Archives de Catégorie: notre cher gouvernement

Pompidou ou la modernité en marche

On célèbre aujourd’hui le centième anniversaire de la naissance de Pompidou et il est terriblement amusant de lire des billets de modernes comme celui-ci lui en voulant pour ce qu’il a fait en termes d’aménagement du territoire comme on dit dans les backs rooms administratifs où on déroule de l’euphémisme dénué de sens comme d’autres déroulent les tuyaux des plombiers au cours d’après-midi d’ennui.

Pompidou était un fruit de son époque où l’on pensait que le progrès et le modernisme étaient les seuls horizons humains, la seule joie, la seule voie. En leurs noms, on a défiguré des villes entières parce que dans les fantasmes des architectes de l’époque et des cocos, qui étaient souvent les mêmes, la maison individuelle n’était qu’un idéal bourgeois à éradiquer. On a parqué des milliers de gens en leur expliquant doctement que les grandes barres d’immeubles étaient une évolution objectivement meilleure de la qualité de vie de chacun. Les experts s’occupaient de tout, et les gens devaient les remercier de les forcer à l’ouverture envers l’autre, quand bien même, vu la promiscuité mise en place, la moindre ouverture risquait de se retrouver combler fort rapidement.

Ce fut globalement une catastrophe organisée par ce premier grand socialisme capitaliste qu’on appelait le Gaullisme.

Enfin remarquez, quand je parle au passé, j’ai sans doute tort.

Scoop, les socialistes n’ont vraiment aucune morale…

Ok, ce n’est que modérément un scoop… Mais que dire de gens qui envisagent de nouveau de confier les plus hautes responsabilités du pays à quelqu’un ayant de tels problèmes sexuels? En effet, les équipes de DSK, pour qui je souhaite d’ailleurs que la vérité soit faite et qu’il soit très largement compensé de ses malheurs si l’accusatrice est effectivement une affabulatrice et très largement puni s’il est effectivement coupable, veulent le remettre dans la course à la présidentielle malgré tout ce que l’on sait sur lui. Un tel manque de capacité à se restreindre dans le domaine privé ne peut pas ne pas avoir de conséquences d’ordre publique. Je suis à peu près sur que quelqu’un qui aimerait porter des hamsters décapités comme des mitaines dans le privé ne serait pas apte en tant que figure publique.

Alors vous allez me dire que Mitterand, Chirac et d’autres étaient ou sont aussi des énervés de la braguette. Certes, mais dans leur cas l’hypocrisie nécessaire à la sauvegarde de valeurs essentielles pour un pays civilisé à toujours été globalement respectée. Alors oui, cela en dit déjà beaucoup sur nous que nous ayons supporté des choses pareilles, mais cela en dirait encore plus si nous acceptions de passer à l’étape d’après.

En tous cas, cela nous apprend tout ce que nous avons à savoir sur les socialistes dans leur version 2011.

Prières d’occupation

Il m’a fallu un certain temps (sans doute le signe que je suis encore plus gravement atteint que je ne pensais…) pour comprendre pourquoi nozélites criaient à la mort suite aux propos de Le Pen juniore sur les « prières d’occupation ». La réponse m’est venue soudainement: en fait nozélites considèrent que ce n’est pas gentil de parler d’occupation parce que les braves gens qui bloquent les routes et remplissent l’air des magnifiques incantations muezzinesques sont en fait chez eux! Que ces gens qui sont éventuellement français de papiers mais c’est loin d’être systématique, que ces gens qui ne se reconnaissent pas dans nos institutions et nos valeurs sont de facto français. Et oui, c’est ça les gens censés nous diriger et qui ont juré de protéger notre pays et sa constitution ne voient aucun mal à ce que la voie publique soit utilisée à des fins privées et religieuses sans aucune autorisation. Ils se contentent de se servir et les responsables se contentent de détourner le regard.

Je les soupçonne même de considérer que ces joyeux prieurs sont mieux français que les autres parce que plus divers.

Parfois comprendre, même quand on sait, est plus douloureux qu’autre chose.

Quand les responsabilités individuelles sont accaparées par l’état

Le navrant fait divers grenoblois qui fait bruisser les gazettes et les ondes tout comme les innombrables incivilités qui pourrissent la vie de tout le monde et face auxquels les gens ne réagissent plus sont essentiellement symptomatiques d’une chose: la dépossession des responsabilités des hommes par le gouvernement.

En effet, depuis que l’état s’est fixé pour mission de faire le bien malgré nous, de nous éviter le moindre petit bobo, la moindre petite écorchure morale, nous avons été lancé dans une lente mais inévitable descente en enfance. Nous n’avons plus à réagir en adultes, en giflant les sales gosses si nécessaire pour leur faire comprendre le bien du mal car l’état est supposé le faire pour nous. En France, on n’a jamais eu besoin d’un village pour élever un môme, il suffisait que le pékin lambda, que Bitru ne tolère pas l’invasion de son espace vital par des petites racailles dont la seule supériorité est d’avoir l’air malfaisant et le manque d’éducation qui leur permet de se comporter comme des chimpanzés sans en ressentir la moindre gène.

Quand les français étaient encore un peu libres, ils ont colonisé la moitié de la planète, mis en place des prouesses technologiques, ont éclairé le monde de magnifiques avancées philosophiques. Aujourd’hui qu’ils comptent sur l’état pour subvenir au moindre de leur besoin et sur les étrangers pour assurer leurs retraites, ils n’ont même plus la force de se redresser face à la petite barbarie quotidienne.

Quand les nains micromanagent

Déjà, avoir un gouvernement ne m’emballe pas, mais j’imagine pour me rassurer que c’est comme les brocolis, faut bien en avoir un peu pour pouvoir manger des pieds de cochons plus longtemps. Avoir un gouvernement de minables est encore moins emballant. Avoir un gouvernement de minables avec du Morano dedans est carrément le genre de choses qui font qu’on sort les fusils de sous la paille et qu’on recrache la bouillie grise que maman essaie de nous enfourner de force dans le bec.

Donc cette tout petite dame, dont les méfaits sont largement reconnus, est en campagne, rentre dans un bar où, horreur des horreurs elle voit des fumeurs, et directe, dans la plus pure tradition française, va prévenir les autorités pour que les infames contrevenants soient justement punis parce qu’elle considère que c’est son rôle de ministre maternante tendance moderne, genre on vous tient la main du berceau à la tombe et ta responsabilité individuelle tu peux l’oublier, c’est un truc d’adulte ça.

En même temps, ça permet de lever le voile sur les véritables ambitions de ces amibes. Vu qu’ils ne peuvent en fait rien faire de plus que ce pour quoi ils sont a priori payés, c’est à dire surveiller les frontières et assurer la sécurité, et qu’ils le font très mal, voir même plus du tout, ils tentent de justifier leur existence abjecte en holdupant les dernières toutes petites libertés qu’il nous reste parce qu’on est trop con pour nous débrouillés seuls. Leurs salaires, voitures et appartements de fonctions sont dans la balance. Si jamais les abrutis qui votent pour eux se rendent compte qu’en fait ils ne servent à rien, ils devront revenir à l’existence de laquais pour laquelle ils sont fait.

Bientôt Nadine sera derrière chaque français pour un prélèvement de selles pour vérifier qu’on mange bien nos 5 fruits et légumes journaliers.

Je propose de gagner du temps en catapultant nos défécations directement sur son bureau.

Violences psychologiques et humiliations rituelles

Déja que séparés ils sont atterants de nullité, on peut être sur que quand ils sont tous d’accord ils vont battre des records.

Donc comme ça, il faut protéger les faibles femmes contre la violence psychologique… N’oublions jamais que le mâle hétérosexuel blanc représente une menace contre tout ce qui est bon et beau. Parfois cet horrible ose dire à Maman que oui elle a pris du cul, que oui, la soupe était froide et que oui, merde, il a bien décidé de se la coller ce soir.

Comme toujours, la tyrannie du plus sensible s’impose à nous avec l’appui bienveillant de la cohorte suicidaire de ceux qui sont bien décidé à nous diriger.

Les femmes que je connais sont au moins aussi violentes avec leur mari que l’inverse. En général beaucoup plus vu que les réserves de testostérone de ces messieurs sont bien au chaud dans le sac à mains de Madame.

Mais ça n’a pas d’importance, profitez bien des dernières fibres de liberté qu’il vous reste, le gouvernement est bien décidé à vous les ôter pour votre bien.  Vous frappez votre femme? Au trou. Vous insultez votre femme? Au trou. Vous lui faites des réflexions désagréables trop souvent? Au trou. Vous lui faites  des réflexions déplaisantes? Au trou. Vous pensez des choses pas tout à fait positives? Au trou. Vous excisez votre fille? Merci de participer à la diversité de notre si beau pays. En voilà une évolution qui fait rêver.

Coûte que coûte et vaille que vaille, l’état vous dépouillera de vos derniers instincts, de votre petit reste de violence. Vous serez un bisounours comme les autres, les mains sur les chevilles et la raie graissée tout content que le seul prix à payer pour que le gouvernement vous materne du landeau au tombeau soit un léger inconfort dans la zone du fondement.

J’imagine que ça fait partie d’un ensemble… C’est l’extrême droite qui risque de poser des bombes, ce sont les inégalités qui provoquent la violence, ce sont des petites vieilles couleur bidet de faience qui se font exploser dans les trains.

Je ne sais pas quelle drogue ils prennent mais j’en veux aussi.

C’est quoi être français?

Apparemment c’est une question à la mode… Du moins c’est ce que je crois comprendre du calamiteux débat sur l’identité nationale, termes assez minables (je suis d’accord avec le Conservateur) pour poser une question. Si on veur savoir ce que c’est que l’identité nationale, on prend un bouquin d’histoire qui commence avec Clovis et on lit tout jusqu’à nos jours et voila, on l’a l’identité nationale.

C’est bien plus interessant de savoir ce que c’est que d’être français, même si c’est comme pour de savoir si on est coule ou non. Si on se pose la question, il ya de forte chance pour qu’on ne le soit pas… Ce qui d’ailleurs expliquerait très bien pourquoi nos chers politiques se demandent ce que c’est que d’être français et estime un débat sur la question necessaire.

Alors être français ce n’est pas bien compliqué. C’est se reconnaitre comme étant non l’héritier mais le passeur d’une histoire et d’une culture qu’on considère comme étant supérieure et à part de par sa richesse et son ancienneté.

C’est aussi avoir un certain esprit tourné vers la gaudriole. Prendre au sérieux les frivolités et prendre légèrement les choses graves (ce qui a uine facheuse tendance à se perdre…) même si c’est un lieu commun. Les grosses têtes de Bouvard sont mille fois plus français que les poseurs moralistes qui envahissent ma télé. Un gout du panache, du geste inutile, de la cause perdue à laquelle on s’attele juste pour le principe. Cyrano quoi.

C’est aimer le vin, la bonne chère, les disputes et les réconciliations.

Je sais bien que tout cela sonne très plat et pourtant c’est vrai. Si vous voulez savoir ce qu’est un français le meilleur moyen est encore de le demander aux étrangers. Les a priori sont clairement les meilleures définitions de la francitude.

Donc bon voila. Ce débat ne mérite pas l’attention nationale, juste une dizaine de lignes. Le reste est imbécile, inutile et contreproductif.

Et puis tout cela est purement théorique car on sait bien qui en France est français et qui ne l’est pas.

Climategate

Puisque les journaux français font le grand blackout sur le sujet, je me vois dans l’obligation d’attirer votre attention sur ce qui secoue les revues d’informations anglo-saxonne depuis presque une semaine.

La preuve est désormais faite que toutes les données sur le réchauffement climatiques sont une grande pantalonnade. Rigolez pas, c’est avec votre pognon, et pas seulement avec un peu de votre pognon, il s’agit de centaine de milliards, bientôt de millier de milliards.

En effet, de valeureux hackers sont allés pirater les emiles de la fac d’East Anglia, en rosbiffie, qui fournie une grande partie des données du GIEC, et ils les ont posté sur le net. Dedans ces messages entre gens qui sont à la pointe du combat contre les vilains qui pourrissent le climat et bousillent les ours polaires, ont trouve les preuves les plus accablantes de la fausseté de ces allégations (par exemple). On peut y lire que les modèles ne fonctionnent pas, qu’ils doivent truquer les chiffres et qu’il est nécessaire de détruire les informations compromettantes.

Donc l’idée est d’imposer toujours plus de régulations gouvernementales, toujours plus de restrcitions à nos libertés, pour notre bien, au nom de mensonges, d’inpeties et de malhonneteté.

Heureusement qu’il y a un consensus… C’est beau la science!

UPDATE: rue 89 en parle.

Ce qu’il faut à un élu

L’autre jour je jouais au golf avec un sénateur ex-maire. Oui je sais que j’ai de très mauvaises fréquentation, mais ce n’est pas de ma faute vu que le garçon en question est le papa d’une copine. Certes ce n’est pas une excuse, mea culpette. Donc je jouais au golf avec cet illustre qui m’expliquait qu’il ne s’était pas représenté aux municipales parce qu’il « n’avait plus d’idées ». Nos partenaires hochèrent la tête pour manifester leur approbation sans réserve. C’est vrai, un élu sans idée, c’est plus la peine, et puis un élu sans idée c’est comme un baiser sans mousatche, c’est nul, et puis le cumul des mandats tout ça.

De mon côté, j’ai attendu un peu que la nouvelle se décante en moi avant de lui exprimer ma pensée. En gros je lui ai signifié que c’était parfaitement gland, qu’enfin il était prêt a exercé ses fonctions puisque justement il n’avait plus d’idée. C’est dans ces conditions qu’un élu peut se vouer à ne pas dépenser le pognon de ses administrés dans des vidéothèques ineptes, des médiathèques ridicules, des changements de circulations et autres couloirs de bus pouvant pousser même la plus pacifistes des brebis à passer toute la ferme au lance-flamme pour cramer le fermier, le cheptel, les récoltes et la moitié du pays. Sans idée, il n’enverrait plus la lie des égouts de la cité locale à la mer, parce que tous les enfants doivent voir la mer sinon on est tous des monstres de façon globale quoi. Quand on a pas d’idée on ne fait pas de débilités couteuses, on se contente d’assurer la sécurité des habitants et le bon état des routes. Quand on a pas d’idée on ne prévoit pas, comme l’infâme Chavez, de transformer les golfs en citées parce que c’est un sport de vilains bourgeois, ce qui est parfaitement crétin quand on connait l’extraction sociale des golfeurs pro…

Bien entendu, mon raisonnement l’a laissé froid. Je crois que je ne suis pas prêt de devenir directeur de cabinet… Mon plan de relance par la catapulte ne l’a pas convaincu non plus. Je crois que c’est désormais très officiel, la démocratie n’est pas pour moi.

Sinon, voici des revenants et une nouvelle. Je suis toujours heureux de voir des renforts arriver. Bon vent à eux!

Fantine était-elle une conne?

Une question me taraude, si Fantine avait fait la pute avant de vendre ses dents et ses cheveux, elle aurait sans doute pu offrir une enfance bien plus heureuse à Cosette vu qu’elle aurait sans doute rapporté plus de pognon… Donc Fantine était-elle une idiote? Et si oui, pouvons nous en conclure que les gens qui ne sont pas capable de mesurer les conséquences de leurs actions sont des crétins ou des fous?

Par exemple le maire de cette ville alsacienne, et donc imprononçable, qui a décidé de faire bousiller les statues d’une ravissante petite chapelle ne comprend clairement pas les conséquences de ces actes… Il voit au plus court:  « statues danger pour sécurité, statues caca, moi faire casser statues ».

Pour Fantine je ne suis pas complètement sur, mais pour ce maire, je crois que la réponse à la question est assez évidente, et je ne parlerais même pas des congénitaux qui envisageraient de le réélire.

Tout cela me donne des envies irrépressibles de catapultage.

 Merci à Henri.

 

Sinon j’ai plein de trucs au chaud, la reprise de post régulière est pour bientôt, dès que j’aurais retrouvé ma discipline qui est je crois cachée sous mon canapé.