Archives de Tag: droit positif

Peine de mort

Non, je ne vais profiter de cet article pour me laisser aller a quelques bouffees homicidaires, comme dirait le tres bon Stag, mais je vais tenter d’apporter la lumiere de mon cerveau surpuissant sur la question.

D’abord il faut se demander pourquoi pratiquer la peine de mort? Et bien, et uje dis ca pour les plus jeune d’entre vous, c’est parce que le systeme judiciaire n’a pas toujours eu pour mission de reformer, reeduquer, reinserer les salopards de toutes natures. Il fut un temps, ou le principe etait de les punir. D’une pour leur apprendre, de deux pour faire un exemple. Alors la j’arrete tout de suite les imibeciles qui eructent que la peine de mort n’a jamais servi d’exemple et qu’il n’y a pas moins de crime la ou y’a la peine de mort tout ca, je m’en tape et la n’est pas mon propos et puis perso, si je veux faire un exemple, je pense que la torture est plus efficace.

Donc le principe etait de punir.

Pourquoi punir?

Pour plusieurs raison, mais selon moi la plus importante etait de « soulager » la douleur des familles et/ou proches (entendre par la eviter les vendettas qui mettent un desordre pas possible dans la societe). Et puis parce que certains odieux sont de toutes facons irrecuperables, donc autant s’en debarasser.

Aujourd’hui on pense que c’est tres vilain de couper la tete des gens meme quand se sont des ignobles de competitions parce qu’ils ont sans doute une bonne excuse et patati et patata. Bon… C’est tout de meme amusant de voir que l’homme occidental ne s’est jamais autant detache des considerations religieuses et n’a jamais autant considere qu’il n’etait pas bien place pour juger du droit de vivre ou pas d’une pourriture.

En general, les tenants de l’abolition de la peine de mort utilisent des arguments totalement insignifiants du style: « mais tu te rends compte? Si y’a une erreur? C’est vraiment degueulasse, c’est un etre humain… » Facile de repondre, ben si y’a une erreur c’est moche… En meme temps je ne suis pas persuade que finir en taule avec la reputation de violeur d’enfants tiennent franchement de la sinecure, et puis de toutes facons un etre humain sans Dieu que vous vous acharne a evince, ce n’est pas beaucoup plus que du betail, donc je ne vois pas pourquoi ces empaffes seraient mieux traites que des chiens enrages.

Les tenants du retablissement ont des arguments a peine moins ineptes: les recidivistes, ben ca recidive toujours ma bonne dame et avec ca qu’est-ce que ce sera? » Ou, « c’est un monstre, il a pas le droit de vivre. » Pas complexe de leur repondre non plus: « Ben ca mon bon monsieur, si la perpet’ etait une vraie perpet’ on en serait pas la » et « certes c’est un monstre, mais pensez donc a tout ce qu’on pourrait faire de cette energie gaspillee avec les bons produits? Moi je dis, faut pas les donner a manger aux asticots mais aux entreprises pharmaceutiques! »

Comme d’habitude, il vaut mieux eviter de trop penser avec ses tripes et plutot utiliser sa tete. Le probleme majeur de la peine de mort, en particulier dans nos pays si modernes et a la philophie du droit si positiviste, c’est que ca donne beaucoup trop de pouvoir a un etat qui n’est pas lui meme capable de savoir combien de lois sont en vigueur. Un jour, on bute les viloeurs d’enfants et le lendemain on bute les heteross strictes pour heresie sexuelle. C’est tres ennuyeux de ne pas avoir de securite juridique… Cependant, les raclures de la societe doivent etres evacuees pour eviter trop de desagrements aussi et les laisser croupir en prison, c’est bien joli mais on sait bien que ca n’a qu’un temps.

Alors que faire?

Je propose de laisser le choix aux familles des victimes. Vous voulez le buter? Ok, mais ca va vous couter X, vous tenez la hache et vous cedez vos droits de retransmissions televisuels.

Comme ca on renfloue les caisse de l’etat, on libere des place en prison et tout le monde est content.

Parlons un peu du droit positif

Depuis le temps que j’en parle, voici un petit exposé à ma façon sur le droit positif, cancer des sociétés modernes.

Alors d’abord le droit positif c’est quoi? Et ben le droit positif, pour la faire courte, c’est le droit qui change la loi en permanence en opposition au droit naturel qui est immuable. En gros, le droit positif est tout ce qui émane de l’état.

Plein de gens pensent que le droit positif c’est formidable parce que ça permet à la société d’évoluer et de ne pas se scléroser. Ce sont des pitres. La philosophie du droit positif est ce qui nous mène à notre perte. En effet, cette volonté de s’adapter à la modernité aboutit à une multitude de lois que plus personne ne connaît. Ces lois fractionnent la société en une autre multitude de corps qui revendiquent tous le droit d’avoir leurs propres lois pour êtres « protégés » par la grande maman gouvernementale.

Le droit naturel, au contraire, est un droit fixe (en gros les 10 commandements) qui se suffit à lui même. Dans le droit naturel on considère que nos droits viennent de Dieu (ou de notre essence d’êtres humains ou de toutes autres formes qui vous plaira) alors qu’en droit positif, nos droits viennent du bon vouloir du prince.

Par exemple, contrairement à ce que racontent les ahuris, les sociétés totalitaires sont toujours hyper regulées par des lois. Le flic te tire une balle dans la tête ou te roue de coups parce qu’il a le droit de le faire. On envoie les grands blonds aux yeux bleus en camp parce que c’est la loi. Peut importe que celle-ci change tous les 10 jours, il faut l’appliquer. En gros c’est du Kafka dans le texte… Mais le problème c’est que le droit positif est un corollaire de l’expansion infinie de tout gouvernement qui se doit de justifier son existence par un activisme à tous crins.

Ca me fait penser à un dîner que j’ai eu un jour avec une de mes très chères tantes. Elle m’expliquait que la dernière loi protégeant les femmes contre les violences conjugales était trop bien. Ce à quoi je lui ai répondu que ce genre de loi qu’on adapte et qu’on bidouille en permanence portait en elle les germes des camps de concentration. En effet, pas besoin de lois spéciales, un type bat sa femme, il va en taule pour coups et blessures (avec circonstances aggravantes éventuellement) et il paye des dommages et intérêts, pas besoin de nouvelles lois. Elle a fini en pleurant et moi en me reversant en verre de rouge.

Say hello to my little friend

L’autre jour un ami me disait qu’a la lecture de mon blog il trouvait que je me suis radicalise… A-t-il raison? Je ne sais rien et on est toujours un tres mauvais juge de son propre comportement. Ce qui est clair c’est que sur certains sujets comme l’avortement ma position a evoluee. Je suis passe du « je suis globalement contre » a « je considere que c’est mal ». On peut voir ca comme une radicalisation effectivement. Pareil sur le droit positif, je considere aujourd’hui que c’est absolument ridicule de croire que nos droits viennent du gouvernement. Je pense que nos droits viennent soit de Dieu si on est croyant, soit tout simplement de notre essence si on ne l’est pas. En meme temps sur d’autres points je n’ai pas bouge depuis longtemps et sur d’autres je me suis plutot calme…

Tout ca pour dire que de toutes facons, je ne vois pas ma radicalisation, si radicalisation il y a, comme quelque chose de negatif. Je pense sincerement etre plutot alle au bout de mes raisonnements et avoir atteint ainsi une philosophie personelle bien plus coherente. Alors oui, je le reconnais, ca compoprte un risque, celui d’etre de plus en plus considere comme une brute fasciste* dans les diners en ville. Mais tres franchement je m’en tape. Mes amis, comme celui cite plus haut savent a quoi s’en tenir. Et puis du moment que je continue a vivre debout, tout me va.

 

* Ca me rapelle la fois ou sans faire expres j’avais fait exploser une charmante jeune fille tout a fait naturellement. Apres avoir ecluse les 3/4 d’une bouteille de Tequila j’etais rentre dans une grave conversation avec elle.

« -Non mais moi je veux bien mais ce ne sont pas mes valeurs ca.

-Ben alors c’est quoi tes valeurs, qu’elle me demande candide.

_ben je sais pas moi… le travail, la famille… Et puis la patrie quoi. »

Suite a cette phrase prononcee sans aucune intention de provoquer, elle etait litteralement partie en courant. J’avais en effet en tete Saint Eloi et pas du tout les heures les plus sooooooommmmmbres de notre histoire tout ca.