Jacqueline ensauvage la société

Il y a quelque chose d’assez rigolo dans la lecture des réactions suite à la grâce présidentielle pour Jacqueline Sauvage. Cette bonne dame qui arrive selon certains à se retrouver en légitime défense sans qu’aucun des critères d’icelle ne soit présent. Les cœurs meurtris, et ceux qui veulent se faire passer pour des humanistes, clament que justice a enfin été rendue. Ceux qui font profession d’être raisonnables crient au scandale absolu, alors qu’en général les mêmes expliquent en long, en large et en travers les sévices qu’ils feraient subir à quiconque toucherait l’un des cheveux d’un de leurs êtres aimés ou prennent fait et cause pour tel ou tel patron de bar ayant abattu un braqueur dans le dos.

Bref, tout le monde est bien à sa place, au chaud dans sa case où il peut reconnaitre ses semblables. C’est rassurant et c’est douillet.

Bien entendu, pas un pour dire ce qui pourtant saute aux yeux: tout cela est du divertissement. Il s’agit presque d’un cas d’école. Un plouc zigouille un autre plouc. Pour une raison indéchiffrable, quelques célébrités dont personne n’a entendu parler se saisissent du fait divers. Les journalistes relaient parce que c’est la marée basse en termes d’information ce jour-là et hop, on a un grand débat national entre la poire et le fromage. De quoi animer votre soirée du 31 entre deux coupes de roteuse et trois postillons de calendos.

Pendant ce temps, on a des centaines de viols et d’homicides en France, mais on n’en parle pas. Des quartiers entiers où la Force Publique ne peut plus foutre les pieds. Un niveau d’instruction de plus en plus inquiétant. Ils ne jouissent pas du bon angle, du coupable assez « bankable » et en gros tout le monde s’en tamponne le coquillard avec une queue de cerise. Nous sommes devenus des chiens de Pavlov, réagissant au bruit de clochette.

Je ne sais pas s’il y a de quoi être ben fier… Mais ça fait passer le temps et ça vend du papier jusqu’au prochain attentat ou l’arrivée de l’homme providentiel, ou un chaos encore un peu plus sombre. Le voyage au bout de la nuit, c’est vraiment nous qui le faisons.

Publicités

26 réponses à “Jacqueline ensauvage la société

  1. Excellent billet, mon cher ! Quant au prochain attentat sanglant, je rêve qu’il soit perpétré à Montcuq voire à Perthes-lès-Hurlus, pour le plaisir de voir Modernœud défiler dans les rues en brandissant une pancarte « Je suis Montcuq » ,ou bien : « Je suis Perthes-lès-Hurlus ».

    • Merci!
      Faut reconnaitre que ça aurait de la gueule.

    • Montcuq, c’est encore habité en permanence.

      Perthes les Hurlus, sauf si ma mémoire ne me joue des tours, c’est au milieu du réceptacle de tirs d’artillerie du camp de Suippes. On y trouve beaucoup moins de monde qu’à Montcuq…Faudra repasser pour le prochain attentat sanglant.

      Ou alors, on intoxique les islamistes, on leur dit qu’il y a un énorme marché de Noël à Perthes les Hurlus, et quand ils y foncent en camion, pas de bol, une batterie d’artillerie s’entraîne concomitamment.

  2. Malheureusement je crois que c’est exactement cela : une pauvre femme du peuple a tué un sale type du peuple. Car il parait que si Mme Sauvage (!) ne s’exprime pas elle-même c’est qu’elle ne sait pas parler. Et donc son corps est instrumentalisé comme victime par Hollande et des féministes folles.
    Dans le même temps un autre pauvre homme du peuple a tué un autre sale type du peuple rentré chez lui pour l’agresser : mais la victime étant un pauvre blanc et l’agresseur un pauvre noir ce dernier s’est retrouvé victime et l’autre a pris 10 ans.
    Il y a de quoi virer populiste en toute connaissance de cause. Du peuple. Populiste vaut bien humaniste, féministe voire socialiste !

  3. Sans être un humanisme forcené cette grâce présidentielle est pour moi une bonne nouvelle. L’état de légitime défense s’accepte au regard des années de sévices et je ne vois pas en quoi il aurait été plus respectable qu’elle attende la énième récidive.
    En revanche je suis d’accord avec vous sur les phénomènes médiatiques, leurs créations qui finissent par tout aveugler et cacher la forêt.
    Bonnes fêtes.

  4. Pingback: Jacqueline ensauvage la société |...

  5. Je partage tout à fait votre avis sur la manière dont les médias traitent ces affaires.
    Par ailleurs, je trouve excellent l’article de Redeker signalé par Popeye.
    Cela dit, je reste persuadé que le vrai problème réside dans la notion de ce que l’on appelle la « légitime défense ».
    Au fil du temps, des idéologues et des partis politiques majoritaires dans les Chambres (Assemblée nationale et Sénat), cette notion est devenue un véritable « monstre de rhétorique » totalement déconnecté du bon sens.
    Oui, madame Sauvage a bien fait de flinguer son mari et j’ajouterai qu’elle aurait dû le faire bien avant.
    Non, monsieur Fournier n’est pas coupable. Le petit voyou venu le cambrioler en pleine nuit savait pertinemment ce qu’il faisait et risquait.
    Mais ce raisonnement, de bon sens et proche des réalités vécues quotidiennement par des gens comme vous et moi, n’est pas celui tenu par nos « zélites »…
    Vous vous rendez compte ? Si chacun commençait à faire justice lui-même, où cela nous conduirait-il ?
    Ben oui, ça nous conduirait à éliminer définitivement un certain nombre d’êtres malfaisants qui pourrissent la vie à ceux qu’ils côtoient et ce serait une excellente chose.
    Pour conclure, je dirai que lorsque la loi n’est pas bonne, lorsqu’elle est totalement déconnectée du réel et bien il faut la changer.
    Et pour cela il faut d’abord changer ceux qui la font : nos représentants.
    Que tous ceux qui sont d’accord avec moi s’en souviennent au printemps prochain.
    Hélas, j’ai bien peur que nous ne soyons pas suffisamment nombreux…

    • La question de la légitime défense est juridique. C’est un problème technique qui n’a rien à voir avec la moral. Le droit n’a rien à voir avec la morale d’ailleurs. Faire un acte juste n’en fait pas un acte légal. Après, oui il faut changer la loi. Je suis pour le port d’arme et le rétablissement du duel par exemple.

      • « Le droit n’a rien à voir avec la morale d’ailleurs »…
        Hors donc, si nous vous suivions dans les méandres de vos affirmations péremptoires, il serait, parfaitement « juste » de lapider la femme adultère dans les nombreux pays, où cet acte odieux est légal ?
        Bravo !
        Belle démonstration ! A mon tour de vous féliciter pour cet effort.

      • Vous pouvez continuer à faire étalage de votre profonde et stupéfiante stupidité, c’est profondément immoral et odieux mais c’est légal. Saisissez vous la fine nuance?

      • 28 % des musulmans de France estiment que la charia prévaut sur la loi de la République. Source JDD « L’enquête qui terrifie ».

  6. Justement, c’est bien ce que je reproche au système !!
    Lorsque le Droit est totalement déconnecté de la Morale, a-t-il encore un sens ??

    • oui, c’est le principe de la civilisation. Le droit est là pour régler des rapports humains, la justice est une construction individuelle qui varie selon les cultures et la psychologie de chacun.

      • C’est en effet les définitions couramment employées.
        Sauf que le droit n’est pas une entité intemporelle.
        Il n’existe pas « un » droit universel valable en tout lieu et en tout temps.
        Dans notre société, ici en France, le Droit est une construction collective qui varie selon les idées politiques et la psychologie des (soi-disant) représentants du peuple.
        Compte-tenu de la participation aux élections, des résultats des différentes consultations, force est de reconnaître que ces derniers ne représentent plus beaucoup le peuple…
        Ainsi, par exemple, je serai curieux de savoir ce que donnerai un référendum sur la peine de mort…

      • C’est bien pour ça que c’est compliqué…

      • Bien sûr que ce n’est pas simple.
        Toutefois, j’observe que le fossé entre le Droit, ceux qui le conçoivent, ceux qui sont chargés de le faire appliquer et ceux qui le subissent devient chaque jour un peu plus en plus large et profond.
        Je suis persuadé que lorsque la justice devient abstraite et totalement déconnectée de la réalité vécue par les gens, la situation est à terme invivable…

      • Si je vous suis bien, toute réflexion sur la justice, ce en quoi elle consiste, dépend exclusivement de chacun et des circonstances culturelles, tous deux pris dans l’histoire. Et quant au ‘droit’ (en langage moins contemporain, les lois civiles/humaines) il doit en aller de même. Bref, toi est construit, tout est inventé. Il n’y a pas de justice « en soi » ou « naturelle » comme on disait avant, parce qu’une telle notion de justice n’a pas de sens. J’ai bon?

      • Le droit naturel est une théorie juridique et philosophique tout à fait respectable même si elle est totalement abandonnée aujourd’hui que tous les états n’utilisent plus que le droit positif. Mais cela n’a pas d’importance. Ca vous fait une belle jambe de savoir que vous avez des droits inaliénables qui vous viennent de Dieu, de la République ou de votre essence en tant qu’être humain quand on vous braque un fusil dans le dos. Seule la réalité compte, et la réalité dicte que la force prime le droit même si on adorerait que ce ne soit pas le cas.

      • Je n’ai pas vraiment parlé de « droit naturel », mais de « justice » naturelle en tant qu’elle ne dépende pas exclusivement de la convention.
        C’est la réalité justement qui permet de déterminer la justice : celle dont relève la conduite à tenir quant on se retrouve avec un fusil braqué dans le dos, mais encore celle dont relève l’édification de « lois civiles » et d’un « droit »(qui n’a pas à être ni un autre mot pour signifier les « lois civiles », ni un « droit subjectif » type droits de l’homme).
        Certes la force prime « le droit » dont vous parlez, en bien des sens, mais la justice elle aussi, s’impose à toute pensée politique. L’exigence individuelle et commune de justice est aussi dépendante de la réalité, sauf à prétendre que la réalité n’est que rapport de forces et à finir par penser que la seule façon naturelle que les rapports humains soient réglés est de développer une force supérieure à toute autre force.

  7. Voilà qui clos la discussion, passons à autre chose.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s