Raciste non, culturaliste oui!

Parfois il faut se poser des questions. Suis-je raciste? On me le reproche suffisamment souvent pour que je me demande si oui ou non je le suis et arrêter de se planquer derrière une petite vertu moderne qui veut que « non, non, non je ne peux pas être raciste parce que c’est trop vilain ».

Alors si être raciste c’est croire en une supériorité d’une race sur l’autre, je dis non. Pour moi, l’immense majorité de la population mondiale est composée d’êtres ineptes incapables de faire la différence entre un Chasse Spleen 2003 et un cubi de ‘bonquitach ». Nous sommes cernés par des crétins véhéments aux couleurs multiples. Alors certes, certains cavalent plus vite que d’autres mais de là à établir une supériorité…

Toutefois je crois aux gènes et force est de constater que des différences existent. Mais de nouveau, de là à mettre tout un peuple/ethnie/race dans le même grand sac, il y a un pas. Je me sens 1000 fois plus d’affinités avec un noir/arabe/jaune/lamentin qui apprécie la bonne littérature et un morceau de bidoche sanguinolente qu’avec un blanc fraîchement converti à une religion de paix, d’amour et de tolérance ou même au végétarianisme.

Mais je crois aussi à l’inconscient des peuples. Je crois aux effets de la culture, et je suis persuadé que certaines cultures sont supérieures à d’autres, par exemple celle qui offre la clim’ est supérieure à celle qui laisse mourir les gens de chaud. Celle qui offre la liberté aux individus est supérieure à celle qui les enchaîne. La culture française classique qui a offert Versailles au monde est objectivement supérieure à celle des Guayakis qui a offert au monde le string ficelle et la fameuse recette du ragoût de boyaux d’enfants à la boue saumâtre. Notre culture qui a inventé la catapulte est mécaniquement meilleure qu’une autre qui ne permet que de jeter ses excréments à la main. Bien évidemment je crois qu’il est important de protéger notre culture qui est meilleure des effets néfastes d’autres cultures qui sont moins bonnes et que les nouveaux arrivants d’horizons divers ne doivent pas êtres trop nombreux d’un coup pour qu’ils aient le temps de se diluer en notre sein.

Donc je ne suis pas raciste, sauf si être raciste consiste simplement à ne pas s’arracher les yeux avec des baguettes chinoises tout en se vidant le cerveau à la cuillère s’ils ont l’outrecuidance de constater que tout n’est pas équivalent. Et par voie de conséquence je suis culturaliste, puisqu’il faut bien trouver un mot en « iste » qui fait peur aux bisounours. Je crois que ça définit quelque chose de particulier mais je suis trop feignant pour aller vérifier.

Sinon je pourrais créer ma propre école de pensée: « catapultiste: la défense de la culture occidentale par la catapulte ». Ca sonne bien non?

13 réponses à “Raciste non, culturaliste oui!

  1. Amiral, vous savez que je ne suis pas systématiquement d’accord avec vous mais la, vous expliquez parfaitement le fond de ma pensé.

    Puis-je reprendre ce texte à mon compte ? en vous citant bien entendu…

  2. On n’a plus le droit d’etre raciste ,même en famille .
    Dommage ,on rigolait bien ,et pour pas cher .
    Moi j’aime bien les racistes ,ils parlent avec le coeur , c’est pas toujours syntaxiquement correct mais c’est touchant .

    Vive le boeuf !!!

  3. http://fr.wikipedia.org/wiki/Culturalisme
    Vous n’en n’êtes pas loin…

    Désolé de déterrer cet article, je découvre ce blog et tombe dessus par hasard.
    Quand à l’école de pensée, j’ai beaucoup le slogan !

  4. Décidément, j’aurais dû découvrir votre site plus tôt ! :)
    En tout cas, vos formulations me font bien rire, ce qui est plutôt rare par les temps qui courent…

    Si on neutralise un peu de provoc’ pour bien marquer le trait, je suis assez d’accord avec vous :
    * Si être raciste c’est reconnaître qu’il existe des races, des sexes, des cultures, des personnalités différentes, alors je le suis.
    * Si c’est prétendre qu’une partie de la liste ci-dessus est supérieure (ou inférieure) à une autre, alors la réponse est non.

    Mais attention au prétendu anti-racisme qui n’est qu’un racisme masqué et non assumé ; attention à l’inique « discrimination positive » ; et non, 1 000 fois non à la parité hommes-femmes.
    Nous, les femmes, valons mieux que cela. ;o)
    Et nous voulons être reconnues pour notre valeur personnelle. Pas pour un sexisme déplacé et humiliant.

  5. Voilà il me semble l’axe central de votre démonstration:

    « La culture française classique qui a offert Versailles au monde est objectivement supérieure à celle des Guayakis qui a offert au monde le string ficelle et la fameuse recette du ragoût de boyaux d’enfants à la boue saumâtre. »

    Je peine à distinguer,dans vos propos, l’objectivité dont vous voudriez faire preuve, vous qui croyez à « l’inconscient des peuples » mais ne voudriez appartenir qu’à la catégorie de ceux qui ont le pouvoir de déclencher la catapulte.

  6. Et en parlant de ragoût de boyaux, il me semble qu’à Antioche il n’y avait pas de Guayakis au moment des croisades.

  7. J’arrive pas à cerner le rapport entre le fait d’être raciste et reconnaitre la prédominance de la culture occidentale.

  8. Nan, « reconnaître la prédominance de la culture occidentale », c’est juste de l’ethnocentrisme. On pourrait croire que ça craint un peu moins. On pourrait. Allez, un brownie pour vous quand même. Mais essayez de ne pas mettre de miettes partout, d’accord?

  9. Je déboule un peu après la bataille.
    « Je me sens 1000 fois plus d’affinités avec un noir/arabe/jaune/lamentin qui apprécie la bonne littérature et un morceau de bidoche sanguinolente qu’avec un blanc fraîchement converti à une religion de paix, d’amour et de tolérance ou même au végétarianisme. »
    C’est exactement ce que pense nos élites et explique en grande partie leur tropisme mondialiste. Une lutte des classes en fait plus qu’un complot.

    Quand à la distinction culturiste et pas raciste les deux sont liés, au travers de l’évolution et de la sélection. Et c’est la première chose à laquelle tout le monde pense. Que les différences physiques et biologiques des différents groupes sont la conséquence d’un développement séparé pendant une période assez longue pour que ce soit constitué un inconscient collectif aux racines tellement profonde qu’on puisse parler d’un Autre.

  10. Pingback: La malhonnêteté intellectuelle de la degôche antisémite | No One Is Innocent…

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s