expliquer que la prochaine on sera vraiment méchant.

C’est pour ça qu’Abdallah vaut mieux que Cameron, Merkel, Obama et Hollande centrifugés et concentrés en une seule pilule.

Gloire à lui au moins pour ça.