Archives quotidiennes : 7 février 2017

Les fascistes le font mieux

Hier j’ai découvert le concept de « véganohobie ». D’après ce que j’ai compris c’est, comme toutes les phobies de type modernes, le fait de manifester un désaccord avec quelque chose qui vous tient vraiment vraiment à cœur.

Vous ne voulez pas chanter « qui ne saute pas n’est pas djihadiste »? Vous êtes islamophobe. Vous rechignez à l’idée de vous faire enfiler le troufignon par un beau black? Vous êtes homophobe et mélanophobe. Vous ne pensez pas que tout, tout le temps à rapport au sexe? Vous êtes lgbtqitpznfphobe.

Cela rend les progressiste particulièrement répugnants. Ils passent leur temps à se prendre pour Jean Moulin, Martin Luther King, Mandela, Gandhi passés au mixer et recomposés en homoncules antiphobes dûment subventionnés par les impôts de ces sales mâles blancs hétéros et cis.

La position de victime manque diablement de distinction. Elle donne envie de rouler sur les gens avec un rouleau compresseur jusqu’à ce que leurs intestins leurs ressortent par la bouche.

La moindre contradiction est pour eux une agression équivalente à un coup de matraque dans l’oignon façon Théo, qui ne peut être pardonné que si, volontairement, vous vous chiez dans les mains puis vous mettez à applaudir frénétiquement à toutes leurs fantaisies qui vont tellement plus loin que la parodie que les personnes normales ne savent plus quoi en dire.

Les seules personnes vraiment discriminées systématiquement que je connaisse sont les fascistes. Se reconnaitre comme tel est l’équivalent d’une mort sociale certaine. Pourtant je n’en ai jamais entendu un s’en plaindre. C’est sans doute parce qu’ils essaient d’honorer l’une de leurs devises: « Molti nemici, molto onore. »

C’est quand même nettement plus élégant.